Announcement

Collapse
No announcement yet.

Au Trocadéro, la grande messe du PSG vire à l'émeute

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Au Trocadéro, la grande messe du PSG vire à l'émeute

    Au Trocadéro, la grande messe du PSG vire à l'émeute

    Le Monde.fr | 14.05.2013 à 00h38 • Mis à jour le 14.05.2013 à 01h07
    Par Adrien Pécout

    Voiture calcinée, arrêt de bus vandalisé, cafés saccagés, barrière de sécurité en vrac sur le sol... Un paysage de désolation régnait lundi soir vers 21 heures, aux abords du Trocadéro. Le Paris Saint-Germain avait prévu de célébrer son troisième titre de champion de France, obtenu la veille, mais les festivités prévues entre les joueurs et les supporteurs ont tourné court. Cinq petites minutes. A peine le temps pour les photographes de prendre le cliché attendu, avec les stars soulevant le trophée devant la Tour Eiffel...
    A lire : 30 blessés lors d'affrontements entre supporters du PSG et forces de l'ordre

    Venue dans un bus à impériale depuis le Parc des Princes, l'équipe parisienne a quitté l'esplanade dès 19 h 37 pour échapper aux débordements qui venaient d'éclater entre une frange du public et les forces de l'ordre. Les footballeurs ont complètement déserté le podium où ils devaient parader, laissant la Tour Eiffel disparaître dans les volutes rouge des fumigènes lancés par quelques individus isolés.

    La plupart des supporteurs, dans un vaste mouvement de foule, ont reflué, tant bien que mal, serrés les uns aux autres, vers l'avenue Kléber. Cédric et Reagan, 30 ans, reprochent aux dirigeants du PSG d'avoir mal géré l'événement : "C'est parti en vrille, c'était sûr que ça allait arriver... Ils aurait dû organiser ça au Parc des Princes, il y aurait eu un meilleur contrôle, mais là... Regardez, il y a un grand rond point, ce n'est pas adapté. Des bouteilles ont été lancées contre les policiers, parce qu'ils empêchaient les supporteurs à côté du podium de se rapprocher des joueurs."

    LES JOURNALISTES DÉLOGÉS

    Le rassemblement avait été fixé à 18 h 30, plus de 10 000 personnes avaient répondu à l'appel du PSG. Mais très tôt, alors que les joueurs se faisaient attendre, des premiers signes de tension devenaient perceptibles. A plusieurs reprises, un speaker a demandé en vain à une trentaine de personnes de descendre de l'échafaudage sur lequel ils s'étaient perchés. "C'est dangereux, il y aura des blessés." Plus tard, une banderole avec inscrit "Liberté pour les ultras" a même été déployée. Toujours dans l'attente du bus parisien, certains avaient même jugé bon de déloger les journalistes télé présents sur une estrade, face au podium des joueurs.

    /.../

    http://www.lemonde.fr/sport/article/...7148_3242.html

  • #2
    Re: Au Trocadéro, la grande messe du PSG vire à l'émeute

    PSG : Violences au Trocadéro et sur les Champs-Elysées

    13 mai 2013 à 19:43 (Mis à jour: 14 mai 2013 à 00:13)


    Lundi soir, aux abords de la Tour Eiffel. (Photo Gonzalo Fuentes. Reuters)

    ACTUALISÉ De violents incidents et des affrontements entre fans et forces de l'ordre ont éclaté lors de la remise du trophée au club champion de France de football.

    Par AFP
    Affrontements entre ultras et CRS, autocar pillé au pied de la tour Eiffel, voitures et vitrines vandalisées : de violents incidents ont gâché lundi les cérémonies au Trocadéro pour le troisième titre de champion de France du Paris SG, provoquant une polémique sur le dispositif de sécurité mis en place.

    Devant l’ampleur des incidents qui ont débordé sur les Champs-Elysées, le club et son parraineur Nike ont annulé «pour des raisons de sécurité» la mini-croisière que devaient faire les joueurs sur la Seine pour exhiber leur trophée aux supporteurs, selon une porte-parole de l’équipementier.

    «Il n’y aura plus de manifestation festive sur la voie publique pour le PSG», a déclaré ensuite le préfet de police de Paris, Bernard Boucault, dressant un bilan de 30 blessés, dont trois membres des forces de l’ordre et 21 interpellations pour jets de projectiles et dégradations.

    Jusqu’à 23 heures, la police a procédé à des interpellations, en général de personnes masquées, sur les Champs-Elysées, où des débordements avaient déjà éclaté la nuit précédente après la victoire du PSG à Lyon (1-0) synonyme de titre. Ils avaient déjà entraîné 21 interpellations, trois gardes à vue et 16 blessés parmi les forces de l’ordre, selon une source policière.

    Perfusion devant le Fouquet’s

    Sur la célèbre avenue méconnaissable entre le verre brisé jonchant le sol, les fumigènes, les explosions de pétards et les crissements de pneus, de nombreux commerces et restaurants ont fermé prématurément, à l’image du Fouquet’s, devant lequel la Croix-Rouge posait une perfusion à une personne blessée. «Il n’y a pas de détresse vitale, c’est une personne blessée dans une bagarre», a indiqué un médecin de la Croix-Rouge, déclarant que son organisation avait pris «une cinquantaine de personnes en charge», aucune en danger vital, «entre le Trocadéro et les Champs-Elysées».

    Le calme était revenu un peu plus tôt sur la place de Trocadéro, rouverte à la circulation vers 21 heures, même si en contrebas, des supporteurs continuaient alors à faire face aux forces de l’ordre sur le pont menant à la Tour Eiffel, où certains ont même pillé un autobus de touristes, selon des images de télévision. «C’est la faute aux ultras, on n’a pas eu le droit à notre fête à cause d’eux», ont déclaré des supporteurs en quittant le Trocadéro, où de 10 000 à 15 000 personnes avaient pris place au plus fort du rassemblement, selon la préfecture de Police.

    Des journalistes de l’AFP ont vu du mobilier urbain vandalisé, trois cafés aux vitrines brisées, un abribus cassé et plusieurs voitures endommagées aux abords de la place du Trocadéro, investie par de nombreux véhicules de secours d’urgence. Après la remise du trophée, plusieurs centaines de supporteurs, répartis en différents groupes, ont lancé des barrières de sécurité ou du verre pilé sur des CRS qui ont répliqué en jetant des grenades assourdissantes, a constaté un journaliste de l’AFP sur place.

    /.../

    http://www.liberation.fr/sports/2013...-du-psg_902580

    Comment

    Working...
    X