Announcement

Collapse
No announcement yet.

Suède - Sept nuits d'affrontements avec la police dans la banlieue de Stockholm

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Suède - Sept nuits d'affrontements avec la police dans la banlieue de Stockholm

    Deux nuits d'affrontements avec la police dans la banlieue de Stockholm

    Le Monde.fr | 21.05.2013 à 17h03 • Mis à jour le 21.05.2013 à 17h09


    Sept personnes ont été arrêtées à la suite d'affrontements avec la police, lors d'une deuxième nuit de violence à Husby, un quartier défavorisé de la banlieue nord de Stockholm, a annoncé la police mardi.

    Quatre des personnes arrêtées ont été placées en garde à vue, deux autres ont été relâchées après leur passage au poste et une dernière a été immédiatement libérée car elle avait moins de 15 ans, âge de la responsabilité pénale en Suède, a affirmé à l'AFP le chef de la police locale, Jörgen Karlsson.

    Ces émeutes, qui ont éclaté dimanche soir, semblent avoir été déclenchées par la mort, la semaine dernière, d'un homme de 69 ans abattu par des policiers qu'il aurait menacés avec une machette, mais la police affirme qu'elle n'est pas sûre d'un lien avec cette affaire. Au cours d'une conférence de presse, des militants locaux ont pour leur part prétendu que la police les avait traités de "vagabonds, de singes et de nègres".


    PROPAGATION À D'AUTRES QUARTIERS

    Des jeunes ont incendié des voitures et lancé des pierres sur les forces de l'ordre. "Près de dix voitures ont été incendiées [et] sept policiers ont été légèrement blessés", selon Jörgen Karlsson. Entre 50 et 100 personnes ont pris part aux affrontements.

    /.../

    http://www.lemonde.fr/europe/article...4840_3214.html

  • #2
    Re: Suède - Trois nuits d'affrontements avec la police dans la banlieue de Stockholm

    La Suède secouée par une révolte des banlieues

    HOME ACTUALITE INTERNATIONAL
    Par Pauline CurtetMis à jour le 23/05/2013 à 18:04 Publié le 23/05/2013 à 17:59

    /.../


    Ces émeutes ont démarré dimanche soir à Husby, une banlieue située au nord-ouest de Stockholm. Mercredi soir, après trois nuits d'agitation, les violences ont gagné d'autres banlieues situées, cette fois-ci, au sud de la capi*tale suédoise. Dans la ville d'Hagsätra, un agent de police, sérieusement blessé à la tête par un jet de pierre, a dû être hospitalisé. Plusieurs bâtiments, dont un restaurant et un commissariat de police, ont été incendiés, s'ajoutant aux écoles et centres culturels dégradés depuis dimanche. Les pompiers de la ville, appelés sur plus d'une centaine d'incendies et souvent ralentis par les violences, se sont dits «dépassés» par les événements. L'appel au calme lancé mardi par le premier ministre de centre droit, Fredrik Reinfeldt, qui demandait aux «parents et aux adultes» d'agir pour éviter de nouvelles violences, n'a toujours pas été entendu.

    /.../

    Délit de faciès

    Cependant, pour beaucoup d'observateurs, ces violences doivent être mises sur le compte d'un accroissement spectaculaire de la pauvreté dans la société suédoise. Depuis les années 1990 et une crise bancaire dévastatrice pour la Scandinavie, la Suède a en effet largement diminué la taille de son État-providence, entraînant une forte croissance des inégalités. Les immigrés, qui constituent 15 % de la population suédoise, ont été les premiers touchés, en parti*culier les plus jeunes.

    «Je comprends pourquoi beaucoup de gens qui vivent dans ces banlieues et à Husby sont inquiets, en colère et préoccupés», a admis la ministre de la Justice, Beatrice Ask. «L'exclusion sociale est une cause très importante de nombreux problèmes. Nous comprenons cela», a continué la ministre, en pesant ses mots. Cette dernière s'est retrouvée, il y a quelques mois, au centre d'un débat sur les méthodes de la police de Stockholm, accusée de contrôler plus souvent l'identité des personnes de couleur.

    /.../

    http://www.lefigaro.fr/international...-banlieues.php

    Comment


    • #3
      Re: Suède - Trois nuits d'affrontements avec la police dans la banlieue de Stockholm

      Renforts de police à Stockholm après cinq nuits de troubles

      Le Monde.fr avec AFP | 24.05.2013 à 21h38 • Mis à jour le 24.05.2013 à 22h38

      Des renforts de police en provenance de Göteborg et Malmö étaient attendus vendredi 24 mai à Stockholm dans l'espoir de mettre fin aux troubles qui ont secoué durant cinq nuits la banlieue de la capitale suédoise, a-t-on appris auprès de la police, qui a refusé de préciser le nombre de policiers attendus.

      Les patrouilles auxquelles ont participé des parents des jeunes de banlieue et des volontaires d'associations d'habitants ont contribué à faire baisser la tension, a estimé le porte-parole de la police, Kirk Lindgren. Pourtant, plus d'une douzaine de véhicules ont été la proie des flammes dans la nuit de jeudi à vendredi, tandis que des départs d'incendies, rapidement maîtrisés, se sont déclarés dans trois écoles et un commissariat de police des quartiers pauvres de la banlieue de Stockholm, à forte population étrangère.

      Les pompiers ont fait état sur Twitter de 70 interventions dans la nuit, pour éteindre des incendies de voitures, bennes ou bâtiments. Ce total est inférieur aux 90 de la nuit précédente. M. Lindgren a annoncé 13interpellations de personnes âgées de 17 à 26 ans. Il a précisé qu'il n'y avait pas eu de blessé.

      "LA SEULE MANIÈRE DE SE FAIRE ENTENDRE"

      Un jeune homme affirmant avoir participé aux incidents, et identifié par la radio publique SR sous le pseudonyme de Kim, a dit avoir agi par révolte contre le chômage et le racisme touchant ces quartiers. "On a brûlé des voitures, jeté des pierres sur la police, les voitures de police. Mais c'est une bonne chose, parce que maintenant les gens savent où est Husby. (...) C'est la seule manière de se faire entendre", a-t-il déclaré.

      /.../

      http://www.lemonde.fr/europe/article...7271_3214.html

      Comment


      • #4
        Re: Suède - Cinq nuits d'affrontements avec la police dans la banlieue de Stockholm

        Nouvelle nuit agitée dans la banlieue de Stockholm

        Le Monde.fr avec AFP | 26.05.2013 à 06h10 • Mis à jour le 26.05.2013 à 06h13

        Des voitures ont de nouveau été incendiées et des policiers caillassés par des jeunes immigrants dans la nuit du samedi 25 au dimanche 26 mai dans les banlieues pauvres de Stockholm, a annoncé la police suédoise. Aucun incident n'a été signalé en dehors de la capitale et les forces de l'ordre observe un déclin des violences.
        Lire : En Suède, la question de l'intégration des immigrés est assez récente

        "Il y a eu quelques véhicules incendiés dans différents endroits (...), mais pas autant que les jours précédents", a ainsi déclaré le porte-parole de la police Lars Bystroem à la radio. Une patrouille de police circulant à Vaarberg, dans le sud de la capitale, a été caillassée par des jeunes manifestants, mais aucun policier n'a été blessé et il n'a été procédé à aucune arrestation. A Jordbro, une autre banlieue du Sud, des policiers ont été bombardés à coups de pierre par plusieurs personnes alors qu'ils procédaient à l'arrestation d'un assaillant et ont du utiliser des gaz lacrymogènes pour se dégager.

        Les émeutes avaient avaient fait tache d'huile dans la nuit de vendredi à samedi dans d'autres villes suédoises où des véhicules et des bâtiments avaient été incendiés dans les villes moyennes d'Uppsala, d'Oerebro et Linkoeping. Les pompiers n'avaient cependant fait état que de 30 à 40 incidents dans la banlieue de la capitale suédoise au cours de la nuit, soit bien moins que les 70 recensés dans la nuit de jeudi à vendredi et 90 la nuit précédente.

        UNE PERSONNE ARRÊTÉE

        Les renforts policiers en provenance de Göteborg et Malmö – deuxième et troisième ville du pays, qui ont toutes deux connues des émeutes lors de la décennie passée –, et des patrouilles citoyennes ont contribué à faire baisser la tension, a estimé Kjell Lindgren, porte-parole de la police de Stockholm.

        /.../

        http://www.lemonde.fr/europe/article...7623_3214.html

        Comment


        • #5
          Re: Suède - Sept nuits d'affrontements avec la police dans la banlieue de Stockholm

          Crise européenne

          Suède : du modèle social au paradoxe social

          PHOTO
          Copyright Reuters


          Robert Jules et Romaric Godin | 28/05/2013, 17:39 - 1210 mots

          Depuis plus d'une semaine, la Suède est le théâtre, comme la France en 2005, de manifestations violentes, en particulier dans les quartiers pauvres des banlieues où vivent la majorité des Suédois d'origine étrangère. Un malaise qui exprime l'écart croissant des inégalités sociales depuis quelques années sur fond de croissance économique. Les autorités donnent la priorité à la rigueur budgétaire de préférence à un modèle social qui fut longtemps cité en exemple.

          Depuis plus d'une semaine, la Suède est secouée par des manifestations violentes, qui opposent aux policiers les jeunes des quartiers les plus pauvres de Stockholm, et des autres grandes villes du pays, où se concentre la population d'origine étrangère. Des scènes qui rappellent celles qu'ont connues les banlieues françaises en 2005.

          Voici qui écorne l'image d'une Suède, modèle économique et social du reste de l'Europe. Une image, fondée sur un mélange réussi de croissance économique, d'intégration sociale et de tolérance qui a fort bonne presse depuis plusieurs années dans les pays plus méridionaux, comme la France ou l'Allemagne. En réalité, ce modèle « protestant » semble avoir depuis plusieurs années du plomb dans l'aile.

          L'émergence d'un parti xénophobe et anti-européen

          Les Pays-Bas, le Danemark, la Norvège ou la Finlande ont déjà connu, à plus ou moins grande échelle, une remise en cause de ce modèle depuis plusieurs années. La Suède semblait épargnée jusqu'au début des années 2010. Ce n'est plus le cas aujourd'hui et l'émergence du parti xénophobe et anti-européen des « Démocrates Suédois » lors des élections au Riksdag, le parlement suédois, en 2010, qui a obtenu 5,7 % des voix, l'a montré. Désormais, les sondages donnent ce parti en troisième position, à près de 10 % des intentions de vote. D'un côté des émeutes, de l'autre une extrême-droite en progression : la société suédoise ne va décidément pas bien.

          La Suède est pourtant une des économies les plus solides de l'Union européenne. L'activité ralentit certes depuis 2012 où elle n'a été que de 0,8 %, mais le pays a connu une vigoureuse croissance, une des plus fortes du continent, en 2010 et 2011 (avec 6,6 % et 3,7 %!). Même l'Allemagne est battue ! Les fondamentaux suédois sont excellents : peu d'inflation (même si ces derniers mois elle tend à augmenter), pas de risque lié à l'euro, une dette faible, un déficit réduit qui a succédé - crise oblige - à plusieurs années d'excédents. Et, surtout, il y a le fameux modèle social qui offre 480 jours de congé parental pour chaque naissance, une politique généreuse d'accueil des immigrés - en 2012, le pays a accepté 43.900 demandeurs d'asile (Syrie, Afghanistan, Somalie), 50% de plus que l'année précédente - ou encore qui permet au pays d'occuper le haut des classements mondiaux d'éducation.

          Une colère alimentée par des causes économiques

          Mais le cas suédois vient prouver que les « modèles » ont eux aussi leurs problèmes et que des chiffres macro-économiques de rêve ne règlent pas tous les problèmes. Car cette colère des banlieues suédoises est aussi alimentée par des causes économiques. Selon l'OCDE, les Suédois d'origine étrangère, qui représentent 15 % d'une population qui s'élève à 9,6 millions d'habitants, connaissent un taux de chômage de 16%, contre 6% pour les personnes nées en Suède.

          Paradoxalement, la croissance suédoise elle-même, de par sa vigueur, est à l'origine de ces inégalités croissantes. Un récent rapport de l'OCDE constate : « La majorité des Suédois ont connu une hausse de leur standard de vie durant des décennies, mais l'écart de richesse croît rapidement. La Suède est ainsi le pays où le niveau de pauvreté relative (établi par rapport au revenu médian. En France, un ménage est pauvre si son revenu est inférieur à 50% du revenu médian. NDLR) a le plus progressé depuis 1995 (passant de 4% de la population à 9%), ce qui l'a d'ailleurs fait passer de la 1ere à la 14e place dans le classement en matière d'inégalités. Toutefois, la Suède reste en la matière en-dessous de la moyenne de l'OCDE, qui s'affiche à 11%. »

          Un sentiment de déclassement lié à l'augmentation des inégalités sociales

          Finalement, peu importe que la Suède soit mieux lotie que les autres. La réalité, c'est qu'une partie de sa population s'éloigne de l'autre, ce qui remet en cause le modèle scandinave traditionnel de "welfare-state" fondé sur un écart réduit entre les classes sociales. Cet écart croissant alimente le malaise de Suédois d'origine étrangère, qui se considèrent comme les laissés pour compte de la croissance, mais aussi celui des Suédois d'origine les moins fortunés qui estiment que les étrangers « profitent à leurs détriment » des avantages sociaux.

          /.../

          http://www.latribune.fr/economie/eur...xe-social.html

          Comment

          Working...
          X