Announcement

Collapse
No announcement yet.

Washington met en garde la Syrie contre l'usage d'armes chimiques

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Washington met en garde la Syrie contre l'usage d'armes chimiques

    Washington met en garde la Syrie contre l'usage d'armes chimiques

    Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 03.12.2012 à 11h28 • Mis à jour le 04.12.2012 à 07h06

    Le président des Etats-Unis a lancé, lundi 3 décembre, un avertissement au président syrien concernant l'éventuelle utilisation d'armes chimiques contre son peuple. La banlieue de Damas était lundi sous le feu de l'aviation, qui tente d'en déloger les rebelles.

    Barack Obama avertit Damas contre l'usage d'armes chimiques
    Le président des Etats-Unis, Barack Obama, a mis en garde lundi le régime syrien contre le recours aux armes chimiques contre sa population, une "erreur tragique" qui aurait des "conséquences" selon lui. "Aujourd'hui, je veux dire très clairement à Assad et à ceux qui obéissent à ses ordres que le monde entier [vous] observe", a déclaré le dirigeant lors d'une allocution à Washington.

    Lire : La Syrie a déplacé des armes chimiques pour les sécuriser, selon le Pentagone

    D'après un responsable américain, Damas est en train d'assembler les précurseurs chimiques nécessaires à la fabrication de gaz sarin. Ce puissant neurotoxique provoque une paralysie complète puis la mort. Ses précurseurs chimiques sont en général stockés séparément pour éviter tout accident. Le fait de les mélanger peut donc constituer une étape vers la militarisation du gaz qu'il suffit ensuite de placer dans un missile, un obus ou une bombe. Selon un responsable anonyme cité par le blog spécialisé Danger Room, les Syriens "en sont au point où il suffit de le charger à bord d'un avion et de le larguer" mais les quantités de précurseurs mélangés sont "modestes".

    Risque d'intervention internationale

    L'utilisation d'armes chimiques provoquerait certainement une intervention internationale, a estimé lundi à Washington le ministre des affaires étrangères jordanien. "L'usage d'armes chimiques changerait la donne. Le régime [syrien] sait bien que la communauté internationale n'acceptera pas que ces armes soient utilisées dans différents scénarios, que ce soit par le régime contre son peuple, contre des pays voisins ou si ces armes tombent entre de mauvaises mains", a expliqué Nasser Judeh, dont le pays est frontalier de la Syrie. Aux yeux du chef de la diplomatie jordanienne, "tout ce qui divise la communauté internationale pour mener une action commune changerait certainement en cas d'utilisation d'armes chimiques". "Personne n'y réfléchirait à deux fois pour s'entendre et agir immédiatement", a insisté M. Judeh.

    Le porte-parole du ministère des affaires étrangères syrien a quitté son poste
    Jihad Makdissi "a été poussé à la démission par l'entourage du président, mais pas par le président lui-même, et il est parti avec sa famille lundi par l'aéroport de Beyrouth vers Londres", selon le directeur de l'Obervatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane. "Ces gens étaient jaloux de sa notoriété car il passait souvent sur les télévisions étrangères". "M. Makdissi a été relevé de ses fonctions après avoir improvisé des déclarations sortant du cadre officiel syrien", a rapporté de son côté la chaîne Al-Manar, organe du Hezbollah libanais, proche du régime syrien.

    Les médias officiels n'ont pour le moment pas fait état d'informations. Chrétien de Damas, l'ancien porte-parole a fait sa thèse sur les médias à Londres tout en travaillant à l'ambassade. Il a été rappelé au début de la contestation pour devenir le porte-parole du ministère des affaires étrangères. S'exprimant parfaitement en arabe, en anglais et en français, père de deux enfants, sa famille résidait à Beyrouth, et il venait la voir le week-end, selon des amis.

    L'ONU retire son personnel non essentiel de Syrie

    Vingt-cinq personnes sont concernées, sur une centaine employées par l'organisation internationale, selon une agence de presse dépendant du Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA). L'ONU a également décidé de suspendre tous les déplacements en dehors de Damas, mais maintiendra une présence dans les principales régions du pays, en fonction de la disponibilité du personnel local.

    /.../

    http://www.lemonde.fr/proche-orient/...9139_3218.html

  • #2
    Re: Washington met en garde la Syrie contre l'usage d'armes chimiques

    chemical warfare | Technology and Security
    http://technologysecurity.wordpress....mical-warfare/

    Clip:
    Just last month the U.S. Consul in Turkey reported in a “secret” cable (which was leaked) that the Syrians used chemical weapons in Homs on December 23rd.

    The chemical weapon identified is called by the Syrians Agent 15 and, in fact, it is a CX-level incapacitating agent that causes some temporary sickness and disorientation. The agent is probably 3-Quinuclidinyl benzilate, which is a compound related to atropine (which itself is an antidote for nerve gas). This compound is “controlled” under the Chemical Weapons Convention although Syria is not a signatory to the convention. States who signed the convention should have destroyed chemical weapons and weapons manufacturing by last year, but Level 2 materials are not actually required to be destroyed. (Level 2 or Schedule 2 chemicals supposedly have legitimate small-scale applications. Manufacture must be declared and there are restrictions on export to countries which are not CWC signatories.)

    The issue of incapacitating agents is not resolved under the Convention and most countries have them, including the U.S.

    Probably for this reason the State Department was encouraged to not denounce the Syrian regime for using chemical weapons in Homs.

    Comment

    Working...
    X