Announcement

Collapse
No announcement yet.

Sénégal: Après une nuit de violences, l'opposition veut pousser Wade au départ

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Sénégal: Après une nuit de violences, l'opposition veut pousser Wade au départ

    MONDE Aujourd'hui à 13h05

    Après une nuit de violences, l'opposition veut pousser Wade au départ

    Les opposants au président sortant ont basculé dans la violence après la validation de sa candidature. Samedi matin, le calme était revenu à Dakar.

    15 commentaires

    «Wade brûle le Sénégal», «Nuits d'émeutes dans le pays», «Peur sur le Sénégal», «Wade jubile, le pays brûle»: samedi, les titres de la presse nationale résumaient la fureur de citoyens sénégalais excédés par la validation de la candidature d'Abdoulaye Wade, 85 ans, à la présidentielle de février. Cette décision du Conseil constitutionnel a provoqué de graves violences dans plusieurs villes.

    Un policier mort lynché à coups de pierres à Dakar, émeutes dans plusieurs quartiers, bâtiments incendiés, affrontements entre jeunes et policiers dans la capitale et à Thiès, Kaolack, Matam, Tambacounda: dès l'annonce de la validation de la candidature contestée de Wade, le Sénégal s'est enflammé.



    Samedi matin, le calme était revenu à Dakar qui porte les traces des violences: restes carbonisés de boutiques incendiées, rues encombrées de pierres et pneus brûlés, que les équipes de la municipalité s'affairaient à nettoyer sous la surveillance des forces de l'ordre.

    Les jeunes déçus par les 12 ans du règne Wade

    La décision du Conseil était attendue avec anxiété et les violences prévisibles de la part de Sénégalais, en particulier les jeunes, amèrement déçus par les douze ans de règne du président Wade: ils restent confrontés au chômage, à la vie chère, aux pénuries, aux coupures d'eau et d'électricité.

    Dans la nuit, Abdoul Aziz Diop, un responsable du Mouvement du 23 juin (M23), qui regroupe partis d'opposition et organisations de la société civile à la pointe du combat contre la nouvelle candidature Wade, avait affirmé que le peuple allait «marcher» sur le palais présidentiel. Samedi, interrogé par l'AFP, il n'a pas réitéré cette menace. Il a dit que les leaders du M23 s'étaient réunis «toute la nuit pour étudier la meilleure manière d'organiser la riposte», y compris par d'éventuelles manifestations. «Si la candidature de Wade est maintenue, il n'y aura pas d'élection», a-t-il affirmé, car «aucun candidat du M23 n'ira à une élection» qui aboutirait «à des résultats préfabriqués dès le premier tour».

    /.../

    http://www.liberation.fr/monde/01012...wade-au-depart

  • #2
    Re: Sénégal: Après une nuit de violences, l'opposition veut pousser Wade au départ

    Sénégal: l'opposition lance "la résistance" après de graves violences

    Par Par Stéphane BARBIER et Coumba SYLLA | AFP – il y a 2 heures 11 minutes

    L'opposition a lancé samedi "la résistance" contre le président sénégalais Abdoulaye Wade, 85 ans, malgré la validation de sa candidature à la présidentielle de février par le Conseil constitutionnel qui a provoqué de graves violences dans plusieurs villes.

    Les tenants de cette "résistance", dont les modalités restent à préciser, s'opposent d'ores et déjà à une vague d'arrestations de responsables et partisans du Mouvement du 23 juin (M23), qui regroupe partis d'opposition et organisations de la société civile à la pointe du combat contre la candidature de Wade.

    "Nous nous organisons pour faire face par une résistance contre l'oppression, et nous avons lancé un mot d'ordre à l'ensemble des Sénégalais de se tenir prêts à (y) faire face", a déclaré à la presse Macky Sall, un des dirigeants du M23, candidat à la présidentielle, aux côtés des autres leaders du mouvement.

    Il faut "tout mettre en oeuvre pour que Wade retire sa candidature, parce qu'il n'est pas question qu'il prenne part aux prochaines élections", le scrutin présidentiel du 26 février, a-t-il ajouté. "C'est tout à la fois les marches, les sit-in, la résistance", mais "pas la violence"

    Selon le M23, des "dizaines" de ses militants et responsables ont été arrêtés samedi dans tout le pays, dont son porte-parole, Alioune Tine, célèbre défenseur des droits de l'Homme en Afrique, qui se trouvait samedi soir dans les locaux de la Division des investigations criminelles (DIC) à Dakar.

    Youssou Ndour, dont la candidature a été rejetée par le Conseil constitutionnel, a été "malmené" par des policiers alors qu'il se rendait à la DIC pour soutenir Alioune Tine, selon un de ses porte-paroles, Doudou Sarra.
    Violences prévisibles

    Un policier tué à Dakar, émeutes dans plusieurs quartiers, bâtiments incendiés, affrontements entre jeunes et policiers dans la capitale et à Thiès, Kaolack, Matam, Tambacounda: dès l'annonce de la validation de la candidature contestée de M. Wade, le Sénégal s'est enflammé.

    /.../

    http://fr.news.yahoo.com/s%C3%A9n%C3...051510070.html

    Comment

    Working...
    X