Announcement

Collapse
No announcement yet.

Tensions à Jérusalem-est

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Tensions à Jérusalem-est

    Les tensions restent vives à Jérusalem-est

    Le Monde.fr avec AFP | 26.10.2014 à 09h18

    /.../


    CRAINTE DE L'EMBRASEMENT GÉNÉRALISÉ

    Jérusalem-est, annexée et occupée par Israël, est en proie depuis l'été à des tensions grandissantes qui font craindre un embrasement généralisé.

    Elles ont encore augmenté depuis mercredi, à Silwan surtout, après qu'un Palestinien de 21 ans eut, délibérément selon les autorités israéliennes, lancé sa voiture sur un arrêt de tramway. Un bébé de trois mois a été tué et six Israéliens blessés.

    Abdelrahmane Shalodi, l'auteur des faits qualifiés d'attentat terroriste par les autorités israéliennes, est mort après avoir été abattu par un policier alors qu'il tentait de prendre la fuite à pied. Depuis lors, au moins quatre ou cinq cents policiers supplémentaires ont été déployés à Jérusalem pour « prévenir et réagir à tout incident », a dit M. Rosenfeld.

    http://www.lemonde.fr/proche-orient/...2563_3218.html

  • #2
    Re: Tensions à Jérusalem-est

    Quatre questions posées par les émeutes de Jérusalem-Est
    Le Monde.fr | 28.10.2014 à 16h45 • Mis à jour le 29.10.2014 à 09h48 |
    Par Piotr Smolar (Jérusalem, correspondant)

    /.../

    COMMENT ONT RÉAGI LES AUTORITÉS ISRAÉLIENNES ?
    En deux temps. Dans les heures qui ont suivi le drame d’Ammunition Hill, le gouvernement a dénoncé un acte terroriste, en rendant responsable aussi bien le Hamas que l’Autorité palestinienne. Le premier ministre, Benjamin Nétanyahou, a mis en cause son président, Mahmoud Abbas, pour avoir appelé les Palestiniens à défendre par « tous les moyens » le Mont du Temple contre les visites de juifs orthodoxes. L’accès au lieu saint a été limité par les Israéliens aux Palestiniens de plus de 40 ans. « Nous assistons à la faiblesse de la communauté internationale contre ces actions du président de l’Autorité palestinienne, a assuré M. Nétanyahou. Ils ne sont pas prêts à lui adresser deux mots critiques, ou rien qu’un seul. » Après une rencontre avec les responsables de la sécurité, le cabinet du premier ministre a fait savoir que « la souveraineté serait mise en œuvre dans tous les quartiers de la ville par le déploiement de forces supplémentaires ». Des centaines de policiers sont arrivés en renforts. Des moyens de surveillance aériennes ont été aussi mobilisés.

    A Har Homa , le 27 octobre.
    Alors même que les émeutes se poursuivaient, le cabinet du premier ministre a ensuite annoncé, lundi matin, l’étude du plan de construction de 1060 logements dans les quartiers juifs de Ramat Shlomo et de Har Homa, à Jérusalem-Est. Les détails n’ont pas été communiqués. Selon la presse israélienne, il ne s’agirait pas d’une initiative nouvelle, mais de la réanimation d’un plan ancien. L’annonce vise d’abord à rassurer la base radicale de la coalition gouvernementale et les organisations de colons, qui espèrent la construction de milliers de logements neufs en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Elle a été perçue comme une escalade et une provocation par les Palestiniens. « Nous avons construit à Jérusalem par le passé, a rétorqué M. Nétanyahou mardi à Ashdod, nous construisons en ce moment même à Jérusalem, et nous continuerons à construire à Jérusalem. » Lundi, s’exprimant devant la Knesset à l’occasion de la rentrée parlementaire, le premier ministre avait lancé : « Les Français construisent à Paris, les Anglais à Londres, les Israéliens à Jérusalem. Devons-nous dire aux Juifs de ne pas vivre à Jérusalem car cela va provoquer des choses ? »

    QUELLES ONT ÉTÉ LES RÉACTIONS INTERNATIONALES ?
    Les Etats-Unis ont une nouvelle fois condamné les projets de construction du gouvernement israélien. « Nous considérons les activités de colonisation illégitimes et nous nous opposons sans équivoque à toute décision unilatérale qui fait du tort à l’avenir de Jérusalem », a déclaré la porte-parole du département d’Etat, Jennifer Psaki. « Les dirigeants israéliens ont affirmé qu’ils soutiendraient un chemin vers une solution à deux Etats, mais ce type d’action serait incompatible avec les efforts de paix », a-t-elle ajouté. L’Union européenne a appelé Israël à « revenir d’urgence » sur cette décision qualifiée de « peu judicieuse et inopportune ».

    De son côté, la Jordanie, membre non-permanent du Conseil de sécurité qui intervient souvent comme un porte-parole des Palestiniens, a demandé lundi que les 15 membres du Conseil se réunissent d’urgence pour discuter des projets de construction israéliens à Jérusalem-Est, annexée par les Israéliens depuis 1967, occupée en contradiction avec le droit international.

    Piotr Smolar (Jérusalem, correspondant)
    Reporter

    http://www.lemonde.fr/proche-orient/...3928_3218.html

    Comment

    Working...
    X