Announcement

Collapse
No announcement yet.

Pakistan: des talibans attaquent une école, 141 morts et 125 blessés

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Pakistan: des talibans attaquent une école, 141 morts et 125 blessés

    Pakistan: des talibans attaquent une école, 95 victimes

    Saad Khan
    16-12-2014 | 02h33

    PESHAWAR - Un commando rebelle taliban a attaqué mardi matin une école pour enfants de militaires, tuant au moins 95 personnes, dont 82 écoliers, à Peshawar, principale ville du nord-ouest du Pakistan, selon les autorités.

    L'armée est rapidement intervenue sur place et des échanges de tirs se poursuivaient en début d'après-midi dans l'établissement où se trouvaient plusieurs centaines d'élèves, dont on ne savait combien restaient otages ou prisonniers des combats, faisant craindre un bilan bien plus lourd.

    L'assaut a été immédiatement revendiqué par le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), principal groupe rebelle islamiste du pays, qui a indiqué vouloir ainsi venger l'offensive militaire, baptisée Zarb-e-Azb, en cours contre lui dans la région.

    Cette attaque est l'une des plus sanglantes perpétrées depuis plusieurs mois par le TTP, proche d'Al-Qaïda et qui combat le gouvernement depuis 2007, et l'une des plus fortes symboliquement car visant des enfants de ses ennemis soldats et officiers.

    «Nous l'avons menée après une enquête qui a indiqué que les enfants de plusieurs haut responsables de l'armée étudient dans cette école», a expliqué à l'AFP Muhammad Khurasani, un porte-parole du TTP, en revendiquant l'attaque.

    Celle-ci a débuté vers 10 h 30 locales lorsque 5 ou 6 talibans déguisés en militaires ont pris d'assaut l'école, située dans les faubourgs de la ville et à la lisière des zones tribales, selon des sources concordantes.

    /.../

    http://fr.canoe.ca/infos/internation...16-023358.html

  • #2
    Re: Pakistan: des talibans attaquent une école, 95 victimes

    Un carnage sans précédent traumatise le Pakistan

    LE MONDE | 17.12.2014 à 11h13 • Mis à jour le 17.12.2014 à 13h04 | Par Frédéric Bobin (Kaboul, envoyé spécial)

    C’est un Pakistan en état de choc qui tentait, mercredi 17 décembre, de prendre toute la mesure du carnage sans précédent qui a ensanglanté, la veille, une école accueillant des enfants de militaires à Peshawar (nord-ouest), attaquée par un commando taliban. « Que dire du pays où cela se produit ? », interrogeait un éditorial incrédule du quotidien The News, commentant l’assaut de l’établissement (Army Public School de Peshawar) dont le bilan s’élevait mercredi dans la matinée à 141 tués, dont 132 élèves, et environ 125 blessés.

    Les circonstances de l’attaque durant laquelle les victimes ont été froidement criblées de balles par des assaillants semant la mort de salle en salle ont jeté l’effroi dans un pays pourtant accoutumé à une violence quotidienne. Il s’agit de l’attaque terroriste la plus sanglante jamais répertoriée au Pakistan. Les témoignages de solidarité ont afflué des grandes capitales à travers le monde, le président américain, Barack Obama, dénonçant une attaque « atroce » et François Hollande condamnant un acte « ignoble ».

    « Bêtes inhumaines »

    Evénement exceptionnel, le premier ministre de l’Inde rivale, Narendra Modi, a décroché son téléphone pour exprimer ses condoléances à son homologue pakistanais, Nawaz Sharif. Au Pakistan même, passé l’émotion, les dirigeants ont multiplié les déclarations martiales annonçant que le crime ne restera pas impuni. « Nous poursuivrons ces bêtes inhumaines », a lancé le chef d’état-major de l’armée, Raheel Sharif. L’assaut de Peshawar a été revendiqué par le Tehrik-e-Taliban Pakistan (TTP), la principale coalition des talibans pakistanais. Un porte-parole du TTP a justifié l’attaque comme une réponse à l’offensive déclenchée en juin par l’armée au Nord-Waziristan, la zone tribale frontalière de l’Afghanistan qui abritait jusque-là les principaux groupes djihadistes de la région. Six mois d’opérations militaires ont fait autour de 1 600 tués chez les talibans, selon l’AFP. Ce bilan s’ajoute à une violence politique multiforme qui a fait autour de 50 000 morts au Pakistan depuis dix ans. La guerre dans les zones tribales de la bande frontalière avec l’Afghanistan en est le principal foyer.

    L’attaque de mardi 16 décembre survient, paradoxalement, à un moment où le TTP semblait affaibli

    Une nouvelle flambée d’affrontements après la tuerie de Peshawar est à prévoir dans les jours et les semaines à venir. L’attaque de mardi 16 décembre survient, paradoxalement, à un moment où le TTP semblait affaibli. Délogé de son bastion historique du Sud-Waziristan en 2009, l’organisation s’était repliée dans le Nord-Waziristan jusqu’à en être chassée récemment à la suite de l’opération de l’armée baptisée « Zarb-e-Azb « (« Attaque de l’épée du Prophète » en ourdou). Depuis environ un an, le TTP était secoué de vives turbulences. L’élimination, en novembre 2013 par un drone américain, de son ex-chef suprême, Hakimullah Mehsud, avait ouvert une violente crise de succession. Le mollah Fazlullah en émergea grand vainqueur. Mais l’épisode laissa des traces : Fazlullah, premier chef du TTP à n’être pas issu de la tribu Mehsud du Sud-Waziristan, eut les plus grandes difficultés à imposer son autorité.

    /.../

    http://www.lemonde.fr/asie-pacifique...1886_3216.html
    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/asie-pacifique...pMTQeB1cfvX.99

    Comment

    Working...
    X