Announcement

Collapse
No announcement yet.

L'ONU admet l'urgence au Mali mais reste prudente sur une force militaire

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • L'ONU admet l'urgence au Mali mais reste prudente sur une force militaire

    L'ONU admet l'urgence au Mali mais reste prudente sur une force militaire

    De Cécile FEUILLATRE (AFP) – Il y a 11 heures

    NEW YORK (nations unies) — La communauté internationale a admis mercredi la gravité et l'urgence de la situation au Mali, dont le nord est sous la coupe de groupes extrémistes, mais la constitution d'une force internationale réclamée par Bamako semble encore lointaine.

    Lors d'une réunion en marge de l'Assemblée générale de l'ONU consacrée à la crise sahélienne mais largement centrée sur le Mali, le Premier ministre malien Cheikh Modibo Diarra a répété la demande de Bamako, officiellement envoyée la semaine dernière au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

    "Nous sollicitons l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité pour la mise en place d'une force militaire internationale composée de tous ceux qui veulent et peuvent nous aider à reconquérir les territoires occupés dans le nord", a-t-il déclaré, insistant sur la nécessité d'"agir vite".

    Bamako et la Cédéao (Communauté des Etats d'Afrique de l'Ouest) se sont mis d'accord la semaine dernière sur les grandes lignes d'une intervention, dont les troupes seraient ouest-africaines mais bénéficieraient d'un soutien logistique d'autres pays.

    Cette demande pressante du Mali a été relayée par plusieurs responsables africains, et, côté occidental, par la France qui a d'importants intérêts en jeu dans la région.

    "La France demande au plus vite une nouvelle convocation du Conseil de sécurité de l'ONU" pour examiner la demande malienne, a déclaré le président français François Hollande, qui souhaite que les forces soient définies "dans les prochaines semaines".

    "Quand un territoire grand comme la France est occupé par des groupes terroristes (...) alors nous sommes devant une menace qui concerne l'ensemble du monde", a-t-il averti.

    François Hollande a souhaité que la définition de la force africaine soit bouclée "dans les prochaines semaines".

    /.../

    http://www.google.com/hostednews/afp...0e1e1f2004.691
Working...
X