Announcement

Collapse
No announcement yet.

La chute de la monnaie iranienne écarte la perspective d'une frappe israélienne

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • La chute de la monnaie iranienne écarte la perspective d'une frappe israélienne

    Publié le 5 octobre 2012


    La chute de la monnaie iranienne écarte la perspective d'une frappe israélienne

    En Iran, les sanctions américaines et européennes portent leurs fruits : les réserves de devises et les ventes de pétrole ont chuté de manière drastiques. Conséquence directe : la monnaie ne vaut plus rien ... et les gens ont faim.

    La chute de la monnaie iranienne depuis le début de cette semaine est la preuve la plus tangible de l’efficacité des sanctions mises en place par certains pays occidentaux à l’encontre de l’Iran du fait de son programme nucléaire. En effet, depuis lundi dernier, le Rial a perdu plus de 40% de sa valeur par rapport aux principales devises dont le Dollar et l’Euro. Cette chute est à mettre en perspective par rapport à la baisse relativement graduelle qu’a connue la monnaie iranienne par rapport au Dollar depuis le début de cette année. Ainsi, le Rial iranien, sur les dix derniers mois a perdu presque 80% de sa valeur.

    La chute brutale de cette semaine a causé les premières émeutes populaires depuis les élections contestées du président Ahmadinéjad. Elle a aussi entrainé la fermeture du Bazar, le poumon de l’économie iranienne, du fait de l’incapacité des commerçants à fixer un prix pour leurs marchandises. Le Président Ahmadinéjad a d’ailleurs était pris à partie par la population qui l’a qualifié de traitre par rapport à l’économie du pays. La perte de valeur du Rial a deux raisons majeures. En premier lieu, incontestablement elle est due aux erreurs décisionnelles du pouvoir dans la gestion du contrôle des changes. Le fait déclencheur de cette chute était d’ailleurs motivé par l’incapacité du pouvoir à approvisionner le marché en devises au lendemain de l’ouverture d’un bureau des changes étatiques. Cette incapacité a créé un vent de panique au sein de la population avec une ruée vers le billet vert uniquement disponible sur le marché libre.

    /.../

    Le seul côté positif pour l’Iran de l’efficacité des sanctions à l’encontre de son économie, si on peut parler ainsi, est que l’argumentaire israélien, selon lequel les sanctions sont inopérantes, perd de sa pertinence et renforce la position américaine défendue par le Président Obama quant à la nécessité de donner davantage de temps sur la question du nucléaire. Ainsi, plus la monnaie iranienne baisse plus s’éloigne le risque de frappe israélienne.

    http://www.atlantico.fr/decryptage/c...ni-502642.html
Working...
X