Announcement

Collapse
No announcement yet.

Irak: Les forces spéciales canadiennes ont combattu Daesh au sol - Nouveaux échanges de tirs

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Irak: Les forces spéciales canadiennes ont combattu Daesh au sol - Nouveaux échanges de tirs

    TERRORISME Le Canada a avoué Que SES Soldats d'élite Ontario participe à l'ONU échange de tirs Avec le groupe terroriste ...
    VIDEO. Irak: Les forces Spéciales Canadiennes Ont combattu Daesh au sol
      • Créé le 19/01/2015 à 21h23
      • Mis à jour le 20/01/2015 à 08:48
    Les forces Spéciales Canadiennes Ont combattu recemment des Membres de l'organisation de l'Etat islamique, Alors qu'elles effectuaient des Repérages sur le devant Avec l'armée irakienne, un CE lundi de announced l'État-major canadien. Une informations OFFICIELLE Il s'agit du premier engagement officiel au sol d'Un pays de la coalition internationale Menée par les Etats-Unis contre Daesh. Comme la France, Le Canada a Déployé des Avions de chasse et des forces Spéciales en l'Irak, tout en insistant sur ​​le that CES Soldats Servent un ancien des troupes de Bagdad et des milices kurdes. Le Gouvernement canadien a le droit Plaide à «l «auto-défense» versez tentatives de viol this accrochage. «Le that Nous ayons eu non échange de coups de feu Avec l'organisation de l'Etat islamique ne signifié pas Qué CELA Soit Devenu Une mission de combat», a la déclarer à la presse le général Michael Rouleau , commandant des forces d ' du Canada opérations . /.../ http://www.20minutes.fr/monde/152091...attu-daesh-sol










  • #2
    MISSION EN IRAK Les soldats ont combattu l’EI au sol

    Il s’agit d’un cas de «légitime défense», pas d’un changement de mission, affirme Ottawa

    20 janvier 2015 | Marie Vastel - Correspondante parlementaire à Ottawa | Canada
    Stephen Harper a beau avoir promis une mission sans combat terrestre en Irak, les soldats déployés au pays ont échangé des coups de feu avec le groupe État islamique (EI). Le gouvernement clame qu’il s’agit simplement de légitime défense. Mais l’opposition et certains spécialistes arguent que c’est un travestissement de la mission originale.
    Début octobre, le premier ministre s’est levé en Chambre pour annoncer que le Canada irait aider ses alliés à combattre le groupe armé État islamique en Irak. «Le gouvernement du Canada ne déploiera pas de militaires dans le cadre d’opérations de combat terrestre», stipulait sa résolution déposée aux Communes.
    Trois mois plus tard, son armée vient de révéler que des membres des forces spéciales ont été la cible de tirs la semaine dernière. Ces soldats, qui conseillent les forces irakiennes, le font loin des lignes de front «80% du temps», a révélé le brigadier-général Michael Rouleau, commandant des Forces d’opérations spéciales du Canada, après que le gouvernement eut martelé tout l’automne que ses soldats n’approcheraient pas des combats.
    Or, la semaine dernière, certains membres de la mission sont allés au front. Ils venaient d’établir une stratégie avec les forces irakiennes, dans un bureau, à «plusieurs kilomètres»des combats. Mais il fallait aller sur place pour vérifier si le plan de match tenait sur le terrain. «Dès qu’ils sont arrivés, ils ont été la cible de tirs très efficaces et très directs», a rapporté le brigadier-général lors de cette première séance d’information sur le rôle des forces spéciales en Irak. Les Canadiens n’ont pas été blessés. Mais ils ont répliqué. «Ils ont neutralisé la menace.» Un premier échange du genre en trois mois de mission. De la légitime défense, a résumé l’armée.
    Un dangereux engrenage
    La question n’a pas tardé : est-ce dire alors que le mandat de cette mission a changé ? «Le fait qu’on ait eu un échange de tirs avec l’EI ne veut pas dire que c’est devenu une mission de combat», a rétorqué le brigadier-général Rouleau. «Ce genre de choses peut se produire. Ce genre de choses nous est arrivé dans le passé, quand on portait des casques bleus en Bosnie.»
    Cette distinction entre combat et légitime défense ne tient pas la route aux yeux du NPD.«C’est troublant de voir qu’effectivement nos forces canadiennes effectuent des combats au sol, alors qu’on nous a dit depuis le départ que ce ne serait pas le cas et qu’on essaie de cadrer le tout autour de l’aide logistique», a dénoncé la députée Élaine Michaud.

    /.../

    http://www.ledevoir.com/politique/ca...tu-l-ei-au-sol

    Comment


    • #3
      Extrait:
      Le point de presse de lundi a permis d'en apprendre davantage surles tâches des soldats canadiens sur le terrain, que l'armée avait gardées presque entièrement secrètes jusqu'ici. M. Rouleau a affirmé que les soldats fournissaient de l'aidestratégique aux soldats kurdes, ce qui les amène parfois à se rendre sur les champs de bataille. Ils ont aussi offert de la formation aux troupes locales,notamment sur l'utilisation de mortiers et de grenades propulsées par des fusées. Des professionnels de la santé sont aussi sur place pour leur apprendre les premiers soins. Selon le brigadier-général, environ 80 pour cent du temps, les soldats sont très loin du front.
      Lorsque le ministre de la Défense du Canada Rob Nicholson a autorisé le déploiement des quelque 60 soldats, au mois d'octobre, il a insisté qu'ils allaient seulement jouer un rôle de soutien. Le porte-parole du premier ministre Harper Jason MacDonald a réitéré que les troupes canadiennes ne menaient pas d'offensive. «Une mission de combat, c'est quand les troupes avancent et veulent s'impliquer physiquement, agressivement et directement avecleur ennemi. Ce n'est pas le cas avec cette mission', a-t-il tranché. Il a ajouté que le travail des soldats canadiens comportait ses risques, même s'ils demeurent moindres.
      Les Forces spéciales canadiennes ont mené 13 frappes aériennes en Irak depuis la fin du mois de novembre avec la coalition internationale dirigée par les États-Unis. Dans ces missions, les avions sont postés près des combats, utilisant des pointeurs laser pour larguer leurs bombes avec précision.
      Le nombre peu élevé de frappes a suscité plusieurs questions depuis le début de l'intervention de la coalition. Les Américains ont, depuis, augmenté leurs troupes pour aider à mieux identifier les cibles, ce qui aurait ralenti les opérations auparavant.

      http://www.985fm.ca/international/no...-c-426752.html

      Comment


      • #4
        Conflit syrien : onde de choc au Moyen-Orient Le Canada, seul pays à avoir essuyé des tirs en Irak

        Mise à jour le lundi 26 janvier 2015 à 21 h 27 HNE

        OPTIONS DE PARTAGLe Canada est le seul pays de la coalition internationale contre le groupe armé État islamique (EI) à avoir été la cible de tirs ennemis sur le terrain en Irak, a affirmé lundi à CBC la Force opérationnelle interarmées en Irak chapeautée par les États-Unis.


        Le Canada est le seul pays de la coalition internationale contre le groupe armé État islamique (EI) à avoir été la cible de tirs ennemis sur le terrain en Irak, a affirmé lundi à CBC la Force opérationnelle interarmées en Irak chapeautée par les États-Unis.

        L'organisation ne précise toutefois pas pourquoi seuls les soldats canadiens ont été ciblés à ce stade-ci. « Il n'y a pas de réponse claire. Tous les membres de la coalition se gardent un droit de légitime défense et prennent les moyens appropriés pour contrer les menaces perçues », répond un porte-parole de l'organisation.
        /.../
        Nouveaux échanges de tirs
        Par ailleurs, l'armée canadienne a fait part lundi de nouveaux cas d'échanges de tirs entre ses forces spéciales et des combattants de l'État islamique, la semaine dernière, en Irak.
        Le capitaine de vaisseau Paul Forget, du Commandement des opérations interarmées du Canada, a indiqué que ces événements sont similaires à celui annoncé la semaine dernière.
        Dans tous ces cas, a-t-il expliqué, les soldats canadiens, qui étaient près de la ligne de front avec des militaires irakiens, ont essuyé des tirs de djihadistes de l'EI et y ont riposté, neutralisant la menace. En somme, un geste de « légitime défense », a ajouté l'officier.

        /.../
        Le NPD veut un débat d'urgence aux Communes
        Sans surprise, le sujet a retenti à Ottawa, où le chef de l'opposition officielle, Thomas Mulcair, a demandé au président de la Chambre des communes de tenir un débat d'urgence sur « l'expansion croissante de la mission » du Canada en Irak.

        /.../

        http://ici.radio-canada.ca/nouvelles...slamique.shtml


        Comment

        Working...
        X