Announcement

Collapse
No announcement yet.

Il faut empêcher un nouveau génocide en Afrique, dit Ban Ki-moon

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Il faut empêcher un nouveau génocide en Afrique, dit Ban Ki-moon

    Il faut empêcher un nouveau génocide en Afrique, dit Ban Ki-moon

    5 avril 2014 15h17 | Agence France-Presse | Actualités internationales

    Bangui — Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a appelé samedi à Bangui les Centrafricains et la communauté internationale à se mobiliser pour empêcher un nouveau génocide en Afrique, 20 ans après le Rwanda, lors d’une visite dans ce pays livré à «une épuration ethnico-religieuse».

    «D’ici, je vais directement à Kigali pour commémorer [lundi] le 20e anniversaire du génocide rwandais», a lancé M. Ban dans un discours au parlement provisoire. Il effectuait une escale de quelques heures à Bangui sur la route du Rwanda, destinée à réclamer le déploiement avant la fin 2014 d’une opération de maintien de la paix de l’ONU en Centrafrique.

    «C’est votre responsabilité à tous — en tant que leaders — d’assurer que nous n’aurons jamais à commémorer un tel anniversaire en Centrafrique. Ne répétez pas les erreurs du passé, n’oubliez pas d’en tirer les leçons», a-t-il dit à la tribune du Conseil national de transition (CNT), le parlement provisoire.

    «Une épuration ethnico-religieuse est une réalité» en Centrafrique, a souligné le secrétaire général, qui s’est également entretenu avec la présidente centrafricaine de transition, Catherine Samba Panza.

    La Centrafrique s’est enfoncée dans un cycle infernal de violences intercommunautaires et interreligieuses qui ensanglante le pays depuis un an.

    «De nombreux membres de la minorité musulmane ont fui. Musulmans et chrétiens sont exposés à un danger mortel du simple fait de leur appartenance à une communauté ou de leur croyance», a-t-il dit, rappelant que «des crimes atroces sont commis ici».

    «La communauté internationale a fait défaut aux Rwandais il y a 20 ans. Et nous risquons de ne pas en faire assez pour les Centrafricains aujourd’hui», a-t-il poursuivi devant l’assemblée.

    Camp de déplacés

    Avant de s’exprimer au CNT, M. Ban — protégé par un dispositif de sécurité impressionnant déployé par les forces internationales, dont un hélicoptère de combat français survolant en permanence le cortège — s’est rendu aux abords du camp de déplacés de l’aéroport où s’entassent des dizaines de milliers d’hommes, femmes et enfants dans des conditions sanitaires déplorables. «J’ai entendu leurs histoires effroyables», a-t-il dit.

    Ensuite, dans le quartier du PK-5, où des musulmans sont encerclés depuis des semaines par des miliciens majoritairement chrétiens anti-balaka et des bandes de pillards, il s’est entretenu avec l’imam de la grande mosquée du quartier. «Je suis très triste de ce que j’ai vu», a-t-il commenté.

    /.../

    http://www.ledevoir.com/internationa...ide-en-afrique
Working...
X