Announcement

Collapse
No announcement yet.

Côte d’Ivoire - Les enfants séparés ne sont pas encore rentrés chez eux

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Côte d’Ivoire - Les enfants séparés ne sont pas encore rentrés chez eux

    CÔTE D'IVOIRE: Les enfants séparés ne sont pas encore rentrés chez eux




    "Juliana" (dont on ne connaît pas le vrai nom) à l’orphelinat Sainte Philomène à Man. Elle faisait partie d’un groupe de personnes qui avaient fui les massacres de masse de Bloléquin au début de 2011

    MAN, 1 février 2012 (IRIN) - Des centaines d’enfants ivoiriens ont été séparés de leurs parents quand les gens ont fui leur village au milieu des violences post-électorales de 2011. Selon le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), neuf mois après la fin officielle du conflit, seul un quart de ces enfants ont retrouvé leur famille.

    La plupart d’entre eux vivent chez des étrangers qui ont proposé de les accueillir. « J’ai du mal à les entretenir, mais Dieu est grand, » a dit Brigitte Lahou, une agricultrice de subsistance.

    En mars 2011, elle a recueilli trois enfants séparés chez elle, près de Danané, en Côte d’Ivoire occidentale. L’une des enfants, Doriane, 6 ans, est maintenant en relation avec son père et va bientôt rentrer chez elle. Cependant les deux autres, Davila, 8 ans et Junior, sept ans, n’ont toujours pas vu leurs parents depuis qu’ils sont partis.

    «[Davila] a perdu sa famille en cours de route et elle n’arrive pas à expliquer d’où elle est venue. Elle pleurait quand elle est arrivée, » a indiqué Mme Lahou, devant sa maison de bois délabrée.
    L’UNICEF et ses partenaires ont documenté la situation de 686 enfants ivoiriens qui ont été séparés ou n’étaient pas accompagnés, à la suite du conflit de 2011 qui a provoqué le déplacement d’un million de personnes. Les archives indiquent que 137 d’entre eux ont retrouvé leur famille et que 60 sont rentrés par leurs propres moyens.

    Le rapport de situation hebdomadaire de l’ONU du 9 au 18 janvier, compilé par le Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires de l’ONU (OCHA), montre également que quelque 1 600 enfants non accompagnés ou séparés vivent encore dans des camps de réfugiés au Liberia, dans les comtés de Nimba et de Grand Gedeh. Il reste encore quelque 128 000 réfugiés au Libéria.

    Lire la suite:
    http://www.irinnews.org/fr/reportfre...reportid=94772
    "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
    -Nelson Mandela
Working...
X