Announcement

Collapse
No announcement yet.

Bahreïn: la commission indépendante dénonce l'usage "excessif" de la force

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Bahreïn: la commission indépendante dénonce l'usage "excessif" de la force

    DÉPÊCHES Aujourd'hui à 22h04

    Bahreïn: la commission indépendante dénonce l'usage "excessif" de la force

    MANAMA (AFP) - Une Commission d'enquête indépendante sur la répression de la contestation à Bahreïn a dénoncé mercredi un "usage excessif et injustifié de la force" de la part des autorités, qui ont accepté ses conclusions et que Washington a appelées à punir les auteurs de violations.

    Dans son rapport, cette instance, chargée par le roi Hamad Ben Issa Al-Khalifa d'enquêter sur les troubles qui ont secoué ce petit Etat du Golfe en février/mars dans le sillage du Printemps arabe, a en outre affirmé ne pas avoir trouvé de preuve d'une implication de l'Iran.

    Le gouvernement de Bahreïn a annoncé "accueillir favorablement les résultats de l'enquête" et "reconnaître ses critiques", alors que le roi a promis des "réformes" pour "réaliser l'entente nationale".

    Les autorités "ont eu recours à un usage injustifié et excessif de la force", notamment dans le but de "terroriser" les contestataires, à majorité chiites, a annoncé le président de la Commission, le juriste Chérif Bassiouni, lors d'une cérémonie retransmise par la télévision officielle, en présence du roi.

    La Commission a également constaté que "la torture a été pratiquée de façon délibérée" à l'encontre des personnes arrêtées, dans le but de "leur arracher des aveux" ou "les punir ou se venger", a-t-il dit.

    M. Bassiouni a cependant indiqué que ces pratiques avaient eu lieu "contrairement aux ordres" des plus hautes sphères du gouvernement.

    Il a déploré que les autorités ne soient pas intervenues pour "arrêter les mauvais traitements de la part des responsables" dans ce royaume gouverné par une dynastie sunnite.

    Le rapport a indiqué que 35 personnes --30 civils et 5 membres des forces de sécurité-- avaient trouvé la mort lors des troubles, alors que les autorités avancent le chiffre de 24 morts dont 4 policiers. Parmi les civils morts, cinq sont décédés sous la torture, selon le texte.

    Le département d'Etat américain s'est félicité de la publication du rapport et des réformes promises, estimant qu'il "offre à Bahreïn une chance historique de faire se rejoindre le peuple de Bahreïn et le roi".

    La Maison Blanche a appelé de son côté le gouvernement de Bahreïn à punir les auteurs de violations des droits de l'Homme et "de mettre en place des changements institutionnels pour que de telles violences ne se produisent plus".

    Le principal groupe de l'opposition chiite, Al-Wefaq, a appelé pour sa part au limogeage du gouvernement actuel et à la mise en place d'un "gouvernement de salut national".

    /.../

    http://www.liberation.fr/depeches/01...if-de-la-force
Working...
X