Announcement

Collapse
No announcement yet.

Une maladie mortelle (syndrome du nez blanc) pourrait décimer les chauves-souris canadiennes

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Une maladie mortelle (syndrome du nez blanc) pourrait décimer les chauves-souris canadiennes

    <IFRAME style="Z-INDEX: 100000; BORDER-BOTTOM: 0px; POSITION: absolute; BORDER-LEFT: 0px; WIDTH: 1px; HEIGHT: 1px; BORDER-TOP: 0px; TOP: 0px; BORDER-RIGHT: 0px; LEFT: 0px" id=_atssh573 title="AddThis utility frame" height=1 src="//s7.addthis.com/static/r07/sh74.html#iit=1330384286677&cb=0&kw=&ab=-&dh=www.flutrackers.com&dr=&du=http&#37;3A%2F%2Fww w.flutrackers.com%2Fforum%2Fshowthread.php%3Fp%3D4 44322&dt=&md=2&inst=1&jsl=0&lng=en-us&ogt=&pc=men&pub=&ssl=0&sid=4f4c0d9b122ab057&srd =1&srf=0.02&srp=0.2&srl=1&srx=1&ver=200&xck=0&xtr= 0&og=%5Bobject%20Object%5D&rev=109333&xld=1&xd=1 " width=1 name=_atssh573 frameborder="0"></IFRAME>
    <IFRAME style="Z-INDEX: 100000; BORDER-BOTTOM: 0px; POSITION: absolute; BORDER-LEFT: 0px; WIDTH: 1px; HEIGHT: 1px; BORDER-TOP: 0px; TOP: 0px; BORDER-RIGHT: 0px; LEFT: 0px" id=_atssh555 height=1 src="//s7.addthis.com/static/r07/sh14.html#ab=-&dh=www.flutrackers.com&dr=&du=http%3A%2F%2Fwww.fl utrackers.com%2Fforum%2Fnewthread.php%3Fdo%3Dpostt hread%26f%3D1389&dt=&inst=1&lng=en-us&pc=men&pub=&sid=4baf7c1e1e211d93&srf=0.02&srp=0 .2&srx=0.073&ver=200&xck=0&rev=75168" frameBorder=0 width=1 name=_atssh555></IFRAME>
    <!-- fin-photo -->
    Une maladie mortelle pourrait d&#233;cimer les chauves-souris canadiennes

    La Presse Canadienne 24/03/2010 14h56

    Une maladie mortelle qui a d&#233;cim&#233; des colonies de chauves-souris aux &#201;tats-Unis a fait son apparition en Ontario. Cette myst&#233;rieuse maladie est appel&#233;e &#171;syndrome du nez blanc&#187; en raison de l'anneau de champignon blanc qui appara&#238;t autour du museau de certains animaux contamin&#233;s.

    Des scientifiques estiment que cette maladie a tu&#233; plus d'un million de chauves-souris dans le nord-est des &#201;tats-Unis en l'espace de trois ou quatre ans. En Ontario, des chauves-souris atteintes du syndrome du nez blanc ont &#233;t&#233; signal&#233;es pr&#232;s des municipalit&#233;s de Bancroft, Flesherton et Kirkland Lake.

    Le syndrome du nez blanc n'est pas consid&#233;r&#233; comme une menace &#224; la sant&#233; publique. Cependant, le minist&#232;re des Richesses naturelles de la province est pr&#233;occup&#233; par les r&#233;percussions de cette maladie sur les chauves-souris qui sont un &#233;l&#233;ment important de la biodiversit&#233;. Si la population de chauves-souris diminue, le nombre d'insectes qui endommagent les r&#233;coltes et les arbres risque d'augmenter.
    .../

    http://www2.canoe.com/infos/environnement/archives/2010/03/20100324-145644.html
    "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
    -Nelson Mandela

  • #2
    Re: Une maladie mortelle (syndrome du nez blanc) pourrait décimer les chauves-souris canadiennes

    Ontario
    Syndrome du museau blanc
    Un champignon qui décime les chauves-souris


    Mise à jour le lundi 17 janvier 2011 à 16 h 54
    <SCRIPT language=javascript type=text/javascript> oSrc.oPlusX.writeBarPartage('top'); </SCRIPT>PartagerCourrielFacebookTwitter
    Imprimer



    La propagation du syndrome du museau blanc chez la chauve-souris inquiète grandement les biologistes canadiens.

    Causé par un champignon d'origine européenne, le syndrome s'attaque aux chauves-souris en hibernation dans les grottes et les mines abandonnées.
    Plus de neuf chauves-souris atteintes sur 10 en meurent. Le syndrome du museau blanc a été détecté pour la première fois en 2006 dans l'État de New York. Des cas ont par la suite été constatés au Massachusetts, au Connecticut, au New Jersey, en Virginie-Occidentale, en Pennsylvanie, en Virginie, au New Hampshire, au Tennessee, au Maryland, au Vermont, au Delaware, au Missouri, à l'Oklahoma, au Québec et en Ontario.

    Le biologiste au ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec, Julien Mainguy, mentionne que le syndrome du museau blanc « va continuer à se propager à un rythme assez effarant ».

    /.../

    http://www.radio-canada.ca/regions/O...au-blanc.shtml

    Comment


    • #3
      Re: Une maladie mortelle (syndrome du nez blanc) pourrait décimer les chauves-souris canadiennes

      <TABLE class=contentpaneopen><TBODY><TR><TD class=contentheading width="100%">Une infection mortelle décime les colonies de chauves-souris </TD><TD class=buttonheading width="100%" align=right></TD><TD class=buttonheading width="100%" align=right></TD><TD class=buttonheading width="100%" align=right></TD></TR></TBODY></TABLE><TABLE class=contentpaneopen><TBODY><TR><TD>Nouvelles générales - Science </TD></TR><TR><TD vAlign=top>Écrit par Louis M. Gagné </TD></TR><TR><TD class=createdate vAlign=top>Samedi, 23 avril 2011 07:13 </TD></TR><TR><TD class=modifydate>Mise à jour le Vendredi, 22 avril 2011 22:21 </TD></TR></TBODY></TABLE>

      Extrait:

      Pour la première fois depuis l’apparition de l’infection mortelle dans la province en 2007, les biologistes du ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF) ont découvert des carcasses de chauves-souris dans plusieurs sites d’hibernation de l’Estrie, de l’Outaouais et de l’Abitibi lors de leurs inspections hivernales.

      « Nous avions trouvé par le passé des individus infectés dans ces régions, mais jamais d’animaux morts en plein hiver. Cela indique que la maladie poursuit sa progression », dit le biologiste Frédérick Lelièvre, coordonnateur à la surveillance des maladies de la faune.

      Jusqu’alors épargnée, l’Abitibi-Témiscamingue est maintenant au nombre des régions touchées. Six carcasses de la petite chauve-souris brune, l’espèce de chiroptères la plus répandue au Québec, ont été découvertes à l’extérieur d’une mine abandonnée non loin de Val-d’Or. Une vingtaine de chauves-souris infectées ont été trouvées accrochées en plein hiver à l’extérieur du site sur les parois rocheuses.

      Article complet:
      http://www.ruefrontenac.com/nouvelle...ction-mortelle
      "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
      -Nelson Mandela

      Comment


      • #4
        Re: Une maladie mortelle (syndrome du nez blanc) pourrait décimer les chauves-souris canadiennes

        27 février 2012 13:00

        Une évaluation d'urgence conclut que trois espèces de chauve-souris sont en voie de disparition au Canada

        OTTAWA, le 27 févr. 2012 /CNW/ - Le 3 février 2012, un sous-comité des évaluations d'urgence du COSEPAC (Comité sur la situation des espèces en péril au Canada) a évalué la situation de la pipistrelle de l'Est (Perimyotis subflavus), de la petite chauve-souris brune (Myotis lucifugus) et de la chauve-souris nordique (Myotis septentrionalis) au Canada. Les trois espèces ont été désignées comme étant « en voie de disparition ».

        Le sous-comité a conclu que le taux de mortalité sans précédent au Canada des espèces indigènes de chauve-souris dû au champignon Geomyces destructans, le pathogène responsable du syndrome du museau blanc, représente une menace sérieuse et imminente à la survie de chacune de ces espèces. Les populations de ces trois espèces ont connu récemment un déclin précipité en raison de la propagation rapide du syndrome du museau blanc. Le sous-comité a recommandé au ministre de l'Environnement d'émettre un décret d'urgence pour inscrire ces espèces sauvages à l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril.

        L'évaluation d'urgence a été fondée sur les meilleures connaissances disponibles pour les trois espèces de chauve-souris et l'agent pathogène au Canada et aux États-Unis. Même si les données sur les chauves-souris et la maladie fongique sont quelque peu limitées, les preuves d'un effondrement des populations et d'une propagation rapide de la maladie ne font pas de doute. Il s'agit seulement de la quatrième évaluation d'urgence menée par le COSEPAC en une dizaine d'années.

        Syndrome du museau blanc

        Le syndrome du museau blanca été diagnostiqué pour la première fois dans une grotte de l'État de New York, aux États-Unis, en février 2006. Il a été découvert au Canada à l'hiver 2009-2010 et sa présence est maintenant confirmée en Ontario, au Québec, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse. Il se propage rapidement, à une vitesse se situant entre 200 et 400 km par an. On pense que le champignon n'est pas originaire d'Amérique du Nord et que son transport par voie humaine pourrait faciliter une propagation plus rapide vers l'ouest du Canada.

        On en sait peu sur ce syndrome qui tire son nom de la prolifération de champignons blancs caractéristiques autour du museau et sur les ailes des chauves-souris infectées. Des études en laboratoire menées en 2011 confirment que le syndrome est causé par un champignon appelé Geomyces destructans. Le syndrome du museau blanc a pour effet d'interrompre l'hibernation des chauves-souris, qui épuisent rapidement leurs réserves de graisse nécessaires pour traverser l'hiver. Les chauves-souris infectées sortent souvent plus tôt de leur hibernation, et on peut les voir voler à l'extérieur en plein hiver. Ces chauves-souris finissent habituellement par mourir de déshydratation ou de faim. Un lien a maintenant été établi entre la maladie et la mort de plus de 5,7 millions de chauves-souris en Amérique du Nord.

        Trois espèces de chauve-souris sont en voie de disparition, et d'autres espèces de chauve-souris pourraient être touchées

        Au Canada, les aires de répartition de la pipistrelle de l'Est et du G. destructans se superposent presque complètement. La pipistrelle de l'Est est relativement rare, mais un dénombrement direct de cette espèce dans un gîte d'hibernation au Québec indique un déclin de 94 % sur deux ans. Le risque que pose cette maladie pour la pipistrelle de l'Est est considéré comme exceptionnellement élevé parce qu'elle hiberne à des températures idéales pour le pathogène, et ce, pendant des périodes relativement longues.

        Bien que l'aire de répartition de la petite chauve-souris brune n'ait été jusqu'ici que partiellement touchée par le G. destructans, la maladie se propage à des vitesses se situant entre 200 et 400 km par an et pourrait atteindre une grande partie de l'aire de répartition de l'espèce d'ici deux ou trois générations. De récents dénombrements des populations de petites chauves-souris brunes dans des gîtes d'hibernation au Canada indiquent un déclin de 94 à 99 % en deux ans suivant l'exposition à la maladie.
        Pour ce qui est de la chauve-souris nordique, tout comme pour la petite chauve-souris brune, la répartition du G. destructans n'inclut pas la totalité de l'aire de répartition de l'espèce, mais les données indiquent une propagation rapide de la maladie et un taux de mortalité très élevé. De récents dénombrements effectués dans des gîtes d'hibernation au Canada indiquent un déclin de plus de 90 % en deux ans.

        Seulement trois des espèces de chauve-souris ont été évaluées par le COSEPAC en février. Toutefois, jusqu'à maintenant, le syndrome du museau blanc a été décelé chez neuf espèces de chauve-souris en Amérique du Nord et ceci suscite des préoccupations sur le plan de la conservation de ces espèces, de même que d'autres espèces où la maladie n'a pas encore été signalée.

        Plus qu'un problème de chauves-souris, ces êtres vivants nous rendent des services écologiques indispensables

        Bien qu'il n'y ait aucun lien connu entre le syndrome et la santé humaine, le syndrome du museau blanc ne touche pas uniquement les chauves-souris. En effet, les chauves-souris ont une valeur inestimable pour l'économie en tant qu'agents antiparasitaires naturels pour les fermes et les forêts, et pourraient jouer un rôle important dans la lutte contre les insectes qui propagent des maladies chez l'homme. Des chercheurs américains estiment que la mortalité massive de chauves-souris coûtera 3,7 milliards de dollars chaque année au secteur de l'agriculture de l'Amérique du Nord.

        Mesures adoptées

        À l'heure actuelle, il n'existe pas de traitement contre le syndrome du museau blanc ni de moyens pour prévenir sa transmission. Des chercheurs canadiens et américains ainsi que des biologistes de la conservation travaillent en collaboration afin d'améliorer les données et de répondre à d'importantes questions de recherche sur les chauves-souris et la maladie.

        Une équipe interorganismes a préparé l'ébauche d'un document, intitulé « Plan national de gestion du syndrome du museau blanc chez les chauves-souris au Canada »,qui vise à orienter et à coordonner les actions. Des travaux sont en cours pour réduire ou éliminer la possibilité de transfert du champignon par les humains en réduisant les visites de grottes et en mettant en place des protocoles de biosécurité pour les chercheurs. Nous encourageons le public à communiquer avec les organismes locaux de protection des espèces sauvages et à signaler toute grotte, mine ou tout autre site habité par des chauves-souris, ainsi que tout comportement inhabituel chez ces dernières, comme des chauves-souris en vol à l'extérieur en plein hiver, ou encore l'observation de chauves-souris mortes en hiver.

        (Remarque : Il y a eu récemment un changement dans le nom scientifique de la pipistrelle de l'Est : Perimyotis subflavus était précédemment dénommée Pipistrellus subflavus.)

        ...
        http://www.newswire.ca/fr/story/9283...tion-au-canada
        "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
        -Nelson Mandela

        Comment


        • #5
          Re: Une maladie mortelle (syndrome du nez blanc) pourrait décimer les chauves-souris canadiennes

          09 avril 2012 - 21H04

          Amérique du Nord: la maladie tueuse de chauve-souris serait d'origine européenne

          AFP - Le "syndrome du nez blanc", qui a tué ces dernières années des millions de chauves-souris aux Etats-Unis et au Canada, serait d'origine européenne et aurait pu être introduit par des touristes, selon les résultats d'une étude publiée lundi.

          La maladie, provoquée par le champignon Geomyces destructans qui a commencé à détruire des colonies de chauves-souris en 2006 dans l'Etat de New York, n'est pas apparue en Europe, ce qui laisse supposer que les chauves-souris du Vieux continent sont naturellement immunisées.
          ...
          La maladie a tué depuis quelque 6,7 millions de chauves-souris dans 16 Etats américains et quatre provinces canadiennes. Les animaux atteints de ce syndrome ont des comportements inhabituels comme voler à l'extérieur en plein jour durant les mois d'hiver, ce qui réduit leurs chances de survie au froid.

          Article complet:
          http://www.france24.com/fr/20120409-...ine-europeenne
          "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
          -Nelson Mandela

          Comment


          • #6
            Re: Une maladie mortelle (syndrome du nez blanc) pourrait décimer les chauves-souris canadiennes

            <TABLE border=0 cellSpacing=0 cellPadding=0 width=512><TBODY><TR><TD vAlign=top width="74%" align=left>Syndrome du museau blanc chez les chauves-souris



            </TD></TR><TR vAlign=top><TD colSpan=2><TABLE border=0 cellSpacing=0 cellPadding=0><TBODY><TR><TD vAlign=top width=2></TD><TD vAlign=top width=160></TD><TD width=32>



            </TD><TD>Depuis l’hiver 2006-2007, la mortalité massive de chauves-souris est observée dans des mines abandonnées et des grottes naturelles situées dans le Nord-Est américain. Les chauves-souris affectées présentent pour la plupart des signes externes particuliers puisque certaines parties du corps, dont principalement le museau, sont recouvertes d’une infection fongique blanchâtre, d’où le nom de « syndrome du museau blanc ».


            </TD></TR><TR vAlign=top><TD colSpan=4>
            Malheureusement, ce syndrome encore méconnu connaît une propagation rapide et touche maintenant plus d'une quinzaine d'États dans le Nord-Est américain. Au Canada, les provinces de l'Ontario, du Nouveau-Brunswick et du Québec sont également atteintes. Le syndrome du museau blanc représente donc un enjeu international majeur pour la conservation des chauves-souris. Il est estimé que plus d’un million de chauves-souris ont succombé à ce syndrome depuis sa découverte, ce qui démontre toute l’ampleur de ce fléau dévastateur.

            Qu’est-ce que le syndrome du museau blanc?

            Le syndrome du museau blanc (SMB) se caractérise par des mortalités massives de chauves-souris souvent associées à l’observation d’une croissance fongique blanche sur le museau, les oreilles ou la membrane des ailes des chauves-souris touchées par cette affection. De plus, chez les individus affectés, il n’est pas rare de constater une absence ou de faibles réserves de graisse, réserves qui leur permettent normalement de subsister durant l’hibernation jusqu’au printemps. Jusqu’à tout récemment, le mycète qui colonise la peau des chauves-souris était encore inconnu.

            Toutefois, un groupe d’experts américains a récemment identifié ce mycète en tant que nouvelle espèce de champignon qui porte maintenant le nom de Geomyces destructans (Gargas et coll. 2009). Cet organisme, qui prospère généralement dans les milieux froids et humides, peut s’attaquer aux chauves-souris lors de leur hibernation en s’introduisant dans les tissus des animaux, et ce, même si ces derniers sont vivants (Blehert et coll. 2009). Puisque les chauves-souris cavernicoles hibernent dans des endroits favorables à la croissance du mycète et qu’elles doivent également abaisser leur température corporelle afin d’entrer en torpeur pour l’hibernation, elle deviennent alors à la merci du champignon qui pourra ainsi croître sur elles.

            Une petite chauve-souris brune affectée par le syndrome du museau blanc.
            Photo : Frédérick Lelièvre
            Cliquez sur l'image pour agrandir

            Malgré l’identification récente du champignon étroitement associé au syndrome, la cause exacte de la mort n’est pas encore clairement établie. En effet, il reste à déterminer si la croissance de ce mycète pourrait être une conséquence secondaire à un autre facteur encore non identifié, comme la présence d’un autre pathogène (p. ex., virus ou bactérie) ou d’un contaminant affectant possiblement le système immunitaire des chauves-souris, ce qui pourrait favoriser la présence du champignon. Cependant, il semble davantage probable que ce mycète soit en fait un pathogène nouvellement introduit en Amérique du Nord et qu’il soit à l’origine de la mortalité observée. Récemment, des chercheurs européens ont découvert une chauve-souris en France présentant également une infection fongique semblable à celle observée en Amérique du Nord, sans toutefois noter de mortalité massive à l’endroit visité (Puechmaille et coll., sous presse). Des analyses génétiques ont permis d’établir clairement que le champignon observé en France était exactement le même que celui observé aux États-unis. Ce champignon aurait été également observé dans trois autres pays européens, encore une fois sans mortalité massive, ce qui suggère que les chauves-souris européennes pourraient être en mesure de survivre malgré la présence de ce champignon (Stokstad 2010). Depuis sa découverte en Amérique du Nord, ce syndrome fait l’objet d’études approfondies par un groupe de recherche international auquel le Québec participe. Ces études sont menées dans le but de comprendre le mécanisme d’infection et les agents en cause ainsi que de trouver des solutions pour contrer les effets dévastateurs de ce syndrome.

            Espèces affectées

            La plupart des espèces de chauves-souris nord-américaines peuvent être affectées par le SMB. Cependant, la petite chauve-souris brune (Myotis lucifugus), la chauve-souris nordique (Myotis septentrionalis), la grande chauve-souris brune (Eptesicus fuscus), la Pipistrelle de l'Est (Perimyotis subflavus), ainsi que la chauve-souris de l'Indiana (Myotis sodalis, absente du Québec), ont été particulièrement affectées dans le nord-est des États-unis et en Ontario. La plupart des espèces touchées par le SMB sont donc insectivores et cavernicoles.

            Répartition géographique actuelle

            Cliquez sur l'image pour agrandir
            Note : Cette carte est mise à jour régulièrement à l'adresse suivante http://www.fws.gov/WhiteNoseSyndrome/.

            Le SMB a d'abord été observé chez des chauves-souris mortes et en hibernation dans une grotte près d'Albany, dans l’État de New York, par le New York State Department of Environmental Conservation au cours de l’hiver 2006-2007.

            Des chauves-souris présentant des signes suspects avaient été observées à cet endroit par des spéléologues l’hiver précédent, ce qui a permis la découverte de ce syndrome en 2007 à la suite de recherches plus approfondies. Depuis mars 2008 et jusqu’à ce jour, des biologistes et des spéléologues ont documenté des milliers de chauves-souris affectées ou mortes du SMB dans un nombre sans cesse croissant de lieux. Cette propagation rapide du syndrome semble malheureusement se maintenir d’année en année, augmentant ainsi la superficie touchée et le nombre de chauves-souris menacées (voir la carte ci-dessous).

            Causes possibles de transmission

            La vitesse préoccupante à laquelle le SMB s’est répandu indique que ce mycète nouvellement identifié pourrait probablement être une espèce exotique très invasive. Le SMB a d’ailleurs été documenté pour la première fois dans une grotte visitée annuellement par des milliers de touristes provenant de partout dans le monde, ce qui appuierait cette hypothèse. Jusqu’à présent, les déplacements des chauves-souris affectées d’un endroit à l’autre (c.-à-d. le contact entre chauves-souris affectées et non affectées) de même que la visite par les humains de différentes grottes affectées et non affectées seraient les causes les plus probables de sa propagation rapide.

            Précautions à prendre afin de minimiser le risque de propagation

            La possibilité que les spores du champignon identifié puissent être transportées d’un endroit à un autre par du matériel ou des vêtements contaminés doit être sérieusement considérée. En effet, compte tenu de la gravité de la situation, il est nécessaire de restreindre par tous les moyens possibles ce risque potentiel de propagation sur lequel nous avons un contrôle. Ainsi, pour le moment, le Ministère recommande aux personnes pratiquant des activités de spéléologie d’éviter de visiter des lieux fréquentés par les chauves-souris dans les régions où la présence du syndrome a été confirmée. Pour les endroits à statut inconnu ou incertain, le Ministère recommande de prendre des mesures de décontamination appropriées avant et après chaque visite effectuée. Il est d’ailleurs important de noter que le syndrome peut être présent à un endroit sans que les chauves-souris démontrent nécessairement des signes facilement reconnaissables, ce qui rend plus complexe la détermination du statut d’un endroit. Une fois de plus, il importe de souligner que toutes les précautions sont de mises afin d’éviter d’aggraver la situation.



            Nous vous invitons à consulter la carte des zones à risque au Québec ainsi que le Guide des procédures de biosécurité et de décontamination à observer afin de réduire les risques de propagation de ce syndrome par les activités humaines.
            • Mesures de biosécurité et de décontamination applicables aux visites de cavernes, grottes et mines à des fins récréatives, touristiques ou de recherche sur les chiroptères, pour prévenir la transmission du syndrome du museau blanc (Format PDF, 71,6 Ko)
            <!--
            • Guide de d&eacute;contamination (Format PDF, xx Ko)
            • Carte des sites affect&eacute;s et des r&eacute;gions &agrave; risque au Qu&eacute;bec (Format PDF, xx Ko)
            -->
            Gros plan sur la croissance fongique qui se trouve sur le museau de cette petite chauve-souris brune.


            Photo : Frédérick Lelièvre
            Cliquez sur l'image pour agrandir


            Surveillance du SMB au Québec

            Depuis la découverte de ce syndrome aux États-Unis, le Ministère a été préoccupé par la possibilité que le SMB s’introduire au Québec. Ainsi, aux printemps 2008 et 2009, des mines abandonnées, connues comme étant utilisées par des colonies de chauves-souris pour l’hibernation, ont été inspectées. Ces inspections avaient pour but de vérifier si le syndrome du museau blanc était présent et si de la mortalité massive étaient survenue. Heureusement à l’époque, aucun signe de ce syndrome n’avait été noté dans les cinq endroits inspectés et, de plus, aucune mort suspecte n’avait été rapportée.

            En 2010, la situation a malheureusement changé puisque la présence du SMB a été confirmée dans les régions de l'Outaouais et de l'Estrie. Afin de suivre la situation de près, le Ministère compte poursuivre les inspections de différents endroits au cours des prochaines années. Des projets de recherche sur les chauves-souris sont également en cours afin de déterminer l’état de santé des populations de chauves-souris.

            Les équipes de biologistes du Ministère sont également en contact régulier avec les spécialistes américains et canadiens afin de suivre l’évolution du syndrome du museau blanc dans le nord-est des États-unis et au Canada. Évidemment, ce problème pourrait avoir des répercussions majeures sur les populations de chiroptères du Québec, tout comme celles observées à ce jour dans les États limitrophes. Puisque les chauves-souris jouent un rôle important au sein des écosystèmes, notamment en contrôlant les populations d’insectes dont certains sont considérés comme nuisibles pour les humains, il importe de tenter de les protéger le mieux possible contre ce fléau. À l’heure actuelle, les moyens sont malheureusement limités pour combattre ce syndrome, mais les recherches en cours et la collaboration internationale permettront peut-être à court ou moyen terme de trouver une solution à ce problème. D’ici là, la collaboration de tous sera plus qu’importante afin de réduire l’impact de ce syndrome et d’aider le Ministère à détecter rapidement de nouveaux endroits touchés.

            Que faire si j’observe des chauves-souris suspectes sur un site?

            Le Ministère invite les citoyens à signaler toute observation de chauves-souris présentant des signes pouvant être attribuables au SMB. Pour ce faire, vous pouvez communiquer avec le Ministère par téléphone au 1 866 248-6936 (1 866 CITOYEN) ou par courriel afin de signaler votre observation.
            Images supplémentaires
            <TABLE style="BORDER-COLLAPSE: collapse" class=contenu border=1 cellSpacing=0 borderColor=#a09d65 cellPadding=2 width=510 align=center><TBODY><TR><TD>

            </TD><TD width=13></TD><TD>

            </TD><TD width=12></TD><TD>

            </TD><TD width=10></TD><TD>

            </TD></TR><TR><TD colSpan=7>Cliquez sur l'image pour agrandir
            Photos : Frédérick Lelièvre

            </TD></TR></TBODY></TABLE>Voir également </TD></TR></TBODY></TABLE>...

            </TD></TR></TBODY></TABLE>
            "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
            -Nelson Mandela

            Comment


            • #7
              Re: Une maladie mortelle (syndrome du nez blanc) pourrait décimer les chauves-souris canadiennes

              29 mai 2012 20:49; Act: 29.05.2012 20:53

              Espèce menacée touchée par une maladie tueuse

              Le «syndrome du nez blanc», qui a tué ces dernières années des millions de chauves-souris aux Etats-Unis, touche désormais la chauve-souris grise, qui est sur la liste des espèces menacées.

              La maladie, provoquée par le champignon Geomyces destructans et qui a commencé à détruire des colonies de chauves-souris en 2006 dans l'Etat de New York, a été diasgnostiquée sur plusieurs chauves-souris grises dans le Tennessee (Sud), où il n'a cependant pas été établi qu'elle avait tué certains de ces mammifères, selon l'administration de la faune sauvage (FWS).

              «Même si aucun décès n'a été observé chez les chauves-souris grises qui puisse être lié au syndrome, la confirmation du fait que cette espèce peut être touchée par la maladie est source d'inquiétude», écrit cette agence dans un communiqué.
              ...
              Depuis son apparition, la maladie a tué quelque 6,7 millions de chauves-souris dans 16 Etats américains et quatre provinces canadiennes, selon les experts.
              ...
              http://www.20min.ch/ro/news/monde/st...ueuse-21361283
              "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
              -Nelson Mandela

              Comment


              • #8
                Re: Une maladie mortelle (syndrome du nez blanc) pourrait décimer les chauves-souris canadiennes

                Communiqué de presse

                Environnement Canada annonce un financement pour la lutte contre la menace du syndrome du museau blanc touchant les chauves-souris

                OTTAWA, Ont. – le 5 avril 2013 – Le ministre de l’Environnement du Canada, l’honorable Peter Kent, a annoncé aujourd’hui un financement pour lutter contre la menace du syndrome du museau blanc, une maladie fongique qui s’attaque aux espèces de chauves-souris en Amérique du Nord. Une somme supplémentaire de 330 000 dollars répartie sur les quatre prochaines années sera versée au Canadian Cooperative Wildlife Health Centre, de l’Université de la Saskatchewan.

                « Nous prenons très au sérieux notre rôle en matière de protection et de conservation des espèces au Canada, a déclaré le ministre Kent. En assurant une coordination à l’échelle nationale de l’intervention du Canada contre cette maladie, nous serons en mesure d’optimiser les contributions de nos partenaires provinciaux, territoriaux et privés, tout en uniformisant notre approche. »

                Le nouvel accord de contribution facilitera la coordination, la surveillance et l’intervention à l’échelle nationale à l’égard des menaces posées par le syndrome du nez blanc qui touche les espèces de chauves-souris au Canada. Une coordination nationale assurera une utilisation efficiente et efficace des ressources sur le plan de la surveillance de la maladie, de la réduction du taux de transmission, des communications publiques et de la recherche des mesures de conservation appropriées, tout en facilitant la communication de renseignements auprès des organismes concernés aux États-Unis. Une première somme de 50 000 dollars a été versée au Centre plus tôt cette année pour soutenir les activités de surveillance et autres activités connexes.

                Le syndrome du museau blanc a engendré un sérieux déclin de la population de chauves-souris dans l’Est du Canada et des États-Unis. À ce jour, le nombre de décès chez les chauves-souris est estimé à plus de 5,5 millions. Dans les endroits au Canada où l’exposition des chauves-souris à ce champignon est connue depuis au moins deux ans, les populations ont diminué de 94 % et, dans certains endroits, de 99 %. Les trois espèces de chauves-souris touchées sont le vespertilion brun (ou petite chauve-souris brune), la chauve-souris tricolore (anciennement connue sous le nom de pipistrelle de l’Est) et le vespertilion nordique (ou chauve-souris du Nord à longues oreilles).

                Le Canadian Cooperative Wildlife Health Centre possède des connaissances et une expertise d’envergure au sujet des maladies touchant les espèces sauvages au Canada et il est en mesure de travailler avec les experts de tous les ordres de gouvernement au Canada spécialisés dans les maladies chez les espèces sauvages.

                http://www.ec.gc.ca/default.asp?lang...E-40EB31B12CB1
                "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                -Nelson Mandela

                Comment


                • #9
                  Re: Une maladie mortelle (syndrome du nez blanc) pourrait décimer les chauves-souris canadiennes

                  Les chauves-souris au Québec - Une situation inquiétante

                  Québec, le 23 juillet 2013 - Le ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP) sollicite la collaboration des citoyens pour trouver des colonies de chauves-souris, dans le but de suivre l’évolution du déclin de certaines espèces au Québec.

                  En moins de trois ans, plusieurs espèces de chauves-souris, comme la petite chauve-souris brune, qui étaient jusqu’à tout récemment les plus communes, ont connu un déclin supérieur à 90 %. La principale cause est une infection fongique vraisemblablement d’origine européenne, qui s’est propagée au Québec en 2010. Le champignon qui en est responsable cause une infection appelée syndrome du museau blanc, une allusion aux taches blanches présentes sur les ailes et le nez des chauves-souris atteintes. Cette infection se développe lors de l’hibernation. Elle provoque des réveils plus fréquents chez les chauves-souris, qui doivent alors puiser dans leurs réserves d’énergie, jusqu’à ce qu’elles s’épuisent au cours de l’hiver. De la mortalité massive est alors observée dans les mines abandonnées et les grottes. Le syndrome du museau blanc est observé dans tout l’ouest de la province et, depuis cet hiver, jusqu’à Chibougamau dans le nord. Pour le moment, aucune mention n’a été rapportée sur la Côte-Nord et en Gaspésie.

                  Jusqu’à présent le syndrome du museau blanc a causé la mort d’environ 5,7 à 6,7 millions de chauves-souris dans l’Est du continent, soit dans 22 États américains et 5 provinces canadiennes. Au Québec, les chiffres sont tout aussi inquiétants. Plusieurs mines et grottes qui abritaient des populations de milliers de chauves-souris durant l’hiver ont été touchées. Aujourd’hui, on compte généralement moins d’une trentaine de chauves-souris par site et, dans certains cas, elles ont même toutes disparues.

                  Ainsi, le MDDEFP tente de suivre le déclin des populations de chauves-souris en s’intéressant davantage aux sites où les femelles se regroupent pour se reproduire et nourrir leurs jeunes. Ces endroits, appelés maternités, se trouvent généralement dans les greniers, les entretoits ou certains murs de vieux bâtiments, là où la chaleur s’accumule. Cependant, la plupart des endroits où sont situées ces maternités au Québec sont inconnus, ce qui constitue une lacune importante.

                  La collaboration des citoyens est primordiale pour aider les biologistes du Ministère à trouver des maternités de chauves-souris. Si vous connaissez un endroit, tel un chalet, une maison, une remise, fréquenté par un groupe de chauves-souris durant l’été, remplissez le formulaire prévu à cet effet sur le site http://www.mddefp.gouv.qc.ca/faune/s...uve-souris.htm ou communiquez avec nous au 1 877 346-6763. Votre collaboration est précieuse et contribuera grandement à améliorer l’état de nos connaissances sur les chauves-souris.
                  ..
                  http://www.mddefp.gouv.qc.ca/infuseu...ue.asp?no=2538
                  "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                  -Nelson Mandela

                  Comment


                  • #10
                    Re: Une maladie mortelle (syndrome du nez blanc) pourrait décimer les chauves-souris canadiennes

                    Sag-Lac-St-Jean
                    Environnement

                    Plus que sept spécimens

                    Une maladie fait des ravages auprès des chauves-souris au Trou de la Fée à Desbiens

                    Jean Tremblay@Québecor Media Saguenay, Publié le: mardi 20 mai 2014, 24H04 | Mise à jour: mardi 20 mai 2014, 24H17

                    Les chauves-souris du Trou de la fée
                    350-400 en 2011
                    167 en 2012
                    7 en 2014

                    Il existe 19 espèces au Canada dont 8 au Québec et 7 au Saguenay-Lac-Saint-Jean

                    Une chauve-souris mange de 300 à 400 insectes par jour

                    La maladie du museau blanc a presque complètement décimé la population de chauves-souris du Parc de la caverne du Trou de la Fée à Desbiens qui a déjà compté jusqu’à 350 à 400 spécimens.
                    ...
                    «La maladie fut repérée la première fois aux États-Unis en 2006. On l’a par la suite observée, en 2010, au Québec. Chez nous à la caverne, elle fut diagnostiquée pour la première fois en 2012», explique Gerry Desmeules, directeur général du site.

                    «Il y a des cas de cette maladie partout en Amérique du Nord. Lorsque la maladie du museau blanc s’introduit dans une colonie, elle décime de 95 % à 98 % de la population», ajoute le DG
                    ...
                    http://www.journaldequebec.com/2014/...sept-specimens
                    "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                    -Nelson Mandela

                    Comment


                    • #11
                      Le déclin foudroyant des chauve-souris en Estrie inquiète

                      Le lundi 27 juillet 2015

                      Selon les scientifiques, la chauve-souris se meurt au Québec. Le syndrome du museau blanc a frappé de plein fouet les grottes du Québec durant l'hiver 2010, décimant des colonies entières en une seule saison. Un déclin foudroyant et sans précédent chez un groupe animal. C'est d'autant plus préoccupant qu'il ne semble pas y avoir pour l'instant de remède pour contrer cette épidémie meurtrière.

                      « La chauve-souris est le seul prédateur nocturne des insectes. Elle peut manger de 500 à 1000 insectes à l'heure. C'est quand même très important », explique la biologiste au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, Nathalie Desrosiers. Chaque nuit, une colonie de chauves-souris peut éliminer jusqu'à 40 000 insectes!
                      ...
                      La maladie du museau est responsable de ce déclin. « Le champignon a été introduit dans l'état de New York en 2006. C'est un champignon qui est naturel en Europe, donc les chauves-souris cohabitent avec. Ici, c'est nouveau donc les chauves-souris ne sont pas habitués. Ce champignon se développe dans des grottes où il y a la température et l'humidité idéales. C'est aussi à cet endroit que les chauves-souris vont passer l'hiver », explique mme Desrosiers.
                      ...
                      À la Réserve écologique de la Mine-aux-Pipistrelles, à 30 km au sud-ouest de Magog, près de la municipalité de Canton Potton, la population de chauve-souris a chuté drastiquement. En 2009, on a estimé la population à 4900 chauve-souris ce qui en faisait le plus grand hibernacle du Québec. « En 2010-2011, quand nous sommes retournés faire des estimations, il n'y avait que huit chauves-souris. Aujourd'hui, il y en a zéro », soutient Nathalie Desrosiers.
                      ...

                      http://ici.radio-canada.ca/emissions...ronique=379224
                      "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                      -Nelson Mandela

                      Comment


                      • #12
                        Minganie, Basse-Côte-Nord et île d’Anticosti – Surveillance des chauves-souris

                        Sept-Îles, le 12 juillet 2018 – Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs demande la collaboration de la population pour surveiller l’état des chauves-souris qui fréquentent les MRC de Minganie, du Golfe-du-Saint-Laurent et de l’île d’Anticosti.

                        Syndrome du museau blanc à proximité

                        Le syndrome du museau blanc, une infection fongique qui décime les populations de chauves-souris cavernicoles, a été récemment détecté à Terre-Neuve et au Labrador. En raison de la proximité du territoire, le Ministère sollicite la collaboration de la population pour suivre l’évolution du syndrome du museau blanc et détecter sa présence possible.

                        Collaboration demandée

                        Vous êtes invité à signaler les chauves-souris mortes ou qui présentent des comportements anormaux, tels que de voler en plein jour, selon le secteur de l’observation :
                        • sur l’île d’Anticosti, s’adresser au bureau du Ministère à Port-Menier, en composant le
                          418 535-0224,
                        • ailleurs dans la région, déclarer la présence d’un animal mort ou malade en composant le 1 877 346-6763.
                        Précaution

                        Le syndrome du museau blanc n’est pas considéré comme une menace pour la santé des personnes. Par contre, il faut éviter de toucher les chauves-souris, puisque certaines peuvent être infectées par le virus de la rage, mortel chez l’humain. En cas de contact avec une chauve-souris, lavez la peau exposée avec de l’eau et du savon durant 10 à 15 minutes. Contactez sans délai le service Info-Santé en composant le 811. Des spécialistes pourront évaluer la pertinence d’une vaccination contre la rage. Pour en savoir plus sur les chauves-souris ou contribuer à leur maintien, consultez les renseignements accessibles en ligne.
                        ...
                        https://mffp.gouv.qc.ca/minganie-bas...07-12/?lang=en
                        "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                        -Nelson Mandela

                        Comment

                        Working...
                        X