Announcement

Collapse
No announcement yet.

NIGERIA - Lagos - F 22 ans - janvier 2007 - cas OMS 1 et suspects

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • NIGERIA - Lagos - F 22 ans - janvier 2007 - cas OMS 1 et suspects

    LA GRIPPE AVIAIRE AURAIT FAIT DEUX MORTS AU NIGERIA
    25 janvier 2007 (Xinhua)

    Lagos -- Deux Nigérianes décédées ces dernières semaines à Lagos, la plus grande ville du Nigeria, étaient peut-être atteintes de la grippe aviaire.

    Les deux victimes, une mère et sa fille, sont mortes en deux semaines après avoir mangé un poulet que la mère avait acheté pour les fêtes de Noël et du Nouvel An sur un marché populaire le long de la route Ikorodu à Lagos.

    Les résultats de l'autopsie demandée par le père indiquent que la grippe aviaire pourrait être à l'origine des décès.

    Le père a révélé que l'un des poulets qu'ils avaient achetés pour les fêtes était mort mystérieusement et que la famille avait dû abattre le reste des volailles. La famille a été placée en quarantaine en attendant les résultats de l'enquête.

    Les autorités sanitaires ont indiqué qu'elles n'avaient pas définitivement statué sur la maladie et que l'enquête se poursuivait.

    Source

  • #2
    NIGERIA - Cas humains de grippe aviaire

    LA GRIPPE AVIAIRE AURAIT FAIT DEUX MORTS AU NIGERIA
    25 janvier 2007 (Armées.com)

    Deux Nigérianes décédées ces dernières semaines à Lagos, la plus grande ville du Nigeria, étaient peut-être atteintes de la grippe aviaire.

    Les deux victimes, une mère et sa fille, sont mortes en deux semaines après avoir mangé un poulet que la mère avait acheté pour les fêtes de Noël et du Nouvel An sur un marché populaire le long de la route Ikorodu à Lagos. Les résultats de l’autopsie demandée par le père indiquent que la grippe aviaire pourrait être à l’origine des décès.

    Le père a révélé que l’un des poulets qu’ils avaient achetés pour les fêtes était mort mystérieusement et que la famille avait dû abattre le reste des volailles. La famille a été placée en quarantaine en attendant les résultats de l’enquête. Les autorités sanitaires ont indiqué qu’elles n’avaient pas définitivement statué sur la maladie et que l’enquête se poursuivait.

    Source

    Comment


    • #3
      NIGERIA - Cas humains de grippe aviaire

      LE NIGÉRIA EFFECTUE DES TESTS DE GRIPPE AVIAIRE SUR 14 PERSONNES
      Traduction de l'anglais au français par Lyro, FluTrackers, de l'article
      "Nigeria testing 14 human samples for bird flu"
      29 janvier 2007 (Reuters)

      Abuja -– Selon un haut fonctionnaire du ministère de Santé, le Nigéria effectue des tests de grippe aviaire sur 14 personnes, y compris les trois qui sont décédées. Des échantillons provenant d'une mère et d'une fille toutes deux décédées à Lagos, ainsi qu'une femme qui est morte dans l'État de Taraba, après avoir souffert de symptômes apparentés à ceux de la grippe aviaire, ont été prélevés pour déterminer si la souche H5N1 de la grippe aviaire était présente dans leur organisme.

      Cependant, les autorités ont fourni des informations contradictoires sur le statut de la mère et de la fille. Lola Sadiq, responsable du contrôle de la crise de grippe aviaire du Nigéria au bureau de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à Abuja, a déclaré qu'elles avaient testé négatif pour la grippe aviaire. Aucune information, par contre, n'a été dévoilée sur le cas de Taraba.

      Abdulsalam Nasidi, responsable de la lutte contre la transmission aux humains de la grippe aviaire au Nigéria, a indiqué que les trois personnes avaient testé positif pour la grippe, qui est très commune à ce moment d'année en raison du vent saisonnier harmattan. «Les tests démontreront s'il s'agissait de la grippe saisonnière ou de la grippe aviaire», a déclaré Nasisdi, en précisant que les échantillons ont été transmis à un laboratoire de la capitale d'Abuja.

      Les 11 autres échantillons ont été prélevés sur des personnes qui sont entrées en contact avec celles qui sont décédées. Le Nigéria, pays le plus peuplé d'Afrique, a été le premier du continent à détecter la grippe aviaire l'an dernier. Le virus s'est déclaré dans 17 des 36 États, mais aucun cas humain n'a encore été confirmé jusqu'à maintenant.

      Source

      Comment


      • #4
        NIGERIA - Cas humains de grippe aviaire

        Premier décès confirmé dû à la grippe aviaire au Nigeria

        31 janvier 2007

        Le Nigéria compte son premier décès dû au virus H5N1 de la grippe aviaire. La victime est une jeune femme de 22 ans. Des examens menés sur trois autres personnes, dont sa mère, n'ont pas été concluants, a indiqué le ministère de la Santé.

        Ces personnes sont décédées récemment après avoir présenté des symptômes grippaux. Le Nigeria est l'un des pays considérés par les experts comme un maillon faible dans la lutte mise en place pour endiguer la maladie. La grippe aviaire y a été signalée pour la première fois en février de l'an dernier. Ce décès dû au H5N1 est le premier en Afrique sub-saharienne.

        Depuis sa réapparition en 2003 en Asie, ce virus a tué au moins 164 personnes. Ces chiffres tirés du dernier bilan de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) ne prennent pas en compte le décès survenu au Nigeria.

        http://fr.bluewin.ch/infos/index.php...re_au_Nigeria/
        .
        Quand une porte se ferme, une autre s'ouvre. (Miguel de Cervantès)
        Pour moi, l'idée de nation se dissout dans l'idée d'humanité. (Victor Hugo)

        Comment


        • #5
          ...la pandémie se répand

          http://fr.news.yahoo.com/01022007/202/premier-mort-au-nigeria-de-la-grippe-aviaire-la-pandemie.html


          jeudi 1 février 2007, 8h54
          Premier mort au Nigeria de la grippe aviaire, la pandémie se répand
          Par Jacques LHUILLERY

          Photo
          agrandir la photo

          LAGOS (AFP) - Le Nigeria, premier pays africain à avoir été touché il y a un an par le virus H5N1, vient d'enregistrer son premier cas humain mortel, et des spécialistes craignent désormais que la pandémie ne s'étende à travers le pays.
          Selon une annonce officielle, la première victime est une femme de 22 ans décédée le 17 janvier à Lagos.

          Photo
          agrandir la photo

          "Nous avons établi avec certitude qu'une personne est morte, deux autres cas mortels ne sont pas encore confirmés", a déclaré à l'AFP Abdullahi Nasidi, le directeur de la santé publique au ministère fédéral de la Santé.
          "Nous attendons un rapport sur ces deux cas dans deux ou trois jours", a précisé M. Nasidi.

          Un communiqué officiel précise que des échantillons prélevés sur la victime ont été transmis à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) aux fins d'analyses.

          Les résultats transmis mardi par une équipe scientifique au centre national de crise contre la grippe aviaire indiquent par ailleurs qu'une autre femme qui habitait dans la même maison que la personne décédée a également été infectée par le virus "mais répond bien aux traitements".

          Alors que depuis l'apparition du virus au Nigeria en février 2006 les foyers de contamination se trouvaient exclusivement dans le nord et le centre du pays, le cas mortel confirmé a été enregistré à Lagos dans le sud-ouest et les deux autres cas mortels encore à confirmer dans l'Etat de Taraba, situé à l'est à la frontière du Cameroun.

          "La possibilité que la maladie se répande est là", a d'ailleurs déclaré à l'AFP M. Nasidi.

          Selon des experts, le risque de transmission est particulièrement élevé à Lagos, mégapole d'une quinzaine de millions d'habitants aux conditions sanitaires douteuses et où l'on voit partout des poulets picorer le long des trottoirs et dans les cours de maisons.

          "Les gens doivent éviter de consommer des volailles et des oeufs de provenance inconnue", a par précaution rappelé M. Nasidi.

          Dès le début de la pandémie, le représentant local de l'OMS avait évoqué la possibilité de cas humains mortels, risque accru par l'énorme population du Nigeria, évaluée depuis peu à 140 millions de personnes.

          Le Nigeria avait été le premier pays africain à annoncer un cas de grippe aviaire de type H5N1 le 7 février 2006, dans l'Etat de Kaduna (nord).

          Depuis lors, selon le département vétérinaire du ministère de la santé, 945.862 volatiles sont morts en relation avec la pandémie: 602.000 ont été abattus, le reste a été décimé par le virus.

          Le 12 janvier, un responsable de l'Etat de Katsina (nord) avait annoncé la réapparition du virus, détecté dans trois fermes.

          Lors d'une conférence internationale en décembre dernier à Bamako, le représentant de l'Union africaine (UA) Modibo Traoré avait averti que la grippe aviaire continuait de se développer au Nigeria, au Soudan et en Egypte.

          Une Egyptienne de 27 ans est d'ailleurs décédée le 19 janvier victime du virus H5N1, portant à onze le nombre de morts en Egypte.

          Toujours en janvier, l'Indonésie a annoncé deux nouveaux décès, portant à 61 le bilan humain de la maladie dans ce pays, le plus élevé au monde à ce jour.

          Au Bénin, les autorités ont immédiatement annoncé mercredi un durcissement des contrôles à ses frontières avec le Nigeria. "Nous allons réactiver les systèmes de veilles sanitaires", a déclaré à l'AFP le directeur de la protection sanitaire, le Dr Laurent Assogba.

          Au Cameroun, qui avait interdit les importations de volailles nigérianes dès février 2006, la surveillance s'était quelque peu "relâchée" mais "les contrôles vont reprendre à présent", indiquait mercredi une source au ministère de l'Elevage.
          Ne pas cliquer ici

          Comment


          • #6
            Re: ...la pandémie se répand

            la panzootie se repand.

            Comment


            • #7
              NIGERIA - Cas humains de grippe aviaire

              H5N1: LE NIGERIA FAIT ANALYSER 11 NOUVEAUX ÉCHANTILLONS HUMAINS
              2 février 2007 (Yahoo France, d'après Agence France-Presse)

              Abuja -- Le Nigeria, qui a annoncé cette semaine un premier cas humain mortel de la grippe aviaire, fait actuellement analyser onze nouveaux échantillons humains collectés à Lagos, la capitale économique, a annoncé vendredi le ministère de la Santé.

              "Les nouveaux échantillons ont des liens avec les 14 premiers échantillons que nous avons analysés. Certains d'entre eux ont une interaction avec (la personne) décédée", a dit à l'AFP le directeur de la santé publique du ministère fédéral de la Santé, Abdullahi Nasidi.

              Selon une annonce officielle faite mercredi, le premier humain décédé dans ce pays du virus H5N1 de la grippe aviaire est une femme de 22 ans morte à Lagos après avoir aidé à plumer et vider une volaille achetée par sa famille.
              Le ministre de l'information Frank Nweke a annoncé de nouvelles mesures de surveillance. "Le gouvernement fédéral va renforcer la surveillance sanitaire à travers le pays, avec un accent particulier sur les contacts entre humains et volailles pour prévenir de possibles contamination d'animal à homme et éventuellement d'homme à homme", a-t-il déclaré.

              Cette dernière éventualité semble toutefois "extrêmement improbable", a déclaré jeudi à l'AFP Abdullahi Nasidi.

              Frank Nweke a indiqué que tous les établissements hospitaliers, y compris privés, vont faire l'objet d'une surveillance accrue.

              Les autorités fédérales ont "fortement conseillé" aux gouvernements des 36 Etats du pays de réactiver leurs comités spéciaux de surveillance contre la pandémie.

              Tout en répétant les conseils prophylactiques d'usage en matière d'alimentation et d'hygiène, le ministre a également appelé la population à signaler aux autorités sanitaires tout oiseau présentant des signes suspects de maladie.

              Alors que depuis l'apparition du virus au Nigeria en février 2006 les foyers de contamination se trouvaient exclusivement dans le nord et le centre du pays, le cas mortel confirmé a été enregistré à Lagos (sud-ouest) et les deux autres cas mortels restant à confirmer dans l'Etat de Taraba, situé à l'est, à la frontière du Cameroun.

              "La possibilité que la maladie se répande est là", a d'ailleurs déclaré dès mercredi à l'AFP M. Nasidi.

              Selon des experts, le risque de transmission est particulièrement élevé à Lagos, qui compte une quinzaine de millions d'habitants dans des conditions sanitaires douteuses et où des poulets picorent le long des trottoirs et dans les cours de maisons.

              Le Nigeria avait été le premier pays africain à annoncer un cas de grippe aviaire de type H5N1 le 7 février 2006, dans l'Etat de Kaduna (nord).

              Depuis lors, selon le département vétérinaire du ministère de la santé, 945.862 volatiles sont morts en relation avec la pandémie: 602.000 ont été abattus, le reste a été décimé par le virus.

              Le Nigeria est, avec le Soudan et l'Egypte, l'un des trois pays africains où la pandémie continue de progresser, selon des experts.

              Deux pays voisins du Nigeria, le Bénin et le Cameroun ont immédiatement renforcé leurs contrôles aux frontières à la suite de l'annonce de ce premier cas humain mortel.

              Source

              Comment


              • #8
                NIGERIA - Cas humains de grippe aviaire

                GRIPPE AVIAIRE: DES ÉCHANTILLONS PRÉLEVÉS SUR 11 NOUVEAUX
                CAS HUMAINS SUSPECTS SONT ANALYSÉS AU NIGERIA

                3 février 2007 (Xinhua)

                Lagos -- Le gouvernement nigérian a annoncé vendredi que des analyses étaient menées sur des échantillons prélevés sur 11 nouveaux cas humains présumés de grippe aviaire à Lagos, selon le journal Punch paru samedi.

                Abdullahi Nasidi, un reponsable du ministère de la Santé, a révélé que des personnes, sur lesquelles des échantillons ont été prélevés pour analyses, avaient eu des contacts avec une femme de 22 ans qui a confirmée morte de la grippe aviaire, le premier cas humain mortel de cette maladie au Nigeria.

                Cette femme non identifiée est décédée le 17 janvier à Lagos après avoir participé à la plumée et l'étripage d'un poulet que sa famille avait acheté. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a indiqué vendredi vouloir avoir sous quelques jours les résultats des tests effectués à partir des échantillons prélevés sur la victime.

                Des échantillons obtenus sur trois autres cas suspects au Nigeria, dont un autre mortel, se sont tous avérés négatifs à l'issue d'analyses préliminaires. Ces échantillons ont été envoyés à un laboratoire de référence de l'OMS pour de nouvelles analyses.

                Source

                Comment

                Working...
                X