Announcement

Collapse
No announcement yet.

DJIBOUTI - Foyers d'infection de grippe aviaire

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • DJIBOUTI - Foyers d'infection de grippe aviaire

    http://www.lanation.dj/news/2006/ln64/national6.htm

    Mis à jour le Lundi 05 juin 2006 à 11H00


    Grippe aviaire

    Le point sur la situation


    Dans une déclaration faite à la presse nationale hier mardi, le Docteur Ammar Abdou spécialiste épidémiologiste, attaché au cabinet du Ministre de la Santé dresse un bilan de la riposte nationale contre le virus H5N1 responsable de la grippe aviaire. Par la même l'occasion il a tenu de rejeter vivement des informations, jugées, selon lui, d'erronées, diffusées la semaine dernière par la section somalie de la chaîne britannique BBC.

    “Depuis la détection du premier cas humain de grippe aviaire à Djibouti le 11 mai dernier, une série d'activités a été mené par le Ministère de la Santé. Il convient de rappeler que l'épidémie a été maîtrisée au niveau de la localité de Damerjog. Et ceci grâce à d'importantes démarches qui ont été entreprises, tant sur le plan de la désinfection des véhicules qui fréquentent cette zone dont près de 800 ont été désinfectés au niveau du poste de Nagad et 200 au poste frontalier de Loyada, mais également sur la désinfection des différents sites où il y a eu des opérations d'abattages de poulets. “

    Outre cette phase qui concernait l'hygiène, il y a eu une autre, médicale celle-ci, où près de 10 villages situés aux alentours de Damerjog ont été ratissés. Ainsi donc, un nombre de 300 à 400 personnes ont été consultées par l'équipe mobile mise en place par le Ministère de la Santé. Il convient de noter aussi qu'à Djibouti-ville, des formations ont été dispensé au profit des médecins, des infirmiers et des sages-femmes.

    L'objectif de ces formations visait à renforcer le système de surveillance de grippe aviaire au niveau des structures sanitaires. Il s'agissait en effet de permettre aux personnels de santé de diagnostiquer et reconnaître les patients présentant les symptômes de cette maladie. Ceci afin que les éventuels patients présentant des signes suspects puissent être pris en charge plus rapidement. Cette riposte nationale se poursuivra donc jusqu'à cette épidémie freine au niveau international.

    En attendant, le Ministère de la Santé a axé ses efforts dans la formation de son personnel médical, compte tenu qu'il s'agit d'une maladie qui pourrait causer plusieurs millions de décès dans le monde. Les spécialistes estiment à plus de 4 millions le nombre de personnes qui pourrait décéder des suites de cette maladie.

    MM.KADIEH

  • #2
    DJIBOUTI - Mise à jour de la situation

    DJIBOUTI - MISE À JOUR DE LA SITUATION DE LA GRIPPE AVIAIRE
    Au 19 juin 2006, Édition no. 40

    Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture – FAO
    (Traduction de l’article «Update on the Avian Influenza situation as of 19/06/2006 – Issue no. 40»)

    NOTE DE LA FAO: L’information résumée et citée dans le texte ci-dessous est recueillie de sources officielles et non officielles. Les nouvelles d’AIDE sont rédigées par le groupe de travail technique de la FAO sur la grippe aviaire.


    Un foyer d’infection de HPAI a été suspecté la première fois dans la commune de Boulaos, ville de Djibouti en avril 2006. Des huit échantillons prélevés du second cas suspecté dans ce même secteur, trois (deux poulets et une dinde) ont testé positif au H5N1 par l’unité navale 3 de recherches médicales des États-Unis (NAMRU-3), au Caire. D’une bande de 22 volailles, quatre sont mortes et le reste a été abattu. Djibouti a un total de 3 000 volailles (abattues) dans tout le pays.

    Les mesures de contrôle prises sont: quarantaine, désinfection; «emboutissage» (?) dans un rayon de 3 kilomètres des ménages infectés; contrôle des transports; zonage. La FAO a fourni les PPE, la formation de la surveillance de champ.

    La FAO a fourni les PPE, la formation des domaines de surveillance et a aidé à l'analyse de la situation ainsi qu’à l’abattage biosécurisé.

    Une fillette de 2 ans du district d'Arta a été déclarée atteinte du virus H5N1 de la grippe aviaire. (Source: 09/06/06 le Gouvernement, la FAO - FAO - Rome, bureaux régionaux et sous-régionaux, l’OMS, le Groupe de travail technique de la grippe aviaire, les nouvelles de médias.)


    Adaptation d’une traduction automatique de l’anglais au français.
    Source: http://www.fao.org/docs/eims/upload/...AVIbull040.pdf

    Comment


    • #3
      DJIBOUTI - Information

      .
      Que savons-nous de la grippe aviaire ?

      Les Djiboutiens paraissent suffisamment informés sur la problématique du virus H5N1 (grippe aviaire) notamment sur son mode de transmission et ses conséquences pour la santé humaine. C'est du moins ce qui ressort d'une enquête menée en septembre 2006 par le ministère de la Santé en partenariat avec l'UNICEF, le PNUD et la DISED.


      C'est à la suite de l'apparition l'été dernier du premier cas de grippe aviaire en République de Djibouti que le Ministère de la Santé s'est engagé dans la mise en place d'une stratégie nationale de lutte contre le virus H5N1.

      Le département de la santé, en partenariat avec l'UNICEF, le PNUD et la Direction de la Statistique et des Etudes Démographiques, a diligenté dans ce cadre une enquête afin d'évaluer les comportements et les pratiques de la population face à la grippe aviaire ;

      Et les résultats de cette enquête, rendus publics le 26 décembre 2006, démontrent que sur un échantillon de 1000 personnes interrogées, 78% ont non seulement entendu parler de la grippe aviaire mais savent aussi qu'il s'agit d'une maladie transmissible de l'oiseau à l'être humain.

      Par ailleurs, l'enquête démontre que seulement "52 % de la population interrogée savent que la grippe aviaire se transmet précisément des oiseaux à l'homme à la suite d'un contact répété et prolongé".

      "12 % des personnes interrogées i connaissent les modes exacts de transmission et de prévention de la maladie ".

      En s'intéressant au nombre de ménages élevant des volailles, les enquêteurs ont constaté "que 3.9 % seulement des ménages djiboutiens qui possèdent de la volaille vivante et un peu plus de la moitié (51,5%) de ces foyers enfermerait les volailles dans des cages ".

      Cela dit, malgré le faible nombre d'éleveurs de volailles dans notre pays, le rapport précise qu'une personne sur deux est exposée au risque de grippe aviaire.

      http://www.lanation.dj/news/2007/ln2/national10.htm
      Quand une porte se ferme, une autre s'ouvre. (Miguel de Cervantès)
      Pour moi, l'idée de nation se dissout dans l'idée d'humanité. (Victor Hugo)

      Comment


      • #4
        Re: DJIBOUTI - Foyers d'infection de grippe aviaire

        Renforcer la surveillance de la grippe aviaire


        Depuis que la grippe aviaire a fait son apparition au pays, de nombreuses mesures ont été prises pour la combattre efficacement ; plusieurs ministères sont impliqués et le plus important est celui de l'Agriculture qui a tout mis en œuvre pour renforcer la surveillance de l'épidémie. C'est dans cette optique que la direction de l'élevage organise depuis samedi dernier une formation sur l'épidémio-surveillance de la grippe aviaire et autres maladies animales pouvant affecter l'homme.

        " Certes la situation est actuellement maîtrisée ", a déclaré le directeur de l'élevage M. Moussa Ibrahim Cheick lors de l'ouverture de l'atelier, néanmoins il reconnaît que la menace de réapparition de la maladie existe toujours ".

        Rappelons qu'il y a quelques mois de cela, des campagnes d'abattage ont été menées par le département de l'agriculture. Cette formation qui réunit une vingtaine de cadres dont la plupart sont des vétérinaires et techniciens de l'élevage met l'accent sur les techniques de surveillance.

        La raison d'être des activités de surveillance est la détection précoce d'une maladie en vue de faciliter la lutte. C'est la base des activités de prévention et de lutte contre les maladies. Le virus de la grippe aviaire peut évoluer dans le temps. La surveillance épidémiologique doit suivre cette évolution.

        Cette surveillance concerne les élevages de volailles domestiques, les sites prioritaires de contrôle tels que le port, l'aéroport, le marché central, PK20, la gare ferroviaire, de même que les principales zones de concentration de l'avifaune.

        http://www.lanation.dj/news/2007/ln105/national5.htm

        Comment

        Working...
        X