Announcement

Collapse
No announcement yet.

Djibouti : les gestes qui sauvent

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Djibouti : les gestes qui sauvent

    La Nation
    Édition N° 51 du Jeudi 29 Avril 2008

    H5N1

    Les gestes qui sauvent

    Le ministère de l'Habitat, de l'Urbanisme, de l'Environnement et de l'Aménagement du territoire a entamé samedi dernier une campagne de sensibilisation sur le virus de la grippe aviaire auprès des jeunes des écoles primaires proches de la côte. Une zone où le risque de contamination du H5N1, appelé aussi l'influenza aviaire, demeure une menace potentielle. L'objectif principal de la campagne est de dispenser les précautions nécessaires et les moyens de protection aux jeunes écoliers âgés de 10 à 13 ans contre l'éventualité d'une infection au virus de la grippe aviaire.

    Baptisée "journées vertes", la première journée de la sensibilisation des jeunes a démarré samedi dernier dans les écoles primaires de la Zone Portuaire Sud (ZPS) et de Doraleh. La campagne s'est poursuivie le lendemain du côté de Douda et Damerjog où les 30 élèves de chaque établissement primaire sur place ont suivi avec attention les explications des spécialistes nationaux sur les réflexes de base susceptibles d'épargner aux humains une contamination au virus H5N1. Initiée conjointement par les ministères de l'Environnement et de l'Education Nationale, la tournée de sensibilisation vise à mieux préparer la population en cas de résurgence des cas de H5N1 au pays. Les experts et communicateurs au contact des écoliers la conçoivent comme une action d'utilité publique. Puisque les premiers provoquent des échanges interactifs avec les publics cibles pour mieux déclencher un déclic collectif quant au besoin d'adopter les mesures de prévention face à cette pandémie. Rappelons qu'un foyer de grippe a été diagnostiqué parmi les volailles décimées d'un poulailler domestique de Boulaos en avril 2006.

    Des examens cliniques sur les corps des volailles avaient, ensuite, confirmé la présence du virus H5N1. Puis, le Ministère de la Santé avait révélé un mois plus tard l'existence d'un premier cas humain de grippe aviaire suite à la contamination d'une petite fille dans la localité de Damerjog.

    Après l'Egypte, Djibouti devenait alors le deuxième pays du continent à reconnaître la présence de cas humain de H5N1 sur son territoire. Ceci pour dire que la menace n'est pas totalement écartée. Les principaux responsables du ministère de l'Environnement en sont persuadés. Ils estiment, en outre, que l'insouciance propre à leur âge favorise une exposition des enfants et adolescents aux risques de contamination. D'où leur mobilisation pour inculquer aux jeunes écoliers les gestes qui sauvent face à la grippe aviaire.

    http://www.lanation.dj/news/2008/ln51/national12.htm
Working...
X