Announcement

Collapse
No announcement yet.

Si les porcs recombinaient les virus aviaires et humains …

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Si les porcs recombinaient les virus aviaires et humains …

    Si les porcs recombinaient les virus aviaires et humains …

    20/02/2012 - Press release

    En 2006, le virus de l’influenza aviaire H5N1, parti d’Asie du sud-est en 2003, était détecté en Afrique tandis qu’un nouveau virus influenza H1N1, maladie successivement nommée « grippe porcine », « grippe mexicaine » puis connue sur le nom de « grippe A », se répandait en 2009 à partir du Mexique dans les zones tempérées et déclenchait de sévères infections grippales chez l’homme.

    Le Cirad et son dispositif GREASE a mis en place dès 2007 des travaux de recherche au Vietnam sur le rôle épidémiologique du porc connu pour ses capacités à jouer le rôle de « melting-pot » de virus aviaires et humains. Ces études effectuées en collaboration avec l’Institut Pasteur de Hong Kong dans les élevages d’Asie du Sud-Est et en lien avec l’école vétérinaire de Toulouse, révèlent en effet une transmission de l’homme au porc du virus H1N1 pandémique puis une transmission entre les animaux eux-mêmes.

    D’autres travaux, en cours avec l’Institut Pasteur à Phnom Penh, en collaboration avec une étudiante Thaï et l’Université de Murdoch, ont démontré que des virus d’origine humaine étaient détectés dans des élevages de porcs au Cambodge. Une nouvelle étude en collaboration avec l’Université de Hong Kong débute actuellement sur des élevages situés au Vietnam et au Laos afin d’améliorer la détection chez le porc de nouvelles souches potentiellement pandémiques.
    Un réservoir de virus

    Une bonne partie de la population porcine serait atteinte à l'échelle mondiale par des virus grippaux aux degrés divers de virulence, transmis par contact direct et indirect par voie aérienne avec des animaux malades ou porteurs sains. Véritable réservoir de ces virus, le porc pourrait surtout recombiner plusieurs types de virus. Comme l’explique François Roger, Directeur de l’Unité de Recherche AGIRs au Cirad : « c’est un événement rare mais toujours possible, le porc peut recombiner des virus aviaires et humains pour créer une souche très adaptée à l’homme. L’Asie du Sud-Est où se côtoient, avec de fortes densités, humains, porcs et volailles constitue un terrain favorable à cette émergence».

    Le Cirad qui travaille à la fois sur des données humaines et animales s’inscrit dans le concept « One Health » aux fins d’optimiser au mieux les systèmes de surveillance et de contrôle de ces maladies qui se transmettent entre les animaux et les hommes.

    François Roger sera présent sur le stand du Cirad au prochain Salon de l’agriculture de Paris (Porte de Versailles, hall 3, Allée C, stand N° 69).

    http://www.cirad.fr/en/news/all-news...es/2012/grippe
    "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
    -Nelson Mandela

  • #2
    Re: Si les porcs recombinaient les virus aviaires et humains …

    Les virus de la grippe jouent un tour de cochon

    Créé le 29/02/2012 à 06h03 -- Mis à jour le 29/02/2012 à 06h03


    Recherche Des élevages d'Asie du sud étudiés par des Montpelliérains

    A peine rentré de mission au Zimbabwe, le chercheur montpelliérain Pierre Roger sera au salon de l'Agriculture ces prochains jours pour présenter ses travaux sur les risques de pandémie grippale liés au cochon. Son équipe vient de découvrir que le porc est récepteur des deux virus de grippe aviaire et humain, H5N1 et H1N1, et qu'il peut les recombiner pour en faire un nouveau virus, plus virulent, plus transmissible et très adapté à l'homme.

    L'Asie, un territoire à risque

    « Nos études avec l'Institut Pasteur de Hong Kong révèlent une transmission de l'homme au porc du virus H1N1, puis une transmission entre les animaux eux-mêmes », explique Pierre Roger, directeur de l'unité de recherche Agir au Cirad de Montpellier. Le cochon sert donc de réservoir et de catalyseur aux nouvelles souches virales...

    http://www.20minutes.fr/article/8885...nt-tour-cochon
    "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
    -Nelson Mandela

    Comment


    • #3
      Re: Si les porcs recombinaient les virus aviaires et humains …

      Le virus de la GRIPPE AVIAIRE identifié chez des porcs chinois

      Actualité publiée il y a 6 jours
      Journal of Clinical Microbiology
      ...
      Une transmission récente du virus de la grippe aviaire aux porcs : Guihong Zhang et ses collègues du Collège de médecine vétérinaire de l'Université agricole de Chine du Sud (Guangzhou) ont testé, de 2010 à 2012, 1080 porcs pour les sous-types H3, H4, H5, H6 du virus de la grippe aviaire, et H1 et H3 du virus de la grippe porcine.
      · 35% des échantillons de sérum s’avèrent positifs pour le virus H1N1,
      · 20% pour le virus H3N2 de la grippe porcine
      · et respectivement 0,93%, 1,6% et 1,8% pour les sous-types H3, H4 et H6 du virus A de la grippe aviaire.

      Ces résultats sont totalement nouveaux, par rapport à 2001, alors qu’aucun des échantillons de sérum n’était positif pour l'un de ces virus. Ces résultats suggèrent donc une transmission récente du virus de la grippe aviaire aux porcs.

      Quels risques ? La question cruciale est de savoir si un virus grippal humain et un virus de la grippe aviaire ou porcine peut se réassortir pour créer un nouveau virus réassorti ayant la capacité de se transmettre d'humain à humain. Il semble aujourd’hui peu probable que l'oiseau puisse être source d’une nouvelle pandémie, car 11 ans après l’épidémie de Hong Kong, la transmission interhumaine est restée limitée. La plupart des experts suggère que les mutations conduisant à un tel virus hautement transmissible dans les virus de la grippe pourraient prendre des décennies. Certes, il y a eu les développements, en laboratoire, de supervirus H5N1, transmissible entre humains et la théorie qu’un tel pourrait bien se développer naturellement et circuler dans la nature. Mais, ici, les chercheurs « optent » plutôt pour une menace plus immédiate d'un virus en provenance du porc. Car les porcs ont sensibles à l'infection par des virus grippaux aviaires et humains à la fois. Le double réassortiment génétique (aviaire / humaine; humaine / porcine) voire le triple (humain / aviaire / porcine) peut donc se produire chez le porc.
      ...

      Article complet:
      http://www.santelog.com/news/prevent...tm#lirelasuite
      "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
      -Nelson Mandela

      Comment

      Working...
      X