Announcement

Collapse
No announcement yet.

Opinion - Le pèlerinage à la Mecque doit-il être annulé?

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Opinion - Le pèlerinage à la Mecque doit-il être annulé?

    Un religieux conseille de reporter les pèlerinages

    NOUVELOBS.COM | 11.05.2009 | 10:07
    Le grand mufti de Dubaï conseille aux fidèles de reporter les pèlerinages à La Mecque pour se protéger contre les risques de la grippe porcine.


    Des pèlerins pendant le Hadj, à La Mecque (Reuters)

    Une importante personnalité religieuse de Dubaï a conseillé aux fidèles de reporter les petits pèlerinages à La Mecque en Arabie saoudite et de prier à l'air libre pour se protéger contre les risques de la grippe porcine, indique lundi 11 mai le quotidien local Emaratalyoum.
    Dans une fatwa, un avis religieux autorisé, que le journal dit avoir consulté, cheikh Abdel Aziz Haddad, le grand mufti de Dubaï, a recommandé aux fidèles de "reporter les omras (petits pèlerinages à La Mecque) de deux à trois semaines jusqu'à la stabilisation de la situation" en ce qui concerne la grippe porcine.
    Les fidèles peuvent accomplir la omra à tout moment de l'année, alors que le Hajj, le grand pèlerinage annuel, a lieu à des dates fixes.
    Aucun cas n'a été signalé en Arabie saoudite. Les lieux saints de l'islam, la Meque et Médine, drainent continuellement des fidèles venant de différents pays.

    Eclaircir les rangs


    Cheikh Haddad a également demandé aux fidèles d'éclaircir les rangs pendant les prières collectives dans les mosquées et au mieux de prier dans les patios et les jardins de ces lieux.
    Il a jugé que ce conseil était valable pour les églises, les salles de cinéma et les lieux de rassemblement comme les restaurants.
    Les autorités des Emirats arabes unis, où aucun cas suspect de la grippe porcine n'a été décelé, ont annoncé une série de mesures de précaution contre l'épidémie qui a dépassé le cap des 50 morts dans le monde. (Nouvelobs.com)

    http://tempsreel.nouvelobs.com/speci...lerinages.html

  • #2
    Re: Un religieux conseille de reporter les pèlerinages

    L'Egypte met en garde contre les risques de grippe porcine à La Mecque

    LE CAIRE - Le ministre égyptien de la Santé Hatem al-Gabali a mis en garde contre les risques de grippe porcine pour les millions de pèlerins musulmans se rendant en Arabie saoudite, dans une interview publiée mercredi.
    M. Gabali a déclaré au quotidien Al-Masri Al-Yom que son gouvernement ne pouvait interdire aux quelque 600.000 pèlerins égyptiens de se rendre à la Mecque, premier lieu saint de l'islam dans l'ouest du royaume saoudien, car cette décision revient aux dignitaires religieux.
    Mais, selon lui, les autorités peuvent les placer en quarantaine à leur retour. "Nous pourrons ouvrir une quarantaine et dire: personne ne retournera chez lui d'Arabie saoudite".
    "Il y a une grande possibilité" que la grippe A (H1N1), qui a tué 80 personnes et contaminé près de 10.000 personnes dans 39 pays, atteigne l'Egypte pendant la saison du hajj et de l'omra (petit pèlerinage), a dit le ministre.
    Aucun cas de grippe porcine n'a pour l'instant été déclaré en Egypte qui a annoncé début mai l'abattage de tout son cheptel porcin (près de 250.000 bêtes).
    Le hajj, prévu cette année fin novembre, a réuni l'an dernier plus de 2,5 millions de personnes dans la ville sainte de l'islam.
    Déjà, des spécialistes réunis lors d'un congrès médical à Helsinki ces derniers jours ont averti que le pèlerinage pourrait gravement compliquer la gestion de la grippe porcine si le virus continue à constituer une menace durant la période du hajj.
    L'Egypte, le pays le plus peuplé du monde arabe, lutte déjà contre la grippe aviaire, qui a tué 27 personnes depuis son apparition dans le pays en février 2006.
    (©AFP / 20 mai 2009 13h42)

    <!-- FIN DE LA NEWS --> <!-- DEBUT DES BOUTONS FINANCE --> <script src="http://www.romandie.com/js/modal_message/ajax.js"></script> <script src="http://www.romandie.com/js/modal_message/ajax-dynamic-content.js"></script> <script src="http://www.romandie.com/js/modal_message/modal.js"></script> <table class="colonne_gauche marge_news_int" cellpadding="0" cellspacing="0" width="100%"><tbody><tr><td valign="top"><link rel="stylesheet" type="text/css" href="http://www.romandie.com/js/modal_message/modal.css"> <script type="text/javascript"> messageObj = new DHTML_modalMessage(); // We only create one object of this class messageObj.setShadowOffset(5); // Large shadow function displayStaticMessage(messageContent,cssClass) { messageObj.setHtmlContent(messageContent); messageObj.setSize(600,400); messageObj.setCssClassMessageBox(cssClass); messageObj.setSource(false); // no html source since we want to use a static message here. messageObj.setShadowDivVisible(false); // Disable shadow for these boxes messageObj.display(); } function closeMessage() { messageObj.close(); } </script> </td></tr></tbody></table>
    http://www.romandie.com/ats/news/090...4.j25f895m.asp

    Comment


    • #3
      Re: Un religieux conseille de reporter les pèlerinages

      <TABLE cellSpacing=0 cellPadding=0 width="96%" align=left bgColor=#f3f9ec border=0><TBODY><TR><TD class=smalltext style="FONT-WEIGHT: bold" align=right bgColor=#ffffff colSpan=2 height=10><TABLE cellSpacing=0 cellPadding=0 width="100%" border=0><TBODY><TR><TD width="63%">
      No: 827 du Vendredi 29 au Dimanche 31 Mai 2009 )
      </TD><TD width="37%">
      Le vendredi 29 mai 2009
      </TD></TR></TBODY></TABLE></TD></TR><TR><TD class="text style6" background=GHX2/large_tab-(innerpage).gif colSpan=2 height=18> Actualite</TD></TR><TR><TD bgColor=#ffffff height=5></TD><TD bgColor=#ffffff></TD></TR><TR><TD vAlign=top width="62%" bgColor=#f3f9ec><TABLE cellSpacing=0 cellPadding=0 width="98%" align=left border=0><TBODY><TR><TD class=text style="COLOR: #ed1a3d" height=20>Grippe aviaire</TD></TR><TR><TD class=smalltext style="COLOR: #ed1a3d">Pèlerinage risqué ?
      </TD></TR><TR><TD class=smalltext>On se rappelle l'année où la grippe aviaire avait contraint les musulmans à se priver de sa-crifice le jour de l'Eid. Cette année 2009, les pèlerins risquent bien de ne pas décoller. Bien que La Mecque n'ait pas été touchée par le virus A (H1NI), les recommandations de rester chez soi se font de plus en plus nombreuses et persistantes.
      </TD></TR><TR><TD class=smalltext>
      </TD></TR></TBODY></TABLE></TD><TD vAlign=top width="38%" background="GHX2/pasd'image.gif" bgColor=#f3f9ec>
      <TABLE borderColor=#ffffff cellSpacing=0 cellPadding=0 width=150 background="GHX2/pasd'image.gif" border=1><TBODY><TR><TD borderColor=#000000 bgColor=#ffffff></TD></TR></TBODY></TABLE>
      </TD></TR><TR><TD vAlign=top bgColor=#f3f9ec colSpan=2><TABLE cellSpacing=0 cellPadding=0 width="98%" align=left border=0><TBODY><TR><TD>« Imaginez, vous avez un virus qui commence à se transmettre à travers le monde, vous rassemblez des gens de tous les pays, vous les mettez ensemble pendant deux semaines, et vous renvoyez tout le monde à la maison », a déclaré à l'AFP Albert Osterhaus, un virologue de l'université de Rotterdam.

      La ville sainte a réuni en 2008 plus de 2,5 millions de pèlerins, venus du monde entier. Le plus grand rassemblement mondial, qui aura lieu cette année en novembre, pourrait bien constituer une menace, si la pandémie ne s'atténue pas dans les prochains mois. « Nous ne pouvons pas prédire ce qu'il en sera à ce moment-là, le virus pourrait être ravageur, il pourrait ne pas l'être, il pourrait disparaître », a souligné M. Osterhaus, un des meilleurs experts européens en virologie, qui dirige le centre médical Erasmus à Rotterdam.

      Vigilance

      Une situation qui s'avère donc délicate pour les organisateurs du hajj, d'autant que ce n'est pas un événement qui s'annule, à l'instar d'un « concert de Pink Floyd », tel que l'aura relevé Andreas Voess, professeur au centre médical de l'université de Nimègue, aux Pays-Bas. « Pas d'alarmisme », recommandent les spécialistes, mais s'y préparer, notamment avec l'assistance de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), est plus que nécessaire : « Ils doivent commencer à y réfléchir maintenant et pas lorsqu'ils auront le premier pèlerin atteint de la grippe. »

      Le ministre égyptien Hatem al-Gabali a déclaré impossible d'interdire le voyage aux quelque 600 000 pèlerins égyptiens, mais lance une mise en garde. De même, un haut dignitaire religieux de Dubaï a recommandé aux fidèles de reporter à plus tard les « petits pèlerinages » (ou omra), et de prier à l'air libre pour limiter les risques de contaminations par le virus H1N1.

      Depuis la découverte du virus au Mexique en avril dernier, plus de 8 800 personnes ont été contaminées dans le monde et 74 sont décédées, la plupart des cas se trouvant en Amérique du Nord, selon l'OMS. A l'heure actuelle, 19 cas sont confirmés en France.

      Bien que l'OMS hésite à passer au niveau d'alerte maximal, les experts redoutent une mutation génétique qui pourrait en faire un tueur redoutable, semblable à la grippe espagnole de 1918-1919, qui avait fait près de 50 millions de morts.

      source :saphirnews
      </TD></TR></TBODY></TABLE>
      </TD></TR><TR><TD class=smalltext vAlign=center colSpan=2 height=30>
      Back

      http://www.impactnews.mu/News_View.asp?NID=6346

      </TD></TR></TBODY></TABLE>

      Comment


      • #4
        Re: Un religieux conseille de reporter les pèlerinages

        Le Hajj 2009 pris en grippe

        Peut-on imaginer interdire ce qui constitue chaque année la plus grande réunion de personnes au monde?

        lundi 1 juin

        <!--paging_filter-->Des virologistes posent d'ores et déjà la question de l'interdiction du prochain pèlerinage à La Mecque
        La police sanitaire peut-elle interdire certains rituels religieux? Grave question. Ces dernières semaines nous avons vu, au Mexique, les responsables catholiques accepter, sans trop rechigner, de ne pas célébrer les messes dominicales. Les autorités sanitaires nationales les avaient alors convaincus de cete règle qui veut que les grands rassemblements humains amplifient statistiquement le risque de contamination virale au sein de notre espèce. Et que ceci vaut aussi dans les églises; même le dimanche; même au Mexique.
        Mais voici, toujours dans le champ du religieux, que l'affaire prend une toute autre dimension: la question est désormais ouvertement posée de savoir s'il faut ou non interdire le prochain pèlerinage annuel des musulmans à La Mecque (Arabie Saoudite).

        «Nul ne sait quand surviendra la prochaine pandémie grippale hautement meurtrière qui pourrait faire des centaines de milliers de victimes à travers le monde, pouvait-on lire début mars sur Slate.fr, soit un certain temps avant l'émergence planétaire du A(H1N1) Pour autant, il n'est pas trop tard pour réfléchir aux multiples questions pratiques qui se poseront lorsque chacun sera directement exposé au risque de contamination virale. Et il n'est pas trop tard, non plus, pour s'interroger sur les dangers que ces mesures pourraient faire courir aux libertés individuelles.»

        Prescience? Nullement mais le simple exposé des principales conclusions d'un riche avis que venait alors de rendre public le Comité consultatif national français d'éthique (Ccne). Résumons la problématique: jusqu'où les pouvoirs publics pourront-ils, le moment venu, agir au nom de la santé publique et de l'intérêt collectif ? Et qui définira «le moment venu»? A partir de quand des impératifs sanitaires imposeront-ils, par exemple, des mesures contraignantes de restriction à la liberté -souvent constitutionnelle- de circulation des personnes ?

        En mars dernier le Ccne citait le Montesquieu de «De l'esprit des lois» : «Il y a des cas où il faut mettre, pour un moment, un voile sur la liberté, comme l'on cache les statues des dieux». Montesquieu mesurait-il alors à quel point son propos, à quelques siècles de distance, deviendrait doublement prophétique ?
        Voici donc, en marge des multiples interrogations soulevées par la progression internationale A(H1N1), qu'émerge une question sans précédent et d'une considérable complexité. Elle vient d'être posée au sein de la communauté internationale des spécialistes de virologie.: faut-il, dès aujourd'hui et pour de strictes raisons sanitaires, interdire le prochain Hajj prévu pour la fin du mois de novembre prochain ? Une question qui n'a rien d'anecdotique quand on connaît l'importance majeure que la communauté musulmane accorde à ce pèlerinage. Rien d'anecdotique non plus quand on sait que l'an dernier le hajj a réuni plus de 2,5 millions de personnes dans la ville sainte de l'islam.

        Mais peut-on, ne serait-ce qu'un instant, raisonnablement imaginer interdire ce qui constitue chaque année la plus grande réunion de personnes au monde ? Pour le Pr Albert Osterhaus, l'une des sommités mondiales de la virologie (centre Erasmus, université de Rotterdam) la question ne se pose pas. «Imaginez, vous avez un virus qui commence à se transmettre à travers le monde, vous rassemblez des gens de tous les pays, vous les mettez ensemble pendant deux semaines, et vous renvoyez tout le monde à la maison, vient-il de déclarer. S'il y a un mécanisme par lequel vous voulez qu'un virus se répande c'est bien celui-là.» Il s'exprimait le 18 mais dans le cadre lors du 19e Congrès européen de microbiologie clinique et des maladies infectieuses qui vient de s'achever à Helsinki.

        Moins provocateurs, d'autres experts estiment qu'éffectivement le Hajj pourrait, le moment venu, compliquer de manière considérable la gestion sanitaire de la pandémie. «Le hajj aura lieu, ce n'est pas comme un concert de Pink Floyd, où vous pouvez dire: «On n'a pas besoin d'un concert». Il sera maintenu, c'est sûr » estime pour sa part le Pr Andreas Voess (centre médical de l'Université de Nimègue, Pays-Bas) cité, comme le Pr Osterhaus, par l'Agence France Presse (AFP).
        L'équation ici posée est à inconnues multiples. Et comme toujours le monstre de la schizophrénie pointe les extrémités de son museau double sous le Voile du Principe de Précaution. Alarmer pour rien, sinon pour un plaisir pervers ? Ou prendre les devants de manière, si la catastrophe survient, à pouvoir (ré)endosser les habits du prophète tout en étant devenu intouchable par la justice des hommes.

        «Je pense que les autorités sanitaires sur place, avec notamment l'assistance de l'OMS vont devoir réfléchir à ce qu'il faut faire, comment informer les personnes concernées, a prudemment déclaré le Pr Voess. Ces autorités doivent être préparées, et elles doivent commencer à y réfléchir maintenant; pas lorsqu'ils auront le premier pèlerin atteint de la grippe. C'est vraiment nécessaire.» La belle affaire quand les mêmes experts expliquent qu'ils sont dans l'incapacité de prévoir à court ou moyen terme l'évolution de la situation épidémiologique....

        Pour le Pr Pentti Huovinen, spécialiste de microbiologie clinique à l'Institut finlandais de la santé publique la difficulté est de trouver un juste milieu entre l'importance de la religion et celle devant être accordée aux menaces sanitaires. «C'est une question à laquelle nous ne pouvons pas répondre facilement» a-t-il reconnu. J'aimerais pouvoir lui dire -s'il ne le savait déjà- qu'il ne fait guère ici qu'enfoncer des portes ouvertes.

        Et côté musulman ? Si l'on en croit l'AFP, quelques jours avant le congrès scientifique d'Helsinki, depuis Dubaï, un haut dignitaire religieux a recommandé aux fidèles de reporter les « petits pèlerinages » à La Mecque. L'affaire avait été rapportée par le quotidien Emaratalyoum. Dans un avis religieux autorisé dont le journal indique avoir pu prendre connaissance, cheikh Abdel Aziz Haddad, grand mufti de Dubaï, a conseillé aux fidèles de «reporter les omras [petits pèlerinages à La Mecque] de deux à trois semaines jusqu'à la stabilisation de la situation». Ce dignitaire a également conseillé aux fidèles d'éclaircir leurs rangs pendant les prières collectives dans les mosquées et, mieux encore, de prier à l'air libre.

        «Prier à l'air libre» ? Imagine-t-on plus belle prescription effectuée au carrefour de la religion et de la médecine ?
        J'entend déjà ceux qui diront qu'il n'y a rien de bien neuf sous la divine éternité du soleil. Certes. Je me souviens qu'en l'an 2000 le hajj avait été à l'origine d'une épidémie de méningites graves dues à un type, nouveau et virulent, de méningocoque (baptisé W 135). Entre les mois de mars et d'octobre 2000, cette épidémie avait, dans neuf pays, touché plus de 300 personnes, dont 27 en France parmi lesquelles 5 étaient mortes. Tous les cas concernaient soit des personnes ayant participé au pélerinage, soit des personnes de leur entourage. En France, l'affaire avait été rapidement mise en évidence par les autorités chargées de la veille sanitaire et les responsables musulmans avaient, dès le mois de mars 2001, participé à une campagne d'information préventive visant à circonscrire au plus vite l'extension des foyers épidémiques.

        En dépit des retards alors pris dans l'organisation de la prévention -retards alors fort opportunément dénoncés par le docteur Alain Fisch, responsable du service des urgences de médecine tropicale à l'hôpital de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) - aucun drame épidémique ne fut à déplorer. Il est vrai qu'en l'espèce un vaccin existait. Dieu merci.
        Jean-Yves Nau
        Photo: Les pélerins tournent autour de la Kaaba dans la grande mosquée de la Mecque Reuters


        http://www.slate.fr/story/5941/peler...pidemie-grippe

        Comment


        • #5
          Re: Un religieux conseille de reporter les pèlerinages

          Grippe porcine: inutile pour l'instant d'annuler les pèlerinages

          LE CAIRE - L'imam de la prestigieuse mosquée d'Al-Azhar, au Caire, a estimé jeudi qu'il n'était pas nécessaire "pour l'instant" de reporter ou d'annuler les pèlerinages à La Mecque en raison de la grippe porcine.
          "Il n'y a pas de nécessité pressante pour l'instant de reporter ou d'annuler la omra et le hajj en raison de la propagation du virus H1N1", a affirmé cheikh Mohammed Sayyed Tantaoui.
          Les fidèles peuvent effectuer la omra (petit pèlerinage) à tout moment. Le hajj, le grand pèlerinage annuel, a lieu à des dates fixes. Il doit se tenir cette année fin novembre.
          Les spécialistes de la question sont "le ministère de la Santé, le syndicat des médecins et l'Organisation mondiale de la Santé", a ajouté cheikh Tantaoui, précisant qu'Al-Azhar n'avait pas été consulté par les autorités sanitaires égyptiennes sur la conformité avec la loi islamique d'un éventuel report.
          L'une des personnes diagnostiquées avec la grippe porcine en Egypte est un Egyptien de 28 ans qui revenait d'Arabie saoudite après y avoir effectué le petit pèlerinage.
          Le ministre égyptien de la Santé, Hatem al-Gabali, a récemment mis en garde contre les risques de grippe porcine pour les millions de pèlerins se rendant en Arabie saoudite.
          L'Arabie, elle, se prépare au risque d'une propagation de la grippe porcine parmi les fidèles se rendant à La Mecque et Médine, lieux saints de l'islam où des cas ont déjà été détectés, selon le ministère saoudien de la Santé.
          (©AFP / 25 juin 2009 18h37)

          Comment


          • #6
            Grippe porcine: Ryad demande aux femmes enceintes d'éviter le pèlerinage

            Grippe porcine: Ryad demande aux femmes enceintes d'éviter le pèlerinage

            RYAD - Les autorités saoudiennes ont demandé mardi aux musulmans âgés et aux femmes enceintes d'éviter d'effectuer le pèlerinage de la Mecque en raison de la pandémie mondiale de grippe porcine.
            "Nous conseillons toujours aux personnes asthmatiques, aux femmes enceintes et aux personnes âgées de ne pas faire le hajj" ou le pèlerinage dans les premiers lieux saints de l'islam à la Mecque et Médine, a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère de la Santé, le Dr Khaled Marghlani.
            Cette année, la menace représentée par le virus A(H1N1) a encore accru la pertinence de ces conseils, a-t-il poursuivi.
            Le gouvernement a également pris une option sur le vaccin anti-grippe porcine en cours d'élaboration, les grands laboratoires pharmaceutiques s'étant lancés dans une course à la production d'un tel produit, a-t-il dit.
            Il prévoit ainsi d'acheter un nombre de doses équivalent à 20% de la population du royaume, qui compte 25,3 millions d'habitants, a ajouté le Dr Marghlani, espérant qu'ils seraient prêts à temps pour le pèlerinage prévu en novembre-décembre.
            "Nous serons l'un des premiers pays sur la liste" pour obtenir les vaccins, a-t-il assuré, précisant que le nombre de cas confirmés de virus en Arabie saoudite atteignait désormais 81.
            La pandémie de A(H1N1) ne cesse de progresser dans le monde, atteignant désormais près de 71.000 personnes dans plus d'une centaine de pays, selon l'Organisation mondiale de la santé. L'OMS a déclaré lundi que le nombre de morts dû au virus s'élevait à 311.
            (©AFP / 30 juin 2009 19h29)

            Comment


            • #7
              Opinion - Le pèlerinage à la Mecque doit-il être annulé?

              [Traduction Google]

              Le pèlerinage à la Mecque doit-il être annulé?

              La grippe porcine menace de transformer cette année en une zone de pèlerinage viral. Sont de la fièvre assez de caméras de détection de pèlerins assurer la sécurité?

              Riazat Butt
              guardian.co.uk, Samedi 4 Juillet 2009 15.00 BST
              Article historique

              Swine grippe a frappé le hadj et le ministère de la santé Saoudite est révélateur de l'incapacité de rester à l'écart pour éviter la capture, mais effectuant le pèlerinage est une obligation pour les musulmans. Que faire?

              Plus tôt cette semaine, le ministre de la Santé saoudien Abdullah al-Rabeeah appelée pour les personnes âgées, les infirmes, les femmes enceintes et les très jeunes enfants de rester à l'écart de l'hadj afin de minimiser leur risque d'être exposé à la grippe porcine.

              L'annonce fait suite à un atelier de prévention et de précaution à Jeddah devant une longue saison de pèlerinage, commençant avec le Ramadan le mois prochain et ensuite à plein régime en Novembre avec hadj.

              Thrillingly, il ya au moins une douzaine de "fièvre de détection" des caméras à l'aéroport de Jeddah, le royaume est le renforcement de ses réserves de Tamiflu et d'encourager les gens à avoir une saison de vaccination avant le début de la saison de pèlerinage pour de bon. Au total, plusieurs millions de personnes seront manger, dormir, prier, de la toux, les éternuements, respiration sifflante et côte à côte. Beau. Le dilemme au cœur de tout cela est la suivante: quel plan d'action devrait prendre les musulmans pratiquants? Les chances sont que si ils vont, ils ont déjà payé pour le voyage de leur vie. Hajj peut coûter des milliers de livres. Le facteur d'hygiène est faible - bien que des masques sont très populaires. Mais comment est-il responsable d'exacerber une pandémie mondiale en procédant à leurs plans, sachant qu'ils sont à la tête du centre de ce que pourrait être une gigantesque incubateur pour le virus? Ils pourraient envisager un bout de la grippe à un petit prix à payer pour une âme purifiée.

              Hors le haut de ma tête, je ne sais pas que les musulmans préfèrent rester à la maison, au lieu de s'exposer à la grippe porcine, la capture et la prise de la maladie avec eux. Je me suis vraiment malade pendant que j'étais là et j'étais une jeune femme en bonne santé prenant des doses de vitamines et minéraux et des lingettes anti-bactériennes. Un photographe a attrapé une pneumonie, je connais quelqu'un d'autre qui a eu une bronchite et la British Clinic - mobile qui fournit un service médical pour les pèlerins du Royaume-Uni - a été inondé à cause des rhumes et des symptômes de grippe. À un moment, la presse a été un chorus line de températures et de nez qui coule et de poumons en souffle de forge. Certains, mais pas tous les pèlerins, attendent jusqu'au crépuscule de leur vie, sachant que s'ils meurent dans l'exercice du cinquième et dernier pilier, ils iront au ciel. J'ai lu que les gens ne devraient pas prier pour mourir en pèlerinage.

              Alors que certains d'entre vous ne sera pas prise en charge des musulmans ou hajj, désespéré, à la fascination des gens superstitieux rituel, il ya des intéressantes questions éthiques en cause. Il serait peut-être blasphématoire à penser cela, mais dans l'intérêt de la santé dans le monde, peut-être hajj doit fermer en 2009.

              -----------------------------------

              [Commentaire: sauf erreur, le Coran n'oblige pas à voager quand on est malade, ni de prier si c'est impossible en raison d'une mauvaise santé. Mais on peut faire un "rattrapage" et de faire ses dévotions ultérieurement. D'autre part, Haj est le vœu ultime de religiosité, et il procure aussi le respect de la société. Quelques personnes ne font des affaires qu'avec des personnes "Haj". Ce doit être un terrible dilemme pour les croyants musulmans. Peut-être l'un de nos membres connaissant mieux que moi pourrait donner un avis? Le bien-être spirituel est important. Merci.]

              Comment


              • #8
                Re: Opinion - Le pèlerinage à la Mecque doit-il être annulé?

                Maroc: Petit pèlerinage et Hajj maintenus

                Rabat, 6 juillet (Apic) Le Conseil supérieur des oulémas (CSO), présidé par le roi Mohamed VI, a estimé dimanche 5 juillet que les "rumeurs" sur la grippe A/H1N1 ne doivent pas, "pour le moment", dissuader les personnes qui comptent accomplir les rites de la Omra (petit pèlerinage) ou du grand pèlerinage musulman en terre d’Arabie, cette année. Face à la propagation de l’épidémie de la grippe porcine dans le royaume wahhabite où cent cas ont été enregistrés, la Tunisie, pays voisin du Maroc, ......

                La suite par abonnement

                Comment


                • #9
                  Re: Opinion - Le pèlerinage à la Mecque doit-il être annulé?

                  Le hajj va-t-il être annulé ?


                  Hajj. Le décès d’une Egyptienne de 28 ans ayant contracté le virus H1N1 à La Mecque, lors d’une omra (petit pèlerinage), relance le débat d’une annulation du hajj. Si, dans les différents pays musulmans, les autorités gouvernementales ne cèdent pas à la panique, le discours est néanmoins à la vigilance. Les mesures prises varient d’un pays à un autre.
                  Depuis quelques jours déjà, les autorités égyptiennes recommandent aux personnes fragiles (femmes enceintes, enfants, personnes âgées, etc.) de ne pas se rendre cette année à La Mecque. Le ministre égyptien de la Santé a quant à lui indiqué que les pèlerins pourraient à leur retour du hajj être mis en quarantaine. La Tunisie, suspendue à l’évolution de la grippe porcine, est allée plus loin en interdisant tout voyage à La Mecque jusqu’à ce qu’une décision soit prise sur la question du hajj. A Bahrein, les musulmans ont été invités à renoncer au hajj cette année. Oman va plus loin, puisque c’est tout bonnement une interdiction d’accomplir la omra qui prévaut à ce jour, interdiction qui pourrait s’appliquer pour le hajj. A contrario, l’Algérie a clairement indiqué qu’il n’y aura pas d’annulation du hajj. De même au Koweït, où l’on se veut moins alarmiste, il n’a pas été demandé aux musulmans de renoncer au hajj. L’accent a plutôt été mis sur la prévention. Les pèlerins seront prioritaires sur le vaccin dès sa disponibilité, prévue pour début octobre, soit bien avant le hajj qui doit avoir lieu en novembre in châ’a-Llâh. Aux Emirats arabes unis, une campagne d’information et de prévention sera menée en collaboration avec les imams qui seront chargés de sensibiliser les fidèles lors de la khutba (sermon) du vendredi. Quant au Maroc, le Conseil supérieur des oulémas ne déconseille pas aux pèlerins de se rendre à La Mecque, mais affirme suivre la situation de très près.
                  En Arabie saoudite, premier pays concerné, le problème est pris très au sérieux. Plusieurs millions de pèlerins, venus du monde entier, vont affluer dans les prochains mois à La Mecque. Le pic d’affluence est évidemment prévu pour la période du hajj. Fin juin, le ministre saoudien de la Santé rencontrait des experts pour décider des mesures à prendre. L’Arabie saoudite a par ailleurs pré-commandé plusieurs millions de doses de vaccins et des zones de quarantaine ont été établies dans les aéroports afin de prévenir tout risque de propagation du virus dans le royaume. Si les autorités gouvernementales ont, comme dans d’autres pays, invité les plus faibles à ne pas se rendre à La Mecque, elles n’entendent pas pour le moment participer à la psychose ambiante. Le mufti d’Arabie saoudite, cheikh Abdelaziz ibn Abdallah Ach-Cheikh, n’a d’ailleurs pas manqué de fustiger ceux qui agitent le chiffon rouge tout en accusant les laboratoires pharmaceutiques d’instrumentaliser cette peur collective. Et de s’interroger : “Pourquoi ceux qui appellent à reporter le Haj et la Omra ne demandent-ils pas également l’arrêt des voyages vers l’Europe ?”
                  Une réunion des ministres arabes de la Santé se tiendra aujourd’hui au Caire, en partenariat avec l’OMS, pour discuter du pèlerinage à La Mecque. D’aucuns émettent la possibilité d’une fatwa.

                  Comment


                  • #10
                    Re: Opinion - Le pèlerinage à la Mecque doit-il être annulé?

                    Grippe A/H1N1: les pays arabes déconseillent le pèlerinage de La Mecque aux plus jeunes, aux malades et aux plus âgés



                    <cite class="auth"> Maggie Michael</cite>
                    Les ministres de la Santé des pays arabes ont décidé lors d'une réunion dans la nuit de mercredi à jeudi d'interdire aux plus jeunes, aux malades chroniques et aux plus âgés d'effectuer cette année le traditionnel pèlerinage de La Mecque en Arabie saoudite pour tenter de limiter ou de ralentir la propagation de la grippe A/H1N1.
                    Toutefois, les ministres ne sont pas allés jusqu'à demander l'annulation pure et simple du "Hadj", une obligation pour tous les musulmans au moins fois dans leur vie et qui attire chaque année plus de trois millions de fidèles dans les deux villes saintes de La Mecque et de Médine.
                    Les experts craignent que le rassemblement très dense à la fin novembre de millions de personnes venues du monde entier, juste après le pic de la saison grippale, ne contribue à accélérer la propagation de la souche A/H1N1. Les ministres de la Santé des pays arabes espèrent ainsi limiter les risques de contagion en n'exposant pas les plus fragiles à la maladie.
                    Mardi, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait annoncé que cette souche avait fait plus de 700 morts depuis le début de l'épidémie. Ce dernier bilan représentait une augmentation de 300 décès depuis le début du mois de juillet, précisait l'agence onusienne avant d'ajouter qu'elle ignorait le nombre de cas dans le monde dans la mesure où elle a cessé de demander aux autorités sanitaires concernées un relevé précis.
                    Les chiffres reçus par l'OMS, on dénombrait au total 952 cas dans la région orientale de la Méditerranée qui englobe les Proche et Moyen-Orients ainsi que l'Afghanistan.
                    Jusqu'à présent, une Egyptienne a succombé à la maladie après un pèlerinage à La Mecque.
                    Les ministres de la Santé des pays arabes estiment que si un vaccin est disponible avant le "Hadj", les pèlerins devront quand même fournir un certification d'immunisation pour obtenir leur visa.
                    L'Egypte est le seul pays au monde à avoir répondu à la menace de propagation de la souche A/H1N1 en décidant l'abattage de quelque 300.000 porcs élevés essentiellement au sein de la communauté chrétienne copte. AP

                    Comment


                    • #11
                      Re: Opinion - Le pèlerinage à la Mecque doit-il être annulé?

                      [Traduction Google, plus de détails]

                      Les ministres de la santé arabes, réunis au Caire, ont décidé d'imposer des restrictions à cette année au pèlerinage musulman à La Mecque

                      Les ministres de la santé arabes, réunis au Caire, ont décidé d'imposer des restrictions à cette année au pèlerinage musulman à La Mecque, dans une tentative de contrôler la propagation du virus H1N1 de grippe porcine. Les ministres sont interdisant ceux de moins de 12 ans et plus de 65 ans de participer.

                      De la crainte grandissante d'une pandémie de grippe dans le monde arabe est arabe des ministres de la santé invite à limiter la participation à cette année, le Hajj.

                      Après une réunion d'urgence au Caire, où participaient plus d'une douzaine de ministres arabes de santé, ils sont convenus d'empêcher les jeunes et les personnes âgées Hajj candidats, ainsi que ceux ayant des problèmes de santé, de voyager en Arabie saoudite pour l'événement annuel.

                      Arabie saoudite, qui abrite le Hajj et de subventions de visas pour les participants, tout d'abord recommandé de restreindre la participation, le mois dernier. Le royaume a eu un certain nombre de cas de grippe H1N1, et les craintes d'une crise de santé au cours de la Mecque étaient derrière le mouvement.

                      Le ministre de la Santé saoudien Abdullah al-Rabeeah a exhorté la presse arabe d'informer le public sur la décision de limiter la participation et Hajj a indiqué que son pays a été l'augmentation du nombre de vaccins contre la grippe sur place pour contrôler une éventuelle épidémie.

                      Le royaume saoudien, selon lui, s'emploie à protéger la santé des pèlerins. Il dit que les recommandations sur la limitation Hajj participants ont été approuvés et seront mis en action, et, espérons-le, à garantir la sécurité de tous ceux qui veulent effectuer leur pèlerinage.

                      Le directeur régional de la Méditerranée orientale de l'Organisation mondiale de la Santé, Hussein Gezairi souligne les recommandations des ministres de la Santé serait appliquée et que les visas ne serait accordé que si les candidats Hajj rencontré toutes les exigences.

                      Il dit que l'organisation des procédures ont été élaborées sur la base des catégories qui ont été déterminés par le ministre de la Santé saoudite. Centres d'approuver les candidats visa sera créé, enregistré, et équipées dans le cadre du ministère de la Santé à empêcher quiconque d'obtenir un visa de documents qui ne sont pas correctement approuvés.

                      Le ministre de la Santé yéménite Abdul Karim Rasae, qui présidait la conférence, a déclaré la décision d'empêcher des personnes vulnérables de participer cette année Hajj a été débattue de long et dur avant d'être approuvé.

                      Il dit que tous les ministres ont profité de leurs discussions et les décisions qui sont arrivés à découlait de leur débat et n'a pas été préparé à l'avance.

                      Le gouvernement saoudien a le pouvoir d'accorder ou de refuser des visas en fonction de son propre gré, et de l'Arabie saoudite a indiqué le mois dernier que la participation cette année à la Mecque doit être limitée.

                      Comment


                      • #12
                        Re: Opinion - Le pèlerinage à la Mecque doit-il être annulé?

                        Société 13/08/2009 à 17h01 (mise à jour le 14/08/2009 à 16h18)

                        La grippe A en travers du chemin de la Mecque ?

                        enquête

                        Certaines voix de la communauté musulmane en France se plaignent du mutisme des autorités face au risque de contagion, à moins de deux mois du pèlerinage à la Mecque.


                        <SMALL>CHARLOTTE BOITIAUX</SMALL>


                        Des pèlerins musulmans entourent la Kaaba, à la Mecque, le 8 décembre 2008. (Ahmed Jadallah / Reuters)
                        • <!--
                        • -->
                        N'en déplaise à Dieu, le grand pèlerinage à la Mecque, prévu cette année en novembre, pourrait coïncider avec le pic de l'épidémie de grippe A. Déjà plus de 1000 cas en France, 600 en Arabie Saoudite, et les autorités sanitaires mondiales s'inquiètent de sa montée en puissance l'hiver prochain.

                        En France, ils sont plus de 25 000 musulmans chaque année (selon les chiffres du Quai d'Orsay) à prendre la route pour rejoindre la ville sainte, et cette fois-ci, la donne risque d'être différente. L'épidémie de grippe porcine contrarie le Hajj (grand pèlerinage) qui se retrouve contraint de conjuguer au mieux devoir sacré et risques pour la santé.

                        Et, si dans les pays musulmans, les autorités commencent à prendre quelques mesures pour enrayer l'épidémie – l'Iran a interdit à ses pèlerins de prendre la route de la Mecque, la Tunisie a suspendu le petit pèlerinage (Omra) et l'Arabie Saoudite et l'Irak réfléchissent à interdire la marche sacrée aux personnes âgées et aux enfants – aucune annonce, pour le moment, du côté de la France, où l'on recense plus de 4 millions de musulmans. Ce mutisme surprend voire inquiète certains membres de la communauté musulmane.
                        Un «no man's land d'informations»


                        Zakaria Nana, le président de SOS pèlerin, ne décolère pas: «Il y aura quand même presque 40 000 citoyens-pèlerins qui prendront la route de la Mecque. La France est l'une des plus grosses délégations au monde et ni le ministère de la Santé ni le Quai d'Orsay ne prend une position claire sur le sujet. Aujourd'hui nous sommes dans un no man's land d'informations».

                        Colère que vient alimenter l'absence de recommandations déjà «surprenante» pour les départs au Moyen-Orient qui ont eu lieu cette semaine. «Rien n'a été mis en place pour ceux qui sont déjà partis en Arabie Saoudite et qui souhaitaient lier le jeûne du ramadan (qui commence le 22 août, ndlr) avec Omra (le petit pèlerinage)».

                        Mais SOS pèlerin ne s'en prend pas aux seules autorités françaises. «L'Arabie Saoudite doit aujourd'hui prendre des décisions claires et des mesures fermes», explique l'association. «Quant au Conseil français du culte musulman, il aurait dû être la voix officielle de ce problème. Il n'a pas communiqué sur le Hajj». Pour le moment, Zakaria Nana estime qu'un tiers des Musulmans de son association a décidé de décaler le pèlerinage à l'année prochaine.
                        «Je n'accuserai pas l'Etat de laxisme»


                        Plus serein, le Conseil français du Culte musulman (CFCM) dit avoir confiance dans les autorités sanitaires françaises et récuse le terme de «polémique» qui entoure l'affaire. Son président, Mohammed Moussaoui, estime qu'il sera nécessaire de fixer des mesures pour le mois de septembre, pas avant.

                        «La population musulmane s'inscrit à la rentrée pour organiser son voyage à la Mecque, c'est à ce moment là que la France devra être claire», explique-t-il. «Pour le moment, aucun pays n'a pris de mesures formelles. Il ne sert à rien de paniquer». Il promet également de se faire l'écho des recommandations françaises: «Si les autorités pensent qu'il y a le moindre risque, je relayerai l'information. En tout cas, je n'accuserai pas le gouvernement de laxisme. Il prendra ses responsabilités le moment venu.» Une réunion est prévue au début du mois de septembre avec le ministère de l'Intérieur.

                        L'Union des organisations islamiques de France (UOIF) déclare pour sa part «se ranger derrière les décisions du CFCM». Son vice président, par intérim, Nazir Hakim, ne préfère pas alimenter la polémique: «Certaines personnes sont mécontentes, certes, mais dans une semaine, toutes les associations musulmanes parleront d'une seule voix sur le dossier», explique-t-il en faisant référence à la réunion normalement prévue d'ici quelques jours entre le CFCM, la Mosquée de Paris, la Fédération nationale des musulmans de France (FNMF) et l'UOIF.
                        Les autorités françaises en contact avec «ses partenaires saoudiens»


                        Le quai d'Orsay se défend de prendre le problème à la légère. «Une attention toute particulière est prêtée cette année à la situation sanitaire et aux risques liés à d'importants rassemblements de pèlerins venant d'un très grand nombre de pays. Nous sommes notamment en contact avec les autorités saoudiennes qui recommandent aux enfants de moins de 12 ans, aux femmes enceintes et aux personnes souffrant de maladies chroniques de reporter leur pèlerinage à La Mecque cette année en raison de l'épidémie de grippe A/H1 N1. En fonction de l'évolution du risque sanitaire, les autorités françaises prendront si nécessaire, en liaison avec nos partenaires saoudiens, les mesures adaptées pour garantir l'accomplissement du pèlerinage à La Mecque dans de bonnes conditions pour nos concitoyens.» Pourtant, aucune information relative à la grippe A n'est encore visible sur la brochure publiée chaque année avant le départ du pèlerinage.

                        Côté ministère de la Santé, et plus précisément à la Direction générale de la santé (DGS), on estime qu'il est encore tôt pour se prononcer sur la question, «nous ne sommes qu'au mois d'août, le ministère communiquera en temps voulu sur la question». Le ministère rappelle que des recommandations générales sont régulièrement actualisées pour chaque pays du globe avec les risques encourus dans chacun d'eux.
                        Pèlerinage et grippe A: un souci pécuniaire


                        Côté voix anonymes, Anya, musulmane pratiquante, conjugue peur de la grippe A et risque financier. Car, explique-t-elle, «je prends mes billets et je réserve mon hébergement dès le mois d'août, ils ne sont pas remboursables. Le pèlerinage me coûte quand même plus de 3000 euros, j'aimerais avoir l'aval de la France avant de partir. Je ne veux pas prendre de risques».

                        Idem pour Nourredine, un jeune de 25 ans pour qui «le voyage coûte très cher» mais qui n'annulerait son pèlerinage que si l'Arabie Saoudite le lui conseille, «c'est le pays de la ville sainte qui donne le la pour moi, pas la France», précise-t-il. Il estime toutefois qu'il «serait temps que tous les pays prennent une décision commune sur le sujet.»

                        Plus vindicatif, Mohammed, 55 ans, s'impatiente: «Je pars dans trois jours faire le ramadan à côté de la Mecque, je n'ai reçu aucune consigne, aucune recommandation spéciale, dois-je vraiment penser que je suis un citoyen de seconde zone?», se désole-t-il.

                        http://www.liberation.fr/societe/010...e-les-pelerins

                        Comment


                        • #13
                          Re: Opinion - Le pèlerinage à la Mecque doit-il être annulé?

                          Le ramadan sous le signe de la grippe A(H1N1)

                          Mise à jour le samedi 22 août 2009 à 20 h 26
                          <SCRIPT language=javascript type=text/javascript> oSrc.oPlusX.writeBarPartage('top'); </SCRIPT>Commentez (3) »PartagerCourrielFacebook
                          Imprimer


                          <TABLE class=" contentImgTable imgCentrer " cellSpacing=0><TBODY><TR><TD><!--test martin--> </TD></TR><TR><TD>Photo: AFP/AFP PHOTO/STR
                          Deux femmes en pèlerinage à la Mecque, le 19 août dernier.
                          </TD></TR></TBODY></TABLE>
                          La grippe A(H1N1) s'immisce dans les célébrations du ramadan. Elle a en effet conduit plusieurs autorités religieuses musulmanes à inviter les fidèles à reporter le petit pèlerinage à La Mecque, en Arabie Saoudite.

                          Chaque année, des centaines de milliers de musulmans convergent vers ce haut lieu saint de l'Islam.

                          Il existe deux types de pèlerinages: l'Omra ou petit pèlerinage, qui peut s'effectuer tout au long de l'année et le hadj, ou grand pèlerinage, dont la date est fixe, soit fin novembre cette année.



                          Le temps est à la prudence

                          En entrevue à Radio-France International, le directeur de l'Institut des maladies infectieuses, Jean-François Delfraissy, déclare que « le ramadan fragilise un peu plus les personnes déjà affaiblies et les voyages favorisent la propagation du virus. »

                          L'OMS a émis un avertissement général au sujet de la grippe A (H1N1) à l'attention des personnes les plus vulnérables, à savoir les personnes de plus de 65 ans, les enfants de moins de 12 ans et les femmes enceintes.
                          Pour sa part, l'Égypte impose des restrictions sur les déplacements en Arabie Saoudite et l'Iran les interdit.

                          Le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Mohamed Moussaoui, rappelle l'un des principes spirituels liés au pèlerinage, celui de « l'auto-interdiction ».

                          « Si le risque sanitaire est avéré, il est du devoir du musulman d'ajourner son pèlerinage à une autre année. »


                          — Mohamed Moussaoui, président du CFCM


                          En Arabie Saoudite, plus de 600 personnes ont été diagnostiquées comme porteuses du virus de la grippe A (H1N1) et 14 personnes sont mortes.

                          Des conséquences économiques imprévues

                          Cité par l'AFP, le porte-parole de la Chambre de commerce et de l'industrie de La Mecque, Saad al-Qurachi, estime que l'activité économique de la ville sainte pourrait baisser de 40 % d'ici les prochains mois.
                          D'ores et déjà, on constate sur place que moins de pèlerins ont fait le voyage à La Mecque cette année.

                          Qu'est-ce que le ramadan ?Le ramadan, l'un des cinq piliers de l'islam, est un mois de jeûne et de prière qui commémore la révélation divine reçue par le prophète Mahomet. Pour les musulmans, le ramadan est un mois de piété, de charité et de frugalité. Le jeûne est perçu comme un effort spirituel, une lutte contre la tentation et la séduction des plaisirs terrestres.



                          Radio-Canada.ca avec Agence France Presse, Radio France International et L'Express

                          http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2009/08/22/003-Ramadan-pandemie-grippeA-H1N1.shtml

                          Comment

                          Working...
                          X