Announcement

Collapse
No announcement yet.

Nouvelle-Calédonie - Plusieurs cas d'un virus non identifié (syndrome grippal)

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Nouvelle-Calédonie - Plusieurs cas d'un virus non identifié (syndrome grippal)

    SOS virus non identifié

    Publié le mardi 03 juillet 2012 à 03H00
    ...

    Patient. Dans ce cabinet de Val Plaisance, la salle d’attente ne désemplit pas. Depuis les dernières vacances scolaires, « cette espèce de virose bronchite-ORL accompagnée de forte fièvre, de maux de gorge et de courbatures fait des ravages depuis plus de trois semaines, indique-t-on.

    Nous parlons de syndrome grippal puisque le virus n’a pas encore été identifié. » Alors que l’épidémie persiste et sort des cours de récré, le médecin responsable du cabinet estime « qu’il ne faut surtout pas s’affoler ni prendre d’antibiotiques mais simplement être patient ». « Un virus circule, c’est certain. Avec le changement de saison et la fatigue personne n’est épargné », ajoute  Michel Jorda, un holomogue de La Coulée.

    Au lycée Anova de Païta, où des parents commencent à s’inquiéter, trente élèves sont absents pour cause de maladie. « Sur 450 enfants ce n’est pas grand-chose mais assez pour dire que l’hiver a bel et bien démarré, estime Carole, l’infirmière. Beaucoup sont venus pour de fortes fièvres, de la toux, cet espèce d’état grippal qui les rend K.-O. Et le mieux à faire, c’est de les renvoyer chez eux. »

    L’institut Pasteur sur le qui-vive

    « Deux types de grippes sont effectivement en circulation, la grippe A et la grippe B. Il y a également la dengue mais voilà il y a d’autres virus qui n’ont pour le moment pas été identifiés », a précisé, hier, le docteur Jean-Paul Grangeon, chef du service des actions sanitaires (Dass). Nous avons quelques cas de grippe, quatre ou cinq par semaine, mais pas assez pour justifier la saturation du service pédiatrie de l’hôpital de Magenta, par exemple. »

    De son côté, l’institut Pasteur ne veut absolument pas « créer la panique » :
    « Nous recherchons le germe mis en cause. Nous savons déjà qu’il ne s’agit pas d’un virus épidémique classique ni d’un virus respiratoire syncytial (VRS - tel que la bronchiolite) que nous affrontons tous les hivers et après l’hiver métropolitain. Mais dans tous les cas, il n’y a rien d’alarmant. Nous sommes en période épidémique, il est normal que les virus circulent. »

    Le docteur Grangeon, lui, rappelle que toute personne infectée doit se rendre chez son médecin afin d’éviter la surinfection « qui peut entraîner des complications chez les enfants, les personnes âgées ou encore les personnes à risques telles que celles atteintes de maladies cardio-respiratoires ». Et de préciser qu’il est essentiel pour ces mêmes personnes de se faire vacciner contre la grippe, dès le mois de novembre.

    Marion Pignot

    Article complet:
    http://www.lnc.nc/article/pays/sos-virus-non-identifie
    "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
    -Nelson Mandela
Working...
X