Announcement

Collapse
No announcement yet.

GESTION DE LA GRIPPE A/H1N1 : L’Académie de médecine critique...

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • GESTION DE LA GRIPPE A/H1N1 : L’Académie de médecine critique...

    GESTION DE LA GRIPPE A/H1N1 : L’Académie de médecine critique...
    <!-- RSPEAK_STOP -->
    <!-- RSPEAK_START --> Commission des maladies infectieuses
    L’Académie nationale de médecine publie au mardi 23 février un nouveau communiqué sur la grippe à virus A/H1N1 (pour variant) présenté par le Pr. Pierre Bégué au nom de la Commission VII des maladies infectieuses et médecine tropicale et de la Sous-commission des vaccinations. <o:p></o:p>
    Il s’agit, précise l’Académie, d’un complément de son précédent communiqué, diffusé le 13 octobre 2009, dans lequel notamment certains académiciens se proposaient comme vaccinateurs.<o:p></o:p>
    Dans celui-ci, l’Académie nationale de médecine formule les remarques suivantes à propos du déroulement de la campagne de vaccination ciblée contre la grippe pandémique, dont les bases sanitaires étaient justifiées… mais pas le reste, il faut le dire, l’auguste assemblée est critique cette fois…<o:p></o:p>
    La communication médiatique intense et les propos alarmistes ont fait naître rapidement des doutes dans le public sur la réalité des dangers alors difficilement évaluables. Un tel excès risque d’émousser l’adhésion de la population en cas d’une nouvelle alerte de santé publique.<o:p></o:p>
    <o:p> </o:p>
    La stratégie vaccinale imposée par le ministère de la Santé avec recours aux Centres de vaccination s’est heurtée à des difficultés logistiques et psychologiques dans la population française, où la vaccination est assurée depuis longtemps à 90% par la médecine libérale (médecins généralistes et pédiatres). L’association d’emblée de ces praticiens de proximité au plan de vaccination aurait sensiblement amélioré l’adhésion de la population.<o:p></o:p>
    <o:p> </o:p>
    Pas de débat préalable :Le choix entre une vaccination de masse et une vaccination ciblée pour les personnes à risques n’a pas fait l’objet d’un débat préalable. L’acquisition des vaccins aurait du se faire par étapes en fonction de l’évolution de la pandémie au sein de la population générale. La décision d’une vaccination de masse aurait dû être expliquée et justifiée.<o:p></o:p>
    <o:p> </o:p>
    Pas d’évaluation précise : L’évolution actuelle de la pandémie est rassurante, mais un ou plusieurs rebonds ne peuvent être exclus, légitimant la poursuite de la vaccination. A la fin de cette première campagne, l’efficacité, les effets secondaires et le coût de la vaccination ciblée devront être évalués avec précision.<o:p></o:p>
    <o:p> </o:p>
    In fine, l’Académie nationale de médecine considère que dans de telles circonstances une meilleure concertation entre les autorités sanitaires, les comités d’experts, l’industrie pharmaceutique, les sociétés savantes et les praticiens (généralistes et pédiatres) est indispensable et elle souhaiterait être associée à l’évaluation de cette vaccination<o:p></o:p>
    Source : Académie nationale de médecine, bureau de la Communication, mise en ligne par Yann-Mikael Dadot, Santé log, le 25 février 2010 (Vignette novartis)
Working...
X