Announcement

Collapse
No announcement yet.

Vers une recrudescence de méningites liée à la grippe A H1N1 ?

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Vers une recrudescence de méningites liée à la grippe A H1N1 ?

    <table cellpadding="0" cellspacing="0" width="98%"><tbody><tr><td class="itemHead">Vers une recrudescence de méningites liée à la grippe A H1N1 ?</td> </tr> <tr> <td class="itemInfo"> le 17-07-09 </td> </tr> <tr> <td>La pandémie grippale pourrait entraîner une augmentation des cas de méningites bactériennes à méningocoque C selon le Haut Conseil de la Santé Publique, qui préconise une vaccination systématique. Explications.


    Comme le précise le Haut Conseil de la Santé Publique dans un rapport rendu public début juillet, les épidémies de grippe sont suivies, avec un décalage de quelques semaines, d’une "augmentation de l’incidence des infections invasives à méningocoque avec une augmentation du pourcentage de purpura fulminans et de la létalité." Le lien entre grippe et méningite bactérienne est clairement établi, et plusieurs travaux récents avancent une explication à cette association: La neuraminidase virale semble agir sur la capsule du méningocoque contenant l’acide polysialique (notamment des souches du sérogroupe C). Cette action a pour conséquence l’augmentation de l’adhésion du méningocoque aux cellules infectée par le virus.On peut donc craindre selon ce même Conseil "que la prochaine pandémie grippale ne soit à l’origine d’une augmentation de l’incidence des infections invasives à méningocoques, ce qui pourrait justifier une vaccination contre le méningocoque de sérogroupe C avant que la pandémie ne s’installe."

    D'autre part, devant le faible nombre de cas recensés en 2002, le Comité technique des vaccination n'avait pas retenu le principe de vaccination systématique, alors que d'autres pays faisaient le choix inverse. En 2008, l'incidence des cas français était l'une des plus élevées d'Europe.

    Le Haut Conseil de la Santé Publique préconise donc une vaccination systématique chez le sujet à partir de 12 mois et jusqu’à 24 ans révolus, en une injection unique. Les trois vaccins actuellement disponibles sur le marché pourront être indifféremment utilisés. A ce jour, le Ministère de la Santé n'a pas validé cet avis.











    <table><tbody><tr><td valign="top">Nouveau</td> <td valign="top">24/04/2009</td> <td valign="top">Vaccination par le vaccin méningococcique conjugué de sérogroupe C



    (180 ko)

    Vaccination par le vaccin méningococcique conjugué de sérogroupe C (654 ko)


    Extrait du 1er pdf
    Association spatiotemporelle entre infections invasives à méningocoques et grippe
    Dans la perspective de la survenue prochaine d’une pandémie grippale, l’association spatiotemporelle entre les infections invasives à méningocoques et la grippe mérite considération. Cette association est un fait bien établi : les épidémies de grippe sont suivies, avec un décalage de quelques semaines, d’une augmentation de l’incidence des infections invasives à méningocoque avec une augmentation du pourcentage de purpura fulminans et de la létalité [13-16]. Un travail collaboratif récent de l’Unité des infections bactériennes invasives (CNR des méningocoques) et l’Unité de génétique moléculaire des virus (CNR Nord du virus influenza) a confirmé cette observation et a proposé un mécanisme à cette association. La neuraminidase virale semble agir sur la capsule du méningocoque contenant l’acide poly sialique (notamment des souches du sérogroupe C). Cette action a pour conséquence l’augmentation de l’adhésion du méningocoque aux cellules infectée par le virus[17].




    </td></tr></tbody></table>
    </td></tr></tbody></table>
Working...
X