Announcement

Collapse
No announcement yet.

Des milliards pour des antiviraux jugés peu efficaces

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Des milliards pour des antiviraux jugés peu efficaces

    Des milliards pour des antiviraux jugés peu efficaces

    Mise à jour il y a 42 minutes

    Les médicaments contre la grippe Tamiflu et Relenza sont peu efficaces, selon un groupe d'experts indépendants. L'analyse du groupe Cochrane, publiée dans le « British Medical Journal », remet en question les milliards de dollars dépensés à travers le monde pour établir des réserves de ces médicaments en cas d'une pandémie.

    Un texte de Frédéric Zalac

    Le Canada a versé plus de 180 millions de dollars pour le stockage de Tamiflu et de Relenza depuis 2004.

    Ces médicaments sont administrés à ceux qui ont déjà contracté le virus de la grippe afin de les aider à guérir plus rapidement. Or, cette nouvelle étude démontre que les antiviraux ne réduisent la durée des symptômes de la grippe que d'une demi-journée et n'auraient un effet à peine plus prononcé que l'acétaminophène (Tylenol), un médicament en vente libre qui coûte beaucoup moins cher. De plus, le Tamiflu comporte des effets secondaires néfastes. Selon les chercheurs, le Tamiflu cause la nausée, le vomissement et le mal de tête. Il pourrait être associé, dans de rares cas, à des problèmes rénaux et à des effets neuropsychiatriques.

    Les gouvernements ont décidé de stocker le Tamiflu en se fiant à des analyses financées par Roche qui suggèrent que son médicament peut réduire les hospitalisations et les complications dues à la grippe, comme la pneumonie et la bronchite. Les chercheurs du groupe Cochrane n'ont pas trouvé de preuves concluantes à cet effet.

    « Les gouvernements ont dépensé des millions ou des milliards de dollars, pour des médicaments qui étaient très peu efficaces », dit la professeure en santé publique de l'Université de la Colombie-Britannique, Barbara Mintzes, qui a lu la nouvelle étude. « On peut vraiment se poser des questions si c'était une mauvaise dépense d'argent », conclut-elle.

    Réunis à Toronto, les dirigeants des agences de santé publique du Canada disent qu'ils liront attentivement cette nouvelle analyse et d'autres études afin décider de l'avenir des réserves d'antiviraux. Selon le Dr Robert Strang, porte-parole du groupe et médecin-hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse, des études par observation effectuées durant la crise du H1N1 en 2009 montrent que ces médicaments agissent bel et bien, particulièrement chez les patients à risque.

    /.../

    http://ici.radio-canada.ca/nouvelles...cochrane.shtml
Working...
X