Announcement

Collapse
No announcement yet.

La pandémie de grippe peut estropier l'industrie de voyage

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • La pandémie de grippe peut estropier l'industrie de voyage

    Traduction automatique


    2009/05/17

    La pandémie de grippe peut estropier l'industrie de voyage

    <!-- AddThis Button BEGIN --><SCRIPT type=text/javascript>addthis_pub = 'nstonline';</SCRIPT><SCRIPT src="http://s7.addthis.com/js/152/addthis_widget.js" type=text/javascript></SCRIPT> <!-- AddThis Button END -->
    <!--start pix1--><!--end pix1-->

    FLORIANOPOLIS (Br&#233;sil) : Si la manifestation de la grippe A (H1N1) se transforme en v&#233;ritable pand&#233;mie globale, les cons&#233;quences pour l'industrie de voyage pourraient &#234;tre d&#233;vastatrices, un &#233;conomiste respect&#233; a dit une conf&#233;rence de voyage du monde ici vendredi.
    <!--start pix2 & pix3--><TABLE cellSpacing=3 cellPadding=0 width=200 align=right><TBODY></TBODY></TABLE><!--end pix2 & pix3-->&#171; Les effets sur l'industrie du tourisme seraient tr&#232;s, tr&#232;s grave, &#187; John Walker, chef des sciences &#233;conomiques fermes britanniques d'Oxford, ont dit pendant qu'il pr&#233;sentait des pr&#233;visions que sa soci&#233;t&#233; s'&#233;tait pr&#233;par&#233;es &#224; l'organisation mondiale de la sant&#233; (OMS).

    Le pire sc&#233;nario pourrait voir le nombre de voyageurs se laissant tomber par 25 &#224; 30 pour cent, et l'&#233;conomie globale frapp&#233;e avec plus qu'US$2 trillion (RM7.12 trillion) dans les pertes, il a dit le sommet global de voyage et de tourisme organis&#233; par le voyage du monde et le Conseil de tourisme dans la ressource br&#233;silienne m&#233;ridionale de Florianopolis.

    Bien que lui et d'autres participants sup&#233;rieurs &#224; l'&#233;v&#233;nement aient tout observ&#233; que la manifestation de la grippe H1N1 avait jusqu'ici &#233;t&#233; ext&#233;rieur relativement doux du Mexique, ils ont averti que son retour possible sous la forme mut&#233;e en hiver a laiss&#233; &#224; peu la cause pour le confort.

    Une pand&#233;mie limit&#233;e juste &#224; quelques pays aurait peu d'effet global parce que les gens d&#233;caleraient probablement juste leurs destinations de vacances &#224; partir des taches affect&#233;es, il a expliqu&#233;, bas&#233; sur ce qui s'est produit pendant l'&#233;pid&#233;mie 2003 de SRAS (syndrome respiratoire aigu s&#233;v&#232;re) en Chine.

    <CENTER><!-- start video--><!-- end video--></CENTER>Mais une diffusion g&#233;n&#233;ralis&#233;e de H1N1 a pu faire perdre l'&#233;conomie mondiale US$2.2 trillion r&#233;parti cette ann&#233;e et l'ann&#233;e prochaine, compar&#233; &#224; US$25 milliard dans le cas du SRAS.

    Les pertes seraient non seulement sous forme de voyage r&#233;duit ou cal&#233;, mais &#233;galement d'une coupe de jusqu'&#224; 30 pour cent dans la d&#233;pense discr&#233;tionnaire et d'autre couler-sur des effets de la crainte de la grippe, l'&#233;conomiste a dit.

    Les participants participant &#224; un panneau sp&#233;cial discutant la manifestation de grippe et ses cons&#233;quences pour l'industrie de voyage ont pris les m&#233;dias &#224; la t&#226;che pour hyping per&#231;u des dangers de la maladie de sa manifestation au Mexique.

    &#171; Je consid&#232;re il y avait une r&#233;action exag&#233;r&#233;e, &#187; Geoffrey Lipman, s&#233;cr&#233;taire g&#233;n&#233;ral adjoint pour le tourisme du monde de l'ONU, ai dit la conf&#233;rence.

    Lui et d'autres membres du jury ont dit qu'ils avaient r&#233;p&#233;t&#233; un message que la manifestation courante de grippe devrait &#234;tre par&#233;e avec d'autres d'hygi&#232;ne de base mesures handwashing fr&#233;quent et, et le voyage ne devrait pas &#234;tre limit&#233;.

    Mais ils ont convenu qu'ils ont eu peu de contr&#244;le au-dessus de la mani&#232;re que les m&#233;dias ont manipul&#233; l'histoire, ou de la r&#233;action des gouvernements effray&#233;s et du public.

    &#171; Je ne pense pas que les gens vont retourner au Mexique demain, &#187; a dit Arnie Weissmann, r&#233;dacteur de l'hebdomadaire de voyage de magasin du commerce d'industrie.

    Demand&#233; par un participant de conf&#233;rence pourquoi les compagnies de voyage ne se sont pas r&#233;unies ensemble pour produire une campagne &#171; sexy &#187; indiquant des passagers que le voyage &#233;tait encore s&#251;r en d&#233;pit des craintes de grippe, Jeff Rutledge, cadre sup&#233;rieur de la compagnie d'assurance d'aide de voyage d'AIG, r&#233;pondu : &#171; Il est difficile de rendre le message du risque sexy. &#187;

    Comme les chefs de l'industrie de voyage du monde attaqu&#233;e au probl&#232;me, Mexique -- l'&#233;picentre de la crise de grippe -- dit vendredi elle serait &#171; tr&#232;s proche &#187; de ma&#238;triser son &#233;pid&#233;mie vers la fin de ce mois ou en juin.

    Le ministre de sant&#233; mexicain Jose'Angel Cordova, qui a eu depuis la semaine derni&#232;re sugg&#233;rant l'&#233;pid&#233;mie &#233;tait disponible, admis &#171; nous ne peut pas savoir quand nous l'aurons contenue &#187;, mais pens&#233; la plupart des cas soyez &#171; sporadique &#187; dans des semaines.

    Jusqu'ici, 66 personnes au Mexique et cinq personnes aux Etats-Unis sont mortes du virus, et le Canada et le Costa Rica ont chaque une mort rapport&#233;e.

    Plus de 7.500 personnes dans au moins 34 pays ont &#233;t&#233; confirm&#233;es avec des infections de la grippe H1N1, selon l'OMS, qui a dit qu'il &#233;tait probable un nombre &#171; significatif &#187; de d'autres autour du monde a &#233;galement eu le virus. -- AFP

    http://www.nst.com.my/Current_News/N...cle/index_html

  • #2
    Re: La pandémie de grippe peut estropier l'industrie de voyage

    Les compagnies aériennes américaines doivent encore se serrer la ceinture


    De Charlotte RAAB et Julien GIRAULT –
    NEW YORK (AFP) — Les principales compagnies aériennes américaines ont annoncé jeudi qu'elles allaient encore devoir se serrer la ceinture, après une année 2008 difficile, face à la chute du trafic amplifiée par la pandémie de grippe porcine et le renchérissement du coût du kérosène.
    Deux d'entre elles ont annoncé des réductions de capacité: Delta Airlines va supprimer 10% de ses sièges, dont 15% à l'international. American Airlines va de son côté intensifier un effort annoncé en janvier, supprimant non plus 6,5% mais 7,5% du nombre de sièges offerts sur ses lignes.
    United Airlines, participant comme ses concurrentes à une conférence organisée par Merrill Lynch/Bank of America, n'a pas exclu une telle possibilité et US Airways a laissé prévoir que ses liaisons transatlantiques seraient réduites.
    Delta a clairement identifié les responsables: "la pression sur nos coûts exercée par l'envolée des prix du kérosène, qui ont crû de 20% depuis le début de l'année, associée à une moindre fréquentation, sous l'effet de la grippe porcine, ont créé un environnement très difficile".
    Tant Delta que American Airlines attendront la fin des voyages d'été pour réduire leurs dessertes, espérant profiter au maximum du trafic des vacanciers, qui montre des signes de reprise, avec une demande "très forte" depuis la fin mai, selon le président de US Airways Scott Kirby.
    Mais ces voyageurs tirent sur les prix, et "il n'y a pas encore de reprise pour les voyages d'affaires", plus rentables. Et de conclure que "le marché a touché le fond, mais ne s'améliore pas encore".
    "Le début juin ne montre pas de tournant, nous n'attendons aucune amélioration à court terme", a renchéri le PDG de la compagnie à bas prix Southwest, Gary Kelly.
    Le président de Delta Ed Bastian a estimé que la grippe porcine A(H1N1) entraînerait un manque à gagner de 125 à 150 millions de dollars rien qu'entre avril et juin, avec une prolongation sur le troisième trimestre.
    "L'impact massif a été sur nos réservations et nos ventes en Asie", a-t-il dit, tout notant une certaine reprise depuis deux semaines dans cette région.
    Quant à la volatilité du prix du kérosène, elle constitue toujours un casse-tête pour les transporteurs, pour qui c'est un poste de dépenses massif (le tiers des coûts pour la compagnie canadienne à bas prix WestJet).
    Ces derniers mois la brutale chute des cours du pétrole, après ses prix records de l'été, avait apporté une bouffée d'oxygène bienvenue.
    Aujourd'hui, avec la remontée des cours, "les achat de couverture viennent de nouveau à l'esprit de tout le monde", a déclaré le patron de la stratégie de United Airlines Greg Taylor.
    Mais "les achats de couverture vous permettent de gagner du temps, ils ne permettent pas d'inverser la hausse du pétrole", a expliqué M. Taylor.
    Au début du mois l'Association internationale du transport aérien (IATA) avait prévenu que les compagnies mondiales perdraient collectivement 9 milliards de dollars cette année, leurs difficultés ayant été alourdies par la grippe porcine. "Maintenant les prix du kérosène augmentent, c'est une mauvaise nouvelle", avait prévenu son directeur général Giovanni Bisignani.
    Certains tiennent néanmoins à préparer l'après-crise: United a ainsi confirmé qu'elle allait passer une commande d'avions géante, pour anticiper sur le vieillissement de sa flotte et profiter de la "faim de commandes" des avionneurs.
    American Airlines, qui a acheté 42 nouveaux B787 "Dreamliners" de Boeing à l'automne, a annoncé pour sa part qu'elle achèterait huit 737 supplémentaires d'ici 2011.

    Comment

    Working...
    X