Announcement

Collapse
No announcement yet.

France - Grippe H1N1 : les petites entreprises peinent à se procurer des masques

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • France - Grippe H1N1 : les petites entreprises peinent à se procurer des masques

    Grippe H1N1 : les petites entreprises peinent à se procurer des masques

    PARIS - Les petites entreprises éprouvent des difficultés à se procurer des masques protecteurs pour faire face à une éventuelle pandémie de grippe H1N1 en France et assurer ainsi la sécurité de leurs salariés, avertissent mercredi deux organisations patronales.
    Dans un communiqué, la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) souligne que les dirigeants de PME, largement sensibilisés au risque de pandémie grippale, sont "dans l'incapacité de se procurer des masques en raison de la faiblesse des stocks actuellement disponibles".
    "Il s'avère en effet que les pouvoirs publics ont eux-mêmes +asséché+ le marché en préemptant pour leur propre usage une grande part des produits fabriqués", affirme la CGPME.
    Selon l'association Créateurs d'emplois et de richesse en France (Cerf), qui regroupe PME et TPE, "le délai pour obtenir des masques s'allonge" et atteint "au moins six semaines" tandis que "les prix ont grimpé de 30% entre juillet et septembre, sachant que le coût de l'équipement reste à l'entière charge de l'entreprise".
    Estimant que "l'interlocuteur naturel et historique des entreprises en matière de santé est la médecine du travail", le Cerf suggère que cette dernière "prenne en charge l'achat et la distribution des masques pour ses adhérents".
    "Les associations de santé au travail connaissent les fournisseurs et ont l'habitude de négocier ce type de produits", estime l'association. Elles connaissent "les effectifs et les conditions de travail de leurs adhérents" et "sont donc les mieux armées pour fournir une offre adaptée à chaque entreprise" afin que chacune "puisse obtenir un stock de démarrage de masques", ajoute le Cerf.
    (©AFP / 02 septembre 2009 18h11)

  • #2
    Re: France - Grippe H1N1 : les petites entreprises peinent à se procurer des masques

    Grippe H1N1: rareté des masques et absentéisme inquiètent de nombreuses PME

    PARIS - Longtemps mal informées, les petites et moyennes entreprises semblent avoir pris conscience des menaces liées à la grippe H1N1. Mais, confrontées à un risque d'absentéisme élevé et à la rareté des masques protecteurs, un grand nombre d'entre elles peinent à s'y préparer.
    Alors que l'épidémie pourrait se transformer en pandémie en France dans les prochaines semaines, 77% des patrons de PME se disent bien informés sur les comportements de prévention à adopter, selon un sondage réalisé par l'Ifop, et 68% s'estiment au courant des conséquences prévisibles pour leur activité.
    De nombreux chefs d'entreprise interrogés par l'AFP ne s'alarment pas pour autant. "On prend ça avec philosophie", résume la responsable d'une société de consultants.
    En revanche, 42% de petits patrons affirment être mal préparés, 65% s'inquiètent des risques d'absentéisme et 47% d'une obligation éventuelle de fermeture, d'après le sondage.
    "On a prévu de pallier les premiers cas d'absentéisme, mais après c'est l'inconnu. On ne pourra pas remplacer tout le monde, on subira", explique Daniel Bayon, directeur général du Groupe Infodis, société de prestations informatiques dont le siège est en Seine-Saint-Denis.
    "Pour l'administration, on peut faire du télétravail, mais pour les techniciens, c'est impossible", ajoute ce patron qui prévoit une chute de son chiffre d'affaires, difficile à estimer, en cas de pandémie.
    A la tête d'une petite structure de quatre salariées, un autre chef d'entreprise appréhende "le jour où les écoles fermeront", obligeant les mères de famille "à rester chez elles".
    Le président de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) Jean-François Roubaud anticipe aussi "des problèmes d'organisation", notamment dans les structures de moins de cinq personnes.
    Alors que les entreprises sont assaillies d'offres de la part de sociétés opportunément spécialisées dans le télétravail, il minimise l'efficacité de cette solution: "On ne met pas en place le télétravail dans une PME en si peu de temps car c'est une vraie stratégie. Cela peut se faire pour quelques tâches, comme la comptabilité, mais ça ne remplace pas une activité".
    Les petits patrons sont aussi confrontés à des questions plus matérielles.
    "J'ai commandé 5.000 masques protecteurs en juillet, après avoir dû me démener pour en trouver et me débattre dans une vraie guerre des prix, j'ai dû payer d'avance, et je n'ai toujours pas été livré", s'emporte Daniel Bayon. Selon le fournisseur, les douanes retiennent les masques pour vérifier leur conformité aux normes. "Il fallait le faire avant!", proteste-t-il.
    Or il n'est pas le seul à rencontrer de telles difficultés.
    Selon la CGPME, "les pouvoirs publics ont eux-mêmes +asséché+ le marché en préemptant" les masques. L'association patronale Créateurs d'emplois et de richesse en France (Cerf) demande de son côté au gouvernement de "puiser dans ses stocks" car il est "déjà trop tard pour des centaines de milliers de TPE-PME" pour lesquelles ces équipements représentent "une charge supplémentaire malvenue" en temps de crise.
    Surtout, certains chefs de PME ont tendance "à se réveiller au dernier moment", déplore Hervé Duboscq, dirigeant de la société Fournitures dentaires et médicales du Bourbonnais, dans l'Allier.
    "La demande dépasse largement la production, les prix des masques a été multiplié par 2,5 en trois semaines et les livraisons risquent d'arriver après le pic de pandémie", égrène-t-il. "Les PME vont payer le coût d'un manque de préparation".
    (©AFP / 10 septembre 2009 09h57)

    Comment

    Working...
    X