Announcement

Collapse
No announcement yet.

La légende des bateaux fantômes refait surface dans l'Atlantique

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • La légende des bateaux fantômes refait surface dans l'Atlantique

    24 janvier 2014
    <!-- .entry-meta -->EAUX TROUBLES – La folle rumeur du bateau fantôme infesté de « rats cannibales »

    L'histoire a de quoi affoler : un navire à la dérive, sans capitaine et habité par des centaines de rats cannibales s'approche dangereusement des côtes britanniques. Sauf qu'elle est fausse. De la rumeur aux articles affolés dans la presse anglo-saxonne (mais aussi française), itinéraire d'un "fake".

    Tout commence en Yougoslavie, où le bateau est construit par les Soviétiques en 1976. Nommé Lyubov Orlova, en hommage à une célèbre actrice russe, le navire était à l'origine un bateau de croisière, destiné à faire voguer les élites russes dans l’Antarctique, raconte le site américain Gawker.

    En 2010, il est saisi par les autorités canadiennes afin d'honorer les dettes de son propriétaire. Deux ans plus tard, il quitte l'île de la Terre-Neuve pour être démantelé en République dominicaine. Mais, dès le lendemain, il est perdu en mer. Pris dans une tempête, les amarres qui le reliaient au bateau remorqueur ont cédé. Le Lyubov Orlova est à la dérive et sans occupants, relate le quotidien britannique The Independent.

    Depuis, le navire est l'objet de tous les fantasmes, relayés par la presse anglo-saxonne, depuis que le tabloïd britannique The Sun a repris la déclaration d'un chasseur de bateaux fantômes belge, Pim de Rhodes, évoquant la possibilité que le navire soit désormais à quelques miles des côtes britanniques, explique le site de l'institution américaine consacrée à la recherche scientifique Smithsonian.

    Alarmiste, The Sun évoque "des centaines de rats cannibales", après que ce fameux Pim de Rhodes a supputé que la bateau devait "être rempli de rats affamés qui ont dû commencer à se manger entre eux".
    ...
    Suite:
    http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/20...ts-cannibales/

    --------------------------------------------------------------
    La légende des bateaux fantômes refait surface dans l'Atlantique

    SOCIETE | Mis à jour le samedi 25 janvier 2014 à 15h57

    Le Lyoubov Orlova, un vieux rafiot russe à la dérive, infesté de rats "cannibales", se trouve-t-il à proximité des côtes britanniques ? Le tabloïd anglais The Sun a lancé l'alerte, relayé par d'innombrables sites. Sauf que le vaisseau fantôme gît probablement au fond des eaux froides de l'Atlantique nord...

    L'histoire de Lyoubov Orlova commence comme un conte de fée : c'est un bateau de croisière baptisé du nom d'une célèbre actrice russe et destiné à la nomenklatura soviétique, qui coule des jours tranquilles sur toutes les mers du globe. Mais sa fin de vie est moins heureuse. En 2010, le navire est saisi par le Canada puis envoyé à la casse en République dominicaine.

    C'est à ce moment que débute la légende.

    Car le Lyoubov Orlova, en pleine tempête, va rompre ses amarres et disparaître, inhabité, à la vue de son remorqueur. Commence alors une longue dérive de plusieurs mois dans les eaux de l'Atlantique. Par deux fois, le navire va émettre un signal laissant penser qu'il prend l'eau. Le second, le 12 mars 2013 indique que le vieux bateau est sur le point de sombrer. Depuis, silence absolu. Le Sun va pourtant rallumer la mèche en annonçant que le navire pourrait se trouver au large des côtes britanniques, infesté de rats "cannibales" n'ayant d'autre alternative pour survivre que de se manger les uns les autres... Mais, dit le Sun, personne ne sait exactement où il est...

    Et pour cause, la belle endormie gît très probablement par plusieurs milliers de mètres de fond quelque part dans l'Atlantique, rouillant doucement tout en relâchant dans les eaux profondes les milliers de kilos de matières toxiques contenues dans ses flancs...

    Lire la suite:
    http://www.rtbf.be/info/societe/deta...que?id=8184517
    "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
    -Nelson Mandela
Working...
X