Announcement

Collapse
No announcement yet.

SRAS - Toronto: Les professionnels de la santé ont été mal protégés

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • SRAS - Toronto: Les professionnels de la santé ont été mal protégés

    CONTRE LE SRAS: LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ ONT ÉTÉ MAL PROTÉGÉS
    9 janvier 2007 (Cyberpresse, d'après Presse Canadienne)

    Toronto -- Le rapport final de la commission chargée d'analyser la crise du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) en 2003 à Toronto a conclu mardi que les autorités ont mal protégé les travailleurs de la santé, qui ont continué à être infectés tout au long des quatre mois de lutte contre le virus dans les hôpitaux.

    Le rapport suggère au ministère ontarien du Travail de jouer un rôle de premier plan advenant une nouvelle éclosion virale dans les hôpitaux, afin de s'assurer que la sécurité en milieu de travail obtienne la plus haute priorité.

    Le rapport de 1204 pages note que le ministère du Travail a bel et bien été placé sur la voie d'évitement durant la crise du SRAS. Il précise que les professionnels de la santé auraient été mieux protégés si des experts en santé et sécurité du travail avaient été partie prenante.

    L'auteur, le juge Archie Campbell, a rappelé que 45 pour cent des 375 cas de SRAS en Ontario étaient des travailleurs de la santé. Au total, pas moins de 44 personnes, dont deux infirmières et un médecin, en sont mortes.

    Le juge Campbell a ajouté qu'il est aussi dangereux de travailler dans un hôpital que dans une mine ou une manufacture, mais que les employés d'hôpitaux ontariens ne jouissent pas du même niveau de protection que les travailleurs de ces secteurs.

    Le rapport convient toutefois que les Ontariens seront davantage en sécurité dorénavant grâce aux changements apportés dans le réseau de la santé.

    Toutefois, le magistrat a fait ressortir que la culture élémentaire de la santé et sécurité en milieu de travail était mieux assimilée dans les hôpitaux de Colombie-Britannique, qui ont donc été moins frappés par la crise.

    Cette province avait été aux prises avec un cas de SRAS en provenance de Hong Kong dès le début de la crise internationale, tout comme l'Ontario. Mais grâce à la conjugaison d'un peu de chance et de planification, la province de l'Ouest avait mieux réagi et n'avait pas été touchée par la vague de cas qui avaient surgi dans la région de Toronto.

    L'auteur du rapport recommande de retenir un enseignement: la sécurité des travailleurs de la santé devrait être prioritaire dans l'éventualité d'une autre crise. De même, la mise en oeuvre de mesures de protection ne devrait pas attendre les conclusions scientifiques.

    Le ministre ontarien du Travail, Steve Peters, a assuré que son ministère serait en première ligne à la prochaine crise. Il a aussi dit qu'il s'excusait pour les manquements du ministère, même si la crise est survenue sous le précédent gouvernement conservateur.

    Le premier ministre, Dalton McGuinty, et le ministre de la Santé, George Smitherman, étaient à l'extérieur de la province mardi et ne pouvaient commenter.

    Cependant, certains des hauts responsables des cellules de crise mises sur pied en 2003 ont contesté la conclusion du rapport selon laquelle le ministère du Travail n'avait pas été partie prenante.

    Le commissaire à la planification des mesures d'urgence durant la crise, le Dr James Young, a soutenu que les fonctionnaires du ministère du Travail avaient bel et bien contribué à organiser la réplique de la province.

    «Il siégeaient au comité consultatif et ils étaient actifs», a-t-il fait savoir.

    Également, une des personnalités les plus importantes dans la lutte contre le SRAS à Toronto, le Dr Donald Low, a affirmé que le ministère du Travail avait pris part au combat, mais qu'il avait été limité par son inexpérience en milieu hospitalier.

    Source

  • #2
    Re: SRAS - Toronto: Les professionnels de la santé ont été mal protégés

    http://www.health.gov.on.ca/french/p.../vol1chp1f.pdf

    le printemps de la frayeur.
    par la commission sur le SRAS 2006.
    reprend les raisons pour lesquelles le SRAS fit plus de ravages en Ontario qu'en Colombie Britannique.
    45% des malades faisaient partie du personnel soignant, sous entrainé aux mesures de sécurité ( port du masque ) , mal informé, erreurs de communication etc..
    le % de patients morts collatéralement d'une autre maladie( à cause de la fermeture de services hospitaliers ) ,car n'ayant pû bénéficier des soins ou dont les soins furent retardés ( mise en route de chimio ) est inconnu et inappréciable.

    Comment

    Working...
    X