Announcement

Collapse
No announcement yet.

L'institut Pasteur a constaté la perte de tubes contenant des fragments du virus SRAS - Aucun potentiel infectieux selon les experts

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • L'institut Pasteur a constaté la perte de tubes contenant des fragments du virus SRAS - Aucun potentiel infectieux selon les experts

    Aucun potentiel infectieux

    SRAS : l’Institut Pasteur a perdu des tubes contenant du virus

    par la rédaction
    Publié le 13 Avril 2014

    Dans le cadre des procédures d'inventaire habituelles, l’institut Pasteur a constaté la perte de tubes contenant des fragments du virus SRAS. Ces tubes n’auraient aucun potentiel infectieux.

    Samedi soir, l'Institut Pasteur a diffusé un communiqué de presse expliquant avoir perdu des tubes contenant du virus du SRAS, la première maladie grave et transmissible à avoir émergé au XXIème siècle.

    L’épidémie, partie de Chine fin 2002, a éclaté au niveau mondial en 2003 faisant plus de 8000 cas et près de 800 morts. Par conséquent, même si à priori l’information selon laquelle Pasteur aurait perdu des échantillons de ce virus inquiète, il n’y aurait cependant aucune menace infectieuse à craindre d’après les spécialistes. « L’institut Pasteur a, dans le cadre des procédures d'inventaire réglementaires habituelles, constaté la perte de tubes contenant des fragments du virus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), témoignant d'un défaut de traçabilité sur certains échantillons » explique l’institut dans un communiqué.
    ...
    http://www.pourquoidocteur.fr/SRAS--...rus--6128.html
    ----------------------------------------------------------------------

    Communiqué de presse de l'Institut Pasteur

    Paris, 12 avril 2014

    L'Institut Pasteur a, dans le cadre des procédures d'inventaire réglementaires habituelles, constaté la perte de tubes contenant des fragments du virus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), témoignant d'un défaut de traçabilité sur certains échantillons.

    Après enquête interne approfondie, il a contacté l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) comme le prévoit la procédure.

    L'ANSM a déclenché une enquête qui a donné lieu à des investigations sur place, dans le laboratoire concerné, du 8 avril à ce jour.

    Les tubes considérés n'ont aucun potentiel infectieux. Les experts indépendants, saisis par les autorités sanitaires, ont en effet qualifié de « nul » ce potentiel au regard des éléments disponibles et des éléments connus de la littérature sur la survie du virus SRAS.

    http://www.pasteur.fr/fr/institut-pa...stitut-pasteur
    "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
    -Nelson Mandela

  • #2
    Re: L'institut Pasteur a constaté la perte de tubes contenant des fragments du virus SRAS - Aucun potentiel infectieux selon les experts

    Anne XailléJournalDesFemmes.com
    13/04/14 22:35

    SRAS : 2349 tubes ont été égarés par l'Institut Pasteur
    ...
    "Depuis le début, nous n'avons pas de doute sur la sécurité et sur l'innocuité des prélèvements contenus dans les tubes disparus", a affirmé le Pr Christian Bréchot, le directeur général de l'Institut Pasteur, lors d'une conférence de presse ce dimanche. "Nous savons qu'il n'y a pas de matériel contagieux et infectieux" a-t-il encore précisé. Hier déjà, un comité d'experts indépendants saisi par l'Agence du médicament avait qualifié de "nul" leur potentiel infectieux. Au total, 2349 tubes, qui avaient été acheminés à l'Institut Pasteur lors de l'épidémie de SRAS en 2003, ont disparu du laboratoire P3 de l'Institut Pasteur.

    Les experts s'appuient sur des tests menés sur ces échantillons en 2003 dans le cadre de programmes de recherche. "Aucun des tests d'infectiosité n'avait été positif", a certifié le directeur de l'Institut Pasteur. Par ailleurs, en décembre 2012, les tubes étaient restés stockés plusieurs jours dans un congélateur qui avait décongelé, donc soumis à des températures élevées, "inactivant vraisemblablement les virus", a expliqué le Pr Bréchot. A l'intérieur des tubes se trouvaient notamment des échantillons naso pharyngés bronchiques prélevés sur des patients du SRAS en 2003. "Il s'agit de fragments de virus, pas de virus complets", apportant ainsi une nouvelle preuve qu'ils ne sont "pas contagieux".

    L'Institut Pasteur porte plainte contre X. Même s'il n'existe pas de preuve formelle, l'hypothèse la plus probable avancée par l'Institut Pasteur est celle d'une erreur de traçabilité lors d'un transfert entre congélateurs. Une situation "inédite" mais néanmoins "inacceptable" pour l'Institut Pasteur, qui a décidé de fermer le laboratoire P3 concerné et de déposer une plainte contre X auprès du procureur de Paris afin de comprendre ce qu'il s'est réellement passé. Aucune disparition de tube n'avait jamais été observée auparavant à l'Institut Pasteur, qui compte 18 laboratoires P3, dont 7 avec du matériel hautement pathogène.

    L'hypothèse d'un acte de malveillance terroriste au sein du laboratoire pour faire disparaître les tubes ne peut être écartée. Même si "la possibilité d'une manipulation malveillante serait sans effet et nécessiterait une technicité au moins égale à celle de l'Institut Pasteur", peut-on lire dans le rapport du groupe d'experts. Toutefois, "il faut tout envisager", a indiqué le directeur de l'Institut Pasteur.
    ...
    http://sante.journaldesfemmes.com/ma...eur-0414.shtml
    "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
    -Nelson Mandela

    Comment


    • #3
      Re: L'institut Pasteur a constaté la perte de tubes contenant des fragments du virus SRAS - Aucun potentiel infectieux selon les experts

      Tubes de Sras égarés : l'Institut Pasteur va porter plainte contre X

      par Bruno Martrette
      Publié le 14 Avril 2014

      L'Institut Pasteur n'a pas l'intention que la disparition reste un mystère. Contactée par pourquoidocteur ce lundi, cette fondation privée qui contribue à la prévention et au traitement des maladies, en priorité infectieuses, a en effet annoncé qu'elle allait porter plainte contre X, après avoir perdu des tubes contenant des fragments du virus du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère).
      ...
      Par ailleurs, l'Institut Pasteur a indiqué à la rédaction de pourquoidocteur que le « laboratoire de haute sécurité P3, où étaient stockés ces tubes perdus, est fermé jusqu'à nouvel ordre. » Pourquoi ? Car dans l'attente des résultats de l'enquête, un nouvel inventaire de tous les micro-organismes présents dans ce lieu va être mené. »
      ...
      http://www.pourquoidocteur.fr/Tubes-...re-X-6141.html
      "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
      -Nelson Mandela

      Comment


      • #4
        Re: L'institut Pasteur a constaté la perte de tubes contenant des fragments du virus SRAS - Aucun potentiel infectieux selon les experts

        SRAS : «Avoir égaré des échantillons est inacceptable»

        Par Tristan Vey - le 14/04/2014

        INTERVIEW - Le directeur général de l'Institut Pasteur a procédé à la fermeture du laboratoire ayant perdu 2349 prélèvements de patients infectés en 2003.
        ...
        LE FIGARO.- Quand avez-vous constaté la perte de ces échantillons?

        Christian BRÉCHOT.- Nous faisons chaque année l'inventaire de tous les échantillons de micro-organismes et toxines hautement pathogènes de nos laboratoires. Nous nous sommes rendu compte lors de l'inventaire de janvier qu'il manquait 29 boîtes contenant 2349 échantillons (des petits tubes Eppendorf de 2 cm de haut, NDLR) liés à l'épidémie de SRAS de 2003.

        Que contiennent ces échantillons?

        Des prélèvements naso-pharyngiens et bronchiques de patients infectés, des sérums et des tentatives de mise en culture. Aucun des tubes ne contient le moindre virus complet, mais simplement des fragments. Nous en sommes certains parce que c'est justement ce que nous avons échoué à trouver en 2003. De plus, une panne du congélateur de stockage survenu fin 2012 aurait tué tout virus éventuel.

        Cette panne est-elle liée à la perte des échantillons?

        C'est le scénario le plus probable. Il y a eu plusieurs transvasements quand il a fallu changer cet équipement, aux alentours de mars 2013. Il y a vraisemblablement eu un problème de traçabilité, ce qui est tout à fait inacceptable. Nous pensons que ces échantillons ont été détruits sans que cet acte ne soit consigné comme le veut la procédure. J'ai pris la décision de fermer le laboratoire P3 concerné (à Paris) en attendant que l'enquête puisse déterminer clairement ce qu'il s'est passé.

        Peut-il s'agir d'un acte de malveillance?

        Aucun élément ne va dans ce sens pour le moment, mais nous ne pouvons pas encore écarter cette hypothèse. Il ne faut pas entretenir des peurs inutiles: même entre de mauvaises mains, ces échantillons restent parfaitement inoffensifs. Nous avons porté plainte contre X afin qu'une enquête de police puisse confirmer que les échantillons n'ont pas été dérobés.
        ...

        http://sante.lefigaro.fr/actualite/2...t-inacceptable
        "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
        -Nelson Mandela

        Comment


        • #5
          Re: L'institut Pasteur a constaté la perte de tubes contenant des fragments du virus SRAS - Aucun potentiel infectieux selon les experts

          La mystérieuse disparition de 2 349 tubes contenant du virus SRAS

          LE MONDE | 15.04.2014 à 09h08 • Mis à jour le 15.04.2014 à 12h10 |
          Par Elise Godeau


          Deux mille trois cent quarante-neuf tubes contenant des fragments du virus SRAS ont disparu d'un laboratoire de l'Institut Pasteur.

          Comment 2 349 tubes contenant des fragments du virus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) ont-ils pu disparaître d'un laboratoire de l'Institut Pasteur ? Et le coronavirus SRAS, potentiellement perdu dans la nature, pourrait-il faire de nouvelles victimes, onze ans après la pandémie qui avait infecté 8 000 personnes et causé la mort de plus de 800 malades ?
          La réponse à la seconde question est claire : d'après le comité d'experts réuni à la demande du ministère de la santé, le risque infectieux est « nul » car les éprouvettes égarées ne contenaient qu'une partie du virus. Incomplet, celui-ci est inoffensif, y compris en cas de contact, de transmission aérienne ou d'ingestion.

          Passée la question de la dangerosité, celle de savoir comment l'institution a pu perdre plusieurs milliers de tubes de SRAS demeure. Plus de deux mois après l'inquiétante découverte – et quelques jours après en avoir fait l'annonce officielle par communiqué de presse –, l'Institut Pasteur n'est toujours pas en mesure d'expliquer avec certitude ce qui a pu se produire.

          « UNE SITUATION INACCEPTABLE ET INCROYABLE »

          Fin janvier, des membres du personnel effectuent l'inventaire annuel quand ils remarquent une anomalie. Dans le congélateur d'un laboratoire P3 – un type de laboratoire très sécurisé où sont manipulés des virus pouvant entraîner des pathologies graves – à l'endroit où auraient du se trouver 2 349 petits tubes de quelques centimètres de hauteur, il n'y a rien. Les échantillons inscrits dans la base de données sont introuvables.

          Deux mois plus tard, Christian Bréchot, le directeur général de l'Institut Pasteur, reste sidéré : « C'est une situation inacceptable et incroyable ! » Aussitôt après la constatation de l'absence des tubes, l'institut lance une enquête.

          Pendant plusieurs semaines, le matériel, les personnes et les procédures sont passés en revue. « On a cherché ces boîtes [les échantillons étaient disposés dans 29 boîtes] partout. On a repris les listes de toutes les personnes qui avaient travaillé ici depuis un an et demi, y compris les stagiaires. On a analysé les profils pour vérifier qu'il n'y ait pas eu de conflit », détaille le directeur général.

          /.../

          http://www.lemonde.fr/societe/articl...1244_3224.html

          Comment


          • #6
            Re: L'institut Pasteur a constaté la perte de tubes contenant des fragments du virus SRAS - Aucun potentiel infectieux selon les experts

            Tubes de Sras égarés: deux ministres mettent en cause l'Institut Pasteur

            Par LEXPRESS.fr, publié le 20/05/2014 à 19:21, mis à jour à 19:22
            ...
            Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, et Benoît Hamon, ministre de l'Education nationale et de la recherche, ont accusé l'Institut Pasteur de négligences après la perte de 2300 tubes contenant des fragments du virus du Sras (syndrome respiratoire aigu sévère) dans une note confidentielle, indique mardi le site d'information Mediapart.
            ...
            Selon le site, la note ministérielle daté du 16 avril énumère une série d'anomalies: "Forte probabilité de destruction (des échantillons) non ordonnée par les responsables et sans traçabilité, retard de deux mois dans la transmission de l'information aux autorités compétentes, listes des personnes habilitées non initialement disponible, congélateurs non sécurisés, absence de vidéosurveillance, archives non disponibles le weekend".

            Le ministre des Affaires sociales n'a pas fait de commentaire. A l'époque, l'inspection de l'ANSM mené du 8 au 12 avril "n'a pas réussi à déterminer ce qu'il était advenu des souches", a indiqué ce mardi Gaétan Rudant, directeur de l'inspection de l'établissement.
            ...
            A la mi-avril, le professeur Christian Bréchot, directeur général de l'Institut Pasteur, avait estimé que les tubes avaient probablement été détruits et "autoclavés" (stérilisés) sans que cela ait été noté. L'institut avait également porté plainte contre X pour faire toute la lumière sur l'affaire.

            Les activités de recherche du laboratoire ont été suspendues par l'ANSM qui a également demandé un nouvel inventaire "tube à tube dans tous les laboratoires de l'Institut Pasteur habilités à manipuler des micro-organismes et toxines (MOT)", a précisé Me Rudant. Cet inventaire est toujours en cours.

            En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/sci...JHmgITYLyK6.99
            "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
            -Nelson Mandela

            Comment

            Working...
            X