Announcement

Collapse
No announcement yet.

Analyse de la vulnérabilité des adolescents et des jeunes à l'infection à VIH en Côte d'Ivoire (OMS)

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Analyse de la vulnérabilité des adolescents et des jeunes à l'infection à VIH en Côte d'Ivoire (OMS)

    Analyse de la vulnérabilité des adolescents et des jeunes à l'infection à VIH en Côte d'Ivoire


    100% des jeunes de 20 à 24 ans sont exposés au VIH/SIDA
    3,2% des jeunes de 15 à 24 ans sont séropositifs

    Abidjan, le 02 avril 2012 -- 100% des jeunes de 15 à 24 ans sont exposés au VIH, 82% sont vulnérables ; 43% sont très vulnérables et 3% sont extrêmement vulnérables. Les jeunes vulnérables sont essentiellement les filles de 20 – 24 ans, en milieu rural, en union et pauvre. Ceux qui sont très vulnérables sont les garçons de 20 – 24 ans ayant un niveau d’étude secondaire ou supérieur. La dernière tranche constituée par ceux qui sont d’extrême vulnérabilité concerne les garçons de 20-24 ans, non scolarisés, séparés ou divorcés.

    Ce sont là les résultats d’une étude sur la vulnérabilité au sida et la réponse chez les adolescents et les jeunes en Côte d’Ivoire, réalisée par le gouvernement ivoirien et les partenaires. Ces résultats ont été présentés au cours d’un atelier de restitution qui a eu lieu au siège de l’OMS à Abidjan, le 29 mars 2012, et qui a été présidé par Madame le Ministre de la santé et de la lutte contre le sida, Professeur Thérèse N’DRI-YOMAN, en présence de son collègue de la promotion de la jeunesse et du service civique, Monsieur Alain LOBOGNON, et des partenaires notamment l’OMS, l’UNICEF, le PEPFAR, l’UNFPA, ONUSIDA et JHU.

    « Les données épidémiologiques disponibles montrent que les jeunes de 15 à 24 ans sont parmi les couches les plus touchées de la population et ils constituent la moitié des nouvelles infections. A cela, il faut ajouter les grossesses précoces, les mariages précoces, les violences basées sur le genre », a dit Madame le Ministre de la santé et de la lutte contre le sida dans son allocution de circonstance.

    L’Afrique subsaharienne continue de payer le plus lourd tribut au VIH.

    L’OMS y recense 68% de toutes les personnes vivant avec le virus et 70% des nouvelles infections. « Avec une séroprévalence nationale de 3,4%, la Côte d’Ivoire figure parmi les pays de l’Afrique de l’Ouest les plus affectés par l’épidémie de VIH/sida et est classée comme pays à épidémie généralisée », a rappelé pour sa part le Représentant de l’OMS en Côte d’Ivoire, Dr Yokouidé ALLARANGAR.

    Tout en rappelant que les jeunes de 20- 24 ans représentent plus de 34% de la population ivoirienne, ce qui fait environ 7 millions de vies humaines, Madame Christina DE BRUIN, Représentante adjointe de l’UNICEF en Côte d’Ivoire, a souligné que cette population-cible « ne possède pas toujours les informations, les compétences qu’il faut et n’a pas toujours accès aux services pour la prévention et la prise en charge d’une infection à VIH/sida». Tout en saluant l’initiative du Ministère de la santé et de la lutte contre le sida de réunir tous les partenaires autour d’une table pour restituer toutes les études et enquêtes menées chez les jeunes dans le domaine des IST/VIH/sida, elle a insisté sur le fait que « la réponse à une question aussi complexe que le VIH/sida ne peut être efficace et durable que si les communautés de base concernées sont impliquées, en particulier les jeunes ».

    L’étude a également montré une forte féminisation de l’épidémie chez les 20 – 24 ans. Pour un homme infecté, l’on dénombre 15 femmes. Les raisons sont multiples et multiformes. Elles sont notamment liées au système éducatif, au système du travail, au système de santé, au système familial.

    Le présent atelier a été organisé par le Ministère de la santé et de la lutte contre le sida en collaboration avec les partenaires.

    Pour plus d’information, prière contacter:
    Dr Juma Kariburyo, Administrateur VIH/sida à l’OMS,
    Tel: 22517223 / Mobile: 02502300
    Email: kariburyoj@ci.afro.who.int Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    M. Koné Souleymane, Chargé d’information
    Tel: 22517200 / Mobile 07148393
    E-mail: kones@ci.afro.who.int

    http://www.afro.who.int/fr/cote-divo...e-divoire.html
    "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
    -Nelson Mandela

  • #2
    Re: Analyse de la vulnérabilité des adolescents et des jeunes à l'infection à VIH en Côte d'Ivoire (OMS)

    Affaires sociales: TIASSALÉ DOTÉE D'UN CENTRE SOCIAL

    Mise à jour le Dimanche, 15 Avril 2012 14:15 Écrit par Bellarmin Yao Kan Dimanche, 15 Avril 2012 13:03

    La ministre de la Famille, de la Femme et de l’Enfant, Mme Raymonde Goudou Coffie, s’appuyant sur le rapport 2010 de l’Onusida, a affirmé qu’il existe environ 440 000 orphelins et autres enfants vulnérables(Oev) du fait du vih/Sida. C’était le 12 avril à l’inauguration du centre social de la ville de Tiassalé en présence des autorités locales, des représentants de l’Unicef et de l’ambassade des États-Unis.

    Elle a saisi cette occasion pour expliquer aux populations que la Côte d’Ivoire connaît une épidémie généralisée du Vih/Sida, avec un taux de prévalence de 3,4%. Ce qui la situe parmi les pays les plus touchés de la sous-région. Les enfants paient particulièrement le lourd tribut. C’est pourquoi, elle se réjouit de l’ouverture de ce centre qu’elle considère comme un « symbole » mis à la disposition des familles vulnérables.

    Mme Goudou a dit également sa gratitude au Pepfar et au gouvernement américain qui ont financé la rénovation de ce centre à plus de 34 millions de FCFA...

    Montrant l’importance d’un centre social, Hervé Ludovic Delice, représentant de l’Unicef, a expliqué qu’il constitue le pilier de la prise en charge des orphelins et enfants vulnérables.

    ...
    http://www.fratmat.info/accueil/soci...e-divoire.html
    "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
    -Nelson Mandela

    Comment

    Working...
    X