Announcement

Collapse
No announcement yet.

PESTE Madagascar victime des rats noirs

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • PESTE Madagascar victime des rats noirs

    <li style="list-style: disc outside none; color: rgb(255, 0, 0);"> PESTE

    Madagascar victime des rats noirs

    Avec de 200 &#224; 300 cas par an, Madagascar est l’un des pays les plus touch&#233;s par la peste, maladie r&#233;&#233;mergente dans plusieurs parties du globe. Le responsable en est le rat noir, une esp&#232;ce originaire d’Inde, introduite sur l’&#238;le il y a plus de 1 000 ans, &#224; la faveur des migrations humaines, comme le montrent des travaux r&#233;cents de chercheurs de l’IRD (Institut de recherche pour le d&#233;veloppement) et du Laboratoire central de la peste (minist&#232;re de la Sant&#233; et institut Pasteur de Madagascar). La peste est, elle, arriv&#233;e bien plus tard, lors de la derni&#232;re pand&#233;mie (1898). Elle se maintient depuis dans les Hautes Terres &#224; cause des rats noirs qui, bien que sensibles &#224; la maladie, ont d&#233;velopp&#233; dans cette r&#233;gion une r&#233;sistance g&#233;n&#233;tique.

  • #2
    Re: PESTE Madagascar victime des rats noirs

    PESTE : Le rat noir maintient la peste à Madagascar
    <!-- RSPEAK_STOP --> <!-- RSPEAK_START --> IRD et Laboratoire Central de la Peste
    La peste, maladie réémergente dans plusieurs parties du globe, est un problème de santé publique important à Madagascar. Avec toujours 200 à 300 cas par an, l’île est l’un des pays les plus touchés. Le responsable, le rat noir, originaire d’Inde. Des travaux récents de chercheurs de l’IRD et du Laboratoire Central de la Peste (Ministère de la Santé et Institut Pasteur de Madagascar) expliquent, en combinant histoire, biologie des populations et écologie, la persistance de l’infection sur l’Île.<o:p></o:p>
    <o:p> </o:p>
    La peste est une zoonose affectant les petits animaux et leurs puces mais le bacille, Yersinia pestis, peut également infecter l'homme. Il se transmet à l'homme par l'intermédiaire des piqûres de puces infectées, par le contact direct, par inhalation et, plus rarement, par ingestion de matières infectieuses. Chez l'homme, la peste est une maladie très grave avec un taux de létalité atteignant 30 à 60 % en l'absence de traitement qui débute par un "syndrome grippal" puis une apparition brutale de la fièvre, des frissons, des céphalées, des douleurs dans tout le corps, une faiblesse généralisée, des nausées et des vomissements. La peste peut se manifester sous 3 formes différentes en fonction de la voie d'infection, bubonique, septicémique ou pulmonaire. Le traitement, antibiothérapie et traitement symptomatique, est très efficace et permet de guérir pratiquement tous les sujets atteints si le diagnostic est posé à temps. <o:p></o:p>
    <o:p> </o:p>
    La peste se maintient à Madagascar depuis maintenant plus de 1.000 ans dans les Hautes Terres. Si en France, les dernier cas recensés remontent à 1945, la maladie continue d’exister en Amérique, en Asie et en Afrique et Madagascar, a l’un des taux chez l’homme les plus élevés au monde. Avec 200 à 300 cas officiels par an, essentiellement en milieu rural, l’île connaît une recrudescence depuis les années 1980.<o:p></o:p>
    <o:p> </o:p>
    Le rat noir, Rattus rattus, “est arrivé avec l’homme il y a plus de 1000 ans”, raconte Charlotte Tollenaere, ex-doctorante à l’IRD. D’après ces travaux, un seul événement de colonisation serait à l’origine des populations actuelles de rat noir, soit en provenance d’Inde, dont sont originaires ces rongeurs, soit depuis des régions anciennement colonisées de la Péninsule arabique. La maladie débarque dans le port de Tamatave en 1898 et la peste s’installe dès les années 1920 sur les hauts plateaux au centre de l’île. Jean-Marc Duplantier, chercheur à l’IRD, co-auteur de ces travaux, explique la persistance le la maladie. « Pour que la maladie se maintienne dans un écosystème, il faut à la fois des rongeurs sensibles, susceptibles de transmettre l’infection, et des individus résistants, à même d’entretenir une population réservoir”. Si le rat noir est généralement connu pour être très sensible à la peste, à Madagascar, certains ont développé une forte résistance à la maladie. <o:p></o:p>
    <o:p> </o:p>
    Des recherches sont actuellement en cours pour identifier quels sont les gènes de l’immunité concernés et comprendre comment la résistance a pu évoluer si rapidement à Madagascar.<o:p></o:p>
    <o:p> </o:p>
    Sources: IRD, OMS, mise en ligne Claire Tancrède, Santé log, le 27 mai 2010 (Visuels © IRD / JM Duplantier, Institut Pasteur, MSF)

    Comment

    Working...
    X