Announcement

Collapse
No announcement yet.

FIEVRE JAUNE : 12 MILLIONS D'AFRICAINS accèdent au vaccin

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • FIEVRE JAUNE : 12 MILLIONS D'AFRICAINS accèdent au vaccin

    FIEVRE JAUNE : 12 MILLIONS D'AFRICAINS accèdent au vaccin
    <!-- RSPEAK_STOP --> <!-- RSPEAK_START --> Prévention en Afrique
    Douze millions de personnes seront bientôt vaccinées contre la fièvre jaune en Afrique. C’est la plus grande campagne de vaccination antiamarile (du nom du virus) jamais organisée qui démarrera dès la semaine prochaine dans trois pays africains, au Bénin, au Libéria et en Sierra Leone, 3 pays où le risque de flambées de fièvre jaune est élevé. Mais il reste encore beaucoup à faire, en Afrique seule, on estime à plus de 500 millions le nombre de personnes à risque.<o:p></o:p>
    Le vaccin est le mode de prévention le plus efficace contre la fièvre jaune, sûr, d’un prix abordable, il confère une protection pour au moins 30 à 35 ans, une semaine après la vaccination, chez 99% des personnes vaccinées. La fièvre jaune, maladie hémorragique virale aiguë transmise par des moustiques infectés mène au décès 50% des personnes atteintes qui ne sont pas traitées. On estime chaque année à 200.000 le nombre de cas de fièvre jaune et à 30.000 le nombre de décès dus à cette maladie dans le monde. Le virus amaril est endémique dans les zones tropicales d’Afrique et d’Amérique latine. En Afrique, on estime à 508 millions le nombre de personnes à risque.<o:p></o:p>
    Une seule dose de vaccin suffit : «Une couverture élevée de la vaccination permettra d’éviter la survenue de flambées de fièvre jaune, une maladie très difficile à diagnostiquer dans les premiers stades de l’infection, a déclaré le Dr William Perea, coordonnateur à l’OMS de l’unité Préparation et intervention en cas d'épidémie. Une seule dose de vaccin suffit à conférer une protection complète.»
    <o:p></o:p>
    Fin mai, le Groupe international de coordination (GIC) pour l’approvisionnement en vaccins composé de l’OMS, MSF, la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et l’UNICEF avaient tiré la sonnette d’alarme sur la diminution des stocks de vaccins contre la fièvre jaune. Mais une contribution de 103 millions de dollars de l’Alliance GAVI pour 2007 à 2010 a permis de constituer des réserves de vaccins, de financer les vaccins et les coûts opérationnels de la vaccination, d’organiser la surveillance et l’évaluation du risque pour déterminer les populations les plus exposées et à renforcer le contrôle de l’innocuité du vaccin.
    Avec l’appui des membres du GIC et d’autres partenaires, cette campagne est la première pour laquelle des actions de vaccination contre la fièvre jaune sont lancées simultanément dans plusieurs pays. Les opérations seront administrées par des équipes de santé locales, qui proposeront aussi un ensemble d’interventions, dont l’administration de vitamine A et de comprimés antiparasitaires, ainsi que la vaccination contre la rougeole en Sierra Leone.nDes treize pays africains où le risque est le plus élevé, le Bénin, le Libéria et la Sierra Leone sont les trois derniers à mener des campagnes de prévention.
    Pourtant, 160 millions de personnes pourraient être encore exposées en Afrique si de nouveaux financements n’étaient pas réunis pour les réserves d’urgence et la vaccination systématique dans les pays où le risque est encore élevé. En Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, des enfants et des adultes souffrent de la fièvre jaune alors qu’une seule dose de vaccin aurait pu leur éviter de contracter cette maladie.» <o:p></o:p>
    Source : OMS, mise en ligne Maurice Chevrier, Santé log, le 19 novembre 2009-11-19 (Visuel et vignette OMS)<o:p></o:p>

Working...
X