Announcement

Collapse
No announcement yet.

RDC - Epidémie d'Ebola au Nord Kivu et Ituri

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • SITUATION EPIDÉMIOLOGIQUE
    EVOLUTION DE L'EPIDEMIE D'EBOLA DANS LES PROVINCES DU NORD-KIVU ET DE L'ITURI

    Dimanche 26 mai 2019


    La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 25 mai 2019 :
    • Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 1.912, dont 1.818 confirmés et 94 probables. Au total, il y a eu 1.277 décès (1.183 confirmés et 94 probables) et 496 personnes guéries.
    • 277 cas suspects en cours d’investigation ;
    • 9 nouveaux cas confirmés, dont 6 à Mabalako, 1 à Beni, 1 à Kalunguta et 1 à Butembo ;
    • 7 nouveaux décès des cas confirmés, dont
      • 3 décès communautaires, dont 2 à Mabalako et 1 à Beni ;
      • 4 décès au CTE, dont 2 à Katwa, 1 à Beni et 1 à Butembo ;
    • 4 nouveaux guéris sortis du CTE, dont 2 à Katwa, 1 à Beni et 1 à Butembo.
    ...
    • Le triage du centre de santé de Vulamba, dans la zone de santé de Butembo, a été vandalisé par des inconnus dans la nuit du 25 au 26 mai 2019.
    • Ce samedi 25 mai 2019, une partie de la population du village Vusahiro, dans la zone de santé de Mabalako, s’est soulevée et a attaqué l’équipe locale de la riposte contre Ebola, composée d’habitants du village qui ont été formés pour mener certaines activités de riposte. Un hygiéniste de l’équipe de prévention et contrôle des infections est décédé des suites de ses blessures lors de son transfert vers l’hôpital général de référence de Mabalako. Le centre de santé de Vusahiro a été saccagé et pillé, et trois maisons du village ont été incendiées.
    https://us13.campaign-archive.com/?u...&id=7f0ff1c4e9
    "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
    -Nelson Mandela

    Comment


    • SITUATION EPIDÉMIOLOGIQUE
      EVOLUTION DE L'EPIDEMIE D'EBOLA DANS LES PROVINCES DU NORD-KIVU ET DE L'ITURI

      Mardi 28 mai 2019


      La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 27 mai 2019 :
      • Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 1.926, dont 1.832 confirmés et 94 probables. Au total, il y a eu 1.287 décès (1.193 confirmés et 94 probables) et 503 personnes guéries.
      • 383 cas suspects en cours d’investigation ;
      • 6 nouveaux cas confirmés, dont 2 à Katwa, 2 à Butembo et 2 Mabalako ;
      • 6 nouveaux décès des cas confirmés, dont
        • 1 décès communautaire à Katwa ;
        • 5 décès au CTE, dont 3 à Butembo et 2 à Mabalako ;
      • 3 nouveaux guéris sortis du CTE, dont 2 à Katwa et 1 à Butembo.



      /!\ Les données présentées dans ce tableau sont susceptibles de changer ultérieurement, après investigations approfondies et après redistribution des cas et décès dans leurs zones de santé respectives.

      Remarques:
      • Afin d’éviter que le nombre total de cas varie (à la hausse ou à la baisse) quotidiennement, les cas suspects ont été placés dans une catégorie séparée. Ainsi, les cas suspects dont les tests laboratoires se sont révélés positifs seront ajoutés dans la catégorie des cas confirmés alors que ceux qui sont négatifs (non cas) seront retirés du tableau.
      • Les décès survenus au niveau des CTE sont provisoirement enregistrés dans les zones de santé d’implantation des CTE dans l’attente de reclassification dans la zone de santé de notification des cas.
      • La catégorie des cas probables reprend tous les décès pour lesquels il n'a pas été possible d'obtenir des échantillons biologiques pour confirmation au laboratoire mais où les investigations ont révélé un lien épidémiologique avec un cas confirmé ou probable.
      • Un décès communautaire est tout décès survenu en dehors d'un Centre de Traitement Ebola.
      Distribution des cas de Maladie à Virus Ebola (MVE) par zone de santé dans les provinces de l'Ituri et du Nord-Kivu au 27 mai 2019
      Courbe épidémiologique depuis janvier 2019
      SYNTHÈSE HEBDOMADAIRE DES DONNÉES ÉPIDÉMIOLOGIQUES

      Semaine 21 (du 20 au 26 mai 2019)




      Pour la semaine allant du 20 au 26 mai 2019, nous avons enregistré :
      • 2.056 cas suspects investigués et testés au laboratoire
      • 88 nouveaux cas confirmés
        • Les principaux foyers de l’épidémie sont Mabalako, Butembo et Katwa.
      • 6 nouveaux cas probables validés (les 3 cas probables de Masereka avaient été rapportés par erreur à Butembo)
      • 57 décès de cas confirmés
        • Parmi les 57 décès, 25 étaient des décès communautaires, soit 43,9 %, et 32 ont eu lieu dans un CTE.
      • 16 nouvelles personnes guéries sont sorties des CTE

      ACTUALITÉS

      Visite diplomatique à Butembo
      • L’Ambassadeur de Suède en RDC, Mme Maria Håkansson, et la Ministre des Affaires étrangères britannique, Mme Harriett Baldwin, ont rendu visite aux équipes de riposte contre Ebola à Butembo ce lundi 27 mai 2019. Après les civilités chez le maire de la ville, les deux hôtes ont visité différents sites de la riposte contre Ebola en commençant par un site de vaccination. Elles ont aussi visité le CTE et la crèche du CTE de Butembo. Après toutes ces visites, l’Ambassadeur de Suède et la ministre des Affaires étrangères britannique ont été à l’Auberge, siège la coordination de Butembo, où elles ont échangé avec les équipes sur la situation de l’épidémie, les défis et les contraintes de la riposte. Elles ont, en outre, eu des échanges avec les femmes leaders et les représentants de confessions religieuses de Butembo, notamment les représentants des catholiques, des musulmans et des protestants.
      Prise en charge des prestataires de la sous-coordination de Mabalako
      • Le Ministère de la Santé remercie chaleureusement tous les prestataires locaux qui sont les principaux artisans de la riposte contre Ebola malgré les nombreux risques et difficultés auxquels ils sont confrontés. Tous les agents impliqués dans la riposte ont le droit de bénéficier de leur prime conformément au barème en vigueur depuis le début de cette riposte.
      • Le Ministère de la Santé a été informé de la décision de certains agents de santé de Mabalako d’entrer en grève ce lundi 27 mai 2019. La grève a pris fin ce mardi 28 mai 2019. Ces agents réclament des supposées primes Ebola non payées entre les mois d’aout et de décembre 2018 par le Programme de Développement du Système de Santé (PDSS). Sur base des informations recueillies auprès du Ministère de la Santé et du PDSS, il n’y a pas d’arriérés de primes Ebola pour l’année 2018.
      • Cependant, il y a lieu de clarifier la situation de ces prestataires. En effet, après analyse des listes des prestataires grévistes transmises à la coordination nationale par le responsable de la sous-coordination de Mangina, il ressort qu’il s’agit de prestataires travaillant au Centre de Traitement Ebola (CTE) de Mabalako. Pour rappel, la gestion du CTE de Mabalako a été confiée successivement à deux ONG internationales qui ont assuré l’organisation des services et le paiement des primes Ebola des prestataires depuis le début de la riposte. A l’avenir, il sera important de clarifier la procédure de transfert de contrat des prestataires lorsqu’une agence ou un organisme quitte une zone de santé afin d’éviter des malentendus.
      • Il est important de noter que le Ministère de la Santé a développé, avec l’appui de la Banque Mondiale, un manuel de procédures simplifiées de gestion des ressources humaines liées à la riposte à l’épidémie de la MVE. Le manuel précise que les primes ne sont pas cumulables et tout cas de fraude, ou tentative de fraude, sera désormais suivi de sanctions, voire mesures disciplinaires. Le manuel prévoit également plusieurs types de contrôle pour le paiement des primes. Des missions de contrôle sont effectuées tous les mois dans les différentes sous-coordinations pour vérifier les listes des prestataires et les preuves du service rendu (listes de présence). La dernière mission date du début du mois de mai pour valider les listes de paiement du mois d’avril 2019. Or, lors des différents contrôles effectués depuis le mois de janvier 2019, les 40 prestataires de Mabalako ayant annoncé la grève ne figurent nullement sur les listes du personnel devant être pris en charge par le PDSS.
      • Les discussions continuent avec la sous-coordination de Mabalako afin de déterminer le bien-fondé de ces réclamations. Afin d’éviter de telles situations dans le futur et d’assurer une plus grande transparence dans la gestion des ressources humaines, tous les agents engagés dans la riposte devront signer des contrats-types qui seront repris dans une base de données unique pour toutes les organisations impliquées dans la riposte contre Ebola.


      Rien à signaler
      CHIFFRES DE LA RIPOSTE
      126 084
      Personnes vaccinées
      • 617 personnes vaccinées le 27/05/2019.
      • Parmi les personnes vaccinées, 34.726 sont des contacts à haut risque (CHR), 61.763 sont des contacts de contacts (CC), et 29.595 sont des prestataires de première ligne (PPL).
      • Personnes vaccinées par zone de santé: 32.639 à Katwa, 25.294 à Beni, 16.391 à Butembo, 10.368 à Mabalako, 6.081 à Mandima, 4.513 à Kalunguta, 3.130 à Goma, 3.048 à Komanda, 2.569 à Oicha, 2.302 à Musienene, 2.155 à Masereka, 1.986 à Lubero, 1.980 à Kayna, 1.935 à Vuhovi, 1.817 à Kyondo, 1.487 à Bunia, 1.040 à Biena, 1.012 à Mutwanga, 690 à Rutshuru, 557 à Rwampara (Ituri), 527 à Nyankunde, 496 à Mangurujipa, 494 à Alimbongo, 420 à Mambasa, 355 à Tchomia, 342 à Kirotshe, 333 à Lolwa, 250 à Mweso, 245 à Kibirizi, 161 à Nyiragongo, 97 à Watsa (Haut-Uélé) et 13 à Kisangani.
      • Le seul vaccin à être utilisé dans cette épidémie est le vaccin rVSV-ZEBOV, fabriqué par le groupe pharmaceutique Merck, après approbation du Comité d’Éthique dans sa décision du 19 mai 2018.
      61 391 293
      Personnes controlées
      • 80 points d'entrée (PoE) et de points de contrôle sanitaire (PoC) opérationnels.
      106
      Agents de santé contaminés
      • 1 agent de santé à Katwa, non vacciné (refus), figure parmi les nouveaux cas confirmés et parmi les nouveaux décès (décès communautaire).
      • Le cumul des cas confirmés/probables parmi les agents de santé est de 106 (5,5 % de l’ensemble des cas confirmés/probables) dont 36 décès.
      ...
      https://us13.campaign-archive.com/?u...&id=ea916757bb
      "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
      -Nelson Mandela

      Comment


      • Ebola en RDC : le seuil des 2.000 cas presque franchi




        Photo OMS/J.D. Kannah
        Muhindo, un jeune survivant d'Ebola, se fait vérifier les yeux pour s'assurer qu'il n'a pas de complications liées à la maladie.

        31 mai 2019

        Le cap des 2.000 cas d’Ebola n’est plus loin d’être franchi en République démocratique du Congo (RDC). Selon le dernier rapport de la situation épidémiologique de la maladie à virus Ebola (MVE) en date du 29 mai 2019, le cumul des cas est de 1.954, dont 1.860 confirmés et 94 probables.

        « Au total, il y a eu 1.312 décès (1.218 confirmés et 94 probables) et 521 personnes guéries », a annoncé le ministère de la Santé dans son bulletin épidémiologique diffusé jeudi soir. Dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, 342 cas suspects sont en cours d’investigation.

        Selon Kinshasa, parmi les 9 nouveaux cas confirmés, 3 l’ont été à Katwa, 2 à Mabalako, 2 à Beni, 1 à Vuhovi et 1 à Kalunguta. Les tendances restent les mêmes par rapport aux décès communautaires.

        De son côté, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué qu’au cours des 21 derniers jours, près du quart des nouveaux cas confirmés ont été répertoriés à Mabalako (73/309). Neuf des 12 zones sanitaires de Mabalako ont signalé de nouveaux cas confirmés au cours de cette période. Entre le 8 et le 28 mai 2019, dans les 21 jours qui ont suivi, 83 zones de santé dans 14 zones de santé ont signalé de nouveaux cas, soit presque la moitié des 180 zones de santé touchées à ce jour.

        Le risque de propagation nationale et régionale reste très élevé, selon l’OMS

        Une diminution du nombre de cas d’Ebola confirmés a été signalée dans la semaine du 22 au 28 mai. Durant cette période, 73 nouveaux cas confirmés ont été signalés par rapport au précédent où 127 nouveaux cas confirmés ont été signalés. « Mais cela doit être interprété avec prudence compte tenu de l’environnement complexe et de la fragilité de la situation en matière de sécurité », relativise toutefois l’OMS.

        L’agence onusienne rappelle d’ailleurs que les fluctuations hebdomadaires de ces indicateurs ont été signalées dans le passé et des incertitudes subsistent quant à la capacité du système de surveillance à identifier tous les nouveaux cas dans les zones confrontées à une insécurité permanente. « Les problèmes de sécurité nuisent régulièrement aux opérations et le risque de propagation nationale et régionale reste très élevé », avertit l’OMS.

        Dans tous les cas, les autorités sanitaires congolaises et ses partenaires continuent de surveiller de très près toutes les alertes dans les zones touchées, dans d’autres provinces de la République démocratique du Congo et dans les pays voisins. À ce jour, le virus a été exclu de toutes les alertes en dehors des zones touchées par l’épidémie. Et par rapport au pèlerinage prévu le 3 juin prochain à Namugongo, en Ouganda, pour commémorer la mort de catholiques et de martyrs anglicans, les activités de préparation autour de cet événement sont en cours.

        Ebola chez les enfants de moins de cinq ans

        Par ailleurs, l’OMS effectue périodiquement des analyses épidémiologiques approfondies afin que les données puissent aider à révéler les lacunes et à favoriser des améliorations de la réponse fondées sur des preuves. Une analyse approfondie des cas d’Ebola chez les enfants de moins de cinq ans a mis en évidence certaines tendances notables.

        Au 28 mai, les enfants de moins de cinq ans représentaient 15% (300/1949) des cas déclarés de maladie à virus Ebola et les enfants de moins d’un an, 6% (118/1949). Sur les 300 cas chez les enfants de moins de cinq ans, 19 étaient des cas probables (19/94, 20% de tous les cas probables).

        À la lumière de ces conclusions, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et l’OMS collaborent avec leurs partenaires pour appuyer des activités liées aux soins nutritionnels et au soutien psychosocial des patients atteints d’Ebola, en particulier des parents et des enfants. Il s’agit notamment de soutenir et de fournir des informations relatives à l’alimentation du nourrisson pour les enfants séparés de leurs parents ou orphelins.
        L’UNICEF travaille avec les survivants de la maladie à virus Ebola et crée des groupes d’aide psychosociale à l’alimentation des nourrissons et des jeunes enfants.


        Les agences onusiennes soutiennent également le dépistage des enfants de moins de deux ans souffrant de malnutrition et leur orientation vers des unités nutritionnelles pour obtenir de l’aide. Un soutien psychosocial et une assistance matérielle sont en cours dans les zones touchées par les épidémies, où sont créées des crèches pour enfants séparés de leur mère. Selon l’OMS, un soutien psychosocial est fourni aux membres de la famille accompagnant les personnes affectées par le virus Ebola et leurs contacts.

        https://news.un.org/fr/story/2019/05/1044611


        "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
        -Nelson Mandela

        Comment


        • Butembo : Les habitants posent certaines conditions pour collaborer avec les équipes de riposte dans la lutte contre
          ...
          "Où est-ce que vous avez déjà vu dans le monde une personne malade être récupérée par la police à son domicile suivie d’un cortège des véhicules?", s’est exprimé l’un des participants.

          Compte tenu de la méfiance de la maladie à virus d’Ebola dans la région, les habitants de la ville de Butembo demandent le retrait du financement engagé dans la riposte pour son éradication car disent-ils, aussi longtemps que les gens commis dans la riposte continueront à percevoir des sommes colossales le mois, Ebola ne finira pas.

          Une autre cause que ceux-ci pensent être à la base de la résistance contre la maladie à virus d’Ebola, c’est le non respect des us et coutumes du milieu.

          "Dans notre coutume Nande, on connait qu’on doit creuser une tombe après la mort d’une personne. Ce qui n'est pas le cas pour les équipes de riposte contre le virus d’Ebola. Si vous essayez de vous rendre même maintenant au cimetière de Kitatumba, il y a plein des tombes creusées d’avance. Et nous, on se demande si elles se réveillent sachant le nombre des personnes qui vont mourir de la maladie d’Ebola ou comment", se plaignent-ils.

          ...
          https://www.7sur7.cd/2019/05/31/bute...les-equipes-de
          "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
          -Nelson Mandela

          Comment


          • SITUATION EPIDÉMIOLOGIQUE
            EVOLUTION DE L'EPIDEMIE D'EBOLA DANS LES PROVINCES DU NORD-KIVU ET DE L'ITURI

            Vendredi 31 mai 2019


            La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 30 mai 2019 :
            • Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 1.974, dont 1.880 confirmés et 94 probables. Au total, il y a eu 1.323 décès (1.229 confirmés et 94 probables) et 525 personnes guéries.
            • 328 cas suspects en cours d’investigation ;
            • 20 nouveaux cas confirmés, dont 7 à Mabalako, 4 à Katwa, 3 à Butembo, 2 à Beni, 2 à Musienene, 1 à Mandima et 1 à Kalunguta ;
            • 11 nouveaux décès des cas confirmés, dont
              • 7 décès communautaires, dont 4 à Mabalako, 1 à Butembo, 1 à Musienene et 1 à Mandima ;
              • 4 décès au CTE, dont 3 à Butembo et 1 à Beni ;
            • 4 nouveaux guéris sortis du CTE, dont 2 à Butembo et 2 à Katwa.
            ...
            109 Agents de santé contaminés

            1 agent de santé de Mabalako, vacciné, figure parmi les nouveaux cas confirmés (décès communautaire). L’agent de santé a fait de l’automédication et a refusé d’être transféré au CTE.

            Le cumul des cas confirmés/probables parmi les agents de santé est de 109 (5,5 % de l’ensemble des cas confirmés/probables) dont 37 décès.
            ...
            https://us13.campaign-archive.com/?u...&id=4c27290b67
            "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
            -Nelson Mandela

            Comment


            • Butembo : « Croix Rouge » suspend son intervention pendant 6 mois dans la commune Bulengera

              POSTED BY: RÉDACTION RMBB 31/05/2019

              Le mouvement de la Croix Rouge de Butembo suspend ses activités en commune de Bulengera pour une durée de six mois. Ce, suite à la destruction méchante de la structure sanitaire JUHUDI en cellule VULINDA, quartier KYAGHALA en commune de Bulengera.

              Cette décision est tombée ce vendredi 31 mai à l’issue d’une réunion d’urgence des représentants du mouvement Croix-Rouge de Butembo au siège central de la Croix-Rouge. Emmanuel KIVIHYA, l’un des participants revient sur l’essentiel de la décision prise.
              ...

              http://www.radiomoto.net/2019/05/31/...une-bulengera/
              "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
              -Nelson Mandela

              Comment


              • Butembo : Les Infirmiers menacent d’entrer en grève pour réclamer leurs primes de risque et la sécurité

                Dimanche 2 juin 2019 - 22:20
                ...
                Au-delà du non payement de leurs primes de risque, les infirmiers ont également fustigé des attaques et violences dont ils continuent à être victimes de la part des populations suite à leur engagement dans la riposte contre la maladie à virus Ébola qui a déjà fait des centaines de morts. Ainsi, ont-ils décidé de maintenir la suspension des activités de prévention, notamment la Consultation prénatale (CPN), la consultation préscolaire (CPS) ainsi que les vaccinations de routine, comme il en est le cas depuis près de trois mois maintenant en ville de Butembo.

                «Le maire (de Butembo, Ndlr) a sollicité qu’on organise un service minimum de CPN, CPS ainsi que les vaccinations de routine. Mais nous n’allons pas les amorcer, d’autant plus que les habitants qui les réclament sont les mêmes qui continuent à garder les malintentionnés qui nous menacent. Aujourd’hui, certains infirmiers titulaires ne dorment plus chez eux, ils n’arrivent plus dans leurs centres de santé, craignant pour leur sécurité. Certains frigos (qui permettent la conservation des vaccins, Ndlr) ont été endommagés, des centres de santé incendiés : où est-ce qu’on va tenir les séances de CPN, de CPS ou de vaccination ? Où est-ce qu’on va trouver les intrants que nous utilisons pendant la vaccination ? Nous maintenons donc la suspension des activités de prévention en attendant que l’autorité urbaine puisse convoquer un cadre d’échange pour qu’on établisse les responsabilités», indique M. Kambale Vake Okelo.

                Signalons que suite à cette mesure des infirmiers de suspendre les activités de prévention, près de 2 500 enfants nés depuis le mois de mars n’ont pas encore été vaccinés contre la rougeole, la tuberculose, la poliomyélite et beaucoup d’autres maladies en ville de Butembo.
                ...

                Claude Sengenya, à Butembo

                https://actualite.cd/2019/06/02/bute...s-de-risque-et
                "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                -Nelson Mandela

                Comment


                • Publié le 03/06/2019

                  Ebola : 170 attaques contre des soignants en RDC
                  ...
                  Le transfert de compétences aux Congolais n’éradique pas les attaques

                  Dernier épisode en date, l’assassinat, la semaine dernière, d'un agent congolais d'une équipe de prévention attaqué, chez lui, par des villageois.
                  ...
                  Cet événement tragique interrogera peut-être sur la pertinence de la stratégie qui consiste à confier la lutte contre la maladie aux populations locales afin de diminuer les contestations.

                  Ainsi, les équipes congolaises engagées dans la réponse à Ebola payent un lourd tribut : « on le voit chaque jour. On transfère des compétences à du personnel local, mais ce personnel rentre ensuite chez lui le soir et est potentiellement exposé aux risques d'attaques. Alors quand certains disent que tout ce qu'on a à faire pour vaincre Ebola c'est de transférer les compétences au niveau local qu'ensuite tout ira bien, et bien non, ça n'est pas vrai. C'est un vrai problème. Quand on transfère des compétences, on transfère aussi des risques. Et il faut s'assurer que le personnel local reçoive la meilleure protection possible » explique Michael Ryan, le directeur des opérations d'urgence de l'OMS.
                  ...
                  https://www.jim.fr/en_direct/pro_soc...actu_pro.phtml
                  "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                  -Nelson Mandela

                  Comment


                  • SITUATION EPIDÉMIOLOGIQUE
                    EVOLUTION DE L'EPIDEMIE D'EBOLA DANS LES PROVINCES DU NORD-KIVU ET DE L'ITURI

                    Lundi 3 juin 2019


                    La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 2 juin 2019 :
                    • Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 2.008, dont 1.914 confirmés et 94 probables. Au total, il y a eu 1.346 décès (1.252 confirmés et 94 probables) et 539 personnes guéries.
                    • 281 cas suspects en cours d’investigation ;
                    • 14 nouveaux cas confirmés, dont 7 à Mabalako, 3 à Butembo, 2 à Katwa, 1 à Mandima et 1 à Kalunguta ;
                    • 7 nouveaux décès de cas confirmés :
                      • 6 décès communautaires, dont 4 à Mabalako, 1 à Katwa et 1 à Butembo ;
                      • 1 décès au CTE de Butembo ;
                    • 6 nouveaux guéris sortis du CTE, dont 3 à Mabalako, 2 à Butembo et 1 à Beni.



                    /!\ Les données présentées dans ce tableau sont susceptibles de changer ultérieurement, après investigations approfondies et après redistribution des cas et décès dans leurs zones de santé respectives.

                    Remarques:
                    • Afin d’éviter que le nombre total de cas varie (à la hausse ou à la baisse) quotidiennement, les cas suspects ont été placés dans une catégorie séparée. Ainsi, les cas suspects dont les tests laboratoires se sont révélés positifs seront ajoutés dans la catégorie des cas confirmés alors que ceux qui sont négatifs (non cas) seront retirés du tableau.
                    • Les décès survenus au niveau des CTE sont provisoirement enregistrés dans les zones de santé d’implantation des CTE dans l’attente de reclassification dans la zone de santé de notification des cas.
                    • La catégorie des cas probables reprend tous les décès pour lesquels il n'a pas été possible d'obtenir des échantillons biologiques pour confirmation au laboratoire mais où les investigations ont révélé un lien épidémiologique avec un cas confirmé ou probable.
                    • Un décès communautaire est tout décès survenu en dehors d'un Centre de Traitement Ebola.
                    Distribution des cas de Maladie à Virus Ebola (MVE) par zone de santé dans les provinces de l'Ituri et du Nord-Kivu au 2 juin 2019
                    Courbe épidémiologique depuis janvier 2019
                    ACTUALITÉS

                    Evolution de l'épidémie d'Ebola
                    • La barre des 2.000 cas a été passée le dimanche 2 juin 2019. Malgré ce cap, les évolutions de ces dernières semaines sont positives bien que la vigilance reste de mise. Parmi les évolutions positives, nous comptons :
                      • Légère amélioration de la situation sécuritaire : La dernière attaque armée contre les équipes et les opérations de la riposte contre Ebola, qui avait coûté la vie au Dr Richard Valery Mouzoko Kiboung, remonte à plus d’un mois. Bien que les menaces contre la riposte restent élevées, la réduction du nombre d’attaques ciblées a permis aux équipes de rattraper une partie de leur retard pour contenir la propagation de l’épidémie. Toutefois, la situation sécuritaire reste instable et imprévisible. En ce qui concerne les incidents liés à la réticence ou la résistance communautaire, la majorité de ces incidents sont résolus grâce à l’implication des leaders communautaires, des sensibilisateurs et des experts psychosociaux.
                      • Confinement géographique de l’épidémie : Malgré les difficultés des équipes de riposte à faire leur travail à cause de la situation sécuritaire, l’épidémie continue à être contenue géographiquement, protégeant ainsi le reste du pays et les pays voisins. A ce jour, aucun cas d’Ebola n’a traversé les frontières de la République Démocratique du Congo et l’épidémie ne s’est pas propagée dans les grands centres urbains les plus à risques, à savoir Goma, Bunia et Kisangani. Toutefois, le risque reste élevé compte tenu des mouvements importants de la population. Par ailleurs, depuis le début de l’épidémie, 188 aires de santé réparties dans 22 zones de santé, à travers les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, ont enregistré au moins un cas d’Ebola. A la date du 2 juin 2019, neuf zones de santé, dont 106 aires de santé (soit 56% du total), ont passé plus de 21 jours sans notifier de nouveaux cas confirmés. Les neuf zones de santé concernées sont Kyondo, Oicha, Kayna, Mutwanga, Komanda, Bunia, Rwampara, Nyankunde et Tchomia.
                    • Les principaux défis devant être relevés pour mettre fin à cette épidémie sont :
                      • La surveillance épidémiologique : Afin de pouvoir briser la chaîne de transmission, tous les contacts des cas confirmés doivent être listés et suivis pendant 21 jours. Or, parmi les 911 nouveaux cas confirmés enregistrés entre le 1e janvier et le 7 mai 2019, seulement 398 (44%) étaient enregistrés comme contacts suivis. Ainsi, il faut renforcer le listage et le suivi des contacts en impliquant davantage les autorités et leaders communautaires.
                      • La prévention et le contrôle des infections (PCI) : Les mesures de prévention et contrôle des infections doivent être renforcées dans les formations sanitaires communautaires afin de réduire le taux d’infection nosocomiale. Entre 25 et 30% des contaminations ont lieu dans des formations sanitaires.
                      • Les décès communautaires : Le taux de décès communautaires reste élevé. Entre 28 et 43% des décès notifiés chaque semaine ont lieu en dehors d’un centre de traitement d’Ebola ou un centre de transit. Ces décès ont lieu soit dans des hôpitaux et cliniques privés, dans des centres de santé communautaires ou à la maison. Or, la contagiosité d’un malade étant maximale après sa mort, les enterrements dignes et sécurisés permettent de limiter la propagation communautaire du virus. Ce qui est positif c’est que la majorité des décès communautaires bénéficient d’un enterrement digne et sécurisé.
                    • Une analyse complète de l’évolution de l’épidémie d’Ebola en cours est disponible dans un article scientifique rédigé notamment par Dr Oly Ilunga Kalenga, Dr Tedros A. Ghebreyesus et Dr Matshidiso Moeti.

                    ...
                    https://us13.campaign-archive.com/?u...&id=307c1f0c6f
                    "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                    -Nelson Mandela

                    Comment


                    • Ebola en RDC : l’OMS note les premiers signes d'une diminution de l'intensité de la transmission



                      PAM/Marco Frattini
                      Un patient souffrant d'Ebola dans un centre de traitement à Beni, dans l'Est de la République démocratique du Congo.

                      7 juin 2019

                      Alors que l’épidémie de maladie à virus Ebola a maintenant dépassé la barre des 2.000 cas dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC), les indicateurs de ces deux dernières semaines montrent les premiers signes d’une diminution de l’intensité de la transmission, a indiqué vendredi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

                      L’OMS souligne que cette baisse fait suite « à une période d’amélioration de la sécurité ». Cette amélioration a ainsi permis aux équipes d’accéder aux communautés, « permettant aux équipes d’intervention de fonctionner plus librement ».

                      Depuis le début de l’épidémie en cours en août dernier dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, 2.031 cas ont été enregistrés, dont 1.937 confirmés et 94 probables. « Au total, il y a eu 1.367 décès (1.273 confirmés et 94 probables) et 552 personnes guéries », a annoncé le ministère congolas de la Santé dans son bulletin épidémiologique diffusé jeudi soir.

                      Dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, 293 cas suspects sont en cours d’investigation. De son côté, l’OMS note qu’au cours de chacune des deux dernières semaines, 88 nouveaux cas ont été comptabilisés, contre une moyenne hebdomadaire de 126 en avril. Les baisses de l’incidence des nouveaux cas ont été les plus apparentes dans les zones sensibles telles que les zones de santé de Katwa, Mandima et Beni.

                      Selon l’agence onusienne basée à Genève, l’épidémie continue d’être contenue dans 12 zones de santé actives dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

                      Persistance des taux d’infection dans la région métropolitaine de Butembo


                      Parmi les 6 nouveaux cas confirmés lors du dernier décompte, 2 l’ont été à Musienene, 2 à Mandima, 1 à Butembo et 1 à Mabalako. Des taux substantiels de transmission ont ainsi persisté dans les communautés touchées et de nouvelles vagues d’épidémie peuvent être attendues.

                      « Une augmentation de l’incidence des nouveaux cas a été signalée dans la zone de santé de Mabalako au cours des dernières semaines et des taux d’infection élevés persistent dans la région métropolitaine de Butembo », a fait valoir l’OMS.

                      En outre, l’OMS a rappelé qu’un quart des contaminations de la fièvre hémorragique Ebola dans l’Est de la RDC ne sont pas décelées ou le sont trop tard. Les délais entre la détection, le signalement et l’admission des cas dans les centres de traitement ou de transit restent trop longs.

                      L’OMS évoque même une tendance médiane de 6 jours, un intervalle interquartile de 4 à 9 jours au cours des 3 dernières semaines, avec environ un tiers (34% au cours des 3 dernières semaines) des cas de décès en dehors des centres. « Collectivement, ces indicateurs soulignent que les risques associés à cette éclosion restent très élevés », prévient l’OMS.

                      Plus largement, l’agence onusienne a rappelé les difficiles conditions de la riposte constatées entre la mi-avril et le mois de mai, avec notamment une détérioration générale de la situation en matière de sécurité. Une insécurité marquée par « une persistance de poches de méfiance envers la communauté et exacerbée par les tensions politiques et l’insécurité ».

                      Cette situation notée particulièrement ces quatre dernières semaines a entraîné « des suspensions temporaires récurrentes et des retards dans les enquêtes et les activités d’intervention dans les zones touchées, réduisant efficacité globale des interventions ».

                      Évaluation des risques de l’OMS


                      Cependant, l’OMS rappelle que le dialogue communautaire récent, les initiatives de sensibilisation et la restauration de l’accès à certaines zones sensibles ont entraîné une amélioration de l’acceptation par la communauté des activités de réponse et des enquêtes sur les cas.

                      Afin d’assurer la sécurité du personnel, les mesures d’atténuation de la sécurité sont renforcées. Plus largement, les autorités sanitaires congolaises et l’OMS continuent de surveiller en permanence l’évolution de la situation épidémiologique et du contexte de l’épidémie pour s’assurer que l’appui à la riposte est adapté à l’évolution de la situation.

                      « La dernière évaluation a conclu que les niveaux de risque national et régional restent très élevés, tandis que les niveaux de risque mondiaux restent faibles », a fait remarquer l’agence onusienne.

                      Environ 131.000 personnes ont vaccinées dont plus de 400 personnes le mercredi 5 juin. Parmi les personnes vaccinées, plus de 36.000 sont des contacts à haut risque, plus de 64.000 sont des contacts de contacts, et plus de 30.000 sont des prestataires de première ligne.


                      A ce stade, l’OMS recommande d’éviter toute restriction des voyages et des échanges commerciaux avec la RDC, sur la base des informations disponibles.

                      https://news.un.org/fr/story/2019/06/1045031

                      "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                      -Nelson Mandela

                      Comment


                      • Ituri : une personne meurt d’Ebola dans la ville de Bunia

                        Publié le dim, 09/06/2019 - 17:09 | Modifié le dim, 09/06/2019 - 17:09

                        Une femme est morte vendredi 7 juin de la maladie à virus Ebola dans la ville de Bunia (Ituri). Selon le médecin chef de division de santé en Ituri, Dr Louis Tsulo, qui donne cette nouvelle ce dimanche 9 juin, la victime est venue de la ville de Beni au Nord-Kivu où elle était recherchée par l’équipe de riposte.

                        « Il y a un corps d’une dame qui s’est révélé positif à la maladie à virus Ebola. En remontant dans l’histoire, elle a été à Beni. Elle était contact qu’on recherchait là-bas. Elle était morte chez nous », a indiqué le docteur Louis Tsulo.
                        ...

                        https://www.radiookapi.net/2019/06/0...ville-de-bunia
                        "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                        -Nelson Mandela

                        Comment


                        • SITUATION EPIDÉMIOLOGIQUE
                          EVOLUTION DE L'EPIDEMIE D'EBOLA DANS LES PROVINCES DU NORD-KIVU ET DE L'ITURI

                          Mardi 11 juin 2019


                          La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 10 juin 2019 :
                          • Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 2.071, dont 1.977 confirmés et 94 probables. Au total, il y a eu 1.396 décès (1.302 confirmés et 94 probables) et 575 personnes guéries.
                          • 284 cas suspects en cours d’investigation ;
                          • 9 nouveaux cas confirmés, dont 3 à Musienene, 2 à Mabalako, 1 à Mandima, 1 à Katwa, 1 à Mangurujipa et 1 à Beni ;
                          • 6 nouveaux décès de cas confirmés :
                            • 2 décès communautaires, dont 1 à Musienene et 1 à Mabalako ;
                            • 4 décès au CTE, dont 1 à Katwa, 1 à Butembo, 1 à Mabalako et 1 à Beni ;
                          • 6 nouveaux guéris sortis des CTE, dont 4 à Mabalako et 2 à Butembo,
                          • 1 agent d'une équipe d'enterrement digne et sécurisé de Musienene, non vacciné, figure parmi les nouveaux cas confirmés. Il était garde-malade de son frère décédé d'Ebola. Il n'avait pas été vacciné en même temps que les nouvelles recrues car, lors de son recrutement, il avait dit à ses supérieurs qu'il avait déjà été vacciné.
                          ... Famille de contacts à haut risque retrouvée en Ouganda
                          • Une famille de contacts à haut risque venant d'Aloya, dans la zone de santé de Mabalako, a été retrouvée en Ouganda ce mardi 11 juin 2019. Parmi ces contacts figure un enfant de cinq ans qui a été confirmé atteint de la Maladie à Virus Ebola et a été isolé, avec sa famille, à l’Unité de Traitement d’Ebola de Bwera, en Ouganda.
                          • Le communiqué de presse du Ministère de la Santé de la RDC à ce sujet est disponible au lien suivant. Le communiqué peut également être téléchargé en format PDF en cliquant ici.
                          ...
                          https://us13.campaign-archive.com/?u...&id=719bb64591
                          "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                          -Nelson Mandela

                          Comment


                          • Ministère de la Santé RDC
                            ‏@MinSanteRDC
                            3h3 hours ago

                            Le garçon de 5 ans atteint d'#Ebola en Ouganda est décédé ce matin.
                            Les résultats des tests laboratoire des 5 autres membres de sa famille ont révélé que 2 autres personnes sont aussi contaminées par Ebola: sa grand-mère et son frère de 3 ans. Ils sont tous en isolement à Bwera.

                            --------------------------------------------
                            Ministère de la Santé RDC
                            ‏@MinSanteRDC

                            Parmi les 6 autres membres de la famille qui étaient restés en #RDC et qui avaient été transférés au Centre de Traitement #Ebola de #Beni, les tests de laboratoire ont confirmé que 5 sont aussi atteints d'Ebola

                            4:39 AM - 12 Jun 2019
                            "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                            -Nelson Mandela

                            Comment


                            • SITUATION EPIDÉMIOLOGIQUE
                              EVOLUTION DE L'EPIDEMIE D'EBOLA DANS LES PROVINCES DU NORD-KIVU ET DE L'ITURI

                              Mercredi 12 juin 2019


                              La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 11 juin 2019 :
                              • Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 2.084, dont 1.990 confirmés et 94 probables. Au total, il y a eu 1.405 décès (1.311 confirmés et 94 probables) et 579 personnes guéries.
                              • 339 cas suspects en cours d’investigation ;
                              • 13 nouveaux cas confirmés, dont 7 à Mabalako, 4 à Beni, 1 à Kalunguta et 1 à Komanda ;
                              • 9 nouveaux décès de cas confirmés :
                                • 7 décès communautaires, dont 5 à Mabalako, 1 à Kalunguta et 1 à Komanda ;
                                • 2 décès au CTE, dont 1 à Katwa et 1 à Butembo ;
                              • 4 nouveaux guéris sortis des CTE, dont 2 à Beni et 2 à Butembo.
                              INFO : Tous les membres de la famille du cas d’Ebola en Ouganda ne sont pas encore inclus dans le cumul des cas. Les cas confirmés de la famille, aussi bien du côté ougandais que congolais, seront officiellement ajoutés dans la situation épidémiologique qui sera publiée ce jeudi 13 juin 2019.
                              ... Cas de Maladie à Virus Ebola en Ouganda
                              • Le premier cas confirmé d’Ebola en Ouganda, un garçon de cinq ans, est décédé dans la matinée du mercredi 12 juin 2019. Son enterrement digne et sécurisé se fera ce jeudi 13 juin 2019 à Kasese, le district où il résidait avec ses parents.
                              • Les tests de laboratoire ont confirmé que, parmi les six membres de famille ayant traversé la frontière, deux autres sont également contaminés par Ebola. Il s’agit de la grand-mère de 50 ans et du jeune frère de 3 ans du garçon décédé. Du côté des six membres de la famille restés à Kasindi et transférés au Centre de Traitement d’Ebola de Beni, cinq ont été testés positif. Autour de cette famille, environ 50 contacts ont été listés à Kasese du côté ougandais et 80 contacts à Kasindi du côté congolais. Le ring de vaccination des contacts de Kasindi a été ouvert ce mercredi.
                              • Ce mercredi 12 juin 2019, les autorités sanitaires congolaises et ougandaises ont également tenu une réunion à Kasese, à environ 140 kilomètres de Beni, afin d’échanger sur les mécanismes de collaboration transfrontalière. La Ministre de la Santé ougandaise, Dr Jane Ruth Aceng, était à la tête de la délégation ougandaise tandis que du côté congolais, la délégation était dirigée par le Dr Gaston Tshapenda, responsable de la coordination de Beni.
                              • Les principales décisions prises sont de :
                                • Renforcer la surveillance aux points d’entrée, particulièrement les voies secondaires ;
                                • Maintenir le partage continu d’informations en temps réel entre les deux pays ;
                                • Lancer la vaccination des contacts le plus rapidement possible. La RDC a déjà donné 400 doses de vaccin rVSV-ZEBOV à l’Ouganda. La RDC est disposée à envoyer des équipes de vaccination en Ouganda pour vacciner plus rapidement tous les contacts si nécessaire ;
                                • Rapatrier tous les membres de la famille en RDC après avoir obtenu leur consentement éclairé. Le père de l’enfant décédé étant ougandais, la famille était libre de choisir le lieu d’hospitalisation. Les membres de famille encore vivants ont tous accepté de rentrer en RDC pour poursuivre leur traitement médical et le suivi de 21 jours. L’avantage de poursuivre le traitement médical en RDC est la possibilité de pouvoir bénéficier des nouvelles molécules thérapeutiques qui ne sont pas encore disponibles en Ouganda ;
                                • Finaliser le protocole d’accord entre l’Ouganda et la RDC qui définira les procédures de collaboration sanitaire approfondie entre les deux pays.
                              ...
                              115 Agents de santé contaminés

                              2 agents de santé de Mabalako, non vaccinés, figurent parmi les nouveaux cas confirmés. Un des agents de santé est décédé dans le centre de santé où il travaillait (décès communautaire).

                              Le cumul des cas confirmés/probables parmi les agents de santé est de 115 (5,5 % de l’ensemble des cas confirmés/probables) dont 38 décès.

                              ...
                              https://us13.campaign-archive.com/?u...&id=52c167a0be


                              "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                              -Nelson Mandela

                              Comment


                              • SITUATION EPIDÉMIOLOGIQUE
                                EVOLUTION DE L'EPIDEMIE D'EBOLA DANS LES PROVINCES DU NORD-KIVU ET DE L'ITURI

                                Jeudi 13 juin 2019


                                La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 12 juin 2019 :
                                • Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 2.108, dont 2.014 confirmés et 94 probables. Au total, il y a eu 1.411 décès (1.317 confirmés et 94 probables) et 585 personnes guéries.
                                • 335 cas suspects en cours d’investigation ;
                                • 24 nouveaux cas confirmés, dont 13 à Mabalako, 4 à Beni, 3 à Mandima, 1 à Katwa, 1 à Butembo, 1 à Mangurujipa et 1 à Rwampara ;
                                  • Le cas index d’Ouganda et 7 autres membres de sa famille ont été classés à Mabalako, la zone de santé où ils ont commencé à développer les symptômes. Parmi ces 8 cas confirmés de la même famille, 5 étaient restés en RDC et 3 avaient traversé la frontière.
                                • 6 nouveaux décès de cas confirmés :
                                  • 3 décès communautaires, dont 2 à Mandima et 1 à Mangurujipa ;
                                  • 3 décès au CTE, dont 1 à Mabalako et 2 à Bwera (Ouganda) ;
                                    • Les 2 décès de Bwera sont le garçon de 5 ans et la grand-mère de 50 ans qui ont été classés à Mabalako ;
                                • 6 nouveaux guéris sortis des CTE, dont 4 à Katwa, 1 à Beni et 1 à Butembo.
                                ... Cas de Maladie à Virus Ebola en Ouganda
                                • Ce jeudi 13 juin 2019, cinq membres de la famille ont été rapatriés en RDC. Les personnes rapatriées sont la mère du cas index, le frère de 3 ans (qui est un cas confirmé d’Ebola), un bébé de 6 mois, le père des enfants de nationalité ougandaise et la nounou. Ainsi, à ce jour, plus aucun cas d’Ebola ne se trouve en Ouganda.
                                ...
                                116 Agents de santé contaminés

                                1 agent de santé de Mabalako, vacciné, figure parmi les nouveaux cas confirmés.


                                Le cumul des cas confirmés/probables parmi les agents de santé est de 116 (5,5 % de l’ensemble des cas confirmés/probables) dont 38 décès.
                                ...
                                https://us13.campaign-archive.com/?u...&id=af58bb410d
                                "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                                -Nelson Mandela

                                Comment

                                Working...
                                X