Announcement

Collapse
No announcement yet.

RDC - Epidémie d'Ebola au Nord Kivu et Ituri

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • DIRECTION GENERALE DE LUTTE CONTRE LA MALADIE
    SITUATION ÉPIDÉMIOLOGIQUE DANS LES PROVINCES DU NORD-KIVU ET DE L'ITURI

    Vendredi 5 avril 2019


    La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 4 avril 2019 :
    • Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 1.117, dont 1.051 confirmés et 66 probables. Au total, il y a eu 702 décès (636 confirmés et 66 probables) et 339 personnes guéries.
    • 295 cas suspects en cours d’investigation ;
    • 10 nouveaux cas confirmés, dont 3 à Katwa, 2 à Beni, 1 à Vuhovi, 1 à Mandima, 1 à Butembo, 1 à Kalunguta et 1 à Mabalako ;
    • 7 nouveaux décès de cas confirmés, dont
      • 5 décès communautaire dont 2 à Katwa, 1 à Butembo, 1 à Mabalako et 1 à Vuhovi ;
      • 2 décès au CTE dont 1 à Butembo et 1 à Mangina (patient de Mandima).

    /!\ Les données présentées dans ce tableau sont susceptibles de changer ultérieurement, après investigations approfondies et après redistribution des cas et décès dans leurs zones de santé respectives.


    ...
    https://us13.campaign-archive.com/?u...&id=4bd6e3a27c
    "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
    -Nelson Mandela

    Comment


    • DIRECTION GENERALE DE LUTTE CONTRE LA MALADIE
      SITUATION ÉPIDÉMIOLOGIQUE DANS LES PROVINCES DU NORD-KIVU ET DE L'ITURI

      Samedi 6 avril 2019


      La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 5 avril 2019 :
      • Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 1.130, dont 1.064 confirmés et 66 probables. Au total, il y a eu 714 décès (648 confirmés et 66 probables) et 342 personnes guéries.
      • 284 cas suspects en cours d’investigation ;
      • 13 nouveaux cas confirmés, dont 7 à Katwa, 3 à Butembo, 1 à Beni, 1 à Vuhovi, et 1 à Oicha ;
      • 12 nouveaux décès de cas confirmés, dont
        • 6 décès communautaire dont 3 à Butembo, 2 à Katwa, et 1 à Beni ;
        • 6 décès au CTE dont 2 à Beni, 2 à Mangina (patients de Mandima), 1 à Butembo et 1 à Katwa ;
      • 3 nouvelles personnes guéries sorties du CTE de Butembo.

      /!\ Les données présentées dans ce tableau sont susceptibles de changer ultérieurement, après investigations approfondies et après redistribution des cas et décès dans leurs zones de santé respectives.





      Remarques:
      • Afin d’éviter que le nombre total de cas varie (à la hausse ou à la baisse) quotidiennement, les cas suspects ont été placés dans une catégorie séparée. Ainsi, les cas suspects dont les tests laboratoires se sont révélés positifs seront ajoutés dans la catégorie des cas confirmés alors que ceux qui sont négatifs (non cas) seront retirés du tableau.
      • Les décès survenus au niveau des CTE sont provisoirement enregistrés dans les zones de santé d’implantation des CTE dans l’attente de reclassification dans la zone de santé de notification des cas.
      • La catégorie des cas probables reprend tous les décès pour lesquels il n'a pas été possible d'obtenir des échantillons biologiques pour confirmation au laboratoire mais où les investigations ont révélé un lien épidémiologique avec un cas confirmé ou probable.
      • Un décès communautaire est tout décès survenu en dehors d'un Centre de Traitement Ebola.
      Actualité de la riposte


      Opérations à Impact Rapide à Butembo
      • Les récents dialogues communautaires dans la ville de Butembo et les zones voisines ont révélé qu’une partie de la réticence communautaire s’expliquait par la volonté de la population de voir le Gouvernement et les partenaires s’investir davantage dans le développement de la région et l’amélioration des conditions de vie générales de la population.
      • Le Ministre de la Santé, Dr Oly Ilunga Kalenga, avait initié des discussions avec les partenaires techniques et financiers du Gouvernement afin d’établir un plan de développement à moyen et long terme pour redresser socialement et économiquement la région.
      • Ainsi, capitalisant sur les investissements en cours dans la région et dans un souci de pouvoir poser des actions immédiates et visibles pour la communauté, la Banque Mondiale s’est engagée à soutenir le financement d’Opérations à Impact Rapide à travers le projet de Stabilisation de l’Est de la RDC pour la Paix (STEP) avec l’appui du Fonds Social de la RDC (FSRDC).
      • Le projet STEP est en cours d’exécution dans sept provinces du pays, dont le Nord-Kivu, depuis 2014. Ses trois composantes sont l’appui aux communautés, les moyens de subsistance et la création d’emplois, ainsi que le renforcement des capacités. Créé en 2002, le FSRDC est l’Agence d’exécution du Gouvernement dont la mission est :
        • D’améliorer les conditions de vie de la population congolaise et son accès aux services sociaux moyennant la réhabilitation et la reconstruction des infrastructures économiques et sociales communautaires ;
        • De créer des revenus et des emplois dans les milieux ruraux et urbains par l’exécution ou l’implantation des micro-projets générateurs de revenus pour alléger la pauvreté et promouvoir le développement économique et social.
      • La première phase des opérations à impact rapide, qui a débuté cette semaine, consiste au recrutement de 1,000 personnes pour des travaux publics à haute intensité de main d’œuvre pour la maintenance de la voirie dans les quartiers de Butembo et Katwa. La seconde phase, en cours de préparation par le FSRDC et les services technique de la mairie et de l’Office des Voiries et Drainages (OVD), comprendra le recrutement de 1,000 personnes supplémentaires et débutera au mois de mai 2019. La procédure de recrutement vise à maximiser l’usage des compétences et ressources locales aussi bien pour la main d’œuvre que les achats d’équipement afin d’assurer une plus grande redistribution au sein de la communauté.
      >>> Visitez le site internet du FSRDC pour plus d'informations sur ces deux initiatives <<<


      ...
      https://us13.campaign-archive.com/?u...&id=9cb583eaf9
      "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
      -Nelson Mandela

      Comment


      • DIRECTION GENERALE DE LUTTE CONTRE LA MALADIE
        SITUATION ÉPIDÉMIOLOGIQUE DANS LES PROVINCES DU NORD-KIVU ET DE L'ITURI

        Dimanche 7 avril 2019


        La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 6 avril 2019 :
        • Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 1.146, dont 1.080 confirmés et 66 probables. Au total, il y a eu 721 décès (655 confirmés et 66 probables) et 345 personnes guéries.
        • 303 cas suspects en cours d’investigation ;
        • 16 nouveaux cas confirmés, dont 11 à Katwa, 3 à Vuhovi, 1 à Beni, et 1 à Mandima ;
        • 7 nouveaux décès de cas confirmés, dont
          • 5 décès communautaire dont 4 à Katwa et 1 à Mandima ;
          • 2 décès au CTE de Beni ;
        • 3 nouvelles personnes guéries, dont 2 sorties du CTE de Butembo et 1 du CTE de Beni ;
        • 3 agents de santé de Katwa (dont 1 décès) figurent parmi les nouveaux cas confirmés. Le cumul des cas confirmés/probables parmi les agents de santé est de 85 (7,4 % de l’ensemble des cas confirmés/probables) dont 30 décès.

        /!\ Les données présentées dans ce tableau sont susceptibles de changer ultérieurement, après investigations approfondies et après redistribution des cas et décès dans leurs zones de santé respectives.





        Remarques:
        • Afin d’éviter que le nombre total de cas varie (à la hausse ou à la baisse) quotidiennement, les cas suspects ont été placés dans une catégorie séparée. Ainsi, les cas suspects dont les tests laboratoires se sont révélés positifs seront ajoutés dans la catégorie des cas confirmés alors que ceux qui sont négatifs (non cas) seront retirés du tableau.
        • Les décès survenus au niveau des CTE sont provisoirement enregistrés dans les zones de santé d’implantation des CTE dans l’attente de reclassification dans la zone de santé de notification des cas.
        • La catégorie des cas probables reprend tous les décès pour lesquels il n'a pas été possible d'obtenir des échantillons biologiques pour confirmation au laboratoire mais où les investigations ont révélé un lien épidémiologique avec un cas confirmé ou probable.
        • Un décès communautaire est tout décès survenu en dehors d'un Centre de Traitement Ebola.
        Actualité de la riposte


        ERRATUM - Opérations à Impact Rapide à Butembo (Bulletin du 6 avril 2019)
        • Une erreur dans le lien vers le site internet du Fond Social de la République Démocratique du Congo (FSRDC) a été corrigée: Visitez le site internet du FSRDC


        Les laboratoires, le pilier au cœur de la riposte
        • Les laboratoires jouent un rôle central dans la riposte contre l’épidémie d’Ebola. Le résultat positif d’un échantillon prélevé sur un malade va enclencher une série d’interventions autour du malade pour minimiser les risques de contamination de ses proches et de propagation de l’épidémie. Ces interventions incluent le transfert du malade du centre de transit au centre de traitement d’Ebola, la vaccination des contacts du malade, la désinfection de son ménage et des centres de santé par lesquels il serait passé, ainsi que le suivi psychologique du patient et de sa famille. Il est dès lors important d’assurer une communication rapide des résultats des tests de laboratoire aussi bien au patient qu’aux autres équipes de la riposte contre Ebola.
        • Les mécanismes de feedback communautaire ont révélé que les habitants des zones touchées, en particulier Butembo et Katwa, se plaignaient de la lenteur de la disponibilité des résultats des tests de laboratoire ainsi que de la perception que les laboratoires et les laborantins locaux ne sont pas impliqués.
        • Les laboratoires sont gérés par l’Institut National de Recherche Biomédicale (INRB) dont le directeur, Professeur Jean-Jacques Muyembe, est le président de la commission laboratoire au niveau national dans le cadre de la riposte contre Ebola. A ce jour, sept laboratoires mobiles ont été installés à Beni, Bunia, Butembo, Goma, Katwa, Komanda et Mangina. C’est la première fois que l’INRB a eu la capacité technique de déployer autant de laboratoires mobiles sur le terrain dans le cadre d’une épidémie d’Ebola active. Alors que la majorité des sites disposent de deux machines GeneXpert, les sites de Beni, Butembo et Katwa en ont installé trois à quatre par site afin de pouvoir tester rapidement les centaines d’échantillons collectés chaque jour. Par ailleurs, sur tous les sites, l’INRB veille à recruter des ressources humaines locales pour assurer le transfert de compétence.


        ...
        https://us13.campaign-archive.com/?u...&id=27dc612905
        "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
        -Nelson Mandela

        Comment


        • DIRECTION GENERALE DE LUTTE CONTRE LA MALADIE
          SITUATION ÉPIDÉMIOLOGIQUE DANS LES PROVINCES DU NORD-KIVU ET DE L'ITURI

          Lundi 8 avril 2019


          La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 7 avril 2019 :
          • Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 1.154, dont 1.088 confirmés et 66 probables. Au total, il y a eu 731 décès (665 confirmés et 66 probables) et 350 personnes guéries.
          • 248 cas suspects en cours d’investigation ;
          • 8 nouveaux cas confirmés, dont 3 à Butembo, 3 à Mandima, 1 à Katwa et 1 à Vuhovi ;
          • 10 nouveaux décès de cas confirmés, dont
            • 2 décès communautaires, dont 1 à Katwa et 1 à Mandima ;
            • 8 décès au CTE, dont 3 à Katwa, 2 à Beni, 2 à Butembo et 1 à Mangina (patient de Mandima) ;
          • 5 nouvelles personnes guéries sorties du CTE de Butembo.

          /!\ Les données présentées dans ce tableau sont susceptibles de changer ultérieurement, après investigations approfondies et après redistribution des cas et décès dans leurs zones de santé respectives.





          Remarques:
          • Afin d’éviter que le nombre total de cas varie (à la hausse ou à la baisse) quotidiennement, les cas suspects ont été placés dans une catégorie séparée. Ainsi, les cas suspects dont les tests laboratoires se sont révélés positifs seront ajoutés dans la catégorie des cas confirmés alors que ceux qui sont négatifs (non cas) seront retirés du tableau.
          • Les décès survenus au niveau des CTE sont provisoirement enregistrés dans les zones de santé d’implantation des CTE dans l’attente de reclassification dans la zone de santé de notification des cas.
          • La catégorie des cas probables reprend tous les décès pour lesquels il n'a pas été possible d'obtenir des échantillons biologiques pour confirmation au laboratoire mais où les investigations ont révélé un lien épidémiologique avec un cas confirmé ou probable.
          • Un décès communautaire est tout décès survenu en dehors d'un Centre de Traitement Ebola.
          Actualité de la riposte


          Étude sur l’épidémie d’Ebola de Likati, dans la province du Bas-Uélé (2017)
          • Une nouvelle étude sur l’épidémie de la Maladie à Virus Ebola survenue à Likati, dans la province du Bas-Uélé, en 2017 a été publiée dans le Journal of Infectious Diseases. L’équipe internationale derrière cette étude était composée de chercheurs du Ministère de la Santé, de l’Organisation mondiale de la Santé, de Médecins Sans Frontières et des Chaires de Recherche du Canada.
          • Pour rappel, le Ministère de la Santé avait déclaré l’épidémie d’Ebola à Likati le 11 mai 2017 et l’épidémie avait pris fin le 1ejuillet 2017. Lors de cette épidémie, le pays avait enregistré huit cas d’Ebola, dont cinq confirmés et trois probables, et quatre personnes étaient décédées de la maladie. Cette épidémie était limitée à une seule chaîne de transmission autour du cas index. Deux membres de sa famille ont attrapé la maladie en transportant le malade sur une moto vers un centre de santé. Ces deux membres de la familles, appelés cas secondaires, ont ensuite transmis la maladie à cinq personnes supplémentaires.
          • Les investigations ont révélé que le cas index aurait été exposé au virus Ebola en manipulant de la viande de brousse. Un chasseur avait amené dans le village du cas index un sanglier mort que le cas index avait dépecé ainsi qu’une dépouille de singe qui avait été vendue au marché. Bien que la manipulation d'un animal mort par une personne soit à l’origine de la contamination initiale par Ebola, la transmission entre les humains est toujours responsable de la propagation et de l’aggravation d’une épidémie. En effet, dans l’épidémie actuelle au Nord-Kivu et en Ituri, 1 malade sur 2 (53%) a été contaminé par un membre de sa famille qui était lui aussi malade.
          • Les chercheurs ont identifié plusieurs facteurs ayant contribué à la maitrise rapide de l’épidémie de Likati, à savoir :
            • La rapidité de la réponse : Le Ministère de la Santé a déclaré l’épidémie d’Ebola moins de six semaines après que le cas index ait développé les symptômes de la maladie. Les épidémies précédentes étaient détectées et confirmées plus de trois mois après la mort du cas index ;
            • La formation du personnel de santé : L’alerte de l’épidémie a été lancée par un infirmier du centre de santé de Nambwa qui a immédiatement mis en place un système d’isolement du patient et de sa famille. L’infirmier lui-même s’était mis en isolement en attendant l’arrivée des équipes de riposte de Kinshasa afin de protéger sa famille. Cet infirmier avait participé à un programme de formation sur la détection d’Ebola pour les prestataires de soins locaux en juin 2016, ce qui lui a permis d’identifier rapidement le cas index ;
            • La responsabilité de la communauté : Sur conseil de l’infirmier et ayant constaté des morts inhabituelles présentant des signes similaires dans la communauté, les proches du cas index ont mis en place un système ad hoc d’enterrement sécurisé, qui comprenait notamment la décontamination des effets personnels des personnes décédées, avant l’arrivée des équipes de riposte.

          Vaccination
          • Depuis le début de la vaccination le 8 août 2018, 96.664 personnes ont été vaccinées, dont, 24.136 à Katwa, 21.582 à Beni, 11.824 à Butembo, 6.279 à Mabalako, 4.010 à Mandima, 3.070 à Goma, 3.055 à Kalunguta, 2.429 à Oicha, 2.347 à Komanda, 1.729 à Masereka, 1.630 à Kayina, 1.592 à Vuhovi, 1.487 à Bunia, 1.449 à Kyondo, 1.357 à Karisimbi, 1.193 à Lubero, 1.025 à Biena, 958 à Musienene, 772 à Mutwanga, 690 à Rutshuru, 557 à Rwampara (Ituri), 527 à Nyankunde, 496 à Mangurujipa, 420 à Mambasa, 355 à Tchomia, 333 à Lolwa, 342 à Kirotshe, 254 à Alimbongo, 250 à Mweso, 245 à Kibirizi, 161 à Nyiragongo, 97 à Watsa (Haut-Uélé) et 13 à Kisangani.
          • Le seul vaccin à être utilisé dans cette épidémie est le vaccin rVSV-ZEBOV, fabriqué par le groupe pharmaceutique Merck, après approbation du Comité d’Ethique dans sa décision du 19 mai 2018.



          ...
          https://us13.campaign-archive.com/?u...&id=4a61b0caed
          "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
          -Nelson Mandela

          Comment


          • DIRECTION GENERALE DE LUTTE CONTRE LA MALADIE
            SITUATION ÉPIDÉMIOLOGIQUE DANS LES PROVINCES DU NORD-KIVU ET DE L'ITURI

            Mardi 9 avril 2019


            La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 8 avril 2019 :
            • Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 1.168, dont 1.102 confirmés et 66 probables. Au total, il y a eu 741 décès (675 confirmés et 66 probables) et 350 personnes guéries.
            • 274 cas suspects en cours d’investigation ;
            • 14 nouveaux cas confirmés, dont 7 à Katwa, 3 à Vuhovi, 1 à Butembo, 1 à Mandima, 1 à Masereka et 1 à Beni ;
            • 10 nouveaux décès de cas confirmés, dont
              • 7 décès communautaires dont 3 à Katwa, 1 à Butembo, 1 à Vuhovi, 1 à Masereka et 1 à Mandima ;
              • 3 décès au CTE, dont 2 à Katwa et 1 à Butembo ;
            • 1 agent de santé de Vuhovi (décès communautaire) figure parmi les nouveaux cas confirmés. Le cumul des cas confirmés/probables parmi les agents de santé est de 86 (7,8 % de l’ensemble des cas confirmés/probables) dont 31 décès.

            /!\ Les données présentées dans ce tableau sont susceptibles de changer ultérieurement, après investigations approfondies et après redistribution des cas et décès dans leurs zones de santé respectives.





            Remarques:
            • Afin d’éviter que le nombre total de cas varie (à la hausse ou à la baisse) quotidiennement, les cas suspects ont été placés dans une catégorie séparée. Ainsi, les cas suspects dont les tests laboratoires se sont révélés positifs seront ajoutés dans la catégorie des cas confirmés alors que ceux qui sont négatifs (non cas) seront retirés du tableau.
            • Les décès survenus au niveau des CTE sont provisoirement enregistrés dans les zones de santé d’implantation des CTE dans l’attente de reclassification dans la zone de santé de notification des cas.
            • La catégorie des cas probables reprend tous les décès pour lesquels il n'a pas été possible d'obtenir des échantillons biologiques pour confirmation au laboratoire mais où les investigations ont révélé un lien épidémiologique avec un cas confirmé ou probable.
            • Un décès communautaire est tout décès survenu en dehors d'un Centre de Traitement Ebola.
            Actualité de la riposte


            Nombre record de guéris déchargés à Butembo
            • La semaine du 1eau 7 avril 2019, 17 patients guéris ont été déchargés du CTE de Butembo, un record jamais atteint auparavant. Dr Richard Kitenge, coordonnateur national des CTE et responsable pays de la prise en charge de Maladie à Virus Ebola (MVE), espère que cette bonne nouvelle permettra de changer la perception que la population a du CTE. Dans la ville de Butembo, de nombreux malades évitaient ou refusaient d’être transférés au CTE de peur d’y mourir. Ainsi, les malades arrivaient tard au CTE, à un stade trop avancé de la maladie pour pouvoir être sauvés.
            • Malgré la persistance d’un taux élevé de décès communautaires dans la ville de Butembo, il a été constaté qu’un nombre croissant de personnes malades détectées dans la communauté ou dans les formations sanitaires locales acceptent d’être transférées au CTE rapidement après le début des symptômes, augmentant ainsi leur chance de survie. Pour rappel, 80% des patients (soit 8 patients sur 10) qui ont été pris en charge moins de 3 jours après le début des symptômes sont sortis guéris des CTE.
            • Depuis la réouverture des CTE de Katwa et Butembo, des modifications ont été apportées dans la prise en charge médicale des patients. La capacité du CTE de Butembo est désormais de 94 lits et celle du CTE de Katwa est de 76 lits.
            • Au CTE de Butembo, le nombre de personnel soignant a augmenté pour passer de 62 à 90 infirmiers et de 14 à 32 médecins, tous recrutés localement. Le personnel soignant a été réparti en trois équipes : une équipe chargée exclusivement des admissions pour réduire le temps d’attente des patients arrivant au CTE, une équipe pour le suivi des patients en état stable et une dernière équipe plus grande pour le suivi des patients en état critique. Pour les patients en état grave, des psychologues sont assignés aux familles afin de les accompagner tout au long du processus. Les psychologues servent de lien entre les familles et les médecins du CTE pour expliquer l’évolution de la situation médicale du patient de façon simple et régulière aux familles. Les familles des patients sont autorisées à visiter leurs proches malades tous les jours avec l’accompagnement des équipes de promotion de la santé. Par ailleurs, les molécules thérapeutiques sont à nouveau utilisées mais dans le cadre de l’ancien protocole thérapeutique à titre compassionnel et non plus dans le cadre de l’essai clinique.

            Vaccination
            • Depuis le début de la vaccination le 8 août 2018, 97.035 personnes ont été vaccinées, dont, 24.245 à Katwa, 21.582 à Beni, 11.854 à Butembo, 6.279 à Mabalako, 4.073 à Mandima, 3.070 à Goma, 3.055 à Kalunguta, 2.489 à Oicha, 2.347 à Komanda, 1.729 à Masereka, 1.661 à Vuhovi, 1.630 à Kayina, 1.489 à Kyondo, 1.487 à Bunia, 1.357 à Karisimbi, 1.193 à Lubero, 1.025 à Biena, 958 à Musienene, 772 à Mutwanga, 690 à Rutshuru, 557 à Rwampara (Ituri), 527 à Nyankunde, 496 à Mangurujipa, 420 à Mambasa, 355 à Tchomia, 333 à Lolwa, 342 à Kirotshe, 254 à Alimbongo, 250 à Mweso, 245 à Kibirizi, 161 à Nyiragongo, 97 à Watsa (Haut-Uélé) et 13 à Kisangani.
            • Le seul vaccin à être utilisé dans cette épidémie est le vaccin rVSV-ZEBOV, fabriqué par le groupe pharmaceutique Merck, après approbation du Comité d’Ethique dans sa décision du 19 mai 2018.

            SYNTHÈSE HEBDOMADAIRE DES DONNÉES ÉPIDÉMIOLOGIQUES

            Semaine 14 (du 1er au 7 avril 2019)


            Pour la semaine allant du 1erau 7 avril 2019, nous avons enregistré :
            • 1.979 cas suspects investigués et testés au laboratoire ;
            • 65 nouveaux cas confirmés :
              • Katwa est le principal foyer avec 29 cas (44.6%) ;
              • Aucune nouvelle zone de santé touchée.
            • 52 décès de cas confirmés :
              • Les principaux foyers sont Katwa (15) et Butembo (15) qui représentent ensemble 57.7% des nouveaux décès de la semaine ;
              • Parmi les 52 décès, 26 étaient des décès communautaires et 26 ont eu lieu dans un CTE.
            • 19 nouvelles personnes guéries :
              • Augmentation considérable par rapport à la semaine précédente durant laquelle 8 nouveaux guéris avaient été déchargés ;
              • Record pour le CTE de Butembo qui a déchargé 17 nouveaux guéris cette semaine.


            ...
            https://us13.campaign-archive.com/?u...&id=72a2d28492
            "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
            -Nelson Mandela

            Comment


            • DIRECTION GENERALE DE LUTTE CONTRE LA MALADIE
              SITUATION ÉPIDÉMIOLOGIQUE DANS LES PROVINCES DU NORD-KIVU ET DE L'ITURI

              Mercredi 10 avril 2019


              La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 9 avril 2019 :
              • Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 1.186, dont 1.120 confirmés et 66 probables. Au total, il y a eu 751 décès (685 confirmés et 66 probables) et 354 personnes guéries.
              • 316 cas suspects en cours d’investigation ;
              • 18 nouveaux cas confirmés, dont 11 à Katwa, 3 à Vuhovi, 3 à Mandima, et 1 à Beni ;
                • Parmi les nouveaux patients de Katwa, deux se sont présentés volontairement au CTE dès le début des symptômes ;
              • 10 nouveaux décès de cas confirmés, dont
                • 8 décès communautaires dont 5 à Katwa, 2 à Mandima et 1 à Vuhovi ;
                • 2 décès au CTE, dont 1 à Katwa et 1 à Butembo ;
              • 4 nouveaux guéris dont 2 sortis du CTE de Beni et 2 du CTE de Butembo ;
              • 1 agent de santé de Mandima figure parmi les nouveaux cas confirmés. Le cumul des cas confirmés/probables parmi les agents de santé est de 87 (7,3 % de l’ensemble des cas confirmés/probables) dont 31 décès.

              /!\ Les données présentées dans ce tableau sont susceptibles de changer ultérieurement, après investigations approfondies et après redistribution des cas et décès dans leurs zones de santé respectives.



              ...
              https://us13.campaign-archive.com/?u...&id=54700ea187
              "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
              -Nelson Mandela

              Comment


              • RDC : la réponse contre Ebola doit prendre en compte les besoins des populations

                11 AVRIL 2019

                L’épidémie d’Ebola qui sévit dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) dure maintenant depuis plus de huit mois et a causé le décès de près de 700 personnes. Ces dernières semaines, le nombre de nouveaux cas a fortement augmenté. L’une des raisons de cette augmentation, et donc de l’échec de la réponse contre l’épidémie, se trouve peut-être dans la difficulté des équipes de Médecins Sans Frontières de s’adapter aux besoins des populations locales. Le point avec Natalie Roberts, responsable des urgences MSF, de retour du terrain.
                ...

                https://www.msf.fr/actualites/rdc-la...es-populations
                "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                -Nelson Mandela

                Comment


                • DIRECTION GENERALE DE LUTTE CONTRE LA MALADIE
                  SITUATION ÉPIDÉMIOLOGIQUE DANS LES PROVINCES DU NORD-KIVU ET DE L'ITURI

                  Jeudi 11 avril 2019


                  La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 10 avril 2019 :
                  • Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 1.206, dont 1.140 confirmés et 66 probables. Au total, il y a eu 764 décès (698 confirmés et 66 probables) et 358 personnes guéries.
                  • 246 cas suspects en cours d’investigation ;
                  • 20 nouveaux cas confirmés, dont 8 à Katwa, 7 à Vuhovi, 2 à Mabalako, 1 à Butembo, 1 à Komanda, et 1 à Beni ;
                    • Une nouvelle patiente de Katwa s’est présentée volontairement au CTE dès l’apparition des premiers symptômes.
                    • Les 2 cas de Mabalako sont les parents d’un cas confirmé de Katwa décédé le 6 avril qui avaient fui à Mabalako pour éviter les équipes de la riposte. Le couple a été retrouvé dans une zone non sécurisée de Mabalako à un stade avancé de la maladie mais ont refusé d’être transférés au CTE.
                  • 13 nouveaux décès de cas confirmés, dont
                    • 6 décès communautaires dont 2 à Katwa, 2 à Mabalako, 1 à Butembo et 1 à Komanda ;
                    • 7 décès au CTE, dont 6 à Katwa et 1 à Butembo ;
                  • 4 nouveaux guéris dont 3 sortis du CTE de Butembo et 1 du CTE de Beni ;
                  • Sortie du suivi des 107 contacts identifiés autour du cas confirmé de Bunia.

                  /!\ Les données présentées dans ce tableau sont susceptibles de changer ultérieurement, après investigations approfondies et après redistribution des cas et décès dans leurs zones de santé respectives.





                  Remarques:
                  • Afin d’éviter que le nombre total de cas varie (à la hausse ou à la baisse) quotidiennement, les cas suspects ont été placés dans une catégorie séparée. Ainsi, les cas suspects dont les tests laboratoires se sont révélés positifs seront ajoutés dans la catégorie des cas confirmés alors que ceux qui sont négatifs (non cas) seront retirés du tableau.
                  • Les décès survenus au niveau des CTE sont provisoirement enregistrés dans les zones de santé d’implantation des CTE dans l’attente de reclassification dans la zone de santé de notification des cas.
                  • La catégorie des cas probables reprend tous les décès pour lesquels il n'a pas été possible d'obtenir des échantillons biologiques pour confirmation au laboratoire mais où les investigations ont révélé un lien épidémiologique avec un cas confirmé ou probable.
                  • Un décès communautaire est tout décès survenu en dehors d'un Centre de Traitement Ebola.
                  Actualité de la riposte

                  Aérodrome de Butembo
                  • Deux travailleurs de l’aéroport de Rughenda à Butembo ont été transférés au Centre de Traitement d’Ebola de Butembo après que les tests de laboratoire aient confirmé qu’ils avaient été contaminés par la maladie à virus Ebola. Il s’agit d’un agent de la Régie des Voies Aériennes (RVA) et d’un bagagiste qui avaient assisté à l’enterrement non sécurisé d’une connaissance décédée d’Ebola.
                  • Ce jeudi, les équipes de la riposte ont vacciné tous les agents de l’aéroport et désinfecté toutes les installations aéroportuaires de ce petit aéroport en terre battue qui ne reçoit que des petits porteurs. Les vols à l’aéroport de Rughenda n’ont pas été perturbés par les activités de riposte mais les autorités prévoient de renforcer la surveillance épidémiologique et le contrôle sanitaire à l’aéroport.

                  Comité d'urgence de l'Organisation mondiale de la Santé
                  • Le Directeur général de l’OMS, Dr Tedros Adhanom, a appelé le Comité d’urgence pour le Règlement Sanitaire International à se réunir, pour la seconde fois, ce vendredi 12 avril 2019 afin de déterminer si l’épidémie constitue désormais une urgence de santé publique de portée internationale.
                  • Le rôle de ce Comité est de recommander au Directeur général de l’OMS les mesures d’urgences, appelées recommandations temporaires, à adopter. Ces recommandations temporaires comprennent les mesures sanitaires à mettre en place par le pays où l’urgence est déclarée ou par les autres pays pour réduire le risque de propagation internationale de l’épidémie et éviter des interférences inutiles avec le trafic international. Le Comité continuera à conseiller le Directeur général durant toute la durée de l’urgence, y compris les changements nécessaires aux mesures recommandées.

                  Vaccination
                  • Depuis le début de la vaccination le 8 août 2018, 97.903 personnes ont été vaccinées, dont, 24.598 à Katwa, 21.617 à Beni, 11.970 à Butembo, 6.331 à Mabalako, 4.140 à Mandima, 3.070 à Goma, 3.055 à Kalunguta, 2.540 à Oicha, 2.347 à Komanda, 1.736 à Vuhovi, 1.729 à Masereka, 1.630 à Kayina, 1.569 à Kyondo, 1.487 à Bunia, 1.357 à Karisimbi, 1.193 à Lubero, 1.025 à Biena, 997 à Musienene, 772 à Mutwanga, 690 à Rutshuru, 557 à Rwampara (Ituri), 527 à Nyankunde, 496 à Mangurujipa, 420 à Mambasa, 355 à Tchomia, 333 à Lolwa, 342 à Kirotshe, 254 à Alimbongo, 250 à Mweso, 245 à Kibirizi, 161 à Nyiragongo, 97 à Watsa (Haut-Uélé) et 13 à Kisangani.
                  • Le seul vaccin à être utilisé dans cette épidémie est le vaccin rVSV-ZEBOV, fabriqué par le groupe pharmaceutique Merck, après approbation du Comité d’Ethique dans sa décision du 19 mai 2018.



                  ...
                  https://us13.campaign-archive.com/?u...&id=4d9a82bff4
                  "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                  -Nelson Mandela

                  Comment


                  • DIRECTION GENERALE DE LUTTE CONTRE LA MALADIE
                    SITUATION ÉPIDÉMIOLOGIQUE DANS LES PROVINCES DU NORD-KIVU ET DE L'ITURI

                    Vendredi 12 avril 2019


                    La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 11 avril 2019 :
                    • Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 1.220, dont 1.154 confirmés et 66 probables. Au total, il y a eu 772 décès (706 confirmés et 66 probables) et 364 personnes guéries.
                    • 287 cas suspects en cours d’investigation ;
                    • 14 nouveaux cas confirmés, dont 8 à Katwa, 2 à Vuhovi, 1 à Mandima, 1 à Butembo, 1 à Komanda, et 1 à Beni ;
                    • 8 nouveaux décès de cas confirmés, dont
                      • 4 décès communautaires à Katwa ;
                      • 4 décès au CTE, dont 2 à Katwa, 1 à Butembo et 1 à Beni ;
                    • 6 nouveaux guéris dont 4 sortis du CTE de Butembo, 1 du CTE de Katwa et 1 du CTE de Beni ;
                    • 1 agent de santé de Beni figure parmi les nouveaux cas confirmés. Le cumul des cas confirmés/probables parmi les agents de santé est de 88 (7,2 % de l’ensemble des cas confirmés/probables) dont 31 décès.

                    /!\ Les données présentées dans ce tableau sont susceptibles de changer ultérieurement, après investigations approfondies et après redistribution des cas et décès dans leurs zones de santé respectives.






                    Remarques:
                    • Afin d’éviter que le nombre total de cas varie (à la hausse ou à la baisse) quotidiennement, les cas suspects ont été placés dans une catégorie séparée. Ainsi, les cas suspects dont les tests laboratoires se sont révélés positifs seront ajoutés dans la catégorie des cas confirmés alors que ceux qui sont négatifs (non cas) seront retirés du tableau.
                    • Les décès survenus au niveau des CTE sont provisoirement enregistrés dans les zones de santé d’implantation des CTE dans l’attente de reclassification dans la zone de santé de notification des cas.
                    • La catégorie des cas probables reprend tous les décès pour lesquels il n'a pas été possible d'obtenir des échantillons biologiques pour confirmation au laboratoire mais où les investigations ont révélé un lien épidémiologique avec un cas confirmé ou probable.
                    • Un décès communautaire est tout décès survenu en dehors d'un Centre de Traitement Ebola.
                    Actualité de la riposte


                    Comité d'urgence de l'Organisation mondiale de la Santé
                    • La réunion du Comité d’urgence pour le Règlement Sanitaire International, convoquée par le Directeur général de l’OMS, s’est tenue ce vendredi 12 avril 2019. Le Comité d’urgence a conclu que l’épidémie d’Ebola dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri ne constituait pas une urgence de santé publique de portée internationale. Toutefois, le Comité a exprimé sa profonde inquiétude quant à la récente augmentation de la transmission dans certaines zones, et ainsi du risque potentiel de propagation dans les pays voisins.
                    • Le Comité a aussi salué les efforts des équipes de riposte du Gouvernement de la République Démocratique du Congo, de l’Organisation mondiale de la Santé et des partenaires pour contenir l’épidémie dans un environnement complexe et difficile.
                    • Par ailleurs, le Comité a fait les recommandations de santé publique suivantes :
                      • Aucune restriction de voyage ou de commerce international ne doit être imposée et le contrôle sanitaire (exit screening) aux aéroports, ports et frontières terrestres reste une activité importante ;
                      • Redoubler d’efforts pour détecter les cas le plus tôt possible, identifier et suivre les contacts, et assurer une couverture vaccinale maximale de tous les contacts et contacts des contacts ;
                      • Accroitre les efforts pour éviter la transmission nosocomiale et réduire le temps entre le début de la maladie et l’accès à des soins de santé de qualité dans les centres de traitement d’Ebola ;
                      • Accorder une attention particulière pour répondre à l’augmentation du nombre de cas dans les épicentres restants, notamment Butembo, Katwa, Vuhovi et Mandima ;
                      • Identifier, cibler et agrandir le dialogue et la participation communautaire, l’implication des guérisseurs traditionnels et toute autre technique pour renforcer et élargir l’acceptation par la communauté ;
                      • Mettre en œuvre les dernières recommandations du Groupe stratégique consultatif d'experts de l'OMS (SAGE) quant à la stratégie de vaccination, c’est-à-dire l’inclusion des femmes enceintes et des enfants de moins d’un an dans la stratégie de vaccination en ceinture ;
                      • La sécurité des acteurs de la riposte doit être une priorité, tout en évitant la sécurisation des interventions ;
                      • Compte tenu du risque très élevé de propagation régionale, les pays voisins doivent continuer à accélérer leurs efforts de préparation et de surveillance, y compris la vaccination des prestataires de soins de première ligne ;
                      • Continuer à renforcer la collaboration transfrontalière, y compris le partage des données et alertes, l’engagement communautaire transfrontalier et la sensibilisation. Par ailleurs, il est également recommandé d’améliorer la cartographie des mouvements de population et la compréhension des réseaux sociaux dépassant les frontières nationales.
                    • Les membres et conseillers du Comité d’Urgence se sont réunis par téléconférence. Les représentants du Ministère de la Santé de la RDC ont fait une présentation sur la situation épidémiologique, les stratégies de riposte et les récentes adaptations, y compris la stratégie pour améliorer l’engagement communautaire. Les représentants de la MONUSCO ont évoqué leurs activités de logistique et de sécurité pour accompagner la riposte. Enfin, le Secrétariat de l’OMS a présenté en détail la situation sur l’évolution de l’épidémie actuelle ainsi que les activités de préparation dans les pays voisins.


                    Vaccination
                    • Depuis le début de la vaccination le 8 août 2018, 98.422 personnes ont été vaccinées, dont, 24.903 à Katwa, 21.640 à Beni, 12.045 à Butembo, 6.331 à Mabalako, 4.172 à Mandima, 3.070 à Goma, 3.080 à Kalunguta, 2.540 à Oicha, 2.347 à Komanda, 1.795 à Vuhovi, 1.729 à Masereka, 1.630 à Kayina, 1.569 à Kyondo, 1.487 à Bunia, 1.357 à Karisimbi, 1.193 à Lubero, 1.025 à Biena, 997 à Musienene, 772 à Mutwanga, 690 à Rutshuru, 557 à Rwampara (Ituri), 527 à Nyankunde, 496 à Mangurujipa, 420 à Mambasa, 355 à Tchomia, 333 à Lolwa, 342 à Kirotshe, 254 à Alimbongo, 250 à Mweso, 245 à Kibirizi, 161 à Nyiragongo, 97 à Watsa (Haut-Uélé) et 13 à Kisangani.
                    • Le seul vaccin à être utilisé dans cette épidémie est le vaccin rVSV-ZEBOV, fabriqué par le groupe pharmaceutique Merck, après approbation du Comité d’Ethique dans sa décision du 19 mai 2018.



                    ...
                    https://us13.campaign-archive.com/?u...&id=a7e1c65e2b
                    "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                    -Nelson Mandela

                    Comment


                    • DIRECTION GENERALE DE LUTTE CONTRE LA MALADIE
                      SITUATION ÉPIDÉMIOLOGIQUE DANS LES PROVINCES DU NORD-KIVU ET DE L'ITURI

                      Samedi 13 avril 2019


                      La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 12 avril 2019 :
                      • Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 1.240, dont 1.174 confirmés et 66 probables. Au total, il y a eu 792 décès (726 confirmés et 66 probables) et 365 personnes guéries.
                      • 269 cas suspects en cours d’investigation ;
                      • 20 nouveaux cas confirmés, dont 16 à Katwa, 1 à Vuhovi, 1 à Mandima, et 2 à Beni ;
                      • 20 nouveaux décès de cas confirmés, dont
                        • 12 décès communautaires, dont 10 à Katwa, 1 à Beni et 1 à Mandima ;
                          • Le décès communautaire de Beni est un bébé mort-né dont la mère, cas confirmé, est décédée au CTE le 11 avril. Le bébé est mort lors du transfert de la mère vers le CTE.
                        • 8 décès au CTE, dont 5 à Katwa, 2 à Butembo et 1 à Beni ;
                      • 1 nouveau guéri sorti du CTE de Butembo.

                      /!\ Les données présentées dans ce tableau sont susceptibles de changer ultérieurement, après investigations approfondies et après redistribution des cas et décès dans leurs zones de santé respectives.






                      Remarques:
                      • Afin d’éviter que le nombre total de cas varie (à la hausse ou à la baisse) quotidiennement, les cas suspects ont été placés dans une catégorie séparée. Ainsi, les cas suspects dont les tests laboratoires se sont révélés positifs seront ajoutés dans la catégorie des cas confirmés alors que ceux qui sont négatifs (non cas) seront retirés du tableau.
                      • Les décès survenus au niveau des CTE sont provisoirement enregistrés dans les zones de santé d’implantation des CTE dans l’attente de reclassification dans la zone de santé de notification des cas.
                      • La catégorie des cas probables reprend tous les décès pour lesquels il n'a pas été possible d'obtenir des échantillons biologiques pour confirmation au laboratoire mais où les investigations ont révélé un lien épidémiologique avec un cas confirmé ou probable.
                      • Un décès communautaire est tout décès survenu en dehors d'un Centre de Traitement Ebola.
                      Actualité de la riposte


                      Étude sur l’efficacité des vaccins
                      • L’Institut National de Recherche Biomédicale (INRB) et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont publié les résultats préliminaires d’une étude sur l’efficacité du vaccin rVSV-ZEBOV-GP pour contrôler l’épidémie d’Ebola. L’objectif de l’étude était de mieux comprendre si le vaccin était efficace et contribuait à prévenir le nombre de cas lorsqu’il est utilisé dans le cadre de la stratégie de vaccination en ceinture. Une analyse plus détaillée est en cours de préparation et sera publiée dans un journal scientifique.
                      • Les chercheurs ont analysé les données des personnes vaccinées entre le 1er mai 2018 et le 25 mars 2019. D’après les données collectées, l’efficacité du vaccin rVSV-ZEBOV-GP est estimée à 97,5%. Ces premiers résultats confirment les observations précédentes sur la très grande efficacité du vaccin rVSV-ZEBOV-GP contre Ebola pour contrôler la propagation de l’épidémie. La stratégie de la vaccination en ceinture a démontré son efficacité en raison de la protection rapide des personnes vaccinées après une injection unique et le taux élevé de couverture atteint dans les différentes ceintures de vaccination (91%).
                      • Sur un échantillon de plus de 90.000 personnes vaccinées contre Ebola, 71 ont développé la maladie. Sur ces 71 personnes, 15 personnes ont développé la maladie plus de 10 jours après la vaccination, parmi lesquelles 7 étaient des agents de santé. Dans ce premier groupe, aucune personne n’est décédée d’Ebola. Les 56 autres personnes ont développé les premiers symptômes moins de 10 jours après avoir été vaccinées, c’est-à-dire avant qu’ils aient pu développer leur immunité. Il est estimé que le vaccin met 10 jours avant d’offrir une protection immunitaire maximale. Dans ce second groupe, 9 personnes sont décédées. Ceci indique que le vaccin a permis de réduire le taux de mortalité global parmi les personnes vaccinées qui ont développé la maladie.

                      Atelier de validation du cadre de mise en œuvre du 3ème plan stratégique de riposte (PSR-3)
                      • Du 10 au 12 avril 2019, le Ministre de la Santé, Dr Oly Ilunga Kalenga, a présidé un atelier sur la validation du cadre de mise en œuvre du PSR-3 à Goma. L’objectif de cet atelier était de recadrer la mise en œuvre du PSR-3, en mettant l’accent sur trois déliverables précis, à savoir clarifier l’organigramme de la riposte en tenant compte des nouveaux acteurs, définir un plan d’action opérationnel unique et inclusif par sous-coordination et par pilier, ainsi qu’élaborer un cadre de redevabilité et de performance pour tous les acteurs de la riposte nationaux et internationaux.
                      • Tel que le Ministre de la Santé l’a rappelé, l’épidémie d’Ebola actuelle a lieu dans un environnement extrêmement complexe et difficile qui nécessite une révision constante des stratégies de riposte. Il a insisté sur l’importance de maintenir un cadre sain de concertation et de collaboration entre les nombreuses organisations nationales et internationales impliquées dans cette riposte afin de garantir l’efficacité de toutes les interventions avec une plus grande implication de la communauté.

                      Vaccination
                      • Depuis le début de la vaccination le 8 août 2018, 98.966 personnes ont été vaccinées, dont, 25.131 à Katwa, 21.678 à Beni, 12.243 à Butembo, 6.371 à Mabalako, 4.182 à Mandima, 3.080 à Kalunguta, 3.070 à Goma, 2.540 à Oicha, 2.347 à Komanda, 1.795 à Vuhovi, 1.729 à Masereka, 1.630 à Kayina, 1.569 à Kyondo, 1.487 à Bunia, 1.357 à Karisimbi, 1.193 à Lubero, 1.027 à Musienene, 1.025 à Biena, 772 à Mutwanga, 690 à Rutshuru, 557 à Rwampara (Ituri), 527 à Nyankunde, 496 à Mangurujipa, 420 à Mambasa, 355 à Tchomia, 333 à Lolwa, 342 à Kirotshe, 254 à Alimbongo, 250 à Mweso, 245 à Kibirizi, 161 à Nyiragongo, 97 à Watsa (Haut-Uélé) et 13 à Kisangani.
                      • Le seul vaccin à être utilisé dans cette épidémie est le vaccin rVSV-ZEBOV, fabriqué par le groupe pharmaceutique Merck, après approbation du Comité d’Ethique dans sa décision du 19 mai 2018.



                      ...

                      https://us13.campaign-archive.com/?u...&id=cfa55c58ea
                      "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                      -Nelson Mandela

                      Comment


                      • DIRECTION GENERALE DE LUTTE CONTRE LA MALADIE
                        SITUATION ÉPIDÉMIOLOGIQUE DANS LES PROVINCES DU NORD-KIVU ET DE L'ITURI

                        Mardi 16 avril 2019


                        La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 15 avril 2019 :
                        • Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 1.273, dont 1.207 confirmés et 66 probables. Au total, il y a eu 821 décès (755 confirmés et 66 probables) et 374 personnes guéries.
                        • 303 cas suspects en cours d’investigation ;
                        • 9 nouveaux cas confirmés, dont 3 à Katwa, 3 à Butembo, 1 à Masereka, 1 à Mandima et 1 à Kyondo ;
                        • 7 nouveaux décès de cas confirmés, dont
                          • 4 décès communautaires, dont 2 à Butembo, 1 à Katwa et 1 à Mandima ;
                          • 3 décès au CTE, dont 2 à Butembo et 1 à Katwa.

                        /!\ Les données présentées dans ce tableau sont susceptibles de changer ultérieurement, après investigations approfondies et après redistribution des cas et décès dans leurs zones de santé respectives.






                        Remarques:
                        • Afin d’éviter que le nombre total de cas varie (à la hausse ou à la baisse) quotidiennement, les cas suspects ont été placés dans une catégorie séparée. Ainsi, les cas suspects dont les tests laboratoires se sont révélés positifs seront ajoutés dans la catégorie des cas confirmés alors que ceux qui sont négatifs (non cas) seront retirés du tableau.
                        • Les décès survenus au niveau des CTE sont provisoirement enregistrés dans les zones de santé d’implantation des CTE dans l’attente de reclassification dans la zone de santé de notification des cas.
                        • La catégorie des cas probables reprend tous les décès pour lesquels il n'a pas été possible d'obtenir des échantillons biologiques pour confirmation au laboratoire mais où les investigations ont révélé un lien épidémiologique avec un cas confirmé ou probable.
                        • Un décès communautaire est tout décès survenu en dehors d'un Centre de Traitement Ebola.
                        Actualité de la riposte


                        Visite du Chef de l’État à Beni
                        • Ce mardi 16 avril 2019, le Président de la République, Felix Tshisekedi, a rendu visite aux équipes de la riposte lors de son voyage à Beni. Il a visité le Centre de Traitement Ebola où il a assisté à la sortie d’une patiente guérie à qui il a remis le certificat de décharge. Il a longuement échangé avec différents agents de la riposte qui lui ont expliqué le fonctionnement de la riposte, notamment la prise en charge des patients et les laboratoires mobiles de l’Institut National de Recherche Biomédicale (INRB). Il a félicité les agents de santé pour leur travail qui a permis de contenir l’épidémie à seulement deux provinces du pays, sans atteindre des pays voisins, et leur a assuré du soutien de l’État. Par ailleurs, il a demandé à la population de collaborer avec les équipes de la riposte et de respecter les mesures de prévention pour mettre rapidement fin à l’épidémie d’Ebola.


                        Vaccination
                        • Depuis le début de la vaccination le 8 août 2018, 101.249 personnes ont été vaccinées, dont, 26.316 à Katwa, 22.059 à Beni, 12.447 à Butembo, 6.556 à Mabalako, 4.250 à Mandima, 3.080 à Kalunguta, 3.070 à Goma, 2.540 à Oicha, 2.477 à Komanda, 1.845 à Vuhovi, 1.729 à Masereka, 1.649 à Kyondo, 1.630 à Kayina, 1.487 à Bunia, 1.357 à Karisimbi, 1.193 à Lubero, 1.027 à Musienene, 1.025 à Biena, 772 à Mutwanga, 690 à Rutshuru, 557 à Rwampara (Ituri), 527 à Nyankunde, 496 à Mangurujipa, 420 à Mambasa, 355 à Tchomia, 333 à Lolwa, 342 à Kirotshe, 254 à Alimbongo, 250 à Mweso, 245 à Kibirizi, 161 à Nyiragongo, 97 à Watsa (Haut-Uélé) et 13 à Kisangani.
                        • Le seul vaccin à être utilisé dans cette épidémie est le vaccin rVSV-ZEBOV, fabriqué par le groupe pharmaceutique Merck, après approbation du Comité d’Ethique dans sa décision du 19 mai 2018.

                        SYNTHÈSE HEBDOMADAIRE DES DONNÉES ÉPIDÉMIOLOGIQUES

                        Semaine 15 (du 8 au 14 avril 2019)




                        Pour la semaine allant du 8 au 14 avril 2019, nous avons enregistré :
                        • 7.297 nouvelles alertes notifiées
                          • Il y a eu un nette augmentation du nombre d’alertes reçues au cours de ces 5 dernières semaines.
                          • La grande majorité de ces alertes viennent de la communauté et des formations sanitaires. Ceci indique une meilleure collaboration des communautés avec les équipes de la riposte. On constate, par ailleurs, une diminution des violences contre les équipes, y compris dans des quartiers de Katwa, de Butembo et de Vuhovi qui étaient jusqu’à présent difficiles d’accès pour les agents de santé.
                        • 1.933 cas suspects investigués et testés au laboratoire
                        • 110 nouveaux cas confirmés :
                          • Katwa est le principal foyer avec 60 cas (54.5 %).
                          • Une zone de santé est sortie de la liste des zones ayant notifié au moins un cas confirmé les 21 derniers jours : Kayna. Une zone de santé est à nouveau dans la liste : Komanda.
                          • Comme le graphique ci-dessous le montre, le nombre de nouveaux cas confirmés notifiés hebdomadairement a considérablement augmenté ces 5 dernières semaines suite aux attaques ciblées contre les CTE de Katwa et Butembo.
                        • 83 décès de cas confirmés :
                          • Le principal foyer des décès est Katwa avec 51 décès, soit 62.4% du nombre total des nouveaux décès de la semaine ;
                          • Parmi les 83 décès, 49 étaient des décès communautaires, soit 59 %, et 34 ont eu lieu dans un CTE.
                        • 24 nouvelles personnes guéries :
                          • Le nombre de guéris déchargés des CTE chaque semaine continue à augmenter. Nous sommes passés de 19 nouveaux guéris à la semaine 14 à 24 nouveaux guéris à la semaine 15.

                        Visite du Président de la République au Centre de Traitement d'Ebola de Beni
                        ...
                        https://us13.campaign-archive.com/?u...&id=56b9184dbe
                        "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                        -Nelson Mandela

                        Comment


                        • Médecin au CHS Plus de Beni : Madame Suzanne tuée par le virus à Ebola

                          17/04/2019 Dans A la une, Actualité, Dernière minute, Santé 0

                          Madame Suzanne, médecin au Centre Hospitalier Santé Plus de Beni, a succombé en début de la semaine. Ayant été contaminée par le virus à Ebola, elle était admise au CTE de Beni (Hôpital Général). Elle et ses collègues étaient au front dans la lutte contre Ebola. Sur ce, ils méritent la reconnaissance de la nation.
                          ...
                          http://www.lobjectif.net/%EF%BB%BFme...virus-a-ebola/
                          "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                          -Nelson Mandela

                          Comment


                          • DIRECTION GENERALE DE LUTTE CONTRE LA MALADIE
                            SITUATION ÉPIDÉMIOLOGIQUE DANS LES PROVINCES DU NORD-KIVU ET DE L'ITURI

                            Mercredi 17 avril 2019


                            La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 16 avril 2019 :
                            • Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 1.290, dont 1.224 confirmés et 66 probables. Au total, il y a eu 833 décès (767 confirmés et 66 probables) et 379 personnes guéries.
                            • 251 cas suspects en cours d’investigation ;
                            • 17 nouveaux cas confirmés, dont 11 à Katwa, 4 à Butembo, et 2 à Mandima ;
                            • 12 nouveaux décès de cas confirmés, dont
                              • 10 décès communautaires, dont 7 à Katwa, 2 à Mandima et 1 à Butembo ;
                              • 2 décès au CTE de Butembo ;
                            • 5 nouveaux guéris, dont 3 sortis du CTE de Katwa, 1 de Beni et 1 de Butembo.

                            /!\ Les données présentées dans ce tableau sont susceptibles de changer ultérieurement, après investigations approfondies et après redistribution des cas et décès dans leurs zones de santé respectives.






                            Remarques:
                            • Afin d’éviter que le nombre total de cas varie (à la hausse ou à la baisse) quotidiennement, les cas suspects ont été placés dans une catégorie séparée. Ainsi, les cas suspects dont les tests laboratoires se sont révélés positifs seront ajoutés dans la catégorie des cas confirmés alors que ceux qui sont négatifs (non cas) seront retirés du tableau.
                            • Les décès survenus au niveau des CTE sont provisoirement enregistrés dans les zones de santé d’implantation des CTE dans l’attente de reclassification dans la zone de santé de notification des cas.
                            • La catégorie des cas probables reprend tous les décès pour lesquels il n'a pas été possible d'obtenir des échantillons biologiques pour confirmation au laboratoire mais où les investigations ont révélé un lien épidémiologique avec un cas confirmé ou probable.
                            • Un décès communautaire est tout décès survenu en dehors d'un Centre de Traitement Ebola.
                            Actualité de la riposte

                            Les leaders communautaires s’impliquent davantage dans la sensibilisation de la population
                            • Les chefs coutumiers du territoire de Beni-Lubero, réunis au sein de l’Alliance nationale des chefs traditionnels du Nord-Kivu à Butembo, ont adressé un message de sensibilisation à la population et des recommandations aux équipes de la riposte pour mettre fin à l’épidémie d’Ebola chez eux. Tenant compte de la gravité de la situation, ils ont demandé à la population de se désolidariser de toute personne qui minimise la maladie à virus Ebola, et de considérer qu’Ebola est une maladie qui existe réellement. Par ailleurs, il a demandé aux mamans et aux jeunes filles, qui dans la tradition s’occupent de l’hygiène et des soins des malades à la maison, de ne pas jeter des pierres contre les équipes de la riposte. Enfin, ils ont demandé aux équipes de la riposte de veiller à ce que leurs stratégies respectent le plus possible les habitudes des populations affectées afin d’assurer une meilleure acceptation de leurs interventions par la communauté.
                            • Deux députés nationaux de la province de l’Ituri, Kambale Ezechiel Barnabas et Kakule Mupopolo Floribert, ont effectué une mission de 3 jours à Biakato, dans la zone de santé de Mandima pour sensibiliser la population et lui demander de collaborer avec les équipes de la riposte. Cette localité a connu une augmentation importante de cas confirmés Ebola ces dernières semaines en raison de la difficulté des équipes de la riposte à accéder aux malades suite à la réticence communautaire. Ils ont clôturé leur voyage avec un meeting populaire le dimanche 14 avril 2019 en présence de l’administrateur du territoire durant lequel ils ont rappelé les mesures de prévention à respecter pour arrêter la propagation de l’épidémie.
                            • A Lubero, le Conseil territorial de la jeunesse a lancé un engagement de la jeunesse pour mettre fin à l’épidémie d’Ebola chez eux. Les membres du Conseil ont mis en place des mesures visant à soutenir les efforts des équipes de la riposte, en particulier la surveillance à base communautaire et le respect des mesures d’hygiène dans leur milieu.

                            Lueur d’espoir à Katwa et Butembo
                            • Un vent de panique a soufflé sur les zones de Katwa et Butembo à cause de l’accélération de la propagation de l’épidémie dans la communauté suite aux attaques ciblées contre les deux CTE de la ville. La montée de l’insécurité et de la violence contre les équipes de la riposte les avait empêché d’effectuer des interventions essentielles pour briser la chaîne de transmission et ralentir la propagation de l’épidémie dans la communauté, plus particulièrement le suivi des contacts, la vaccination et la décontamination des ménages.
                            • Toutefois, Dr Jean-Paul Mundama, président de la commission prévention à Butembo, se veut optimiste et constate avec satisfaction la levée des résistances dans les foyers les plus résistants de la ville, tels que Mutsanga et Wayene. Ainsi, les équipes commencent à découvrir les malades cachés dans la communauté. Si toutes les interventions de santé publique autour des cas et décès confirmés sont effectuées sans obstacle, la chaîne de transmission sera peu à peu brisée, le nombre de cas commencera à diminuer et l’épidémie pourra être maîtrisée. Bien que l’augmentation rapide du nombre de cas confirmés ces dernières semaines puisse inquiéter, l’épidémie reste en réalité concentrée dans certaines aires de santé bien identifiées et il n’y a pas eu d’extension géographique du virus. L'épidémie a juste repris dans des zones qui avaient déjà été touchées à cause de la mobilité des malades. Les principaux foyers de l’épidémie restent concentrés dans les zones de santé de Katwa, Vuhovi, Masereka et Mandima.




                            Vaccination
                            • Depuis le début de la vaccination le 8 août 2018, 101.589 personnes ont été vaccinées, dont, 26.646 à Katwa, 22.179 à Beni, 12.447 à Butembo, 6.596 à Mabalako, 4.300 à Mandima, 3.080 à Kalunguta, 3.070 à Goma, 2.540 à Oicha, 2.507 à Komanda, 1.845 à Vuhovi, 1.729 à Masereka, 1.649 à Kyondo, 1.630 à Kayina, 1.487 à Bunia, 1.357 à Karisimbi, 1.193 à Lubero, 1.027 à Musienene, 1.025 à Biena, 772 à Mutwanga, 690 à Rutshuru, 557 à Rwampara (Ituri), 527 à Nyankunde, 496 à Mangurujipa, 420 à Mambasa, 355 à Tchomia, 333 à Lolwa, 342 à Kirotshe, 254 à Alimbongo, 250 à Mweso, 245 à Kibirizi, 161 à Nyiragongo, 97 à Watsa (Haut-Uélé) et 13 à Kisangani.
                            • Le seul vaccin à être utilisé dans cette épidémie est le vaccin rVSV-ZEBOV, fabriqué par le groupe pharmaceutique Merck, après approbation du Comité d’Ethique dans sa décision du 19 mai 2018.



                            ...
                            https://us13.campaign-archive.com/?u...&id=00313a5e4f
                            "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                            -Nelson Mandela

                            Comment


                            • Guillaume Le Duc (ONG ALIMA): «Le pic préoccupant de l’épidémie d’Ebola en RDC est une menace



                              L'Opinion
                              Published on Apr 18, 2019

                              Guillaume Le Duc est l’un des fondateurs et porte-parole d'ALIMA, une association internationale intervenant dans le domaine médical en Afrique avec plus de 2000 employés. Son ONG est actuellement très présente dans la lutte contre Ebola à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC). Il tire la sonnette d’alarme face au nouveau pic de flambée de l’épidémie et les risques de contagion transfrontalière.
                              "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                              -Nelson Mandela

                              Comment


                              • DIRECTION GENERALE DE LUTTE CONTRE LA MALADIE
                                SITUATION ÉPIDÉMIOLOGIQUE DANS LES PROVINCES DU NORD-KIVU ET DE L'ITURI

                                Jeudi 18 avril 2019


                                La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 17 avril 2019 :
                                • Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 1.302, dont 1.236 confirmés et 66 probables. Au total, il y a eu 843 décès (777 confirmés et 66 probables) et 380 personnes guéries.
                                • 325 cas suspects en cours d’investigation ;
                                • 12 nouveaux cas confirmés, dont 5 à Katwa, 3 à Mandima, 2 à Vuhovi, 1 à Kalunguta et 1 à Beni ;
                                • 10 nouveaux décès de cas confirmés, dont
                                  • 7 décès communautaires, dont 3 à Mandima, 2 à Vuhovi, 1 à Katwa, et 1 à Kalunguta ;
                                  • 3 décès au CTE, dont 2 à Butembo et 1 à Katwa ;
                                • 1 nouveau guéri sorti du CTE de Komanda.

                                /!\ Les données présentées dans ce tableau sont susceptibles de changer ultérieurement, après investigations approfondies et après redistribution des cas et décès dans leurs zones de santé respectives.



                                ...
                                https://us13.campaign-archive.com/?u...&id=89828c7c0f
                                "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                                -Nelson Mandela

                                Comment

                                Working...
                                X