Announcement

Collapse
No announcement yet.

Au coeur du repère des pirates somaliens + témoignage

Collapse
This is a sticky topic.
X
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Au coeur du repère des pirates somaliens + témoignage

    Moi, Yassim, ancien pêcheur somalien, devenu pirate fortuné

    Par Reuters, publié le 19/01/2009 à 21:20



    GAROWE, Somalie - Yassim Dheere, 39 ans, a débuté dans la piraterie il y a cinq ans, et il a vite fait fortune.


    Ce géant, qui domine ses gardes du corps de la tête et des épaules, a reçu le reporter de Reuters dans sa résidence de Garowe, une ville de la province somalienne du Puntland, dont l'histoire au cours des siècles est intimement liée à la piraterie.

    Vêtu d'une djellaba aussi traditionnelle que luxueuse, il a raconté son histoire tout en mâchant des feuilles de khat et en caressant sa kalachnikov.

    "Je suis né à Eyl, où je pratiquais la pêche. C'est après l'effondrement du pouvoir central (en Somalie) que j'ai été contraint de détourner des navires étrangers.

    "Personne ne surveillait les mers. On ne pouvait pas pêcher dans de bonnes conditions, parce que les navires qui pêchent illégalement le long des côtes somaliennes détruisaient nos petites embarcations et notre matériel. C'est ça qui nous a forcé à devenir pirate.

    "La première fois que j'ai été impliqué dans un acte de piratage, c'était en 2003. Le bateau devait venir d'Arabie, l'équipage était composé de 18 Yéménites. C'était un gros bateau de pêche, qui avait détruit à plusieurs reprises nos navires.

    "On l'a cerné de nuit avec nos bateaux et on en a pris le contrôle en pointant nos armes sur lui. A cette époque, on ignorait tout des méthodes modernes, des échelles, des harpons, tout ça. Alors, on s'est approché le plus près possible et on a grimpé à bord.

    "On l'avait depuis deux semaines quand des médiateurs somaliens et arabes nous ont approché pour négocier. Ils nous ont convaincu d'accepter 50.000 dollars. Bon Dieu! C'était une somme colossale pour nous! Ça nous a donné des idées et ça nous a ouvert l'appétit.

    "Deux de mes amis ont eu peur des conséquences et ont renoncé. Nous, on ne se rendait pas trop compte de ce qu'on faisait, on était seulement un peu inquiet de la suite des évènements.

    PRENDRE DU BON TEMPS

    "Finalement, ma vie a totalement changé. J'ai amassé plus d'argent que je n'aurais jamais imaginé. Sur un coup, j'ai eu 250.000 dollars. C'est fou l'argent que je me suis fait, je vous dirai pas combien. Avec ça, je me paye des voitures, des armes et des bateaux. J'en profite aussi pour prendre du bon temps.

    "Ce nouveau travail m'a causé aussi des problèmes. Ma vie est en danger, certains de mes collègues sont morts, quelquefois lors de chavirages.

    "L'expérience la pire que j'ai vécue, c'est quand un navire de la marine américaine nous a attaqué alors que nous chassions un bateau. Il nous a tiré dessus et a capturé certains d'entre nous. Moi et mes collègues, grâce à nos hors-bord, on a pu s'échapper alors que les balles sifflaient tout autour.

    "J'ai été emprisonné une fois à Garowe. Des membres de ma famille ont pris d'assaut la prison, ont tué deux gardiens et dans l'échange de feu j'ai pu prendre la fuite avec d'autres détenus.

    "Aujourd'hui, je reste à Eyl. J'ai des hommes qui font le boulot pour moi. Je suis un financier, je récupère l'argent. Je n'ai pas été en mer pour un piratage depuis des mois.

    "Mon groupe prend la mer, moi je gère les finances. Je fournis les gars en hors-bord, en armes, tout ce dont ils ont besoin.

    "Quand on prend la mer, on sait qu'on peut gagner ou perdre. Et on se méfie terriblement des navires de guerre. On a changé de stratégie maintenant, on modifie notre manière d'attaquer dans l'Océan indien en utilisant du matériel moderne, comme le GPS pour détecter les navires de guerre.

    "Aujourd'hui, une nouvelle génération de jeunes pirates, très actifs, émerge, tous attirés par l'appât du gain.

    "Si les Nations unies donnent leur feu vert à un droit de suite à terre en Somalie, cela ne fera que provoquer la mort de nombreux Somaliens innocents. Ils ne peuvent pas nous différencier des Somaliens ordinaires, on s'habille pareil.

    "La piraterie, elle ne s'arrêtera pas tant qu'on aura pas un vrai gouvernement en Somalie".

    Abdikani Hassan, version française Pascal Liétout

    http://www.lexpress.fr/actualites/2/...ne_732908.html

  • #2
    Au coeur du repère des pirates somaliens

    03/09/10 - 05h35 - SOMALIE - À HOBYO, CENTRE NÉVRALGIQUE DE LA PIRATERIE MARITIME

    Dans le repaire des pirates


    Hobyo, 5000 âmes, et une seule activité : la piraterie.
    A Hobyo, la seule activité est la piraterie maritime, mais celle-ci ne profite pas vraiment aux habitants du village et de la région. Ce que conteste Mohamed Garfanji, redoutable chef pirate somalien.

    C’est l’un des chefs pirates somaliens les plus redoutés : Mohamed Garfanji parle à mots comptés, avec la méfiance de celui qui ne baisse jamais la garde et anticipe toujours le prochain coup.

    Regard de défi, à la fois rieur et menaçant, il pianote sur son téléphone et montre à l’écran les clichés d’un thonier pêchant illégalement au large d’Hobyo, repaire de la flibuste somalienne sur la côte nord-est du pays.
    « Vous voyez celui-là ? C’était il y a quelques mois, à 20 milles nautiques d’Hobyo. Et cet autre là, un gros navire espagnol », lance le chef pirate, lors d’une entrevue avec un journaliste de l’Agence France Presse.

    « Vos armées envoient leurs bateaux de guerre pour que vous puissiez continuer à pêcher notre poisson!», accuse Garfanji. Ses comparses approuvent silencieusement, tout en mâchonnant leur ration quotidienne de khat, une plante euphorisante dont raffolent les pirates.

    Ces hommes sont responsables à eux seuls des captures les plus spectaculaires de la piraterie moderne, et Garfanji est aujourd’hui à la tête d’une prospère petite armée qui terrorise l’océan Indien.

    L’homme, la trentaine, se voit comme un Robin des bois des temps modernes, héros de la lutte contre des navires de pêche industrielle venus d’Europe ou d’Asie, qui violent la zone économique somalienne et pillent ses eaux poissonneuses où abondent d’immenses bancs de thons.

    Sur la plage d’Hobyo, un de ses lieutenants, Mohamed, mitrailleuse PKM en croix sur les épaules, regarde à l’horizon la prise de l’année : un supertanker coréen.

    Le VLCC Samho Dream est l’un des trois plus grand navires jamais saisis par des pirates, avec une cargaison de brut estimée à 170 millions de dollars.

    « A lui seul, il est plus gros que Hobyo », commente fièrement le forban, keffieh noir et blanc autour du cou.

    Bourgade de 5 000 âmes noyée sous le sable, Hobyo n’a pourtant rien d’un centre névralgique d’une activité qui perturbe le commerce maritime mondial.


    « Nous n’avons pas de ferme, plus de pêcheurs. C’est ground zero ici »

    /.../

    http://www.lequotidien.re/actualites...s-pirates.html

    Comment


    • #3
      Au coeur du royaume des pirates somaliens

      Traduction automatique

      Première publication 02.09.2010



      <TABLE border=0 cellSpacing=0 cellPadding=0 width=600><TBODY><TR><TD align=left>Au coeur du royaume des pirates somaliens
      </TD></TR><TR><TD> </TD></TR><TR><TD align=left>Somalie grand patron des pirates: les arm&#233;es &#233;trang&#232;res envoyer leurs soldats &#224; continuer de prendre notre poisson.
      </TD></TR><TR><TD> </TD></TR><TR><TD style="FONT-FAMILY: Arial; COLOR: #cccccc; FONT-SIZE: 8.5pt; FONT-WEIGHT: bold">Moyen-Orient en ligne
      </TD></TR><TR><TD height=10></TD></TR><TR><TD>Par Jean-Marc Mojon - Hobyo, la Somalie
      </TD></TR></TBODY></TABLE>


      Mohamed Garfanji



      /.../

      - Une dispersion des cabanes d&#233;labr&#233;es -

      Une bataille perdue contre le sable qui a d&#233;j&#224; compl&#232;tement recouvert le vieux port italien, diffusion Hobyo de maisons en mauvais &#233;tat et des cabanes regarde autre chose que le centre n&#233;vralgique d'une activit&#233; menace mondiale des transports maritimes .

      "Nous n'avons pas d'&#233;coles, pas d'&#233;levage , pas de p&#234;che . C'est Ground Zero ici &#187;, dit le chef a&#238;n&#233; local Abdullahi Ahmed Barre . " Et notre pr&#233;occupation la plus pressante est le sable , la ville tend &#224; dispara&#238;tre , nous sommes enterr&#233;s vivants et ne peuvent pas r&#233;sister. "

      R&#233;unis dans l'ombre du b&#226;timent du Conseil , les anciens n'ont pas vu un &#233;tranger dans les ann&#233;es et la liste des griefs est longue.

      " Le plus proche h&#244;pital est un disque de huit heures sur une " route accident&#233;e , " L'eau est imbuvable , trop sal&#233; " , "Quand le tsunami a frapp&#233; , personne aid&#233; &#187;,&#171; C'est l'une des parties les plus paisibles de la Somalie , pourquoi est- il n'y a pas d'aide ?

      Pench&#233;e discr&#232;tement contre le cadre de la porte , est &#224; l'&#233;coute Garfanji vivement .

      Hobyo pirates ont recueilli des millions de dollars pour des ran&#231;ons au cours des deux derni&#232;res ann&#233;es . Ils ont m&#234;me monnaie et le contr&#244;le des machines de comptage pour les sacs de parachut&#233;s en esp&#232;ces qu'ils re&#231;oivent.

      Les acteurs cl&#233;s d'entra&#238;nement bien &#233;quip&#233; Land Cruiser , ont construit de nouvelles maisons l&#233;g&#232;rement plus imposante et plus de femmes mari&#233;es .

      Pourtant Hobyo est tout sauf une ville en plein essor , alors o&#249; va tout cet argent?

      Les habitants disent une partie importante de leur revenu est prodigu&#233; cuites post - ran&#231;on de khat , l'alcool et les prostitu&#233;es , mais les dirigeants insistent beaucoup pirate de l'argent est r&#233;investi &#224; se d&#233;velopper.

      " Quand nous aurons plus d'argent , nous recrutons plus &#187;, dit Fathi Osman Kahir , la piraterie touche &#224; base de Hobyo "investisseur" , qui agit comme une sorte de tr&#233;sorier pirate.

      Quand un navire est d&#233;tourn&#233; , il paie pour les frais de fonctionnement tels que la s&#233;curit&#233; &#224; terre a augment&#233; , le diesel pour les g&#233;n&#233;rateurs et des fournitures de base pour les ravisseurs et les captifs . Quand une ran&#231;on arrive, il prend la part du lion .

      &#171;Il ya jusqu'&#224; 500 personnes qui travaillent avec nous dans Hobyo , c'est 10 pour cent de la population et je suis juste parler des gens sur le terrain ... Nous avons une hi&#233;rarchie . Que pensez-vous que nous faisons ? Nous offrons des salaires trop , &#187;Dit-il .

      Une visite &#224; Hobyo par le secr&#233;taire d'Etat &#224; la s&#233;curit&#233; de la nouvelle administration locale de Galmudug , Ismail Haji Noor , ne pas envoyer les pirates se pr&#233;cipiter dans la clandestinit&#233; .

      &#171; Que vais-je faire? arr&#234;ter tous ? M&#234;me si j'avais les moyens en tant que ministre de la s&#233;curit&#233; de les contester , il est inutile si je n'ai pas quelque chose &#224; offrir , si personne ne peut fournir une alternative ", dit Noor .

      Un ancien militaire et un homme d'affaires prosp&#232;re qui a pass&#233; la moiti&#233; de sa vie en Grande-Bretagne , Noor est d&#233;marches aupr&#232;s de donateurs &#224; Nairobi pour l'aide au d&#233;veloppement insaisissable il esp&#232;re pourrait rendre les pirates d&#233;posent leurs grappins .

      " Il n'ya pas de diff&#233;rence entre la vie et la mort si vous n'avez rien &#224; manger ... Bien s&#251;r , ce que nous faisons est criminel , c'est ind&#233;niable. Nous n'aimons pas ce que nous faisons , mais il n'y a pas d'autre choix &#187;, dit Kahir .

      Depuis la fin de 2008 , l'OTAN , l'Union europ&#233;enne , les &#201;tats -Unis et d'autres puissances navales ont envoy&#233; des navires de guerre , pour un co&#251;t global estim&#233; &#224; Top 40 millions de dollars par jour, dans le but d&#233;clar&#233; ou freiner le piratage .

      Des centaines de pirates pr&#233;sum&#233;s ont &#233;t&#233; captur&#233;s , mais la plupart ont d&#251; &#234;tre lib&#233;r&#233;s imm&#233;diatement , faute de preuves et le nombre de navires d&#233;tourn&#233;s s'&#233;l&#232;ve actuellement &#224; 22, l'un des ses plus hauts niveaux jamais.

      Bien que Noor aimeraient voir l'arm&#233;e de pirates Hobyo s'est transform&#233;e en une force de d&#233;fense l&#233;gitime et d'un garde-c&#244;tes de prot&#233;ger les eaux somaliennes &#224; la fois le piratage r&#233;siduelle et la p&#234;che ill&#233;gale , l'aide &#233;trang&#232;re n'a pas &#233;t&#233; &#224; venir.

      Maintenant, la saison semestrielle inter- mousson favorable au piratage est juste autour du coin et Septembre peut-&#234;tre trop bonne pour s'asseoir , m&#234;me pour le moins engag&#233; de pirates .

      Sur la plage de Hobyo , Mohamed Ali , un p&#234;cheur de requins , dit son captures sont maigres , ses co&#251;ts &#233;lev&#233;s du carburant et de son bateau insuffisante.
      &#171;&#202;tre avec les pirates a adavantages et des inconv&#233;nients &#187;, admet-il. " Je n'ai pas encore d&#233;cid&#233; s'il allait rejoindre ou non . "

      http://www.middle-east-online.com/english/?id=41039

      Comment

      Working...
      X