Announcement

Collapse
No announcement yet.

L'Iran veut confisquer 20% de l’épargne de ses citoyens

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • L'Iran veut confisquer 20% de l’épargne de ses citoyens

    L'Iran veut confisquer 20% de l’épargne de ses citoyens

    Par Yves Bourdillon | 12/06 | 13:36 | 3commentaires

    Le régime des ayatollahs envisage de taxer 20 % des comptes bancaires des Iraniens après l’élection présidentielle de vendredi.


    Téhéran prévoit des mesures dignes d’une économie de guerre - AFP
    Le régime des ayatollahs envisage de taxer 20 % des comptes bancaires des Iraniens après l’élection présidentielle de vendredi. Une mesure désespérée préconisée par un mémo secret de la banque centrale du pays et avalisé le 10 avril par le guide suprême Ali Khamenei, dont une copie a été divulguée ce matin à Paris par Amir Jahanshahi, le dirigeant en exil de la Vague verte, un des mouvements d’opposants iraniens. Selon ce document 92/1531208 signé par le gouverneur de la banque centrale, Mahmoud Bahmani, et distribué aux journalistes, Téhéran prévoit des mesures dignes d’une économie de guerre, car le système bancaire est en faillite sous l’effet des sanctions occidentales et de la gestion désastreuse du pays. Il aurait besoin de l’équivalent de 40 milliards de dollars pour être renfloué, soit l’équivalent d’une année entière d’exportations de pétrole.

    « Modèle chypriote »

    La mesure la plus spectaculaire, dénommée sans rire « modèle chypriote », consisterait donc en une taxation de 20 % de l’ensemble des comptes bancaires en Iran, sauf ceux des entreprises publiques. Les forces de l’ordre seraient déployées préventivement devant les établissements bancaires pour éviter des retraits massifs le jour où le Parlement avaliserait cette décision proposée par le nouveau président sur instruction du Guide suprême. L’ensemble du système bancaire, aujourd’hui en faillite virtuelle, passerait sous le contrôle de facto des Gardiens de la Révolution. Les principales entreprises privées seraient nationalisées suivant des modalités à préciser. Les droits de douane sur l’exportation de tous les produits pétroliers monterait jusqu’à 50 % et des quotas d’importation drastique, accompagnés de droits de douane de 15 à 35 %, serait imposé sur les biens, y compris alimentaires, provenant d’Europe et d’Amérique latine.

    /.../
Working...
X