Announcement

Collapse
No announcement yet.

Banques et banqueroute - Bank of America paiera 8,5 milliards à des investisseurs floués par les « subprime »

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Banques et banqueroute - Les banques trop grosses pour faire faillite devraient être scindées pour éviter une nouvelle crise financière

    Le vendredi 3 août 2012
    Affaires

    ING Direct Canada pourrait être vendue

    2 août 2012 | 11h42

    ARGENT
    La société financière ING pourrait vendre ses activités de banque en ligne ING Direct au Canada pour rembourser l'aide reçue du gouvernement des Pays-Bas au cours de la crise financière.

    Argent, d'après Reuters

    La société financière ING pourrait vendre ses activités de banque en ligne ING Direct au Canada pour rembourser l'aide reçue du gouvernement des Pays-Bas au cours de la crise financière.

    PHOTO
    Le siège social d'ING, à Amsterdam (Photo: Reuters)

    ING, dont le siège social est à Amsterdam, a obtenu une aide de 10 milliards d'euros ou 12,2 milliards $ en 2008. Comme conditions au sauvetage, la banque a convenu avec la Commission européenne de réduire son bilan, de séparer ses activités bancaires et d'assurance et de vendre des actifs.

    /.../

    http://argent.canoe.ca/lca/affaires/...re-vendue.html

    Comment


    • Re: Manifestations anti-occidentales - fermetures d'ambassades et autres conséquences

      Traduction automatique

      Les attaques contre les 6 banques frustre les clients

      Par NICOLE PERLROTH
      Publié: 30 Septembre 2012


      Six grandes banques américaines ont été frappées par une vague d'attaque informatique la semaine dernière, par un groupe se réclamant du Moyen-Orient, les liens qui ont provoqué les pannes d'Internet et des retards dans la banque en ligne.
      Cette image agrandir

      Reed Saxon / Associated Press
      Les cibles des attaques informatiques de la semaine dernière inclus Wells Fargo, JPMorgan Chase et Citibank. Certains, y compris le sénateur Joseph Lieberman I., ont souligné les accusations contre l'Iran dans les attentats, et un expert dit que l'Iran doit au moins être au courant d'entre eux.

      Des clients frustrés de Bank of America, JPMorgan Chase, Citigroup US Bank, Wells Fargo et PNC, qui ne pouvaient pas avoir accès à leurs comptes ou de payer des factures en ligne, été bouleversé parce que les banques n'avaient pas expliqué clairement ce qui se passait.

      "C'était probablement le moins impressionnante présentation d'entreprise de mauvaises nouvelles que j'ai jamais vu», a déclaré Paul Downs, propriétaire d'une petite entreprise à Bridgeport, en Pennsylvanie «C'est extrêmement déconcertant."

      Les banques ont subi des attaques par déni de service, dans lequel les pirates barrage d'un site Web avec un trafic jusqu'à ce qu'il soit dépassé et s'éteint. De telles attaques, tandis qu'une nuisance, ne sont pas techniquement sophistiquée et n'affectent pas le réseau informatique d'une entreprise - ou, dans ce cas, des fonds ou des comptes bancaires des clients. Mais ils suffisent à perturber les clients.

      Un groupe de pirates se faisant appeler Izz ad-Din al-Qassam Fighters Cyber ​​- une référence à Izz ad-Din al-Qassam, un homme saint musulman qui se sont battus contre les forces européennes et les colons juifs dans le Moyen-Orient dans les années 1920 et 1930 - a pris le crédit pour les attentats de messages en ligne.

      Le groupe a dit qu'il avait attaqué les banques, en représailles à une vidéo anti-islam qui se moque du prophète Mahomet. Il a également promis de continuer à attaquer de crédit et les institutions financières américaines par jour, et peut-être les institutions en France, en Israël et en Grande-Bretagne, jusqu'à ce que la vidéo est mis hors ligne. Le New York Stock Exchange et le Nasdaq ont également été ciblés.

      /.../

      http://www.nytimes.com/2012/10/01/bu...mers.html?_r=0

      Comment


      • Re: Banques et banqueroute - Les banques trop grosses pour faire faillite devraient être scindées pour éviter une nouvelle crise financière

        Réforme bancaire : tout savoir sur le rapport Liikanen en cinq questions

        Sophie Rolland | 02/10/2012, 12:30 - 765 mots

        Le rapport remis ce mardi à la Commission européenne recommande d'isoler les activités de marché les plus risquées afin de rendre les banques de dépôt plus sûres.

        Le très attendu "rapport Liikanen", du nom du gouverneur de la Banque de Finlande qui présidait le groupe d'experts, a été remis au commissaire européen Michel Barnier ce mardi. Il recommande de séparer "légalement" "certaines activités financières particulièrement risquées" des banques de dépôt.

        "Il s'agit d'un rapport important qui influencera notre politique en matière de réglementation du secteur financier. Le rapport souligne les risques excessifs qui ont été pris dans le passé par les banques et émet d'importantes recommandations ayant pour objectif de garantir que les banques œuvrent dans l'intérêt de leurs clients.", a réagi le commissaire européen en charge des services financiers. "Ce rapport alimentera nos réflexions sur les mesures complémentaires à prendre. Je vais à présent envisager les prochaines étapes, au cours desquelles la Commission étudiera l'impact de ces recommandations", a-t-il indiqué. La Commission va notamment lancer des consultations avant de décider si elle s'appuie sur ce rapport pour faire une proposition législative.

        Quel est l'objectif d'une telle séparation ?

        Les experts du groupe Liikanen considèrent qu'en sortant les activités financières les plus risquées des banques de dépôts, les groupes bancaires - et en particulier la partie banque de dépôts - deviendront plus sûrs. De quoi, en cas de difficultés, limiter le recours aux contribuables.

        « La séparation de ces activités dans des entités juridiques distinctes est la façon la plus directe de lutter contre la complexité et l'interconnexion des banques », peut-on lire dans une note accompagnant le rapport. En rendant les groupes bancaires plus simples et plus transparents, le groupe d'expert espère rendre la supervision et la résolution de crise plus aisées.

        Quelles sont les activités "particulièrement risquées" ?

        /.../

        http://www.latribune.fr/entreprises-...questions.html

        Comment


        • Re: Banques et banqueroute - Les banques trop grosses pour faire faillite devraient être scindées pour éviter une nouvelle crise financière

          Les comptes maquillés de Monte dei Paschi ébranlent l'Italie

          LE MONDE | 25.01.2013 à 10h25 • Mis à jour le 25.01.2013 à 13h41
          Par Philippe Ridet - Rome correspondant


          C'est plus qu'une banque, c'est une institution, un monument de l'histoire italienne, le poumon qui fait respirer toute une ville et une région jusque-là prospères. Monte dei Paschi di Siena (MPS), le plus vieil établissement bancaire du monde, avait déjà perdu une partie de sa bonne réputation établie depuis 1472, en quémandant, en 2012, sous forme d'obligations, un prêt de 3,9 milliards d'euros à l'Etat pour se renflouer. Il lui reste à sauver son avenir après le scandale de produits dérivés qui le frappe.
          MPS, tout aussi vieille et respectable qu'elle soit – mais très exposée aux titres de dette italienne –, n'a pas boudé le recours à la "finance créative" : trois opérations sur produits dérivés vont ainsi alourdir ses pertes estimées déjà à plus de 2 milliards d'euros pour 2012, après 4,7 milliards en 2011.

          L'opération menée, en 2009, avec la banque japonaise Nomura, devrait lui coûter 220 millions d'euros ; celle nouée, en 2008, avec la Deutsche Bank lui aurait permis de dissimuler 367 millions d'euros de pertes. Une autre, enfin, menée avec un établissement financier dont l'identité n'a pas été communiquée, porterait le total de l'addition à 760 millions d'euros.

          Les investisseurs pressent la troisième banque d'Italie de sortir tous les "cadavres des placards". La révélation par le journal Il Fatto quotidiano d'une enquête de la justice sur ces maquillages a eu pour premier résultat la démission de l'ex-directeur de MPS – de 2006 à 2012 –, Giuseppe Mussari, de son poste de président de l'Association bancaire italienne. C'est aussi sous son mandat que MPS a acquis, fin 2007, Banca Antonveneta auprès de l'espagnole Santander pour 9 milliards d'euros, un prix jugé beaucoup trop élevé.

          Dans la foulée de ce scoop, le titre MPS a chuté de 8,43 % à la Bourse de Milan mercredi et de 8,19 % jeudi, ce qui ramène la valeur du groupe à 2,725 milliards d'euros.

          L'Etat devra-t-il remettre la main à la poche ? Alors qu'une assemblée générale d'actionnaires se tenait vendredi 25 janvier pour valider une augmentation de capital de 4,5 milliards d'euros, visant àaider la banque à rembourser ses emprunts et combler ses pertes, cette question empoisonne la campagne électorale en cours.

          /.../

          http://www.liberation.fr/economie/20...-italie_876913

          Comment


          • Re: Banques et banqueroute - Les comptes maquillés de Monte dei Paschi ébranlent l'Italie

            Moody's révise à la baisse la note de grandes banques canadiennes

            Comment


            • Re: Banques et banqueroute - Les comptes maquillés de Monte dei Paschi ébranlent l'Italie

              La banque britannique Barclays supprime 3700 emplois

              Comment


              • Re: Banques et banqueroute - Les comptes maquillés de Monte dei Paschi ébranlent l'Italie

                "Baleine de Londres" : l'audition des responsables de JPMorgan tourne au jeu de massacre

                Le Monde.fr | 15.03.2013 à 17h38 • Mis à jour le 15.03.2013 à 18h00



                L'audition est encore en cours et retransmise en direct à la télévision. Et ses principaux protagonistes sont à la peine. Une ancienne dirigeante de JPMorgan Chase s'est défaussée en accusant les traders de la banque et ses subordonnés d'avoir mené des paris ayant conduit à la perte de six milliards de dollars causée par la "baleine de Londres", le trader qui a concentré sur lui l'essentiel des accusations. Elle ajoutait devant les parlementaires américains que ses équipes lui avaient dissimulé des pertes et des informations importantes.

                Ina Drew, ancienne directrice des investissements, a affirmé qu'elle ne se sentait personnellement responsable de ce désastre financier. "Certains membre de l'équipe de Londres n'ont pas réussi à évaluer leurs positions correctement et, de bonne foi, ont minimisé leurs pertes enregistrées et prévues et m'ont dissimulé des informations importantes", a expliqué Ina Drew. "De toute évidence, des erreurs ont été commises", a-t-elle reconnu. Ina Drew a travaillé plus de trente ans au sein de cette institution avant de démissionner en mai.

                Selon un rapport du Sénat américain publié jeudi, JPMorgan Chase a occulté des risques, trompé les investisseurs, provoqué les régulateurs et tenté de contourner la réglementation, lorsqu'elle s'est trouvée confrontée à des pertes énormes liées à un portefeuille de dérivés risqués. La direction de la banque a été alarmée des mois durant de ces transactions malencontreuses sur dérivés qui lui ont coûté en définitive plus de 6,2 milliards de dollars sans pour autant réagir, ajoute ce rapport de la sous-commission permanente d'investigation.

                Ce même jour, la Réserve fédérale américaine a demandé à JPMorgan Chase et à Goldman Sachs d'améliorer leurs procédures pour déterminer le montant de leurs redistributions aux actionnaires, tout en avalisant leurs plans de rachats d'actions et de versements de dividendes. Cette avalanche de mauvaises nouvelles pour une JPMorgan, longtemps considérée comme la banque américaine la plus sûre et la mieux gérée, risque de ternir la réputation à la fois de l'établissement et de son directeur général, Jamie Dimon. Ce dernier n'avait pas ménagé ses critiques lorsque Washington a entrepris d'encadrer plus sévèrement Wall Street après la crise financière de 2008-2009.

                /.../

                http://www.lemonde.fr/economie/artic...9297_3234.html

                Comment


                • Re: La ville de Detroit fait défaut sur une partie de sa dette

                  Dexia : la faillite de Detroit pourrait coûter 100 millions d'euros...

                  Ce matin à 06h46

                  /.../

                  Le quotidien néerlandophone 'De Tijd' parle des "cadavres dans les placards" de Dexia, qui aurait investi en 2006 dans des produits complexes émis par la ville, qui s'est officiellement déclarée en faillite en fin de semaine dernière. D'autres institutions européennes, dont la Société Générale et Commerzbank, seraient également concernées, note un autre quotidien 'L'Echo'. Au total, les banques et assureurs du vieux continent pour détenir quelque 1 milliard de dollars de créances sur la ville américaine.

                  http://www.boursier.com/actions/actu...os-539302.html

                  Comment


                  • Banques et banqueroute - Bank of America paiera 8,5 milliards à des investisseurs floués par les « subprime »

                    Actualité > Economie

                    Goldman Sachs conseille à la France de baisser les salaires de 30%

                    Publié le 30.01.2013


                    138 réactions Tout juste lauréate du «prix de la honte» 2013, décerné par Greenpeace Suisse, la banque américaine Goldman Sachs a jugé bon de donner des «conseils» à la France pour enrayer la crise. Notamment baisser tous les salaires de l'Hexagone de 30%. Une «solution» qui ne fait pas l'unanimité.

                    Interviewé vendredi par le Huffington Post, l'économiste en chef de la banque, Huw Pill, a généreusement confié son analyse de la situation française.

                    Le «Monsieur Europe» de la banque internationale d'investissement s'est ainsi penché sur son «manque de compétitivité» et nombre de «déséquilibres dans ses comptes». Interrogé sur un solution miracle à proposer au président de la République François Hollande, l'expert assure qu'«il faudrait s'appuyer sur une baisse des salaires générale, afin de regagner de la compétitivité. On estime que la France devrait réduire sa moyenne salariale d'environ un tiers…» Soit 33% de moins en moyenne. Mais c'est «politiquement impossible à imposer», convient-il.

                    Un secteur public trop important

                    /.../

                    http://www.leparisien.fr/economie/go...13-2525317.php

                    Comment


                    • Re: Banques et banqueroute - Des banques et assureurs du vieux continent dont Dexia, Société Générale et Commerzbank , pourraient détenir quelque 1 milliard de dollars de créances de Détroit

                      Bank of America paiera 8,5 milliards à des investisseurs floués par les « subprime »

                      Le Monde.fr avec AFP | 01.02.2014 à 14h34 • Mis à jour le 01.02.2014 à 14h42

                      La justice américaine a validé vendredi 31 janvier l'accord financier à 8,5 milliards de dollars conclu en 2011 par Bank of America avec un groupe d'investisseurs floués par les crédits immobiliers à risque (« subprime »).
                      L'origine de cette affaire remonte à la crise financière de 2007-2008 provoquée notamment par ces produits financiers adossés à des emprunteurs insolvables, et qui ont perdu toute valeur avec l'effondrement du secteur immobilier.

                      Cherchant à obtenir réparation, plusieurs investisseurs s'étaient notamment retournés contre Countrywide, alors plus grand émetteur de « subprime ». Emporté par la crise, cet établissement avait été racheté en 2008 par Bank of America qui a dès lors hérité du contentieux clos vendredi par la justice new-yorkaise.

                      /.../

                      http://www.lemonde.fr/economie/artic...8387_3234.html

                      Comment

                      Working...
                      X