Announcement

Collapse
No announcement yet.

Mouvement de fusions boursières: Toronto, Londres, Moscou, New-York, Francfort, etc

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Mouvement de fusions boursières: Toronto, Londres, Moscou, New-York, Francfort, etc

    Le mardi 8 février 2011
    Fusion possible des Bourses de Toronto et Londres

    8 février 2011 | 16h52

    La Bourse de Londres pourrait devenir l'une des plus grandes places financières du monde. Selon le quotidien britannique The Financial Times, des discussions sont en cours afin que les Bourses de Londres et Toronto regroupent leurs activités.
    <!-- debut-photo-d --><!-- MAIN IMAGE -->
    <!-- fin-photo-d -->La transaction pourrait être annoncée aussi tôt que mercredi, selon des sources qui se sont confiées au quotidien.

    /.../

    http://argent.canoe.ca/lca/affaires/...08-165244.html

  • #2
    Russie: la fusion des bourses de Moscou en avril (officiel)

    21:35 01/02/2011

    Russie: la fusion des bourses de Moscou en avril (officiel)

    MOSCOU, 1er février - RIA Novosti

    Les deux places boursières russes, le Marché interbancaire des changes de Moscou (MICEX) et la Bourse RTS, fusionneront avant la mi-avril, a annoncé mardi le président du conseil des directeurs de la MICEX, Alexeï Oulioukaïev.

    "Nous avons convenu de fusionner les deux places boursières. La première étape des négociations a pris fin, nous signons mardi un accord d'intention sur l'achat par les actionnaires de la MICEX du bloc de contrôle de la Bourse RTS", a indiqué M.Oulioukaïev à l'issue d'une réunion des actionnaires de la bourse MICEX.

    "Il faut signer l'accord de fusion avant la mi-avril et ensuite finaliser la transaction", a ajouté le responsable.

    /.../

    http://fr.rian.ru/economic_news/20110201/188509078.html

    Comment


    • #3
      La Bourse de Toronto négocie une fusion avec la Bourse de Londres

      La Bourse de Toronto n&#233;gocie une fusion avec la Bourse de Londres

      <SCRIPT language=Javascript>document.write(publicatioin_da te("2011-02-08 16:51:23.000", "2011-02-08 17:37:00.000"));</SCRIPT>Publi&#233; le 08 f&#233;vrier 2011 &#224; 16h51 | Mis &#224; jour &#224; 17h37

      /.../

      Cette fusion, si elle est se concr&#233;tise, ferait de la nouvelle entit&#233; le plus gros march&#233; boursier &#224; l'&#233;chelle mondiale en termes du nombre de compagnies inscrites. Le groupe LSE-TMX passerait devant le Nasdaq pour ravir la quatri&#232;me place au classement des revenus annuelles et deviendrait &#233;galement le num&#233;ro deux mondial au chapitre des transactions.

      Les actionnaires de LSE prendraient un peu plus de 50&#37; des actions du nouveau couple.
      L'action du Groupe TMX &#233;tait suspendue sur le parquet torontois &#224; la suite de la parution d'articles au sujet des discussions.

      Le chef de la direction du parquet londonien, Xavier Rolet, serait le patron de la nouvelle firme.
      La nouvelle entit&#233; compterait deux si&#232;ges sociaux, &#224; Londres et &#224; Toronto.
      Le Groupe TMX doit d&#233;voiler mercredi ses r&#233;sultats trimestriels.
      Plus de d&#233;tails &#224; venir.

      http://lapresseaffaires.cyberpresse....de-londres.php

      Comment


      • #4
        Re: La Bourse de Toronto négocie une fusion avec la Bourse de Londres

        09/02/11 09:27 R&#233;agir

        La Bourse de Londres confirme l'achat de celle de Toronto


        <!-- Tool box article @End -->Le London Stock Exchange a confirm&#233; mercredi le rachat de son homologue canadien TMX Group, propri&#233;taire de la Bourse de Toronto. La transaction, qui valorise TMX &#224; 3,2 milliards de dollars sur la base des cours de cl&#244;ture de mardi (2,34 milliards d'euros), a &#233;t&#233; approuv&#233;e &#224; l'unanimit&#233; par les deux conseils d'administration. /Photo d'archives/ REUTERS/Stephen Hird (c) Reuters

        LONDRES/TORONTO (Reuters) - Le London Stock Exchange a confirm&#233; mercredi le rachat de son homologue canadien TMX Group, propri&#233;taire de la Bourse de Toronto.

        Le nouvel ensemble sera une place importante de cotation des valeurs mini&#232;res, mais risque toutefois de susciter une opposition politique au Canada.

        /.../

        Les synergies de co&#251;ts tir&#233;es de cette fusion sont estim&#233;es &#224; 35 millions de livres ou 56 millions de dollars canadiens d&#232;s la deuxi&#232;me ann&#233;e.

        Cette annonce intervient alors que le Singapore Exchange tente de mener &#224; bien son offre de rachat de 7,8 milliards de dollars d'ASX, l'op&#233;rateur de la Bourse australienne, une op&#233;ration qui rencontre une vive opposition en Australie.

        La transaction entre le LSE et TMX pourrait &#224; son tour rencontrer des obstacles au Canada, o&#249; les rachats de grands groupes locaux par des soci&#233;t&#233;s &#233;trang&#232;res sont devenus des sujets politiques sensibles.

        /.../

        Cameron French et Paul Hoskins, Florent Le Quintrec pour le service fran&#231;ais, &#233;dit&#233; par Danielle Rouqui&#233;

        http://tempsreel.nouvelobs.com/actua...e-toronto.html

        Comment


        • #5
          Re: La Bourse de Toronto négocie une fusion avec la Bourse de Londres

          La Bourse de Montréal devient-elle la succursale d’une succursale?

          09.02.2011 - 11:05 -

          /.../

          Malgré la présence de deux sièges sociaux, un à Londres et l’autre à Toronto, il semble évident qu’on remet les clés de notre marché boursier au pays européen.

          Cela est-il de bon augure pour le développement des produits dérivés à Montréal? Peut-être, car l’offre en produits dérivés de la LSE, la EDX London, est moins complète que celle de Montréal. L’apport du LSE pourrait créer des occasions de croissance. Toutefois, force est d’admettre que le vrai centre décisionnel s’éloigne une fois de plus de la métropole québécoise.

          À votre avis, quel sera l’impact de cette fusion sur les marchés financiers au pays?

          http://www.finance-investissement.co...ne-succursale/

          Comment


          • #6
            Bref historique des fusions boursières

            Extrait:

            Bref historique des fusions boursières

            • En septembre 2000, les Bourses de Paris, de Bruxelles, d'Amsterdam et de Lisbonne fusionnent pour créer Euronext N.V, basé aux Pays-Bas;
            • En avril 2007, la Bourse de New York achète Euronext et forme le groupe NYSE Euronext;
            • En décembre 2007, le Groupe TSX, propriétaire de la Bourse de Toronto, achète la Bourse de Montréal pour former le Groupe TMX, basé à Toronto;
            • En octobre 2010, les Bourses de Singapour et d'Australie annoncent avoir conclu une entente pour le rachat de la seconde par la première. La transaction rencontre beaucoup de résistance en Australie et n'est toujours pas bouclée;
            • Le 9 février 2011, le London Stock Exchange Group, propriétaire de la Bourse de Londres et de la Bourse d'Italie, conclut une entente pour acheter le Groupe TMX;
            • La même journée, Deutsche Börse, opérateur de la Bourse de Francfort, annonce être en négociation pour acheter NYSE Euronext.
            http://www.radio-canada.ca/nouvelles...rancfort.shtml

            Comment


            • #7
              La Bourse de Francfort négocie l'achat de la Bourse de New York

              March&#233;s boursiers
              La Bourse de Francfort n&#233;gocie l'achat de la Bourse de New York

              Mise &#224; jour le mercredi 9 f&#233;vrier 2011 &#224; 22 h 14

              Les groupes NYSE Euronext et Deutsche B&#246;rse, propri&#233;taires respectifs des Bourses de New York et de Francfort, ont confirm&#233; mercredi tenir des &#171; n&#233;gociations avanc&#233;es &#187; en vue d'une &#233;ventuelle fusion, quelques heures apr&#232;s que le Groupe TMX et le London Stock Exchange Group se soient entendus sur les termes de leur union.

              Si la transaction devait se concr&#233;tiser, le groupe form&#233; deviendrait le plus important op&#233;rateur boursier au monde et disposerait de si&#232;ges sociaux &#224; New York et &#224; Francfort.

              Les actionnaires de Deutsche B&#246;rse obtiendraient 60 &#37; des actions de la nouvelle entit&#233;, contre 40 % pour les propri&#233;taires de NYSE Euronext.

              Un communiqu&#233; commun des deux compagnies pr&#233;cise que l'entente permettrait de r&#233;aliser des &#233;conomies d'&#233;chelle de plus de 400 millions de dollars. Si un accord devait &#234;tre conclu, la transaction devrait &#234;tre ratifi&#233;e par les conseils d'administration et les actionnaires des deux entreprises et les organismes de r&#233;glementation concern&#233;s.

              La Bourse de New York est de loin la plus importante au monde, selon les donn&#233;es de la World Federation of Exchanges. La valeur annuelle des &#233;changes ainsi que la capitalisation boursi&#232;re des entreprises qui y sont inscrites sont 10 fois sup&#233;rieures &#224; celles de la Bourse de Francfort.

              Malgr&#233; tout, la valeur de son propri&#233;taire, le groupe NYSE Euronext, est jug&#233;e inf&#233;rieure &#224; celle du groupe Deutsche B&#246;rse, qui poss&#232;de bon nombre d'actifs autres que la Bourse de Francfort. C'est pourquoi les actionnaires du groupe allemand domineraient la nouvelle entit&#233;.

              Une tendance lourde

              Ces annonces s'inscrivent dans un mouvement de concentration des march&#233;s boursiers &#224; travers le monde, en cours depuis une dizaine d'ann&#233;es.

              La rivalit&#233; croissante entre les places boursi&#232;res pour s&#233;duire les entreprises candidates &#224; une entr&#233;e en bourse, combin&#233;e &#224; l'apparition de nouveaux joueurs qui ont bris&#233; le monopole dont jouissaient les bourses traditionnelles et ont grignot&#233; leurs parts de march&#233;, a pouss&#233; les op&#233;rateurs &#224; se regrouper.

              Exemple frappant de cette nouvelle r&#233;alit&#233;, la bourse alternative Chi-X, lanc&#233;e en 2007, a d&#233;log&#233; l'an dernier la Bourse de Francfort en tant que deuxi&#232;me place boursi&#232;re d'Europe en termes de volume d'&#233;changes, derri&#232;re la Bourse de Londres.

              /.../

              http://www.radio-canada.ca/nouvelles...rancfort.shtml

              Comment


              • #8
                Re: La Bourse de Toronto négocie une fusion avec la Bourse de Londres

                Ottawa scrutera à la loupe la possible fusion du TMX avec Londres

                <SCRIPT language=Javascript>document.write(publicatioin_da te("2011-02-14 13:52:35.000", "2011-02-15 06:39:00.000"));</SCRIPT>Publié le 14 février 2011 à 13h52 | Mis à jour le 15 février 2011 à 06h39

                Joël-Denis Bellavance
                La Presse

                </TD>(Ottawa) Le ministre de l'Industrie, Tony Clement, confirme qu'il passera au peigne fin la mégafusion entre le Groupe TMX, qui exploite la Bourse de Toronto, et la Bourse de Londres.


                Après quelques jours d'examen, le ministre Clement et les fonctionnaires de son ministère ont conclu que cette transaction, annoncée la semaine dernière, doit être avalisée par Ottawa en vertu de la Loi sur les investissements au Canada.


                L'évaluation de cette transaction commencera la semaine prochaine, dès que les investisseurs auront soumis les documents pertinents, et durera au moins 45 jours, a indiqué M. Clement en point de presse hier.


                «Cette transaction est sujette à examen en vertu de la Loi sur les investissements au Canada. L'investisseur m'a informé qu'une demande d'examen nous sera soumise bientôt. Lorsqu'une transaction est sujette à un examen, l'investisseur doit obtenir mon approbation avant d'effectuer l'investissement. Je n'approuve une demande d'investissement que lorsqu'un examen démontre qu'il sera vraisemblablement à l'avantage net du Canada», a dit M. Clement.


                Durant l'examen, le ministre a promis de tenir compte des préoccupations des provinces comme le Québec, l'Ontario, la Colombie-Britannique et l'Alberta. Ces provinces pourront aussi faire leur propre évaluation de cette transaction si elles le souhaitent.


                Si la fusion est approuvée, la valeur de la nouvelle entité serait d'un peu plus de 6 milliards de dollars. Les actionnaires de la Bourse de Londres détiendraient 55% des actions de la nouvelle société.


                /.../


                Pour sa part, le ministre des Finances du Québec, Raymond Bachand, a déclaré en fin de semaine à La Presse Canadienne que le gouvernement Charest poserait ses conditions et exigerait des garanties écrites avant de donner son accord formel.

                /.../

                http://lapresseaffaires.cyberpresse....ec-londres.php

                Comment


                • #9
                  Re: La Bourse de Toronto négocie une fusion avec la Bourse de Londres

                  Ottawa scrutera à la loupe la possible fusion du TMX avec Londres

                  <SCRIPT language=Javascript>document.write(publicatioin_da te("2011-02-14 13:52:35.000", "2011-02-15 06:39:00.000"));</SCRIPT>Publié le 14 février 2011 à 13h52 | Mis à jour le 15 février 2011 à 06h39


                  Joël-Denis Bellavance
                  La Presse

                  </TD>(Ottawa) Le ministre de l'Industrie, Tony Clement, confirme qu'il passera au peigne fin la mégafusion entre le Groupe TMX, qui exploite la Bourse de Toronto, et la Bourse de Londres.


                  Après quelques jours d'examen, le ministre Clement et les fonctionnaires de son ministère ont conclu que cette transaction, annoncée la semaine dernière, doit être avalisée par Ottawa en vertu de la Loi sur les investissements au Canada.


                  L'évaluation de cette transaction commencera la semaine prochaine, dès que les investisseurs auront soumis les documents pertinents, et durera au moins 45 jours, a indiqué M. Clement en point de presse hier.


                  «Cette transaction est sujette à examen en vertu de la Loi sur les investissements au Canada. L'investisseur m'a informé qu'une demande d'examen nous sera soumise bientôt. Lorsqu'une transaction est sujette à un examen, l'investisseur doit obtenir mon approbation avant d'effectuer l'investissement. Je n'approuve une demande d'investissement que lorsqu'un examen démontre qu'il sera vraisemblablement à l'avantage net du Canada», a dit M. Clement.


                  Durant l'examen, le ministre a promis de tenir compte des préoccupations des provinces comme le Québec, l'Ontario, la Colombie-Britannique et l'Alberta. Ces provinces pourront aussi faire leur propre évaluation de cette transaction si elles le souhaitent.


                  Si la fusion est approuvée, la valeur de la nouvelle entité serait d'un peu plus de 6 milliards de dollars. Les actionnaires de la Bourse de Londres détiendraient 55% des actions de la nouvelle société.


                  /.../


                  Pour sa part, le ministre des Finances du Québec, Raymond Bachand, a déclaré en fin de semaine à La Presse Canadienne que le gouvernement Charest poserait ses conditions et exigerait des garanties écrites avant de donner son accord formel.

                  /.../

                  http://lapresseaffaires.cyberpresse....ec-londres.php

                  Comment


                  • #10
                    Bourse de Londres : après Toronto, le Nasdaq ?

                    Bourse de Londres : après Toronto, le Nasdaq ?

                    lesaffaires.com . les affaires.com . 07-03-2011 (modifié le 07-03-2011 à 09:15)
                    <SCRIPT language=JavaScript1.1 type=text/javascript> <!-- printAdTag('125x60', 'tc.lesaffaires', 'secteurs-d-activite','cat=bourse;cat=fusions;cat=toronto;cat= tsx', 'boite=savoir-plus'); // --> </SCRIPT><SCRIPT language=javascript1.1 src="http://ad.doubleclick.net/adj/tc.lesaffaires/secteurs-d-activite;ss=services-financiers;atitle=bourse-de-londres--apres-toronto-le-nasdaq-;pg=content;cat=bourse;cat=fusions;cat=toronto;cat =tsx;pos=but1;tile=3;sz=125x60;ord=1299513591856?" ></SCRIPT>
                    À peine quelques semaines après avoir annoncé une fusion aux allures d'acquisitions avec la Bourse de Toronto (Groupe TMX), la Bourse de Londres (London Stock Exchange Group) a l'intention d'avaler la bourse électronique américaine Nasdaq, selon le Sunday Times.

                    Une fois que les bourses de Toronto et Londres auront complété leur regroupement, la nouvelle entité a l'intention d'approcher le Nasdaq plus tard cette année, révèle le journal britannique.

                    /.../

                    http://www.lesaffaires.com/secteurs-...nasdaq-/528114

                    Comment


                    • #11
                      Re: La Bourse de Toronto négocie une fusion avec la Bourse de Londres

                      Fusion des bourses Toronto-Londres : la grogne prend de l'ampleur

                      La Presse Canadienne . les affaires.com . 09-03-2011

                      L'opposition à la fusion des entreprises qui exploitent la Bourse de Toronto et celle de Londres prend de l'ampleur, alors que des particuliers et les plus grandes banques du pays commencent à faire connaître leurs opinions.

                      L'investisseur canadien Stephen Jarislowsky, qui a mené la charge contre le projet de prise de contrôle de PotashCorp par BHP Billiton, affirme que la fusion du Groupe TMX et du London Stock Exchange Group donnera lieu à un exode de sièges sociaux et de cerveaux canadiens vers le Royaume-Uni, en plus de faire perdre des emplois.

                      "Où croyez-vous que se trouveront les grandes sociétés d'investissement? Elles ne seront pas au Canada, elles seront à Londres", a-t-il dit, expliquant s'attendre à ce que les sièges d'entreprises déménagent à Londres parce qu'il s'agit d'un marché de plus grande importance.

                      /.../

                      http://www.lesaffaires.com/secteurs-...ampleur/528245

                      Comment


                      • #12
                        Re: Mouvement de fusions boursières: Toronto, Londres, Moscou, New-York, Francfort, etc

                        Bient&#244;t une seule Bourse mondiale ?

                        Le paysage boursier mondial est en pleine recomposition &#224; coups de fusions internationales. Derni&#232;re op&#233;ration en date : le mariage Nyse Euronext-Deutsche B&#246;rse qui va donner naissance &#224; un nouveau g&#233;ant financier et acc&#233;l&#233;rer un peu plus la disparition des places boursi&#232;res nationales.
                        Archives
                        Lundi 21 mars 2011 &#224; 17:52 - Par Didier Le Menestrel

                        Didier Le Menestrel
                        pr&#233;sident de Financi&#232;re de l'Echiquier

                        Les Bourses se mondialisent ! Alors que chaque Etat tenait &#224; d&#233;fendre sa souverainet&#233; historique de place financi&#232;re, le m&#233;tier acc&#233;l&#232;re d&#233;sormais sa mutation mondiale. En d&#233;but d'ann&#233;e, deux mouvements ont donn&#233; une nouvelle ampleur &#224; la vague des consolidations "sans fronti&#232;res" : la fusion TSX/LSE entre les Bourses de Toronto et de Londres, et le rachat de la plateforme boursi&#232;re alternative Chi-X Europe par son homologue am&#233;ricaine, Bats Global Markets.


                        Mais une plus grosse op&#233;ration encore s'annonce avec le projet de fusion entre Nyse Euronext et Deutsche B&#246;rse, qui "accoucherait" du num&#233;ro deux mondial apr&#232;s

                        /.../

                        http://votreargent.lexpress.fr/bours...le_153321.html

                        Comment


                        • #13
                          Re: Mouvement de fusions boursières: Toronto, Londres, Moscou, New-York, Francfort, etc

                          Bourses: Londres et Toronto demandent aux autorités de bénir leur union

                          François Desjardins 14 mai 2011 Actualités économiques
                          Trois mois après l'annonce, le Groupe TMX, qui possède les Bourses de Toronto et de Montréal, et la Bourse de Londres passent officiellement à l'acte. Dans un document dont certains passages semblent laisser place à l'interprétation, les deux groupes ont enfin demandé aux autorités réglementaires hier de bénir leur union transatlantique.

                          L'Autorité des marchés financiers (AMF), qui n'a pas encore pris position sur le sujet, sollicite les observations du public jusqu'au 29 juin et tiendra ensuite des audiences publiques les 14 et 15 juillet. Pour baliser la discussion, l'AMF pose elle-même une série de questions.

                          Tout comme la convention de fusion publiée au mois de février lors de l'annonce du projet — qui consiste en une prise de contrôle du Groupe TMX par la Bourse de Londres pour environ 3,2 milliards —, le document d'hier réitère que la représentation canadienne au conseil de la nouvelle entité pourrait être réduite après quatre ans.

                          Présentée à l'origine comme une «fusion entre égaux», l'union donnerait un conseil d'administration comme suit: sept Canadiens (dont un Québécois), cinq Britanniques et trois Italiens. Aussi, les actionnaires du LSE posséderaient 55 % de la nouvelle société, contre 45 % pour ceux du TMX.

                          Au bout de quatre ans, la nouvelle entité, baptisée «Mergeco» dans le document publié hier, se réserverait le droit de réduire le nombre de Canadiens à trois, dont 25 % (arrondi à la baisse) seraient des Québécois. Cela équivaudrait à 0,375 administrateur québécois, ce qu'un arrondissement à la baisse ramène à zéro.

                          L'AMF n'a pas voulu commenter le document.

                          Quelles garanties?

                          Le document fait valoir que Montréal a acquis une expertise importante en matière de produits dérivés et que la direction de cette division, au sein de la nouvelle entité, continuera d'être à Montréal.

                          /.../


                          http://www.ledevoir.com/economie/act...nir-leur-union

                          Comment


                          • #14
                            Re: Mouvement de fusions boursières: Toronto, Londres, Moscou, New-York, Francfort, etc

                            Le Canada s'unit pour acheter TMX

                            lesaffaires.com . les affaires.com . 15-05-2011 (modifié le 15-05-2011 à 20:23)
                            Tags : Bourse, Caisse de dépôt, Canada, FTQ, Groupe TMX

                            Les plus grands fonds de retraite et firmes de courtage du Canada ont décidé de s’unir pour mettre la main sur le Groupe TMX qui est sur le point de fusionner avec la Bourse de Londres.

                            Neuf firmes canadiennes dont trois québécoises ont lancé une offre hostile d’achat de 3,6 G$ sur le Groupe TMX, propriétaire des bourses de Toronto et de Montréal notamment. Elles en ont fait l’annonce dans un communiqué publié dimanche 15 mai.

                            Ces neuf firmes sont la Caisse de dépôt et placement du Québec, le Fonds de solidarité des travailleurs du Québec, la Financière Banque Nationale, l'Alberta Investment Management Corporation; l'Office d'investissement du régime de pensions du Canada; Marchés mondiaux CIBC inc.; le Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l'Ontario (RREO); Scotia Capitaux inc. et Valeurs mobilières TD inc.

                            Ces entreprises ont formé la société Maple Groupe Acquisition qui devra convaincre les actionnaires du Groupe TMX du bien-fondé de sa proposition. Maple offre 48 $ par action du Groupe TMX, payable en partie comptant et en partie sous forme d'actions.

                            /.../

                            http://www.lesaffaires.com/strategie...ter-tmx/530755

                            Comment


                            • #15
                              Re: Mouvement de fusions boursières: Toronto, Londres, Moscou, New-York, Francfort, etc

                              Sprint final pour la mainmise sur la Bourse de Toronto

                              <SCRIPT language=Javascript>document.write(publicatioin_da te("2011-06-27 13:09:38.000", "2011-06-27 13:09:38.000"));</SCRIPT>Publié le 27 juin 2011 à 13h09 | Mis à jour à 13h09

                              Guillaume Lavallée
                              Agence France-Presse

                              </TD>Les actionnaires de l'opérateur de la Bourse de Toronto, première place mondiale pour le secteur minier, doivent faire cette semaine un choix difficile: accepter l'offre de mariage avec le London Stock Exchange ou se jeter dans les bras d'un prétendant local.


                              Le LSE et le consortium Maple offrent chacun environ 3,8 milliards de dollars américains pour mettre la main sur la société TMX, opérateur des Bourses de Toronto et Montréal, spécialisée dans les produits dérivés.

                              La Bourse de Londres, dont la majeure partie de l'offre amicale consiste en un échange d'actions, souhaite créer un géant mondial du secteur boursier afin de concurrencer le projet de fusion entre Deutsche Börse et NYSE Euronext.

                              Maple, formé de 13 institutions financières et fonds de pension canadiens, est né d'une volonté de couper l'herbe sous le pied du LSE pour maintenir les principales places boursières canadiennes dans le pays.

                              Des cabinets indépendants de conseils aux actionnaires, dont les très influents ISS, Glass Lewis et PIRC, ont recommandé de dire «oui» à l'offre de la LSE. Le patron du LSE, Xavier Rolet, a affirmé que le TMX était à la croisée des chemins entre l'internationalisation et le «repli sur soi».

                              «En quoi le fait de vouloir développer soi-même sa Bourse relève-t-il du repliement sur soi et d'une attitude protectionniste?» s'est interrogé l'influent financier canadien Stephen Jarislowsky, qui appuie Maple.

                              Deux projets, deux visions et maintenant un choix. «Il n'y a pas vraiment de consensus. Il y a des actionnaires influents qui se sont prononcés des deux côtés», explique à l'AFP Mathieu Roy de Placements Louisbourg.
                              Les actionnaires de TMX ont jusqu'à mardi en mi-journée pour transmettre leur vote pour ou contre le projet de fusion avec la LSE, avant l'assemblée spéciale prévue jeudi matin.

                              /.../

                              http://lapresseaffaires.cyberpresse....de-toronto.php

                              Comment

                              Working...
                              X