Announcement

Collapse
No announcement yet.

​Épidémie d'Ebola déclarée dans le nord-est de la RDC, 4 morts - 12/05/2017

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • ​Épidémie d'Ebola déclarée dans le nord-est de la RDC, 4 morts - 12/05/2017

    Épidémie d'Ebola déclarée dans le nord-est de la RDC, 3 morts

    AFP
    Publié le 12/05/2017 à 15:30 | AFP

    Une épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée dans le nord-est de la République démocratique du Congo, où elle a fait trois morts depuis le 22 avril, a annoncé vendredi l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans un communiqué.

    Selon l'OMS, l'épidémie touche une zone de forêt équatoriale dans la province du Bas-Uélé, frontalière de la Centrafrique
    ...
    http://www.lepoint.fr/monde/epidemie...2126912_24.php
    "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
    -Nelson Mandela

  • #2
    Publié le ven, 12/05/2017

    RDC : l’épidémie d’Ebola déclarée à Likati

    Dans un communiqué publié vendredi 12 mai, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) indique avoir été informée par le ministre de la Santé publique de la RDC, Dr Oly Ilunga Kalenga, de la « survenue d’une épidémie de la maladie à Virus Ebola » dans la zone de santé de Likati, dans la province du Bas-Uélé.

    « Des cinq échantillons de sang prélevés chez les cas suspects et analysés à l’INRB [Institut national de recherche biomédical], un s’est révélé positif au virus Ebola, sérotype Zaïre par RT-PCR », a indiqué le ministre de la Santé dans une correspondance adressée au Représentant de l’OMS en RDC.

    Dans un message publié jeudi, le ministre de la Santé indique que depuis le 22 avril 2017, neuf cas de fièvre hémorragique dont deux décès ont été notifiés à Likati.

    « Notre pays doit faire face à l’épidémie de la maladie à virus Ebola qui constitue une urgence de santé publique de portée internationale », note Dr Oly Ilunga.

    Il assure, sans en dire davantage, que le ministère de la Santé « vient de prendre toutes les dispositions utiles pour riposter promptement et efficacement à cette nouvelle épidémie de la maladie à virus Ebola ».

    Selon l’OMS, le ministre congolais a sollicité son « appui » pour « renforcer la riposte à cette épidémie ».

    L’agence onusienne dit travailler « en étroite collaboration avec toutes les autorités tant nationales que provinciales, ainsi qu’avec l’appui du Bureau régional (AFRO), du Siège (Genève) et de tous les autres partenaires pour faciliter le déploiement des matériels de protection et du personnel sur le terrain afin de renforcer la surveillance épidémiologique et contrôler très rapidement l’épidémie ».
    Le ministre de la Santé assure que son ministère « vient de prendre toutes les dispositions utiles pour riposter promptement et efficacement à cette nouvelle épidémie ».
    “Addressing chronic disease is an issue of human rights – that must be our call to arms"
    Richard Horton, Editor-in-Chief The Lancet

    ~~~~ Twitter:@GertvanderHoek ~~~ GertvanderHoek@gmail.com ~~~

    Comment


    • #3
      Dr Oly Ilunga Kalenga, Ministre de la Santé Publique annonce une épidémie de la Maladie à Virus Ebola dans la zone de Likati, Province du Bas-Uélé (Nord de la RDC) après confirmation par l’INRB.

      KINSHASA, 12 mai. Le ministre de la Santé Publique de la RDC, Dr Oly Ilunga Kalenga a informé l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) de la ‘‘survenue d’une épidémie de la maladie à Virus Ebola" dans la zone de santé de Likati - Territoire d’Aketi, dans la Province de Bas-Uélé, à plus de 1300 kilomètres au Nord de la RDC, après la confirmation des résultats par l’Institut national de recherche biomédicale (INRB), le laboratoire national de la RDC. ‘‘Des cinq échantillons de sang prélevés chez les cas suspects et analysés à l’INRB, un s’est révélé positif au virus Ebola, sérotype Zaïre par RT-PCR,’’ a indiqué le Ministre de la Santé Publique dans une correspondance adressée au Représentant de l’OMS en RDC, sollicitant ‘‘l’appui de l’OMS pour renforcer la riposte à cette épidémie’’. Depuis le 22 avril 2017, 9 cas suspects de la Maladie à Virus Ebola (MVE) avec 3 décès ont été notifiés dans la zone de santé de Likati, faisant un taux de létalité de 33,3%, selon un bilan officiel au 11 mai 2017.

      ‘‘Le Bureau Pays de l’OMS en RDC travaille en étroite collaboration avec toutes les autorités tant nationales que provinciales, ainsi qu’avec l’appui du Bureau régional (AFRO), du Siège (Genève) et de tous les autres partenaires pour faciliter le déploiement des matériels de protection et du personnel sur le terrain afin de renforcer la surveillance épidémiologique et contrôler très rapidement l’épidémie’’, a indiqué pour sa part le Dr Allarangar Yokouidé, Représentant de l’OMS en RDC. Le Dr Allarangar a également annoncé l’arrivée ce weekend à Kinshasa du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, dans le but de prendre part à une réunion de coordination du Comité national (Ministère de la Santé Publique), essentiellement axée sur cette urgence de santé publique de portée internationale en vue d’y apporter tout l’appui nécessaire de l’Organisation à la RDC.

      Un plan logistique global avec des besoins urgents a été également élaboré par le Bureau Pays à cet effet. ‘‘Les premières équipes - épidémiologistes, biologistes, experts en mobilisation sociale, communication du risque et engagement des communautés, tout comme les spécialistes en eau, hygiène et assainissement, devraient rejoindre la zone touchée aujourd’hui ou demain via Kisangani’’, chef-lieu de la Tshopo (à 350 km de Buta), a ajouté le Dr Allarangar. Selon lui, ‘‘la zone de santé de Likati est d’accès difficile, mais le travail de suivi des cas contacts est très crucial pour endiguer l’épidémie à partir de son foyer; la RDC dispose pour ce faire des ressources humaines très expérimentées pour la lutte.’’ Il a aussi lancé l’appel à d’autres partenaires à s’engager rapidement aux côtés de la RDC pour une réponse multisectorielle coordonnée et appropriée. Médecins Sans Frontières, l’ONG ALIMA, UNICEF, Gavi, PAM/UNHAS, MONUSCO, etc. sont déjà prêts pour apporter également leur appui aux autorités de la RDC.

      Avec la confirmation de cette épidémie dont l’épicentre se trouve être l’Aire de santé de Nambwa, à plus ou moins 130 km de Buta, Chef-lieu provincial du Bas-Uélé partageant également la frontière avec la République Centrafricaine (RCA), la RDC est à sa huitième épidémie de la MVE depuis 1976. La dernière épidémie en date enregistrée par le pays a eu lieu en août 2014 dans la région de Boende, où la maladie avait été contrôlée dans son foyer de Lokolia, dans l’actuelle Province de la Tshuapa.

      Communication spéciale de Son Excellence Monsieur le Ministre de la Santé Publique en Rapport avec la situation épidémiologique du pays (572.34 kB)

      Contacts médias :

      Eugene Kabambi, +243 817 151 697, kabambie@who.int

      http://www.afro.who.int/fr/centre-de...in-drc-fr.html
      "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
      -Nelson Mandela

      Comment


      • #4
        Onze cas de fièvre hémorragique à virus Ebola au Bas-Uélé

        13 mai 2017

        Kinshasa, 13 mai 2017 (ACP).- Le ministre de la Santé publique, le Dr Oly Ilunga Kalenga, a annoncé samedi dans sa communication spéciale en rapport avec la situation épidémiologique de la maladie à virus Ebola (MVE) au 13 mai 2017, que onze (11) cas de fièvre hémorragique à virus Ebola ont été notifié au Bas-Uélé, dont trois (3) décès entre le 22 avril et le 13 mai 2017.

        Cette information, selon le ministre de la Santé publique a été transmise par la division provinciale du Bas-Uélé, ajoutant que des cinq (5) échantillons de sang prélevés chez les cas suspects, trois (3) sont confirmés négatifs alors que deux (2) se sont révélés positifs. Il a aussi dit qu’il est en contact permanent avec le ministre provincial de la santé du Bas-Uélé qui a dépêché une équipe de la division provinciale, dans l’aire de santé de Nambwa.

        « Nous avons mis en place un comité national de lutte et j’ai eu ce matin une séance de travail avec le gouverneur de la province du Bas-Uélé pour finaliser la mise en place du comité provincial de lutte. Une équipe d’experts pour la riposte a quitté Kinshasa samedi matin à destination de Likati, et d’autres suivront dans les prochaines heures avec tous les équipements appropriés en vue de renforcer la riposte déjà en cours », a-t-il déclaré.
        ...

        http://acpcongo.com/acp/onze-cas-de-...bola-bas-uele/
        "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
        -Nelson Mandela

        Comment


        • #5
          RDC : l'OMS et ses partenaires prêts à apporter une réponse coordonnée et efficace à l'épidémie d'Ebola

          13 mai 2017 – La Directrice régionale pour l'Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr. Matshidiso Moeti, s'est rendu samedi à Kinshasa pour discuter avec les autorités de la République démocratique du Congo (RDC) et les partenaires des moyens de mettre en place une réponse rapide, efficace et cohérente pour stopper l'épidémie d'Ebola en cours.

          Le déplacement du Dr. Moeti fait suite à la notification par le gouvernement de la RDC d'une épidémie du virus Ebola dans la zone sanitaire de Likati (à environ 1.400 kilomètres de la capitale), dans la province du Bas-Uele, située dans la partie nord du pays frontalière de la République centrafricaine. À ce jour, 11 cas suspects d'Ebola dont trois décès ont été rapportés, a indiqué l'OMS dans un communiqué.

          « Je suis là pour assurer au gouvernement de la RDC que, en collaboration avec le système des Nations Unies et d'autres partenaires, nous travaillerons ensemble pour répondre à cette épidémie », a déclaré le Dr Moeti lors de sa rencontre avec les autorités congolaises.

          L'OMS a déjà mobilisé des experts techniques pour être déployés sur le terrain et est prête à fournir la direction et l'expertise technique nécessaires pour mettre en place une réponse coordonnée et efficace.

          « J'encourage le public à travailler avec les autorités sanitaires et à prendre les mesures préventives nécessaires pour protéger leur santé », a souligné la responsable de l'OMS pour l'Afrique.

          Le 10 mai 2017, une équipe multidisciplinaire - dirigée par le Ministère de la santé de la RDC et soutenue par l'OMS dans le cadre de son nouveau Programme d'urgence mise en place avec ses partenaires - a été déployée dans la zone sanitaire de Likati, pour y mener une enquête approfondie de terrain.

          La zone sanitaire est située dans une région isolée et difficile d'accès du nord de la RDC, où les réseaux de transport et de communication sont limités. Autant de facteurs qui entravent toute transmission d'informations sur l'épidémie suspectée. Actuellement, il faut environ 2-3 jours pour atteindre l'épicentre depuis Kinshasa.

          Le Réseau mondial d'alerte et d'action en cas d'épidémie (GOARN) a été activé pour fournir un appui supplémentaire si nécessaire. Par ailleurs, le renforcement de la surveillance épidémiologique, le suivi des contacts, la gestion des cas et l'engagement communautaire sont en cours.

          « Nous sommes reconnaissants envers l'OMS et les autres partenaires pour le soutien rapide dans la réalisation d'enquêtes qui ont mené à la confirmation de cette épidémie », a déclaré le Ministre de la santé de la RDC, le Dr. Oly Ilunga Kalenga.

          « Une forte réponse multisectorielle, Une meilleure coordination, une sensibilisation du public, un engagement communautaire et des ressources adéquates seront essentielles pour nos efforts visant à mettre fin à l'épidémie », a-t-il ajouté.

          Le premier cas d'Ebola a été détecté le 22 avril chez un homme de 45 ans. Ce dernier a été transporté en taxi vers l'hôpital et est décédé à son arrivée. Le chauffeur du taxi est également tombé malade et est mort plus tard. Une tierce personne qui s'est occupée du premier cas est également tombée malade et est décédée par la suite. À l'heure actuelle, 25 contacts du deuxième patient décédé sont suivis. Parmi les cas suspectés et les décès, une personne a été testée positive au virus Ebola.

          Il s'agit de la huitième épidémie de maladie du virus Ebola depuis sa découverte en 1976 en RDC. Le 20 novembre 2014, conformément aux recommandations de l'OMS, le Ministère de la santé de la RDC et l'OMS ont déclaré la fin de l'épidémie du virus Ebola qui a débuté le 24 août 2014 et a entraîné un total de 38 cas confirmés en laboratoire et 28 cas probables dont 49 décès à Boende, dans la province de l'Equateur.

          L'OMS a toutefois souligné que l'ampleur totale de l'épidémie de 2017 n'est toujours pas encore claire. Des enquêtes approfondies et des évaluations des risques sont menées et les résultats seront communiqués en conséquence. A ce jour, l'OMS ne recommande aucune restriction de déplacement et d'échange avec la RDC en fonction des informations actuellement disponibles.

          http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=39471
          "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
          -Nelson Mandela

          Comment


          • #6
            Epidémie d’Ebola en RDC: un foyer très isolé
            .
            Par RFI Publié le 15-05-2017 Modifié le 15-05-2017 à 12:40

            L'OMS, l'Organisation mondiale de la santé, confirme un deuxième cas de contamination par le virus Ebola dans le nord de la RDC, après le recensement de 17 cas suspects cette semaine. Trois personnes ont succombé et deux des décès sont donc confirmés Ebola. Les organisations sanitaires et ONG comme MSF ou Alima, essaient de se rendre sur la zone du foyer.

            En RDC, l'enclavement de la zone touchée par Ebola complique le déploiement des équipes et du matériel, comme l’explique Régis Billaudel, le chef de mission de l’ONG Alima en RDC : « La première difficulté, c’est qu’on est dans des zones qui n’ont absolument pas de route. Les véhicules tous terrains ne peuvent pas passer, donc la plupart des liaisons se font en moto ou par des barques. Donc on arrive à transporter des gens, mais c’est toujours un challenge en transport de matériel. Et une riposte Ebola c’est beaucoup de matériel.
            ...

            http://www.rfi.fr/afrique/20170515-e...a-oms-deux-cas
            "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
            -Nelson Mandela

            Comment


            • #7
              Bas-Uélé: la population de Likati appelée à observer les règles d’hygiène pour contrer l’épidémie d’Ebola

              Publié le mar, 16/05/2017 - 20:25 | Modifié le mar, 16/05/2017 - 20:25
              ...
              Le chef du sous-bureau de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Kisangani, docteur Marie-José Kikoo, assure que la situation de l’épidémie d’Ebola reste stable à Likati.

              Il a indiqué qu’aucun cas n’a été notifié depuis la semaine dernière, où vingt cas dont trois décès ont été recensés.

              Sur place à Likati, une équipe de Médecins sans frontière (MSF) organise la prise en charge des malades.

              La coordination des activités sur terrain est assurée par la province du Bas-Uélé avec l’appui de l’OMS et UNICEF.

              Mais Likati est difficile d’accès faute de routes. Le gouvernement provincial annonce le début des travaux de dégagement de la voie routière qui mène à Likati et effectue les travaux d’entretien de l’aérodrome afin d’y faciliter l’atterrissage de petits porteurs.

              http://www.radiookapi.net/2017/05/16...egles-dhygiene
              "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
              -Nelson Mandela

              Comment


              • #8
                RD Congo - Bas-Uele, Haut-Uele, Ituri & Tshopo
                Note d’informations humanitaires no
                6 (17/5/2017)


                OCHA

                Aperçu de la situation
                ...
                L’épidémie de la maladie à virus Ebola est déclarée dans la Zone de santé de Likati dans le Bas-Uélé.
                ...
                Selon le Ministère de la santé publique, 21 cas suspects de la maladie à virus Ebola dont trois mortels (soit une
                létalité de 15%)
                ont été rapportés du 22 avril au 16 mai dans les aires de santé de Nambwa (épicentre de la
                maladie), Muna, Ngayi et Azande dans la Zone de santé de Likati (environ 1 300 km au nord de Kinshasa dans la
                Province du Bas-Uélé). Le 12 mai, le ministre de la santé publique a indiqué qu’un échantillon s’est révélé positif
                au virus Ebola, sérotype Zaïre par RT-PCR, et a sollicité l’appui de l’OMS pour renforcer la riposte à cette
                épidémie. Quelques actions sont prises à ce jour, notamment la mise à disposition des kits d’urgence à Nambwa et
                Muma, la sensibilisation communautaire à travers une radio locale, les marchés et les églises dans la zone de
                santé de Likati. Dans le domaine de l’Eau, hygiène et assainissement, des comprimés de chlore ont été distribués
                pour la désinfection de l’eau à l’Hôpital général de référence de Likati et un dispositif de lavage des mains a été
                mis en place. Le Comité national de coordination de la lutte contre la maladie a noté que l’hospitalisation n’est pas
                encore organisée – les malades sont suivis en ambulatoire – et le Centre de traitement d’Ebola (CTE) est en cours
                de construction. La dispersion des cas, les grandes distances entre les villages et l'accès difficile, l’insuffisance de
                personnel de santé, etc. sont des contraintes auxquelles ce comité national est confronté pour le moment. Pour
                rappel, la dernière épidémie de la fièvre hémorragique à virus Ebola, survenue dans l’ancienne Province Orientale,
                avait été signalée dans les zones de santé d’Isiro et de Dungu (actuelle province du Haut-Uélé) en 2012. 62 cas
                dont 34 décès avaient été recensés entre les 17 août et 11 octobre.

                https://www.humanitarianresponse.inf...-tshopo-note-1
                "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                -Nelson Mandela

                Comment


                • #9
                  LIKATI: première visite conjointe du Ministre de la Santé Publique et du Représentant de l’OMS dans le foyer de la Maladie à à Virus Ebola

                  KINSHASA, 17 mai 2017, RD CONGO - Du 17 au 18 mai 2017, le Dr Oly Ilunga Kalenga, Ministre de la Santé Publique, et le Dr Allarangar Yokouidé, Représentant de l’OMS en RDC effectuent une première visite d’évaluation de l’épidémie d’Ebola qui s’est déclarée à Nambwa, épicentre de la maladie, dans la zone de santé de Likati, Province du Bas-Uélé, à plus de 1400 kilomètres de Kinshasa, plus au Nord de la RDC.

                  Ce premier voyage des officiels avec le vol UNHAS négocié par l’OMS pour un total de 90 heures (400.000 USD), va permettre aux autorités du Ministère de la Santé Publique, au Gouverneur de la Province du Bas-Uélé, au Représentant de l’OMS ainsi que la dizaine d’experts - épidémiologistes, logisticiens, Communicateurs, psychologues, gestionnaires des données etc. de l’OMS, de l’UNICEF et de MSF - les accompagnant de faire une évaluation rapide de l’épidémie de la maladie à virus Ebola (MVE) qui a été officiellement déclarée par les autorités le 12 mai 2017.

                  Avec le déploiement de deux laboratoires mobiles de l’Institut national de recherche biomédicale (IRNB) à Nambwa, (épicentre de la maladie) pour faciliter les diagnostics rapides sur le terrain et l’arrivée de plusieurs experts - 7 logisticiens de l’OMS seront sur zone pour gérer les trois bases logistiques au niveau de trois axes : Buta, Likati et Nambwa - l’OMS et ses partenaires montent en puissance avec un dispositif d’une réponse coordonnée et rapide. Un Centre de traitement Ebola (CTE) va être installé dans les prochaines 48 ou 72 heures par MSF en vue d’isoler les malades et de leur fournir des soins appropriés et limiter les risques de propagation du très mortel virus à Ebola.

                  ‘’Nous plaçons cette première visite de terrain sous le signe de la solidarité et de la compassion avec les populations affectées de Likati par ce énième épisode de la maladie à virus Ebola en RDC. Nous appelons à plus de solidarité de la communauté internationale pour aider la RDC à endiguer en urgence cette épidémie car le pays fait déjà face à une autre crise humanitaire dans le centre du pays’’ [NDRL : dans les Kasaï], a indiqué le Dr Allarangar Yokouidé, Représentant de l’OMS en RDC.

                  A Buta, Chef-lieu de la province, la délégation va s’entretenir avec les autorités politiques, administratives, les forces vives, les leaders communautaires et les chefs des confessions religieuses pour une action forte de mobilisation sociale. Puis, un pont aérien sera mis en œuvre grâce à un hélicoptère de l’UNHAS qui prendra une dizaine de personnes à bord pour rejoindre Likati, à une centaine de kilomètres de la principale ville provinciale.

                  ‘‘L’objectif est de désenclaver la zone touchée par l’épidémie tout en facilitant le déploiement des équipes, équipements et matériels de ces deux laboratoires mobiles en toute sécurité, et permettre aux officiels de voir ce qui se passe réellement sur le terrain,’’ explique pour sa part Jean-Pierre Veyrenche, logisticien de l’OMS. Il a précisé que d’autres vols du même type sont programmés dès la semaine prochaine avec l’appui financier de l’OMS pour répondre aux autres besoins urgents, et poursuivre le déploiement progressif des différents partenaires opérationnels.

                  Lundi 15 mai, le Ministère de la Santé Publique a, avec l’appui de ses partenaires, produit un plan national de réponse à l’épidémie chiffré à plus de 8 millions de dollars américains et couvrant les différents domaines d’intervention. Il s’agit entre autres de: i) la coordination de la réponse multisectorielle à travers les comités de lutte contre l’épidémie, ii) renforcement de la surveillance, la recherche active des cas et le suivi des contacts ; iii) la mise en application stricte des mesures d’hygiène et de biosécurité dans les formations sanitaires et les communautés locales, iv) la prise en charge médicale des malades et des cas suspects ; v) renforcement des capacités de diagnostic des laboratoires mobiles, vi) l’appui significatif aux activités de la communication du risque, de la mobilisation sociale et de l’engagement communautaire etc.

                  A la date du 16 mai 2017, la mise à jour de la situation épidémiologique donne un total cumulé de 21 cas suspects avec 3 décès (taux de létalité : 15%). L’aire de santé de Nambwa est celle qui a notifié les premiers cas suspects en grand nombre - 13 au total dont 2 décès (taux de létalité : 16%). Plus de 400 contacts répartis dans les quatre aires de santé – Azande, Nambwa, Ngayi et Muna – sont suivis avec l’aide des relais communautaires pour s’assurer qu’ils ne vont pas développer la maladie.

                  __________________________________________

                  Pour plus d'informations, prière de contacter :

                  Contacts médias :

                  Eugene Kabambi, Chargé de communication, OMS RDC, kabambie@who.int ; Direct : +243 817 151 697

                  http://www.afro.who.int/fr/republiqu...rus-ebola.html
                  "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                  -Nelson Mandela

                  Comment


                  • #10
                    Réponse à l’épidémie de la maladie à Virus Ebola
                    Le MSP, le Gouverneur du Bas Uélé, les Rep de l'OMS et de l'UNICEF à leur arrivée à Likati par l'hélicoptère du PAM pour l'évaluation de l'épidémie d'Ebola



                    Communiqué de presse conjoint MSP-OMS-UNICEF

                    Le Ministre de la Santé Publique en mission à Likati avec l’OMS et l’UNICEF

                    Kinshasa/Likati | 18 mai 2017 – Le Ministre de la Santé Publique, Dr Oly Ilunga Kalenga s’est rendu le 17 mai 2017 dans la zone de santé de Likati, territoire d’Aketi, dans la Province du Bas-Uélé, à plus de 1300 kilomètres de Kinshasa, au Nord de la RDC, pour coordonner la réponse qui est apportée après la confirmation de la survenue de la maladie à Virus Ebola.

                    L’épidémie de la maladie à virus Ebola a été officiellement déclarée par le Ministre de la Santé Publique de la République démocratique du Congo (RDC) le 11 mai 2017, après la confirmation par l’Institut National de Recherche Biomédicale (INRB) de résultat d’analyse d’échantillons de sang prélevés chez les cas suspects. A ce jour, la mise à jour de la situation épidémiologique donne un total cumulé de 29 cas suspects, 3 décès et 2 cas confirmés.

                    « Le Gouvernement de la RDC a mis en place un plan de réponse évalué à 14 millions de dollars américains. Une équipe de gestion de crise, dirigée par le Ministre de la Santé publique, a été créée pour coordonner la réponse. Elle travaille en étroite collaboration avec ses partenaires techniques dont l’OMS et l’UNICEF», a déclaré le Ministre de la Santé, Dr Oly Ilunga Kalenga, pendant sa visite sur le terrain. Le Dr Allarangar Yokouidé, le Représentant de l’OMS, et le Dr Tajudeen Oyewale, le Représentant ad intérim de l’UNICEF, ont accompagné le Ministre de la Santé Publique lors de cette visite.

                    « Nous plaçons cette première visite de terrain sous le signe de la solidarité et la compassion avec les populations affectées de Likati par ce huitième épisode de la maladie à virus Ebola en RDC. Nous appelons à plus de solidarité de la communauté internationale pour aider la RDC à endiguer en urgence cette épidémie, » a indiqué le Dr Allarangar Yokouidé, Représentant de l’OMS en RDC.

                    La réponse est organisée à partir de sept commissions techniques en charge respectivement de la surveillance et des investigations, de la prise en charge médicale, du laboratoire et de la recherche, de la communication du risque, mobilisation sociale et engagement des communautés, de l’eau, hygiène, assainissement et biosécurité, de la prise en charge psychosociale ainsi que de la logistique.

                    La Zone de Santé de Likati est difficilement accessible. Et un des grands défis est de désenclaver cette zone touchée par l’épidémie. Sur place des équipes du Gouvernement se sont déployées et ont commencé à prélever des échantillons sur tous les cas suspects. Les équipes font la recherche active des cas dans les centres de santé et au sein de la communauté et organisent le suivi des contacts avec des agents communautaires. Les différents leaders communautaires sensibilisent leurs communautés sur la prévention de la maladie.

                    « L’UNICEF salue le leadership du Gouvernement dans la riposte contre l’épidémie à virus Ebola et s’engage à ses côtés. Notre apport se concentrera entre autres sur l’organisation des activités de sensibilisation des communautés locales, qui doivent être au cœur de toutes les interventions et la fourniture de l'eau et des services d’assainissement,» a souligné Dr Tajudeen Oyewale, Représentant ad intérim de l’UNICEF en RDC.

                    Pour plus d’informations, veuillez contacter:
                    Jonathan Simba Kai, Ministère de la Santé Publique, +243 (0)81 85 44 846, jonathan.simba@sante.gouv.cd
                    Yves Willemot, Chef de la Communication, UNICEF RDC, + 243 (0) 81 88 46 746, ywillemot@unicef.org
                    Eugene Kabambi, Chargé de Communication, OMS RDC, + 243 817151697, kabambie@who.int
                    ...


                    http://www.afro.who.int/fr/republiqu...rus-ebola.html



                    "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                    -Nelson Mandela

                    Comment


                    • #11
                      Epidémie d’Ebola : la population de Kisangani appelée à l’apaisement

                      20.05.2017, Kisangani, Tshopo

                      Le ministre national en charge de la Santé, Oly Ilunga Kalenga, en provenance de la zone de santé de Nyembwe, à Likati, dans le Bas–Uelé, épicentre de l’épidémie de la fièvre à virus d’Ebola, a déclaré jeudi 18 mai 2017 à la presse du chef – lieu de la Tshopo que la situation sur terrain stagne avec trois (3) cas de décès enregistrés et deux (2) cas de diagnostic sérologique positifs.

                      Le ministre a, en outre, demandé à la population de faire fi aux rumeurs faisant état de nouveaux cas de fièvre hémorragique à virus à Ebola signalés dans le Territoire de Banalia.

                      Cette fausse alerte se rapporte plutôt à la diarrhée bactérienne, « les échantillons prélevés et envoyés à l’institut national de recherches biomédical (INRB) » n’ayant confirmé que « des cas de diarrhée dont souffraient des personnes suspectées », a révélé Oly Ilunga.
                      ...

                      http://www.mediacongo.net/article-actualite-26671.html
                      "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                      -Nelson Mandela

                      Comment


                      • #12
                        Réunion de coordination et de mobilisation des ressources auprès des partenaires techniques et financiers à l’OMS pour faire face à l’épidémie d’Ebola à Likati (Bas-Uélé, Nord de la RD CONGO)-

                        KINSHASA, 20 mai 2017: Alors que le Ministère de la Santé Publique a finalisé son plan de riposte à l’épidémie de la maladie à virus Ebola (MVE) qui sévit à Likati, avec un budget associé à ce plan chiffré à 14,7 millions de dollars américains, le Représentant de l’OMS en RDC, le Dr Allarangar Yokouidé a réuni les partenaires techniques et financiers (PTF) dans la salle de conférence de l’OMS ce samedi 20 mai 2017 pour échanger avec eux sur le processus de la riposte en cours. Il a tenu à présenter le budget proposé par le Ministère de la Santé Publique à toutes les parties-prenantes pour obtenir l’engagement des uns et des autres en vue d’appuyer les efforts de lutte du Gouvernement contre le très mortel virus hémorragique. L’épidémie a déjà fait, à la date du 20 mai 2017, un total de 34 cas suspects avec 4 décès (taux de létalité : 11,76%) dans la zone de santé de Likati (Province du Bas-Uélé, à plus ou moins 1400 kilomètres plus au nord de la RDC).

                        A cette occasion, le Dr Allarangar a indiqué que le but de la réunion entre partenaires techniques et financiers était de ‘‘nous organiser de manière à ce que nous soyons complémentaires dans la réponse en cours et que la contribution de toutes les parties-prenantes soit la plus efficace, coordonnée et transparente possible face à cette urgence sanitaire’’. Il s’agit d’une première réunion entre les PTF depuis la déclaration de l’épidémie de la maladie à virus Ebola par le Ministre de la Santé Publique, le Dr Oly Ilunga Kalenga le 12 mai 2017.

                        ‘‘Les besoins urgents et les défis sont énormes. Qu’il s’agisse de la logistique pour le déploiement des personnels et des équipements et matériels ainsi que des intrants sur le terrain, la recherche active des cas suspects, le suivi des contacts dans des aires de santé éloignées et d’accès difficile, une coordination efficace et transparente par rapport à tout ce que nous apportons en réponse à cette urgence sanitaire est plus que jamais nécessaire dans de telles circonstances,’’ a-t-il ajouté.

                        Il a invité les partenaires à s’impliquer davantage dans les différentes commissions mises en place par le Comité National de Coordination (CNC) piloté par le MSP, ‘‘afin que nos propositions soient à la fois constructives et prises en compte’’.

                        ‘‘Il est très crucial que ce plan de réponse soit le plus cohérent possible, dans un esprit de responsabilité partagée, avec des détails précis concernant par exemple qui fait quoi, dans quelle aire de santé, avec quels moyens et budget, de telle sorte que chaque partenaire peut bien définir son intervention pour ne pas dupliquer les efforts sur le terrain,’’ a insisté pour sa part M. Daniel Carter, Conseiller en santé de DFID en RDC.

                        Dans la foulée, plusieurs propositions ont été formulées par les partenaires. L’UNICEF se dit prêt par exemple à fournir des motos qui sont dans son entrepôt de Goma (Nord-Kivu) pour renforcer la mobilité des mobilisateurs sociaux travaillant dans la communication pour le développement et l’engagement des communautés, mais aussi les équipes qui travaillent dans la recherche active des cas suspects et le suivi des contacts.

                        La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation du Congo (MONUSCO), le PAM (UNHAS), l’Union européenne (UE) se disent également disponibles et prêts à renforcer la logistique en termes de pont aérien avec des aéronefs pour relier les aires de santé enclavées et faciliter les différentes rotations des personnels et matériels. ‘‘Les trois avions d’ECHOFlight ne peuvent pas assurer l’évacuation médicale, mais la Protection civile peut activer le dispositif d’urgence permettant de renforcer le transport des équipes et des kits médicaux sur le terrain’’, a indiqué pour sa part M. Thomas Dehermann-Roy, Chef de Bureau, ECHO en RDC. ‘‘Les Etats-Unis sont également prêts à fournir la logistique nécessaire en aviation sur zone, pour désenclaver les localités touchées, mais une meilleure cartographie des pistes et leur capacité à accueillir le type d’aéronefs adaptés à ce genre de crise sanitaire,’’ a précisé de son côté M. Raimi Ewetola, Directeur-Pays de CDC en RDC.

                        Parlant à son tour, M. Viviane Nzeusseu de la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) a offert l’engagement de son organisation à travailler en étroite collaboration avec la Croix-Rouge de la RDC, plus particulièrement sur les aspects de la sensibilisation et des enterrements sécurisés en cas de décès des malades d’Ebola; tandis que la Banque Africaine de Développement (BAD) pourra de son côté apporter le cas échéant, son soutien financier dans certaines interventions sanitaires qui restent encore à préciser au cours de cette épidémie.

                        Le Représentant de l’OMS a demandé que le Dr Ernest Dabiré, Coordonnateur du Cluster Santé en RDC assurant le rôle de Gestionnaire des incidents, puisse canaliser toutes ces propositions et suggestions afin de les mettre en commun de manière conjointe avec le Directeur de cabinet du Ministre de la Santé Publique, désigné comme Gestionnaire des incidents côté Ministère de la Santé Publique, pour une réponse efficace à l’épidémie en cours.
                        ...
                        http://www.afro.who.int/fr/republiqu...-a-likati.html
                        "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                        -Nelson Mandela

                        Comment


                        • #13
                          Ebola : des craintes sur une éventuelle extension de l’épidémie a Wapinda

                          Publié le dim, 21/05/2017 - 10:41 | Modifié le dim, 21/05/2017 - 10:41
                          Ebola Wapinda RDC Santé Actualité National

                          La Division provinciale de santé du Nord-Ubangi annoncé, samedi 20 mai, avoir renforcé la surveillance épidémiologique à la zone de santé de Wapinda, située à 2 km de la zone de santé de Likati au Bas-Uélé où l’épidémie d’Ebola a été déclarée.

                          La proximité et le flux migratoire entre les deux provinces, font craindre une éventuelle extension de l’épidémie, indique le Dr Davos Davene, le chef de division provinciale de la santé Nord-Ubangi.

                          « Les trois aires de santé qui constituent l’épicentre même de la maladie sont situés à moins de deux kilomètres de santé de Wapinda. Le coût de soins de santé dans ce centre de santé du Nord-Ubangi est réduit, parce que nous bénéficions d’un financement du FIS. Ce qui nous fait craindre un afflux massif des populations du foyer de l’épidémie vers la zone de santé de Wapinda », indique le docteur Davos Davene.
                          ...

                          http://www.radiookapi.net/2017/05/21...idemie-wapinda
                          "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                          -Nelson Mandela

                          Comment


                          • #14
                            48 cas suspects d’Ebola enregistrés dont 4 décès en RD Congo

                            Publié le 24.05.2017 à 19h18 par APA News

                            Un total de 48 cas suspects de la maladie à virus Ebola dont 4 décès ont été enregistrés au 23 mai, onze jours après la déclaration officielle de la maladie dans la zone de santé de Likati, dans la province du Bas-Uélé, au nord-est du pays, à environ 1.300 kilomètres de Kinshasa.
                            ...
                            Il a également été annoncé que l’équipe de l’OMS s’est renforcée depuis ce mercredi 24 mai avec l’arrivée à Likati d’un épidémiologiste, d’une chargée de communication et d’un spécialiste de laboratoire venu de Winnipeg au Canada.

                            Ce spécialiste va renforcer le contrôle de qualité des échantillons analysés par le laboratoire mobile installé à Likati.

                            http://www.journalducameroun.com/48-...s-en-rd-congo/
                            "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                            -Nelson Mandela

                            Comment


                            • #15
                              EBOLA EN RDC : KINSHASA ANNONCE LA MAÎTRISE DE L'ÉPIDÉMIE

                              02 juin 2017 | 5h39

                              Les autorités congolaises ont annoncé vendredi avoir maîtrisé la propagation de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola, trois semaines après sa déclaration dans une zone enclavée du nord-est de la République démocratique du Congo.

                              Après vingt et un jours, "nous pouvons dire que la propagation de l'épidémie a été maîtrisée", a déclaré à la presse le ministre de la Santé congolais Oly Ilunga.

                              Depuis le 21 avril, "nous comptabilisons sept cas dont trois probables [et] quatre confirmés au laboratoire. De tous ces cas, quatre sont décédés", a-t-il détaillé.

                              Selon M. Ilunga, "aucun professionnel de la santé n'a développé la maladie", "aucun contact des patients décédés n'a développé une fièvre virale hémorragique" et "tous les tests réalisés sur les cas suspects sont négatifs à ce jour".
                              ...
                              http://www.leparisien.fr/laparisienn...17-7011087.php
                              "Safety and security don't just happen, they are the result of collective consensus and public investment. We owe our children, the most vulnerable citizens in our society, a life free of violence and fear."
                              -Nelson Mandela

                              Comment

                              Working...
                              X